Jeanne Added : « je chante comme je suis »

Riddim Collision | Avec Radiate, la Française Jeanne Added a opéré une nouvelle mue. Entrant, au sens propre, dans la lumière, au son des synthétiseurs et d'une voix remarquablement exploitée. Au Transbordeur le 24 novembre dans le cadre du Riddim Collision.

Stéphane Duchêne | Mardi 20 novembre 2018

Photo : © Julien Mignot


Votre deuxième album Radiate marque par rapport au premier, Be sensational, une évolution dans votre travail vers quelque chose de plus lumineux. Quelle a été votre approche pour ce disque ?

Jeanne Added : Le point de départ, c'était déjà d'écrire de meilleures chansons, de continuer ce que j'avais commencé, à savoir un nouveau métier : celui d'autrice-compositrice [elle était précédemment une interprète courtisée par des formations jazz – NdlR]. Ce qui, quand j'ai commencé le projet Jeanne Added, était nouveau pour moi – ça l'est moins maintenant mais ça le reste encore un peu. J'avais très envie d'aller plus loin, de développer cette forme-là et de la travailler.

Quant à l'évolution esthétique, elle n'a pas vraiment été préméditée. L'écriture est une sorte de photographie de là où on est. En tout cas, pour le moment, j'écris encore sur mon rapport au monde, comment je le perçois, l'effet qu'il me fait. Des sensations physiques, mentales. Et il se trouve qu'entre Be sensational et Radiate, j'ai changé. La photo n'a donc pas la même couleur ni la même tonalité. L'esthétique et, disons, le côté plus lumineux de ce disque sont liés à tout ce que j'ai vécu depuis la sortie du premier album qui a changé ma vie.

Quelle a été la part de Maestro, groupe de musique électronique formé par Mark Kerr et Frédéric Soulard, tous deux producteurs de l'album, dans l'atmosphère de Radiate ?

Ils ont vraiment travaillé comme des producteurs. Ils ont pris mes maquettes, en ont respecté certaines, d'autres moins. Quant à moi, je me suis pliée joyeusement à leur façon de travailler qui était différente de celle que je connaissais : travailler avec des synthétiseurs, en hardware comme on dit, avec des vraies machines, des boîtes à rythmes, plutôt que de faire de la programmation midi à laquelle j'étais plus habituée. Ç'a donné quelque chose de plus chaleureux, plus souple, plus détendu.

Sur cet album, votre voix et votre chant sont davantage mis en avant que sur Be sensational. Quand on a votre parcours vocal à travers le chant lyrique et le jazz, chanter de la pop revient-il à dompter sa voix ou au contraire à la libérer ?

Le lyrique, je ne l'ai pas pratiqué en tant que tel. J'ai pris des cours pour pouvoir construire un instrument vocal et une technique. Et en jazz, ma pratique était en réalité très proche de la pop, puisque j'avais une pratique très contrôlée. Je n'avais pas ce son suave que l'on entend parfois, plein de fumée et de whisky... Je chantais de manière instrumentale et très épurée.

Après, en termes d'énergie, j'en envoie plus avec ce que je chante maintenant. Je chante comme je suis, la différence est là. Maintenant, j'ai un instrument, grâce à la technique que j'ai travaillée, que j'utilise pour m'exprimer entièrement.

Dans son livre Dialectique de la pop, la normalienne et docteure en philosophie Agnès Gayraud souligne l'un des paradoxes de la pop qui est cette difficulté à poursuivre une démarche authentique lorsque l'on connaît le succès. Craignez-vous que le succès fulgurant que vous avez connu puisse nuire à votre authenticité revendiquée ?

Je ne comprends pas ce qu'on peut entendre par authenticité. Il s'agit surtout d'être vrai par rapport à soi. Mais il se trouve qu'on change, qu'on bouge tout le temps. Est-ce que je serai la même après cet album-là ? Sans doute pas, mais je serai vraie à la personne que je serai alors et ce sera authentique.

On peut aussi être authentique à une aspiration commerciale : si on a envie de vendre des disques par millions, on peut être très authentique à ce désir (rires). Du coup, cette notion me semble étrange parce qu'il me semble qu'il y a un jugement moral là-dedans. Après, ce qui peut changer, c'est l'entourage qui peut éventuellement générer de la pression, essayer d'influencer. Mais du moment qu'on est clair avec soi-même...

Votre carrière en tant que Jeanne Added est assez tardive et par conséquent votre succès aussi. Est-ce que ce parcours aurait été possible il y a ne serait-ce que dix ans ?

Non, ça n'aurait pas été possible, sinon je l'aurais fait (rires). Mais j'ai toujours travaillé, ce n'est pas comme s'il ne s'était rien passé du tout avant. Dans ma vie d'avant, j'avais beaucoup de travail, ça se passait très bien. Je ne vois pas Jeanne Added comme une chose à mettre en opposition à une autre qui se passait mal ou dans laquelle j'étais profondément malheureuse.

Ce qui a pu me rendre malheureuse, c'est de ne pas pouvoir m'exprimer, pas le fait que ça ne marchait pas. Ce qui arrive aujourd'hui, je ne l'identifie pas en termes de succès mais en termes de possibilité de faire un métier que je découvre et qui me passionne. Et là où je peux constater mon succès, c'est quand je vois qu'il y a du monde aux concerts, qu'on peut ne serait-ce que faire des concerts sans trop de difficulté ou quand on me dit que j'ai du succès. Sinon, je suis tout le temps en train de travailler ou sur la route. La notion de succès, on n'y pense pas tous les jours.

Jeanne Added + Laake
Au Transbordeur le samedi 24 novembre


Jeanne Added + Corine + Laake + Ambeyance + La Mverte


Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

36 chants d’elles : "Haut les filles"

Documentaire | Alors que la scène française contemporaine semble renaître grâce à l’énergie des rockeuses, François Armanet part à la rencontre de quelques-unes de celles qui ont marqué de leurs voix, textes, notes et présence le dernier demi-siècle.

Vincent Raymond | Mardi 2 juillet 2019

36 chants d’elles :

Ce panorama du rock au féminin, à la fois agréable et foutraque par son côté joyeusement a-chronologique, s’avère fatalement frustrant : il manque forcément dans cette évocation les témoignages des disparues dont on aurait aimé entendre le point de vue (et d’écoute), comme France Gall. Et puis on déplore les impasses sur quelques voix importantes, telle que celle de Corine Marienneau (ex Téléphone), trop souvent marginalisée ou de Zazie aux abonnées absentes, quand certaines artistes du moment se retrouvent sur-représentées. Le showbiz ne change pas : infligeant ses purgatoires ici, cajolant ses favoris là… Heureusement, il accorde une place prépondérante à cette figure majeure qu’est Françoise Hardy, dont la carrière et le parcours à nul autre pareil vaudraient bien une dizaine de documentaires. Sa voix posée, et ses mot simples tranchent avec le commentaire spiralé lu par par Élisabeth Quin, tout droit sorti de la plume d’Armanet et Bayon. Haut les Filles Un film de François Armanet (Fr, 1h19) avec Françoise Hardy, Jeanne Added, Jehnny B

Continuer à lire

"Radiate" : Jeanne Added en son et lumière

L'Album | L'image est nette, la mèche blonde conquérante, le menton relevé, les yeux clairs et déterminés, la fumée a disparu et le fond noir a laissé place à un arrière-plan (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 20 novembre 2018

L'image est nette, la mèche blonde conquérante, le menton relevé, les yeux clairs et déterminés, la fumée a disparu et le fond noir a laissé place à un arrière-plan immaculé. Voilà comment s'avance la pochette du deuxième album de Jeanne Added, Radiate : comme un négatif, ou plutôt un positif, du premier Be sensational (2015). Et puisqu'une image n'est jamais innocente, encore moins une pochette de disque, cela traduit littéralement, et l'on ne saurait mieux le faire, l'évolution musicale de Jeanne Added. Comme pour en donner un avant-goût, le premier single qui en était tiré avait été baptisé Mutate. On y trouvait très en avant, et comme libérée, la voix exceptionnelle de celle qui se forma au lyrique et fut interprète de jazz, ondulant au milieu de synthés numériques vaporeux enfiévrés par une boîte à rythmes. Et lâchant ces mots : « Can you feel the vibration waving through me / Another kind of sensations can you see / See how operate now how modulate now / Can you feel the vibration waving th

Continuer à lire

Jeanne is Added

MUSIQUES | Après des années dans le jazz, Jeanne Added a fait table rase pour pratiquer un mélange de post punk électro grunge. Et se pratiquer surtout elle-même.

Stéphane Duchêne | Mardi 15 mars 2016

Jeanne is Added

Le jazz mène à tout, mais pas toujours à soi quand on reste au service des autres, fussent-il parmi les plus grands (Trotignon, Kerecki et consorts). Pour se trouver, il faut parfois s'en échapper. Jeanne Added est un cas d'école : cette interprète courtisée par les formations jazz s'est muée en créature pop grunge après en avoir vu des vertes et des bien mûres en terme de passages obligés, et en avoir soupé. Après le Conservatoire National et la Royal Academy de Londres (formation classique en violoncelle) et quelques tiraillements à l'endroit de la part rock d'elle-même, là voilà vocaliste de jazz – nominée en trio aux Victoires du genre – donnant de la voix pour les autres jusqu'à ne plus pouvoir s'entendre. Elle décide de muer, de muter, de tout changer. Un buzz éclair Ce changement de voie et de voix, Jeanne Added l'a préparé comme si une guerre arrivait (A war is coming, ouvre son album Be Sensational), comme s'il n'y avait soudain plus que des choses à rater (Miss It All). Soi-même par exemple. Il s'agit beaucoup, au cœur de ce projet, de sortir de soi. De livrer une version si ce n'est augmentée, du moins accom

Continuer à lire

Rentrée musique 2016 : anciens et modernes

MUSIQUES | Entre Polna, Neil Young, les Insus et même le retour du plus si jeune Jon Spencer (porté pâle au printemps), les aînés seront là en force en 2016. Mais la jeune garde veille et ne s'en laissera pas compter.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 janvier 2016

Rentrée musique 2016 : anciens et modernes

Jon Spencer aime tellement nos panoramas de rentrée – il en a déjà fait la Une – qu'il parvient même à y figurer deux fois par an. On l'annonçait en septembre dernier, voilà qu'on le réannonce pour le 6 mars à l'Épicerie Moderne. Avec bonheur, puisque si nous le faisons, c'est que le trio du New-yorkais avait dû annuler à la dernière minute cet automne pour raisons de santé. Tout va mieux, donc tout va bien, et cela indique peut-être que cette année 2016 sera légèrement moins pénible que la précédente – raccrochons-nous aux branches, tant qu'il y a encore des arbres. Or des branches, même vieilles, il se trouve qu'il en repousse, en témoigne une tripotée de reformations plus ou moins récentes de groupes plus ou moins relous à l'oreille (Louise Attaque au Transbo le 29 mars, Elmer Food Beat au CCO le 6 avril) dont la palme revient bien sûr aux Insus, soit Téléphone sans fille (n'y allez pas, c'est complet) – rayon nostalgie de jeunesse, on préférera de loin se consacrer à Nada Surf, qui ne s'est jamais déformé, le 26 avril à l'Epicerie. Ah, tiens on allait oublier Polnareff

Continuer à lire