Conservatoire : droit de réponse de la Ville de Grenoble

Nombre d’élèves, enseignants, parents d’élèves et professionnels mobilisés autour de cette grande maison qu’est le Conservatoire de Grenoble ont été heurtés par l’article publié le 22 mars au sujet des CEPIT. Au-delà de points de vue entre guillemets que chacun sera en droit de contester, les suggestions qui y sont faites sont douloureuses pour nombre d’agents mobilisés au quotidien pour faire vivre une institution qui rassemble chaque année plus de 1800 élèves et s’adresse à tous les habitants, par ses interventions dans toutes les écoles élémentaires comme par ses concerts gratuits.

à lire aussi : Mais que se passe-t-il au Conservatoire de Grenoble ?

Rappelons-le : le Conservatoire de Grenoble est labellisé « Conservatoire à rayonnement régional », statut d’excellence qui s’appuie sur un contrôle régulier par le Ministère de la culture. En aucun cas nous ne pouvons accepter l’idée selon laquelle un manque de financement de l’État engendrerait une baisse de la qualité des enseignements. La seule chose que ce non financement de l’État induit, c’est une mobilisation accrue de la Ville, accompagnée par le Département et la Région, pour que tous les écoliers bénéficient d’interventions musicales et que les élèves qui y aspirent suivent un parcours artistique de qualité et d'intérêt général, y compris dans une démarche de professionnalisation.

Oui, il y a davantage d’élèves en CEPIT, ce qui marque la pertinence de ce cycle de préprofessionnalisation. Et pour assumer cette augmentation d’effectifs, le Conservatoire a créé de nouveaux postes. Oui, le métier de professeur d’enseignement artistique correspond à des critères complexes à concilier (c’est un statut de la fonction publique, mais il s’associe à l’exigence d’une activité artistique régulière au-delà de l’activité pédagogique). Pour répondre aux exigences de la fonction, le Conservatoire associe professeurs titulaires et intervenants réguliers, dont les compétences sont complémentaires, nombreuses et sanctionnées par une évaluation permanente.

Quant à la véritable question – celle du rôle de l’État dans le financement de ces institutions et de la nécessaire réflexion sur le statut des intervenants pédagogiques – elle n’est qu’effleurée dans cet article, ce qui nous semble fort dommage.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 3 juin 2022 « Bonjour. Malheureusement nous ne disposons pas de captation. » C’est dommage. Car à défaut d’avoir pu le découvrir en présentiel, on aurait beaucoup aimé, (...)
Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Lundi 9 mai 2022 Quand un couple de danseurs (Kaori Ito et Théo Touvet) se met à nu devant le public afin d’évoquer son amour, ça donne une proposition déroutante et captivante baptisée "Embrase-moi". À découvrir à l’Hexagone de Meylan.
Vendredi 22 avril 2022 Récemment enrichi de trois nouvelles sorties, le label grenoblois Stochastic Releases accueille depuis quinze ans divers projets musicaux pointus aux esthétiques musicales radicalement différentes, que seule réunit la sensibilité artistique de son...
Lundi 9 mai 2022 Déjà en terrain conquis lorsqu’on entend pâtes fraîches fabriquées sur place, alors imaginez quand ce savoir-faire est offert en continu à la vue d’une clientèle (...)
Vendredi 22 avril 2022 Envie de faire la fête et danser ? On a pour vous deux recommandations le 29 avril, et une le 7 mai. C'est parti !  
Vendredi 22 avril 2022 Installées sur le glacis du fort de la Bastille, face à Belledonne, quatre petites cabanes conçues par des étudiants en architecture doivent permettre au public néophyte d’expérimenter le bivouac en montagne. Du 2 mai au 2 octobre, des gardiens se...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter