Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches

Clubbing | Une nouvelle résidence pour P.Moore, un nouveau club pour Michael Mayer et enfin Paula Temple au Sucre.

Sébastien Broquet | Mardi 21 mars 2017

Photo : © DR


24>03>17 L'EMPREINTE
KIKO

Un peu tombé dans l'oubli malgré une production jamais interrompue (et pléthorique) sur des labels comme Get Physical ou Suara, Kiko ressurgit en lumière par la grâce de cette toute nouvelle soirée, résidence lancée par un autre ancien qui lui fait un retour en force : P.Moore. Kiko, ex moitié de Phunky Data, mêle des influences techno, new wave, house ou italo disco depuis ses débuts grenoblois en 1992. Nineties.

25>03>17 LA MACHINERIE
MICHAEL MAYER

Le crew Omā convie dans ce tout nouveau club (ouvert mi mars), qui s'impose d'emblée comme incontournable par sa programmation alléchante, Michael Mayer, boss de Kompakt, et deux de ses poulains : Sandrino (repéré aussi sur l'excellent label Innervisions) et Rex the Dog, le Londonien jouant live. Soit, encore, un line-up bien fat pour amateurs de techno à tendance minimale (ou pas). Cologne.

26>03>17 LE SUCRE
PAULA TEMPLE

Les Sunset Society du Sucre n'en finissent plus de réjouir : voici venir cette fois Paula Temple, dans le cadre d'un plateau consacré au label R&S (l'Écossais Alex Smoke et surtout le fondateur du label à Gand, Renaat Vandepapeliere, sont aussi de la fête). La Berlinoise est adepte d'une techno live très expérimentale, voire bruitiste et avant-gardiste : c'est glacial et parfois abrupt, jamais facile mais toujours stimulant. Mythe.


BPM Control

Kiko + Osmoz + Dj P. Moore
Empreinte club (Gotham) 9 rue Renan Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Paula Temple + Alex Smoke + Renaat


Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Michael Mayer

Machinerie 67 rue des Rancy Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Guide de vos nuits

Clubbing | Tour d’horizon de la rentrée clubbing pour y voir plus clair dans la nuit.

Anaïs Gningue | Mardi 24 septembre 2019

Guide de vos nuits

À suivre... Dix dates pour célébrer dix saisons à faire bouger le tout Lyon : le rendez-vous est donné par Papa Maman. Devenu incontournable de nos nuits électroniques, le promoteur fête sa première décennie en grandes pompes. Les trois premières dates sont déjà passées mais les festivités se poursuivront le 12 octobre avec Hunee, DJ caméléon couvé par le label hollandais Rush Hour. On retrouvera à ses côtés Sacha Mambo, papa du label Macadam Mambo, et le novateur Call Super. On guette aussi le set de Todd Terje, prince norvégien de l’éclectisme, qui fera danser les grands au Petit Salon le 19 octobre. Pour la dose de légendes, Papa Maman s’offre Robert Hood (10 novembre) et Carl Craig

Continuer à lire

Je m’aime moi non plus : "Bixa Travesty"

Documentaire | « Pédale travestie. » C’est ainsi que se proclame avec fierté Linn da Quebrada, vedette brésilienne de la scène musicale LGBT+ dont les textes volontiers provocateurs affirment la différence et les préférences. Au-delà des shows, Linn raconte dans son intimité sa vie : un combat gay et gai

Vincent Raymond | Mercredi 26 juin 2019

Je m’aime moi non plus :

« On ne naît pas femme, on le devient. » Linn démontre combien la phrase de Simone de Beauvoir est exacte appliquée à son cas, dans la mesure où elle poursuit dans un empirisme globalement joyeux sa construction vers son identité féminine alors qu’elle est née dans un corps de garçon. À l’aise dans son groupe, très complice avec sa mère, Linn effeuille quelques anecdotes en compagnie de ses proches, révèle sans pudeur un événement médical de son passé récent… Affable et extravertie, l’artiste a été depuis longtemps filmée ; les cinéastes disposent donc d’un riche matériel pour documenter ce qui s‘apperente à un manifeste biographique. On pourra toutefois s’étonner qu’il n’aient placé dans ce portrait "affirmatif" (c’est-à-dire revendiquant envers et contre tout le choix d’une identité) aucune réelle figure d’opposition, aucune matérialisation d’une menace ou d’une hostilité extérieure. Il ne s’agit pas de faire dans la recherche du clash ni l’exhumation d’hypothétiques agressions passées dont Linn aurait été victime, mais tout de même : la situation brésilienne actuelle (

Continuer à lire

Amelie Lens, DAF et Maceo Plex rejoignent la programmation de Nuits sonores

Nuits sonores | On connaît la programmation complète des Days de Nuits sonores, et c'est clairement du côté du samedi concocté par Paula Temple que se tournent les oreilles les plus curieuses : de Moor Mother à Amelie Lens, la Berlinoise a visé juste.

Sébastien Broquet | Mardi 16 janvier 2018

Amelie Lens, DAF et Maceo Plex rejoignent la programmation de Nuits sonores

Doucement, l'architecture de Nuits sonores 16e du nom commence à se dévoiler. Ce matin, l'on a appris que le festival faisait son grand retour à la piscine du Rhône, là où quelques belles pages de sont histoire se sont écrites : c'est ici que tout avait commencé, en 2003. C'est là encore que Laurent Garnier avait délivré un set mythique en 2005, qu'une Body & Soul moite s'était lovée en 2008, ou qu'un set improbable de Busy P avec Joey Starr au micro beuglant sur du dubstep nous avait laissé pour le moins perplexe en 2011... Retour dans ce lieu donc, où l'on suivra la carte blanche offerte cette année à Amsterdam dont la programmation complète sera dévoilée le 7 février prochain, comme le reste du programme de nuit (qui prendra place pour la seconde année consécutive dans les anciennes usines Fagor-Brandt). La sensation Amelie Lens On connaissait déjà les noms des quatre curateurs des Days, voici les line-ups complets qu'ils nous ont concocté. Commençons par la fin et ce samedi 12 mai de dingue programmé par la cruciale Paula Temple, activiste précieuse qui sait mettre des actes sur ses convictions profondes et

Continuer à lire

Insomniaque

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Lundi 20 novembre 2017

Insomniaque

24.11.17 > LE SUCRE RADIO MEUH Parfait before pour lancer les festivités du côté de Confluence avec cet après-travail concocté par Radio Meuh, qui a su fidéliser les mélomanes en quête de groove par ses playlists bien senties. Les savoyards déboulent en bande, squattant évidemment les platines avec leurs pépites mais animant aussi la salle avec des ateliers... raclette, eh oui, et typographie. Fondus. 24.11.17 > TRANSBORDEUR ØVERSTEPS Le week-end s'ouvre au Transbordeur en compagnie de Modeselektor, paire allemande de DJs dynamiteurs, récemment revenus au clubbing pur après l'arrêt de leur projet Moderat : valeur très sûre. Comme Paula Temple, discrète et respectée figure de la scène techno, aux sets sombres et puissants. Avalon Emerson et CLFT Militia complétant le line-up. Open. 26.11.17 > LA MACHINERIE SAPIENS On clôture ces trois jours de fête en format après-midi dès 17h, en compagnie du nouveau label mené par Agoria, Sapiens. Le patron sera bien évidem

Continuer à lire

Les Chemical Brothers au festival Nuits Sonores

Nuits Sonores 2017 | Voici la suite de la programmation de Nuits Sonores : des Chemical Brothers à Pharoah Sanders, en passant par Vitalic et Stormzy, c'est une édition excitante qui s'avance, où l'on relève une réelle connexion avec le monde qui nous entoure, loin des plateaux techno au kilomètre : regard accentué vers le Moyen-Orient, place accrue accordée aux artistes féminines, intérêt pour la scène queer, retour vers le jazz et ouverture d'une scène entière dédiée à la jeune garde hip-hop... Vincent Carry (le directeur) et Pierre-Marie Ouillon (le programmateur) nous expliquent cette édition en vidéo : l'occasion aussi de découvrir ce tout nouveau lieu, les usines Fagor-Brandt.

Sébastien Broquet | Mardi 14 février 2017

Les Chemical Brothers au festival Nuits Sonores

Culte, la nuit 4 Chemical Brothers ! Le duo de Manchester sera sans aucun doute l'attraction principale de cette édition, œuvrant au peak time de la nuit 4 le samedi soir, dans la halle 1... Tom Rowlands et Ed Simons ont construit depuis le début des 90's un culte dépassant largement le big beat originel et délivrent des DJ sets absolument déments. Il va falloir jouer des coudes pour s'approcher ! Autour d'eux sur cette scène, se produiront l'allemand Errorsmith, mais aussi le Syrien précurseur des musiques électroniques Rizan Sa’id entre rythmes kurdes traditionnels et synthétiseurs. « La nuit 4 sur cette scène 1, c’est un peu notre spéciale 15 ans, notre anniversaire » explique Pierre-Marie Ouillon, le programmateur. Et c'est P.Moore qui clôturera cette nuit, histoire de concrétiser son come-back : belle attention et gros moment d'émotion à prévoir au petit matin. « Il a décidé de se remettre dans le match, et il est la personnalité qui peut relever ce défi : ce sera historique pour nous ! » ajoute Pierre-Marie Ouillon. Pourra-t-il dépasser l'horair

Continuer à lire

Ce qu'ils pensent de Jarre

Héritage | Encore pertinent, Jean Michel Jarre ? A-t-il été un passeur, une influence ? On a questionné trois générations de DJs : P.Moore dans le rôle de l'ancien, Kosme dans celui du gars dans le vent, et enfin P.errine pour la jeune garde se faisant ces derniers mois une place de choix dans les clubs de la ville.

La rédaction | Mardi 15 novembre 2016

Ce qu'ils pensent de Jarre

Kosme « Jean Michel, c'est mon inspiration "électronique" à la française ! L'un de mes premiers vinyls ! C'est un avant-gardiste, qui a su impulser de la créativité à une époque où tout était à construire. C'est quelqu'un qui a su perdurer dans le temps et se dépasser année après année, ses shows sont toujours incroyables ! » P.Moore « L'album Oxygène en 1976 : je n'ai pas encore dix ans et c'est LE premier véritable choc musical ! Je n'y connais pas encore grand chose, mais je sens bien qu'il se passe "un truc"... Mis à part quelques singles, ce doit être là le premier album d'une longue collection ! Sa musique donne une image assez datée, très 70's à vrai dire. Mais comme il s'agit d'une période très prolifique artistiquement parlant, son apport ne peut être que réel. Je pense que les précurseurs de la scène électro lyonnaise de l'époque (dont je fais partie) ont tous l'âge pour avoir grandi en écoutant JMJ, donc — même inconsciemment — cela a dû jouer un petit peu dans l'essor actuel. Mais ce n'est pas la principale raison ! Son concert à Lyon a certainement dû influencer nos futurs goûts en matière de fêtes aux scénographies (son, l

Continuer à lire

Nos futurs, plein d'avenir

Théâtre Nouvelle Génération | Mais comment diable expliquer aux enfants que le monde va mal mais qu'il peut devenir meilleur ? L'art est parfois la meilleure option. Surtout lorsque l'on pense au dernier né des événements culturels au format biennale : Nos Futurs.

Antoine Allègre | Mardi 18 octobre 2016

Nos futurs, plein d'avenir

Imaginés par le Théâtre Nouvelle Génération et son directeur Joris Mathieu, ces deux mois et demi de formes théâtrales libérées, baptisées Nos Futurs, ont un mantra obsessionnel : « pour pouvoir anticiper, il faut savoir observer le réel. » Le metteur en scène poursuit : « On est dans l'idée d'imaginer un futur au pluriel. Développer des imaginaires permet de créer des perspectives, d'expliquer au jeune public que la capacité de l'humain à rebondir est notre ressource principale. » Ce jeune public (à partir de 8 ans) pourra notamment (re)découvrir la création maison Hikikomori, l'histoire d'un jeune homme qui se mure dans le silence et dans sa chambre. Chaque membre de la famille aura un casque et, en fonction de son âge, entendra des sons de cloche différents. Les 6 ans et (beaucoup) plus se questionneront sur notre place dans l'univers avec Cosmos 110 grâce aux yeux d'une petite fille qui cherche à converser a

Continuer à lire

Un "Hikikomori" désincarné pour Joris Mathieu

Théâtre Nouvelle Génération | Quand le metteur en scène Joris Mathieu se penche sur le phénomène des "hikikomori" (ces ados ou jeunes adultes cloîtrés dans leur chambre, sans contact avec le monde extérieur), on reste sur le côté malgré de très belles images.

Nadja Pobel | Mardi 11 octobre 2016

Un

C’est l’histoire d’un spectacle qui promettait beaucoup et dont il ne reste que peu de choses. Joris Mathieu, metteur en scène et directeur de l’un des deux Centres dramatiques nationaux dédiés au jeune public (à Lyon en l’occurrence), s’est penché sur le cas aussi passionnant qu’inquiétant des hikikomori, phénomène au départ japonais. Soit des ados qui se cloîtrent dans leur chambre pour fuir une difficulté et n’en sortent plus, pas même pour manger. Afin de raconter ce mal-être, Joris Mathieu a écrit trois versions diffusées au casque en fonction de l’âge des spectateurs. Des spectateurs qui entendent donc les propos du père, de la mère ou de l’enfant. Si l’idée qu’à la sortie de la salle les enfants puissent nouer un dialogue à égalité avec leurs parents est lumineuse, il faut d'abord traverser cette heure de spectacle trop désincarné pour émouvoir, la faute à un récit très parcellaire, à des paroles rares et éthérées. En avant du plateau, le père et la mère vont et viennent avec une extrême lenteur, jusqu’à glisser comme Alice dans ce terrier que leur fils s’est construit : un dispositif imposant sur lequel sont projetées des image

Continuer à lire

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 4 octobre 2016

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

07>10>16 LE SUCRE FUNKINEVEN C'est l'une des bonnes nouvelles de la rentrée : l'arrivée du petit génie de la house qu'est Funkineven aux commandes d'une nouvelle résidence au Sucre. Patron de Apron Records, celui dont le véritable patronyme est Steven Julien s'est affirmé comme l'un des producteurs les plus intéressants de sa génération, mais aussi comme un DJ couvrant tout le spectre de la dance telle qu'on l'entend : avec lui, James Brown peut se caler sur un classique acid house sans heurt. Pour l'accompagner, Brassfoot. Hédonisme. 07>10>16 CAFE GALERIE P.MOORE Le retour de P.Moore, c'est la surprise de ces derniers mois, à l'instar du come-back d'Emmanuel Top : c'est peu dire

Continuer à lire

Cocotte au CCN

Danse | Nouveau rendez-vous au CCN de Rillieux-la-Pape (ce samedi 11 juin à partir de 19h), Cocotte fait bouillir la danse dans sa dimension performative (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 7 juin 2016

Cocotte au CCN

Nouveau rendez-vous au CCN de Rillieux-la-Pape (ce samedi 11 juin à partir de 19h), Cocotte fait bouillir la danse dans sa dimension performative avec pas moins de 16 performances proposées durant cette soirée : des six minutes interprétées par le metteur en scène Michel Raskine sur une proposition chorégraphique de Yuval Pick, aux cinq heures (et jusqu'à épuisement) de la danseuse et chorégraphe japonaise Mikiko Kawamura...

Continuer à lire

Insomniaque : les 3 soirées de la semaine

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 26 avril 2016

Insomniaque : les 3 soirées de la semaine

29.04.16 LE PETIT SALON DEETRON Digne héritier d'Eric Borgo, longtemps le meilleur ambassadeur de la techno groovy en Suisse, Sam Geiser alias Deetron a pris le relais avec vigueur et talent, mariant classiquement (mais efficacement) les influences de la house de Chicago avec celles de la techno de Détroit. Discret comme un banquier genevois, efficace comme un horloger de Berne où il vit, Deetron est largement reconnu par ses pairs qui le convient souvent à œuvrer en tandem ou en remixe, de DJ Hell à Romanthony. Précis. 04.05.16 LA MARQUISE POLAAR #23 Gros line-up pour cette nouvelle édition de la soirée menée de main de maître par Flore & Marc : c'est Branko, le producteur des magiques Buraka Som Sistema, qui officiera derrière les platines. Auteur ces dernières années d'anthems rebondissants, passeur d'un kuduro relifté à la sauce global bass, collaborateur occasionnel de Diplo et MIA, boss du fûté label Enchufada, Joao Barbosa de son vrai nom est l'un des artistes les plus affriolants d

Continuer à lire

Clubbing : les 3 soirées de la semaine

MUSIQUES | 26.02.16 Andy Smith Révélé aux platines lors des premières tournées de Portishead (il assurait leurs warm-ups en plein âge d'or du trip hop), (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 24 février 2016

Clubbing : les 3 soirées de la semaine

26.02.16 Andy Smith Révélé aux platines lors des premières tournées de Portishead (il assurait leurs warm-ups en plein âge d'or du trip hop), imposé en 1998 par son génial mixe The Document où s'imbriquaient The Spencer Davis Group, Peggy Lee et Tom Jones, Andy Smith est une pointure archi sûre du groove made in England, c'est à dire tous terrains, ultra pointu, total dancefloor : early rocksteady et northern soul en vue pour cette party au Ninkasi où DJ Suspect, autre fondu du 45 tours ultime, est convoqué en renfort. Mod. 27.02.16 P.Moore invite Madben Un sticker made in Détroit pourrait facilement s'apposer sur cette soirée où le revenant P.Moore, adepte de la première heure du son de Motor City, convie au DV1 la (plus si) jeune pousse Madben, solide héritier d'un Garnier qui l'a révélé. Le protégé d'Astropolis ne cesse de franchir les étapes à rythme régulier -

Continuer à lire

Joris Mathieu : «des œuvres qui s’adressent à chacun»

SCENES | Un an après avoir pris les rênes du Théâtre Nouvelle Génération, Joris Mathieu y présente cette semaine, à guichets fermés, sa première création. "Hikikomori" partira ensuite en tournée et sera de nouveau à l’affiche à Lyon à l’automne. D'ici là, l’auteur-metteur en scène nous raconte ce projet. Propos recueillis par Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 5 janvier 2016

Joris Mathieu : «des œuvres qui s’adressent à chacun»

Hikikomori «C’est un phénomène social né au Japon. Cela touche essentiellement des pré-adolescents, adolescents ou jeunes adultes qui, du jour au lendemain, face à une difficulté, une pression sociale ou parfois une raison plus diffuse difficile à déterminer, choisissent de se cloîtrer dans leur chambre et de ne plus en sortir. Souvent, ils s’enferment avec leurs parents, qui continuent à cohabiter avec eux. En japonais, hikikomori signifie "le repli sur soi". En lisant un article sur ce sujet, qui est d’une grande ampleur au Japon et toucherait un jeune sur dix dans la tranche d’âge 18-25 ans, j’ai découvert que cela arrivait en Europe. Je me suis alors posé la question de comment construire un spectacle qui parlerait de la famille, de la relation qu’entretiennent enfants et adultes lorsque l’enfant a décidé de s’extraire du monde et que les parents n’arrivent plus à entrer en communication avec lui.» Les casques «Comme c’est un sujet à la fois social et politique, qu’il interroge sur ce qu’est la communication dans la famille (est-ce qu’on est ensemble ou isolé chacun dans nos bulles, en cet

Continuer à lire

Les soirées du 18 au 24 novembre

MUSIQUES | 20.11 Encore Le collectif Encore a rarement si bien porté son nom qu'en ces jours où, par la force des choses, l'acte de se barricader chez soi est (...)

Benjamin Mialot | Mardi 17 novembre 2015

Les soirées du 18 au 24 novembre

20.11 Encore Le collectif Encore a rarement si bien porté son nom qu'en ces jours où, par la force des choses, l'acte de se barricader chez soi est érigé en réflexe de survie. Surtout qu'il profitera de sa prochaine soirée (au Kao) pour proposer le premier all night long de son existence. Pour le coup, c'est un producteur ayant insufflé une ferveur quasi religieuse à la house (en puisant dans le gospel) qui s'y collera, en la personne de Terrence Parker. Ou plutôt de Telephone Man, ainsi qu'est surnommé ce prodige des platines, rapport à son utilisation d'un combiné en lieu et place d'un casque audio.

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 14 au 20 mai

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Omar-S au Sucre, la launch party du festival Signal au Kao et Truncate au DV1. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 13 mai 2014

Insomniaque - Semaine du 14 au 20 mai

16.05 The Cosmic Adventure On connaissait les barbes fleuries. Celle du Lyonnais Kosme ressemble elle à un virevoltant – du nom de ces amas sphériques de tiges sèches qui font fantasmer les amateurs de western – au terme d'une traversée du désert du Grand Bassin. Sans doute est-ce le prix à payer quand, comme lui, on envisage la house comme un moyen de tutoyer les astres. Le lancement imminent de son label Cosmic A.D. ne devrait rien arranger à l'affaire. Sa prochaine résidence au Sucre, qui le verra recevoir Omar-S, radical et surdoué futuriste funk de la trempe de Moodyman et Theo Parrish, non plus. 16.05 Signal Launch Party Lancée l'an passé, la résidence "Signal" du Glazart – salle parisienne notamment célèbre pour sa plage (oui oui, sa plage) – fêtera cet été sa première année d'exploration des recoins les p

Continuer à lire

Les quatre fantastiques

MUSIQUES | Le Sucre sort de sa routine le temps de quatre soirées durant lesquels se produiront autant de fondateurs de labels emblématiques de la musique électronique actuelle... Et qu'on vous recommande plutôt quatre fois qu'une. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 25 février 2014

Les quatre fantastiques

La vingt-neuvième cérémonie des Victoires de la musique fut, sans surprise, un énième pince-fesses corseté où chanteurs-sandwichs et égéries périmées tentèrent tant bien que mal de faire oublier le déficit d'ambition et d'idées qui grève l'industrie du disque depuis le début des années 2000. Une  mascarade qui ne doit pas faire oublier ce motif de satisfaction : la présence, parmi les nominés, du redoutable Gesaffelstein, aboutissement de deux décennies d'activisme techno. Un activisme dont le Grenoblois The Hacker est encore aujourd'hui l'une des principales figures, aussi bien en tant que label manager (jadis de Goodlife, aujourd'hui de Zone, qu'il a co-fondé avec... Gesaffelstein) qu'en tant que producteur - d'une musique devant autant à la compacité et à la combativité du new dance sound of Detroit qu'à la morgue mélancolique des souverains de la new wave. A l'approche de la parution d'un album en forme de synthèse esthétique, le sacrément bien titré Kraft/Love (non content de lister les qualités suffisantes et nécessaires à l'exercice d'un art, il fait référence à Kraftwerk et Lovecraft), Le Sucre ne pouvait mieux l'honorer qu'en l'invitant à donne

Continuer à lire

C'est dans les boîtes !

MUSIQUES | Il paraît que si le Père Noël faisait vraiment le tour du globe aussi rapidement qu'on le laisse entendre aux enfants, il se désintègrerait. Si vous prenez part à l'un des réveillons électroniques ci-dessous, il risque de vous arriver la même chose. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Vendredi 13 décembre 2013

C'est dans les boîtes !

Chaque année à cette période, c'est la même désillusion : pas grand chose à se mettre sous la semelle le soir du 31 pour l'amateur de clubbing un peu exigeant. Entre les soirées portes closes (Le Sucre, le Club Transbo et toutes les autres salles dont la transe collective n'est pas le seul fonds de commerce se plient à la trêve des confiseurs), les privatisations (le Platinium a été prêté aux petits glandeurs du programme Erasmus), les rendez-vous anti-datés (voir en page 15) et l'hégémonie des fêtes à thème (dans le genre, celle du Kao, d'inspiration brésilienne, devrait à nouveau être la moins guindée et la moins snob), le seul réveillon qui semble à portée est celui, chocolaté et emballé dans du papier doré, que l'on vend au kilo dans les dépôts interlopes du sixième arrondissement. Heureusement, trois clubs veillent au grain. C'est qui qui ? C'est Kiko D'abord le Distrikt XII. Le petit dernier des nombreux lieux de vie nocturne inaugurés la saison passée recevra Kiko, pionnier grenoblois qui, depuis ses débuts en tant qu'importateur de house à l'aube des années 90 (en duo avec Oxia, sous le nom de Phunky Data) à sa métamorphose en épigraphe de l'italo-disco

Continuer à lire