One, two... street art ! on compte sur les kids

Street Art | Initier les enfants à cet art manuel, coloré et funky, en voilà une bonne idée. Ceux qui ont vu les kids s’éclater avec les bombes lors des ateliers au Trublyon Festival en septembre savent de quoi on parle. Les autres, vous allez le découvrir.

Lisa Dumoulin | Mardi 24 octobre 2017

Photo : JonOne (photo © Claudia Victoria)


Que celui qui n'a jamais rêvé de dessiner sur les murs de sa chambre d'enfant jette le premier feutre ! Organisée par l'association Little Beaux Arts avec l'aide du Musée en Herbe (le premier musée pour enfant en France, spécialiste de la médiation culturelle pour kids), l'exposition One, two... street art ! souhaite initier et sensibiliser le jeune public, dès trois ans, au street art. Avec un parcours pédagogique et ludique, accompagné d'un livret-jeu et ponctué d'activités.

L'idée est de leur faire découvrir l'art et la discipline, en commençant par... le commencement. Les bases sont solides, notamment grâce aux artistes, galeries et collectionneurs privés qui ont apporté leurs pierres à l'édifice pour présenter des œuvres historiques et fondatrices. Banksy, Shepard Fairey, Villeglé, JonOne, Miss Tic, C215, Invader, Speedy Graphito, RERO, Cope2… Tous sont représentés afin de donner aux jeunes visiteurs un aperçu bien construit de ce mouvement artistique vivant et contemporain.

Fluo kids

On découvre ensuite une série d'œuvres inédites en très grand format et réalisées spécialement pour l'événement par une dizaine d'artistes français : Chanoir, Jef Aerosol, Jerôme Mesnager, Monkey Bird, Mosko, Tanc et les trois lyonnais Big Ben, Brusk et Don Mateo. Œuvres qui seront ensuite données et accrochées dans des services pédiatriques d'hôpitaux à Lyon (Hôpital Femme-Mère-Enfant) et à Paris (Hôpital Armand Trousseau) afin d'égayer les murs et le cadre de vie des enfants hospitalisés.

Nos trois artistes du cru sont invités à animer des ateliers : samedi 28 octobre, Don Mateo propose des ateliers de sérigraphie et tatouage (dès 16h30). Mardi 31 octobre, c'est Big Ben qui présentera son art du pochoir à l'occasion d'une nocturne-apéro (de 18h à 21h, 5€/7€). Enfin, les mercredi 25, dimanche 28 octobre et dimanche 5 novembre c'est balade ! Avec les Musées Gadagne, partez en visite dans la ville sur les traces des artistes lyonnais (à 15h, dès 7 ans, jusqu'à 6€).

One, two... street art !
Au 3 rue Grolée jusqu'au 8 novembre


One, two... street art !

L'art urbain pour les kids : expos, ateliers, performances
Little Beaux-Arts 3 rue Grôlée Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Peinture Fraîche à l'avant-garde du street art

Festival | Peinture Fraîche a dévoilé sa programmation et son ambition de métamorphoser la Halle Debourg sous l’impulsion des nouvelles technologies. Un parti pris qui installe Lyon à l’avant-garde du street art.

Sarah Fouassier | Mardi 18 février 2020

Peinture Fraîche à l'avant-garde du street art

Lyon n'a jamais fait figure de ville novatrice en matière de street art. C'est ce que Peinture Fraîche s'évertue à changer depuis sa première édition. Si le lieu où se déroulera le festival se révèle inchangé, son contenu connaîtra des évolutions puisque la totalité de la programmation artistique est renouvelée. Seuls les artistes locaux invités lors de la première édition seront à nouveau conviés à montrer et à vendre leurs œuvres dans l’espace d’exposition. Ce qui favorise l’émergence d’un marché de l’art urbain lyonnais et la professionnalisation des artistes. Une initiative bienvenue dans un milieu où la rémunération de peintures dans l’espace public est rare. Qui seront les têtes d’affiche de cette édition 2020, et qu’espérer de ce Peinture Fraîche 2.0 ? Les nouvelles technologies seront sans aucun doute les invités d’honneur de ce festival puisque 80% des fresques seront animées grâce à la réalité augmentée, offrant aux visiteurs une double visite et une double lecture des pièces. L’usa

Continuer à lire

Histoires de murs au CHRD

Street Art | Puisque pour les vingt ans de la Chute du Mur de Berlin, le CHRD avait fait une expo historique et didactique, pour le trentenaire de ce haut fait, il convie six street artistes pour une parenthèse simple voire simpliste.

Nadja Pobel | Mardi 10 décembre 2019

Histoires de murs au CHRD

Force est de constater que faire appel aux artistes de l’espace urbain, aux slameurs et danseurs hip-hop pour les nombreuses déclinaisons de l’expo (entamée début novembre) réussit au CHRD. Les chiffres de fréquentation sont importants chaque week-end (400 personnes), le public rajeunit. Et ce n’est jamais une anecdote pour un lieu patrimonial et de mémoire comme celui-ci. Les artistes réunis sont bien conscients du terrain qu’ils investissent comme en témoigne l’un d’eux dans le (seul) cartel vidéo : « le CHRD est chargé d’Histoire. Ça nous renvoie à une époque où il fallait faire hyper attention si on voulait écrire des choses sur les murs pour ne pas se faire attraper et qui n’a rien à voir avec notre époque, car on ne met pas nos vies en danger en faisant de l’art. » Au premier niveau, des mots de Petite Poissone au sol et en l’air guident vers un travail collectif : derrière un mur est abandonnée une statue de Liberté misanthrope. Dans la contre-allée,

Continuer à lire

L'oiseau de DALeast

L'œuvre de la semaine | Au moment où nous finalisons ce journal, l’artiste chinois DALeast achève une peinture murale monumentale sur la façade de la Halle Debourg. La (...)

Sarah Fouassier | Mardi 8 octobre 2019

L'oiseau de DALeast

Au moment où nous finalisons ce journal, l’artiste chinois DALeast achève une peinture murale monumentale sur la façade de la Halle Debourg. La marque (RED) a invité DALeast, Faith 47, FAILE, Add Fuel et Brusk à participer à l'action Paint red save lives. Ces jours-ci à Washington, Berlin, New York, Londres, Paris, Le Cap et donc Lyon des artistes urbains peignent afin de sensibiliser le public à la lutte contre le sida, à l’occasion de la conférence de reconstitution du Fonds mondial qui se déroulera entre Rhône et Saône le 10 octobre prochain. À l’image de l’initiative de (RED), le volatile de DALeast est colossal, stupéfiant. L’artiste avec ses centaines de bombes aérosols a œuvré durant plusieurs jours pour composer un oiseau aux ailes déployées. Trait après trait, il a pris forme sous les yeux interloqués des passants, qui se voient ravis d’accueillir une nouvelle fresque aussi importante que celle d’Inti

Continuer à lire

Quatre fresques géantes vont bientôt embellir la ville

Street Art | Quatre artistes sont invités par (RED) à composer autant de fresques géantes dans la ville, en amont de la conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial qui se tiendra à Lyon le 10 octobre. Sont annoncés : Faith 47, DALeast, Add Fuel et FAILE.

Sarah Fouassier | Jeudi 26 septembre 2019

Quatre fresques géantes vont bientôt embellir la ville

Au moins quatre immenses fresques viendront embellir la ville à l’occasion de la conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial qui se tiendra à Lyon, le 10 octobre prochain. En amont de cette conférence, les figures du street art que sont la Sud-Africaine Faith 47, le Chinois DALeast, le Portugais Add Fuel et le duo new-yorkais FAILE composeront ces fresques dans divers lieux de la ville, invités par (RED). Faith 47 peindra le bâtiment F de l'hôpital de la Croix-Rousse, Add Fuel sera sur les berges du Rhône en face du 50 quai Charles de Gaulle, FAILE habillera le parking des berges sous le pont Morand du côté du quai Jean Moulin, tandis que la peinture de DALeast campera sur la façade de la halle Debourg, où a eu lieu en mai dernier le festival de street art

Continuer à lire

Big Ben ouvre une galerie à Vaise

Street Art | Si la rue est le terrain de jeu où le street artiste Big Ben a fait ses gammes, c’est en intérieur que se joue sa nouvelle partition avec l’ouverture de The Big Ben Art Show à Vaise.

Sarah Fouassier | Mardi 10 septembre 2019

Big Ben ouvre une galerie à Vaise

L’atelier galerie de Big Ben, qui a ouvert ses portes en juillet, accueille sa seconde exposition dans un lieu imaginé par l’artiste comme une galerie « équitable dont le but est de donner un point d’exposition et de vente aux artistes pour les aider à vivre de leur art. Je veux réduire au maximum les frais des artistes tout en proposant des œuvres à petits prix. » En se localisant Grande rue de Vaise, Big Ben introduit la préoccupation artistique dans une aire en mutation dont l’unique souci est de commercer des biens communs destinés aux habitants du quartier. « Les voisins sont contents d’avoir de l’art ici. Cette implantation, je la perçois comme un acte militant dans un quartier à la population mélangée où l’on ne vient pas forcément. J’ai envie que les gens se déplacent ici. » Si aller à Vaise n’est pas encore dans les habitudes des habitants des autres arrondissements, Big Ben compte bien nous y attirer en exposant autant

Continuer à lire

Graffikids à Lugdunum

Street Art | Un dimanche graffiti en famille et en bonne compagnie à Lugdunum.

Lisa Dumoulin | Jeudi 4 octobre 2018

Graffikids à Lugdunum

Lugdunum, la nouvelle entité rassemblant le musée gallo-romain et les théâtres antiques de Fourvière, propose une variation autour du dimanche en famille, ici proposé en compagnie de la crème des street artistes lyonnais. Georges le loup (photo) proposera une démonstration devant l'entrée du musée tandis que Lasco fera l'objet d'une exposition, aux côtés de Adelsa et Ghappix qui proposeront un atelier autour du cœur. Plusieurs initiations et ateliers sont prévus : Big Ben sera de la partie avec un atelier autour des chiffres romains, Cap Phi proposera de créer des monstres et Prolo se concentrera sur les graffitis de gladiateurs. Skéné proposera de réaliser des œuvres en mosaïque et Akène des stickers et cartes postales. Enfin, Adèle Alberge dédicacera son livre Les Cris des murs. Un dimanche ludique et instructif où petits et grands pourront s'adonner à l'une des pl

Continuer à lire

Zoo : le graffiti lyonnais prend de la hauteur

Street Art | Ce samedi sera marqué par l’inauguration de ZOO, projet pilote d’un événement graffiti ambitieux qui abrite sous ses 600m2, 40 artistes et une scénographie imprégnée des codes de la rue.

Sarah Fouassier | Mardi 29 mai 2018

Zoo : le graffiti lyonnais prend de la hauteur

En deux mois, le 61 de la rue de Créqui a muté. Hier centre de formation de la Croix-Rouge, aujourd’hui lieu de convergence de nombreux ambassadeurs du graffiti français tels que Brusk ou Resoner, l’immeuble entier a été réhabilité pour accueillir l’exposition ZOO ainsi que public, professionnels et entreprises en ses trois étages. Derrière ce projet colossal, deux amis de longue date, Antoine Roblot et Philippe Reichsrath qui constatent depuis dix ans l’absence d’un événement ou festival ambitieux diffusant le graffiti et la culture urbaine auprès du grand public à Lyon. Sensibiliser le grand public Proches des artistes qu’ils connaissent bien, et sensibles à leurs intérêts, les organisateurs ont imaginé l'exposition non pas à même les murs comme on a pu beaucoup le voir du côté de la Taverne Gutenberg ou

Continuer à lire

Slow Joe dans la peau

Street Art | Le visage de Slow Joe, figure du quartier, orne désormais l'un des murs de la mairie du 1er grâce à Don Mateo.

Louis Beaufort | Mardi 4 avril 2017

Slow Joe dans la peau

En février dernier, se découvrait l'ultime album de Slow Joe and The Ginger Accident : Let Me Be Gone. Une dizaine de titres envoûtants et brumeux, servis par la voix lourde et rocailleuse de Slow Joe, crooner indien de naissance et lyonnais d’adoption. Quasiment un an après le décès de ce dernier, une soirée en son hommage se tiendra au Club Transbo, le 13 avril prochain, afin de célébrer l'homme comme le dernier opus du groupe, en compagnie du Ginger Accident. Lorsque Slow Joe était encore dans les parages, il était fréquent de le croiser en terrasse place Sathonay, en train de griffonner l’un de ses nombreux carnets ou discutant avec les commerçants du coin. C’est sous forme de clin d’œil et afin de prolonger cette présence dans le quartier que Jean-Pierre "JiPé" Bouchard, 3e adjoint au maire du 1er arrondissement, a eu l’idée de "tatouer" Slow Joe sur les murs de la mairie. Pour réaliser ce projet, il a fait appel à un autre habitué des pentes de la Croix-Rousse, le peintre Don Mateo, artiste prolifique et adepte des collages-pochoirs sauvages depuis 2010. Cette fois-ci

Continuer à lire

Dans les yeux de Bowie

Street Art | Big Ben rend hommage à l'auteur de Rebel Rebel disparu il y a un an, avec une œuvre intense à dénicher au cœur des pentes de la Croix-Rousse.

Louis Beaufort | Mardi 24 janvier 2017

Dans les yeux de Bowie

« J’essayais pratiquement tout. J’étais vraiment avide de découvrir tout ce que la vie avait à offrir, de la fumerie d’opium à n’importe quoi d’autre. Et je pense que j’ai fait à peu près tout ce qu’il est possible de faire. Sauf des choses vraiment dangereuses, comme être un explorateur. Mais je me suis introduit dans la plupart de tout ce que la culture occidentale a à offrir. » Cette citation fait référence à un moment sombre de l'année 2016. Pour le monde de la musique, et bien au-delà. Nous ne faisons bien évidemment pas allusion à la dernière tournée de Keen'V, mais à la mort de David Bowie : véritable icône de la pop culture, ce fut la première étoile disparue de cette année mortifère, laissant derrière elle des millions d'admirateurs attristés. Parmi eux, l'artiste Big Ben. Dès l'annonce du décès, ce dernier savait qu'il dédierait l'une de ses pièces à Bowie : il s'agissait juste de trouver l'endroit idéal pour lui rendre hommage. Peintre pochoiriste depuis 2012, Big Ben utilise les mu

Continuer à lire

Des gouzous à la Croix-Rousse

Street Art | En before de l’exposition Wall drawings. Icônes urbaines, qui s’ouvrira au MAC le 30 septembre prochain, l’association Troi3 et l'artiste Cart'1 (...)

Sébastien Broquet | Mardi 20 septembre 2016

Des gouzous à la Croix-Rousse

En before de l’exposition Wall drawings. Icônes urbaines, qui s’ouvrira au MAC le 30 septembre prochain, l’association Troi3 et l'artiste Cart'1 nous convient à passer un dimanche coloré, bien loin de la grisaille. Sept street artistes venus du monde entier se partageront les murs du collège Maurice-Scève (8 rue Louis Thévenet dans le 4e) toute la journée en mode festif : à commencer par le grand Jace venu de La Réunion, papa des célèbres gouzous, mais aussi le Mexicain Saner, le Chinois Wenna, Teck (Ukraine), Seth Land (Julien "Seth" Malland - Les Nouveaux Explorateurs) et deux autres Réunionnais qui montent, Kid Kréol & Boogie. En prime, quatre locaux qui comptent : Cart'1 lui-même, mais aussi Brusk, Pec et Don Mateo. Il y aura des DJs pour assurer l'ambiance (Boolimix, Chylorama...) ; mais aussi des transats et des huitres. Bref, on voit mal pourquoi aller passer son dimanche ailleurs.

Continuer à lire

Jusqu'au bout, art de rue

Street Art | « Gloire à l'art de rue, jusqu'au bout art de rue » : c'est par ces premiers mots en 2001 que la Fonky Family rendait hommage aux activistes de l'art (...)

Louis Beaufort | Vendredi 16 septembre 2016

Jusqu'au bout, art de rue

« Gloire à l'art de rue, jusqu'au bout art de rue » : c'est par ces premiers mots en 2001 que la Fonky Family rendait hommage aux activistes de l'art urbain. Depuis des décennies, la rue a toujours été un support privilégié pour quiconque voudrait partager, se faire entendre et fédérer. C'est avec cette volonté que le festival Graff-ik’ Art lancera sa 4e édition du 17 septembre au 1er octobre, sur le thème : L’Art de transmettre ?. Un rassemblement sur plusieurs journées, centré sur les arts urbains (graphiques, musicaux et chorégraphiques), des performances live et des ateliers d’initiation collaboratifs. En parallèle et toujours avec la même assiduité, différentes galeries continueront de promouvoir les valeurs généalogiques du street art. L'occasion de réfléchir sur la thématique de L’art Engagé chez Spacejunk avec une sélection de six artistes (re)connus pour leurs démarches humanistes et sociales :

Continuer à lire