Bruit Noir, outre-noir

Rock | Toujours pas guéri d'une sociopathie hautement justifiée, Pascal Bouaziz, leader de Mendelson, remet avec son compère Jean-Michel Pirès, le couvert de Bruit Noir. Qui coupe une nouvelle fois le monde en tranches pour en faire l'autopsie radicale, drôle et désespérée. Mais jamais tout à fait désespérante.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 mars 2019

Photo : © DR


À la fin d'un disque de Pascal Bouaziz, flotte toujours dans l'air cette question qui est encore du Pascal Bouaziz, comme le silence d'après-Mozart est encore du Mozart : que va-t-il bien pouvoir faire après ça ? Jusqu'où va-t-il pouvoir aller maintenant qu'il a poussé les murs des ruines du rêve occidental dans des retranchements derniers qui sont autant de tranchées infranchissables ? On lui avait posé la question après Mendelson, disque somme sorti en 2013.

À cette question en suspens, Bouaziz avait répondu indirectement mais franchement – et en plusieurs temps – avec Bruit Noir I/III, projet mené avec et à l'initiative de "Mitch" Pirès (NLF3, The Married Monk), son album solo Haïkus et le Sciences Politiques de Mendelson, album de reprises et de prise à la gorge d'une réalité bonne à étrangler. Autant de projets menés de front – au sens propre – où la radicalité se faisait toujours plus tranchante à force de refus d'arrondir d'impossibles angles.

Un monde meilleur

Après ce I/III revendiqué « disque de papier crépon » sur le faux-single Le Succès, Bruit Noir crache « un nouvel album pour que dalle » comme on jette un pavé dans un trou noir. Noir comme le souvenir de 1967, noir comme l'horizon d'un monde qui se défait, noir comme le voile qui se pose sur l'avenir de L'europe, noir comme le constat d'une industrie musicale moribonde, noir comme ce sentiment d'être Des collabos d'un système qu'on vomit pourtant, noir surtout comme l'humour aux teintes Soulages que chique Bouaziz telle une boule tabac humectée de bile, coincée au fond de sa joue comme un abcès trop mûr.

Là dessus, Pirès déverse un suc sonore expérimental qui ronge tout sur son passage. Et II/III de foncer comme un métro rouillé, voyage au bout de la nuit, terminus désespoir. Sur la ligne on croise Plutarque et Pasolini, Jeanne Moreau et Daniel Darc chez Ed l'épicier, Hemingway et Daniel Balavoine, Tarkovski et Romy Schneider. On croise surtout des fantômes car « tout le monde est mort ». Comme est morte-née l'idée d'un monde dans lequel Bouaziz aurait eu du succès, qui « aurait forcément été un monde meilleur ».

De là, en plus du désir à la fois irrépressible et impossible de Partir, ne subsiste, comme le souvenir d'une douleur lancinante, que l'idée, assénée sur Les animaux sauvages, qu'« on peut peut-être encore repousser les limites ». Encore et toujours. Peut-être le seul moyen de se sentir encore vivant pour un homme qui chantait il y a plus de vingt ans : Je ne veux pas mourir. Et seule « Bonne nouvelle » - comme la station métro du même nom, annoncée en bout de ligne – de cet album malgré tout rassérénant.

Bruit Noir + Horse in the House
Au Périscope le jeudi 7 mars


Bruit Noir + Horse In The House


Le Périscope 13 rue Delandine Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bruit noir, si noir

MUSIQUES | Le bruit blanc, ce son qui comporte toutes les fréquences du spectre émises aléatoirement avec la même énergie est une anomalie pour l'oreille. Il est aussi (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 24 février 2016

Bruit noir, si noir

Le bruit blanc, ce son qui comporte toutes les fréquences du spectre émises aléatoirement avec la même énergie est une anomalie pour l'oreille. Il est aussi susceptible de soulager ceux que les acouphènes, ces bruits imaginaires, rendent fous. Le Bruit Noir, tel que conçu par Pascal Bouaziz et son batteur Jean-Michel Pirès (starter sinon moteur de ce projet) semble lui voué à nous soulager de la cacophonie, bien réelle, du monde. Sur un vacarme minimaliste et déboîté (batterie autiste, cuivres ivres), Bouaziz vient poser, détaché, un murmure de constats amers non dénués d'un humour plus que jamais politesse d'un désespoir abyssal (La Province). À la sortie de Mendelson (2013), terrifiant et prodigieux triple album de... Mendelson, si noir déjà, on se demandait et on lui demandait comment il pourrait aller plus avant dans la radicalité, labourer plus en profondeur ces no man's lan

Continuer à lire

Bruit Noir

MUSIQUES | Primesautier comme une usine désaffectée, Pascal Bouaziz enfonce un clou rouillé sous les ongles d'une radicalité musicale qu'on pensait atteinte avec le (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 26 janvier 2016

Bruit Noir

Primesautier comme une usine désaffectée, Pascal Bouaziz enfonce un clou rouillé sous les ongles d'une radicalité musicale qu'on pensait atteinte avec le dernier Mendelson. Voici son nouveau projet, Bruit Noir, en forme de « Requiem pour Pascal Bouaziz ». Droit dans la tronche, mais l'humour perçant à travers le vacarme, ce trou noir du rock ne perd rien de son pouvoir d'attraction. Au Sonic, le 24 février.

Continuer à lire

Mendelson - Mendelson

MUSIQUES | Sur Tout refaire, tiré de l’album Seuls au Sommet, Pascal Bouaziz chantait il y a dix ans : «Le noir c’est plus gai / Le noir c’est plus joli / Le noir (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 14 novembre 2013

Mendelson - Mendelson

Sur Tout refaire, tiré de l’album Seuls au Sommet, Pascal Bouaziz chantait il y a dix ans : «Le noir c’est plus gai / Le noir c’est plus joli / Le noir empêche de voir le monde / Le monde que la lumière salit». Si l’on s’en tient à cette considération, alors Mendelson serait le plus "joli" album du monde. Car des trois disques qui le composent coule l’encre noire du côté obscur de l’existence humaine. Dès le premier titre, La Force quotidienne du Mal nous étreint et le groupe nous emmène toujours plus loin dans un voyage au cœur des ténèbres. A ceci près qu’ici les ténèbres n’empêchent aucunement de voir le monde, mais projettent sur lui un éblouissant soleil noir qui le révèle pour ce qu’il est. Loin de «tout refaire», Bouaziz et Mendelson, obsédés par l’idée de ne pas se répéter, ont tout défait, tout cassé : les formats, les genres, la notion même de chanson dont il ne reste que l’échafaudage vacillant. Ils ont brûlé la terre pour fouler la cendre d’un prodigieux post-rock littéraire, quadrature du cercle d'un groupe qui semble arrivé au bout de La Route

Continuer à lire

Le Syndrome de Mendelson

MUSIQUES | Groupe à part dans le paysage rock français Mendelson est de retour après sept ans d’absence avec un triple album éponyme aussi étouffant que le syndrome du même nom, véritable coupe transversale saignante et bileuse de la société d’aujourd’hui. A l’occasion de son passage au festival vaudais la Voix des mots, le maître d’œuvre Pascal Bouaziz s’explique sur ce voyage au cœur des ténèbres, virage radical qui pourrait bien être le dernier. Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 14 novembre 2013

Le Syndrome de Mendelson

Sept ans après Personne ne le fera pour nous, Mendelson est votre album le plus noir et donne l’impression que le groupe touche à une forme de pureté qu’il sera difficile de dépasser… Avez-vous atteint le bout de la route ?Pascal Bouaziz : On est arrivé à une forme qu'on recherchait depuis pas mal de temps. J'ai l'impression que le disque est très clair. Alors certes, il est très noir mais très direct et pas très compliqué. Avec Mendelson, on a vraiment touché une chose à laquelle je ne vois pas, sans forfanterie, d'équivalent. On est ailleurs. Si on fait un autre album un jour sous le nom de Mendelson – même si j’ai souvent dit que le cinquième pourrait être le dernier – il faudra se réinventer complètement, arriver avec une proposition totalement différente et très solide. Aviez-vous dès le départ la volonté de frapper fort, d’éclater les formats, de jouer à fond la radicalité et la démesure ?Oui, j’étais dans une période particulière et, avec ce que je voyais autour de moi, j’avais envie d’un disque assez radical mais aussi très court.

Continuer à lire