The Raid 2

ECRANS | En suivant une logique inflationniste — plus long, plus violent, plus grand — cette suite à la très bonne série B de Gareth Evans — de retour aux manettes — invente une sorte de pornographie de l’action où le scénario n’est qu’une sauce froide et convenue entre deux scènes ultra-spectaculaires. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 25 juillet 2014

Sorti de nulle part — tourné en Malaisie par un réalisateur gallois — The Raid avait redonné ses lettres de noblesse à un cinéma d'action flirtant avec l'exploitation pure et dure en repartant des fondamentaux du genre : un lieu unique, un scénario simplissime, des combats extrêmement violents et parfaitement chorégraphiés où les coups faisaient mal et où le principe était à la fois celui d'une progression — d'étages en étages, de méchants en méchants jusqu'au boss — et d'une variété des armes employées — pieds et poings, armes blanches, armes à feu. Pour cette suite, Gareth Evans retrouve son héros Rama, qui doit cette fois infiltrer un gang de mafieux avant de le démanteler. Étendu cette fois à l'échelle d'une ville entière — Jakarta — The Raid 2 tente de passer le premier volet au carré, en multipliant les personnages, les lieux et en étirant au maximum les scènes de baston et de fusillades.

On ne discutera pas la virtuosité de la mise en scène : la caméra d'Evans dessine d'hallucinantes arabesques que l'on ne trouve guère que chez Gaspar Noé aujourd'hui, privilégiant la continuité des plans plutôt que le surdécoupage et se déplaçant en défiant les règles de la pesanteur — lors de l'homérique explication dans la boue d'une prison, elle semble toujours se déplacer au ras du sol, mais peut aussi s'envoler pour contourner les barbelés ou décrire d'impressionnantes plongées zénithales au-dessus de l'action.

Le héros absent

Le film ne lésine ni sur l'hémoglobine, ni sur la brutalité des coups — rendus particulièrement intenses par un sound design à la limite du too much — et poursuit son exploration des mille et une façon de mourir, dans un inventaire gore qui tend à l'exhaustivité, aidé par la longueur dantesque du métrage — 2h30. Evans doit cependant bâtir autour de ces morceaux de bravoure une intrigue, et celle-ci s'avère particulièrement confuse. Pas plus que, par exemple, celle d'Outrage de Kitano, qui adoptait une logique similaire d'alliances, trahisons et règlements de compte dont l'issue était qu'il n'y est plus qu'un seul homme debout à la fin. Mais à la différence du maître japonais, Evans s'avère vite empêtré dans une sauce froide de situations convenues, plombées par l'inutile déconstruction initiale, puis par une erreur impardonnable qui en dit long sur la véritable finalité du projet.

Pendant une bonne demi-heure, The Raid 2 abandonne littéralement son héros pour suivre une foule de personnages secondaires, tous là pour apporter leur contribution au catalogue de la violence — la fille aux marteaux ou l'homme à la batte de base-ball, en particulier. Le pire étant que cette absence n'est presque pas handicapante pour le film lui-même, tant Rama est un héros pour lequel on n'éprouve aucune empathie, faible véhicule identificatoire dont on admire plus la puissance physique que la profondeur des conflits intérieurs. Elle révèle surtout la médiocrité d'un scénario auquel on ne comprend pas grand chose mais dont on se fout assez rapidement ; on se contente de subir ces tunnels préparant les explosions à venir.

B-X-Z

En cela, The Raid 2, plus que son prédécesseur, se voudrait l'équivalent des jeux vidéos où les cinématiques apportent une respiration narrative entre deux séquences ludiques. Mais cette structure-là, transposée au cinéma où le spectateur n'est qu'un voyeur, et non un acteur de ce qui se passe sur l'écran, est surtout celle du cinéma pornographique. La promesse de la violence remplace celle du sexe et la multiplication des possibilités la multiplicité des positions. Le film semble le savoir et en jouer ; comment expliquer sinon cette hallucinante dernière réplique où Rama confesse, après un ultime combat de près de vingt minutes : «Je suis vidé» ? Tel un acteur X qui serait venu péniblement à bout de son dixième orgasme, le héros ne peut se résoudre à un ultime effort éjaculatoire / mortel contre de nouveaux adversaires / partenaires. Si The Raid était un film d'exploitation, sa suite est presque la démonstration théorique des liens de cousinage qu'il entretient avec la «sexploitation». De B à Z en passant par X, The Raid 2 ajoute à son inventaire une sorte d'abécédaire du bis en version XXL — des lettres, toujours des lettres…


The Raid 2 The Raid 2

The Raid 2

De Gareth Evans (Ind, 2h30) avec Iko Uwais, Julie Estelle...

De Gareth Evans (Ind, 2h30) avec Iko Uwais, Julie Estelle...

voir la fiche du film


Après un combat sans merci pour s’extirper d’un immeuble rempli de criminels et de fous furieux, laissant derrière lui des monceaux de cadavres de policiers et de dangereux truands, Rama, jeune flic de Jakarta, pensait retrouver une vie normale, avec sa femme et son tout jeune fils…. Mais il se trompait.

voir la fiche du film

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

The Raid

ECRANS | Un Gallois exilé en Indonésie redéfinit avec panache les règles du cinéma d’action : The Raid n’a pas d’autre ambition que d’en mettre plein la gueule, mais par la rigueur de son intrigue et de sa mise en scène, procure une sensation d’euphorie qu’on pensait avoir oubliée. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 14 juin 2012

The Raid

Pas besoin d’avoir décroché le Nobel pour résumer The Raid : une bande de flics d’élite veut déloger d’un immeuble transformé en forteresse imprenable un baron de la drogue qui a mis chaque étage en coupe réglée et assure sa protection via deux gardes du corps sans pitié, l’un adepte des armes, l’autre préférant la baston à mains nues. Une exposition éclair et c’est parti pour une heure trente d’action pure, où Gareth Evans va exploiter au maximum les possibilités de son décor labyrinthique mais aussi toutes les formes de combat : d’abord des flingues et des explosifs, puis des armes blanches et enfin d’homériques dégelées façon free fight, jusqu’à épuisement des forces en présence. Il dédouble l’affaire d’un conflit moral entre deux frères, l’un du côté de la loi, l’autre du côté du crime, faisant de cette opération commando une affaire personnelle autant que policière. Baston à l’indonésienne Quoi de neuf dans The Raid ? À proprement parler rien, mais ce n’est manifestement pas l’objectif de Gareth Evans, cinéaste gallois ayant choisi Djakarta comme destination idéale pour faire renaître un cinéma d’exploitation décomplexé,

Continuer à lire

Les Hallucinations, c’est maintenant !

ECRANS | La deuxième édition d’Hallucinations collectives propose pendant cinq jours au Comœdia un recueil de ce que le cinéma compte de films bizarres, originaux, provocants, rappelant au passage que ce cinéma-là est en voie d’extinction sur les écrans… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 30 mars 2012

Les Hallucinations, c’est maintenant !

Cette semaine, deux événements se font concurrence en matière de cinéma : sur la rive gauche du Rhône, l’arrivée au sein du «pôle de loisirs» (notez le mot «loisirs», il est important) Confluence d’un nouveau multiplexe UGC Ciné Cité ; de l’autre côté du fleuve, au Comœdia, ce sera la deuxième édition d’Hallucinations collectives, où il s’agira de montrer tout ce qui a peu de chances d’atterrir sur les écrans d’en face, la position du groupe UGC étant par exemple de ne plus sortir les films interdits aux moins de 16 ans — soyons justes, beaucoup de cinémas indépendants font implicitement la même chose… Car Hallucinations collectives et ses organisateurs (l’association Zone Bis) aiment justement ce qui, de l’Histoire du cinéma à son actualité, bouscule le spectateur et lui rappelle qu’un film, ce n’est pas qu’une sortie, mais aussi une expérience. Que les émotions au cinéma, ça ne se fabrique pas dans les bureaux d’un studio mais ça se contrôle par le travail de la mise en scène. Et qu’en définitive, cette marge-là restera quand les pages des nouveautés hebdomadaires auront depuis longtemps été déchirées des mémoires. Voyage au bout de l’enfer

Continuer à lire