Bartabas : « le cheval, cet acteur... »

Entretien / Il nous reçoit dans sa caravane accolé au chapiteau et aux écuries dans cet antre étrange et lunaire : un haras à la sortie de la ligne 7 du métro Fort d'Aubervilliers. Généreux, passionné, Bartabas revient sur cette création qu'il annonce comme ultime. Rencontre au soir de la 28e représentation : c'était le 27 novembre 2017.

D’où vient cette idée de ne mettre que vos chevaux sur le plateau ?
Bartabas :
Zingaro est une compagnie moitié homme moitié chevaux. Les chevaux nous servent avec générosité depuis trente ans. Comme je le dis souvent, les humains ont choisi de travailler ici ; les chevaux, on a choisi pour eux, donc j’ai eu l’idée de leur rendre hommage et, par extension, de célébrer les chevaux en général. Le spectacle vient de l’observation de ces chevaux qui a présidé à pas mal de tableaux, dont certains disent ce qu'ils ont apporté à l’humanité. Modestement, car on ne peut pas traiter ça en deux minutes. Il y a des tableaux sur ce qu'a payé comme tribut le cheval à l'humain : le cheval de guerre, le cheval de travail, de traie…

à lire aussi : Le spleen idéal de Bartabas

Quelle est la part de risque ?
Là, les chevaux ont compris que c'était un jeu et qu'ils vont jouer tous les soirs à faire ça. Je ne sais pas comment ça va se passer dans deux ans et demi. Ça va évoluer peut-être. C'est ça la part de risque du spectacle, comment on va gérer sur le temps. C'est intéressant, car c'est une notion de jeu comme chez les humains qui jouent la comédie.

Vous en êtes à la plus de 28 représentations, le spectacle a-t-il déjà beaucoup évolué depuis les filages ?
Non pas vraiment. Disons qu'il s'est calé. Ça dépend des soirs. Ce soir, c'était plutôt pas mal. Ce qui est intéressant c'est que même lorsque ce n'est pas comme on l'espère, ça fonctionne car les spectateurs se rendent comptent que les chevaux pensent. C'est ça qui fait la qualité du spectacle. C'est très particulier : les spectateurs se découvrent à l'écoute des chevaux. Ce sont eux qui leur présentent une humanité.

Il y a une très grande écoute des spectateurs, plus encore que d'habitude.
Oui. Et honnêtement je ne le pensais pas. Je me disais qu'une partie du public allait peut-être décrocher, mais en fait pas du tout. Voire le contraire : les gens qui ne connaissent pas spécialement les chevaux sont encore plus intéressés. Ils ont une espèce d'écoute... c'est comme si un acteur rentrait sur scène et ne disait pas un mot pendant un quart d'heure ; on est suspendu à ses premières paroles. C'est une tension assez particulière. C'est construit comme un rituel dont le propre est qu'il n'y ait pas d'imprévu. Là, tout est organisé mais la part d'imprévu, c'est le cheval qui la donne, c'est l'acteur. C'est la manière dont il va interpréter. Tous les chevaux font ce qu'ils ont à faire et la qualité d'interprétation varie. Le soir de la première, le cheval qui marche sur sa poutre a mis vraiment longtemps à se décider. J'étais un peu catastrophé mais les gens ont trouvé ça génial, car c'est là que l'on voit le processus du spectacle. Parce que parfois, on s'interdit d'intervenir pour obliger le cheval. On ne peut que le présenter, le re-présenter. Il veut, il veut pas. C'est intéressant, car on voit la fragilité du spectacle, comme si un acteur disait j'y vais, j'y vais pas... et il finit par y aller.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 18 juin 2019 C’est sa dernière tournée de ce genre. Depuis trente ans, Bartabas mène la compagnie Zingaro d’Aubervilliers vers différents continents avec chapiteau, écuries et une quarantaine d’animaux. Cet été, il s’arrête six semaines à Lyon où il a présenté...
Mardi 17 avril 2018 Délestés des humains (ou presque), les chevaux de Bartabas présentent leurs tableaux comme des grands. Moins immédiatement séduisant que ses précédentes créations, cet Ex anima est une expérience unique et sidérante qui s'installe en Savoie...
Mercredi 24 juin 2015 Après une édition 2014 riche en prises de risques, le festival phare de l'été lyonnais est revenu à ses fondamentaux bankable. On peut le déplorer. On peut, plus prosaïquement, se satisfaire de l'aubaine que constitue la venue d'artistes de haute...
Mardi 23 juin 2015 Mathias Lyon, 21 ans, est l'un des dix cavaliers de "On achève bien les anges". Il revient pour nous sur la méthode de travail de Bartabas et son rapport à l'équitation. Propos recueillis par Nadja Pobel
Mardi 23 juin 2015 Grand fan de Tom Waits, Bartabas a fait du plus buriné du crooner l'ombre sonore de ses "Élégies". Un choix judicieux.
Mardi 23 juin 2015 Bartabas ne rigole plus. Conçu en début d’année dans une France secouée par les attentats, "On achève bien les anges" est un spectacle dont la mélancolie n'a d'égale que la rigueur et la virtuosité. Retour sur la création, aux Nuits de Fourvière, de...
Mercredi 25 mars 2015 Des adieux, des retrouvailles, des rencontres : bien que moins surprenante que sa prédécesseur, la 22e édition des Nuits de Fourvière promet son lot d'émotions fortes. Benjamin Mialot
Jeudi 13 mars 2014 65 spectacles, 170 levers de rideau, des rendez-vous au TNG, à Gadagne ou à la Maison de la danse : les Nuits de Fourvière s'annoncent plus foisonnantes que jamais. Benjamin Mialot
Jeudi 28 juin 2012 C’est peu dire que la mort est en pleine forme dans la dernière création de Bartabas, Calacas. Au-dessus de nos têtes, dans notre dos, devant nos yeux, les morts sont partout et triomphent dans un ballet équestre ébouriffant. Nadja Pobel
Lundi 26 mars 2012 Et voici la programmation complète (ou presque, tant elle est riche) des Nuits de Fourvière 2012 ! Certains événements étaient déjà connus, mais s’y ajoutent d’excellentes surprises, qu’elles soient musicales ou théâtrales… Christophe Chabert
Mardi 27 mai 2008 Théâtre équestre / Avec un entêtement proche de la mule, Les Nuits de Fourvière prolongent cette année encore leur fidélité à certains artistes. Mais pour corser le (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !