La cadette de ses soucis : "Miraï, ma petite soeur"

Miraï, ma petite soeur
De Mamoru Hosoda (Jap, 1h37) animation

Animation / Ce futur classique, où un enfant unique apprend à aimer sa petite sœur nouvelle-née en voyageant dans le futur et le passé familial, comptera autant que Totoro ou Le Tombeau des Lucioles au panthéon de la japanimation, dont Mamoru Hosoda est l’indiscutable nouveau maître.

Heureux petit bonhomme passionné par les trains, Kun voit d’un mauvais œil l’arrivée au foyer de sa petite sœur, Miraï, qui lui vole selon lui l’attention et l’affection de ses parents. Mais grâce à des “sauts dans le temps”, il comprendra à quel point cette nouvelle venue lui est précieuse…

Où l’on découvre que le chef-d’œuvre nippon de décembre n’était pas celui que l’on attendait… même si on le soupçonnait un peu. La gentille histoire de famille de Kore-Eda aura du mal à rivaliser avec ce qui doit être désormais considéré comme LE film à montrer à tout enfant connaissant le *bonheur* d’accueillir un ou une puîné. Par sa capacité à se mettre à la place d’un gamin chamboulé et à métaphoriser ses chagrins jaloux ; par sa force poétique comme sa richesse visuelle ou sa faculté à égrener les petits riens (tels que l’apprentissage du vélo) Miraï ma petite sœur touche à quelque chose d’universel. Cela en s’inscrivant pourtant dans un environnement on ne peut plus extrême-oriental : alors que beaucoup d’anime jouent par coutume une schizophrénique partition — où les personnages, dotés de morphologies caucasiennes, évoluent dans des costumes et décors japonisants en tentant d’oblitérer la majorité des us et coutumes de leur pays d’origine —, Hosoda revendique son ancrage culturel. Ainsi montre-t-il de très formelles cérémonies rituelles, complétant les habituels recours au merveilleux animiste dont il s’est fait une spécialité, dans le sillage de Takahata et Miyazaki.

Profondeur du temps

S’il ne disposait que de sa délicatesse d’âme et d'une respectueuse attention témoignée aux liens familiaux, Miraï ma petite sœur serait déjà un grand film. Mais il se permet en plus d’enchaîner les prouesses stylistiques et les techniques graphiques comme il emboîte les âges de la vie : animation traditionnelle 2D pour figurer le territoire ordinaire du présent ; papier découpé enfantin quand Kun s’égare (dans une gare obscure, justement) privé de tout repère et enfin modélisations en 3D pour suggérer la profondeur du passé et du futur, ce réseau enchevêtré d’histoires dont celle de Kun n’est qu’un filament. En passant d’un monde plat, limité et autocentré à un univers infini et pluri-dimensionnel, Kun y gagne donc aussi à l’image grâce à l’arrivée de Miraï.

Miraï, ma petite sœur (Jap, 1h38) de Mamoru Hosoda avec les voix (v.o.) de Haru Kuroki, Moka Kamishiraishi, Koji Yakusho…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 28 novembre 2023 Le retour de hype autour de Wim Wenders — expo à Arles, Prix Lumière à Lyon, double sélection dans la compétition cannoise, rééditions en Blu-Ray — restera un des (...)
Lundi 11 juillet 2022 À force de le répéter, ça va enfin devenir une évidence : le nouveau grand maître de l’animation nippone s’appelle Mamoru Hosoda. Pour les indécis ou les non (...)
Mardi 1 mars 2022 Leur nom évoque tout sauf leur solide majestuosité. Les Dentelles de Montmirail regardent le Ventoux et offrent balades, restos et vins comme s’il en pleuvait. À quelques encablures de la Drôme, déjà en PACA et à 2h30 de Lyon, bienvenue...
Mardi 12 janvier 2016 Encore trop peu connu en France, le réalisateur Mamoru Hosoda est bien parti pour faire sortir l’anime nippon de sa zone de confiance totoresque. Il le prouve encore une fois avec cette déclinaison de "La Belle et la Bête"…
Vendredi 24 août 2012 La Traversée du temps puis Summer wars avaient permis à Mamoru Hosoda d’incarner une possible relève de l’animation japonaise post-Miyazaki. Avec Les (...)
Vendredi 4 juin 2010 Un "Second Life" murakamisé et piraté par une intelligence artificielle menaçant de détruire le monde. Un nerd, une jolie fille et sa famille dans un Japon rural pour sauver l’univers. Voici "Summer Wars", beau petit conte moderne et estival....

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X