Musique classique : les temps forts de la saison

Saison 2016 / 2017 | Les prochains mois, les amateurs de belles sonorités pourront se rendre à la MC2, à la Rampe, à l'Odyssée, à l’Église Saint-Martin de Seyssins ou encore au Musée de Grenoble. On vous explique pourquoi.

Régis Le Ruyet | Jeudi 22 septembre 2016

Photo : Mairie de Puteaux


Insula orchestra

En 2014, vingt ans après les succès de l'ensemble vocal Accentus qui explorait sur instruments d'époque le répertoire des Lumières et des romantiques, la cheffe de chœur et d'orchestre Laurence Equilbey fondait Insula Orchestra (photo). Il n'y aura donc rien de surprenant à ce choix de "lieder" de Schubert, sinon leur interprétation peu commune dans une forme orchestrale. Un concert de transcriptions où les illustres Liszt, Brahms, Strauss, Berlioz et Britten s'accorderont à la mélancolie autrichienne et où brilleront le ténor allemand Maximilian Schmitt et la mezzo-soprano croate Renata Pokupić.

À la Rampe (Échirolles) jeudi 3 novembre

________

La Compagnie de poche – Don Giovanni

Après avoir relu avec brio L'Enlèvement au sérail et Les Noces de Figaro, le mince équipage de la Compagnie de poche poursuit sa route singulière et livre sa version itinérante de Don Giovanni de Mozart. Mis en scène et interprété par Michel Seib, dessiné en direct par Yannick Barbe et soutenu par le duo hautbois-clarinette d'Anne Zangoli et Bernard Bonhomme, cet opéra réduit nous conte par la voix du valet Leporello les frasques mortifères de son maître Don Juan qui, par son amour irrésolu des femmes, défie autant la loi des hommes que celle de Dieu.

À l'Odyssée (Eybens) jeudi 10 novembre

________

La Chambre Philharmonique – Intégrale Brahms 1 et 2

Tout récemment nommé à la direction musicale du prestigieux Orchestre National de France, le chef grenoblois Emmanuel Krivine reconduit avec Brahms et la Chambre Philharmonique ses intégrales sur instruments d'époque. Ainsi, après le cycle Beethoven, le maestro retrouve l'un de ses chouchous auquel il consacrait déjà en 1995 avec le Bamberger Symphoniker une anthologie de ses symphonies romantiques. Et cerise sur le gâteau, le virtuose Martin Helmchen est invité à exercer ses talents lors des concertos pour piano.

À la MC2 mercredi 7 décembre et mardi 16 mai

________

Het Collectief – Quatuor pour la fin du temps

Quintet bruxellois à l'instrumentation atypique – piano, cordes, clarinette et flûte –, le Het Collectief sonde depuis 1998 les confins du modernisme définis par les maîtres de la deuxième école de Vienne – Schönberg, Berg et Webern. Des compositeurs frondeurs qui explorèrent l'atonalité, le sérialisme et le dodécaphonisme, effectuant des recherches peu au goût de l'Allemagne nazie. Celle-là même qui enferma dans le stalag de Görlitz le compositeur Olivier Messiaen où il écrivit en 1940 son emblématique Quatuor pour la fin du temps inspiré par la tragédie de la guerre.

À la MC2 mercredi 14 décembre

________

Les Siècles font la Révolution

Dans le septième chapitre du cycle musique et politique que propose la MC2 cette saison, l'Orchestre des Siècles promet la révolution en chantant. Conduite à l'affrontement par le tacticien François Xavier-Roth et guidée vers la liberté par les belles voix de Chantal Santon, Caroline Meng, Artavazd Sargsyan et Tomislav Lavoie, la phalange appelle au pupitre cocardien le très officiel Gossec ainsi que Méhul, l'auteur immortel du Chant du départ. Enfin, la Marseillaise grandiose de Berlioz, le prodige de la Côte-Saint-André, parachèvera ce concert décidément très patriotique.

À la MC2 mardi 24 janvier

________

La Folle Nuit Beethoven

Après Mozart et Schubert, c'est au tour de Beethoven de vivre sa Folle nuit au Musée de Grenoble grâce à l'association Musée en musique. Réunis par l'adresse de René Martin, le directeur iconoclaste du Festival de la Roque-d'Anthéron et des Folles journées nantaises, se succéderont lors de cette soirée des interprètes de renom entendus sur ces événements de référence. Comme le pianiste et sage Abdel Rahman El Bacha ou le tout jeune Rémi Geniet que la critique considère déjà, à seulement vingt-trois ans, comme une révélation après sa deuxième place au Concours Reine Elisabeth 2013.

À l'Auditorium Musée de Grenoble vendredi 10 et samedi 11 février

________

Anne Gastinel joue Walton

Épaulées par leurs aînés des Musiciens du Louvre Grenoble et placées sous la baguette de Sébastien Rouland, les jeunes recrues de l'Orchestre des Campus de Grenoble s'emporteront dans les élans vivaces de la Symphonie n°7 de Beethoven. Un chef-d'œuvre surexploité par le cinéma et sur lequel Johnny Hallyday délivra en son temps un épique poème. Quant au concerto pour violoncelle et orchestre signé par le néoromantique anglais William Walton, sa composition en trois mouvements d'une grande virtuosité permettra à la violoncelliste Anne Gastinel d'y développer tout son art de la justesse.

À la MC2 mardi 14 et mercredi 15 février

________

D'une rive à l'autre...

Dirigé par la cheffe Zahia Ziouani, l'orchestre symphonique Divertimento accueillera le violoniste et chanteur Rachid Brahim-Djelloul et son ensemble Amedyez pour un voyage sur le pourtour méditerranéen. Sensualités orientales de la voluptueuse Dalila rêvées par Saint-Saëns, airs andalous extraits des opéras de De Falla ou orchestration de musiques traditionnelles algériennes, libanaises et grecques, le sud s'étendra sous une même baguette. Un concert qui fera également la part belle au métissage à l'occasion d'un Diptyque musical composé par le Français Olivier Penard et l'Algérien Salim Dada.

À la Rampe (Échirolles) jeudi 4 mai

________

Nima Sarkechik – récital piano

L'été dernier, le natif de Seyssins et ancien élève du conservatoire de Grenoble entrait en résidence au Triton, un club de jazz de la banlieue parisienne. Là, il enregistrait sur un simple quart de queue et en six concerts toute l'œuvre de Brahms pour piano. Une gageure que le pianiste s'apprête à renouveler mais en seulement une nuit, durant un marathon de sept heures, à la Philharmonie (Paris) le 1er octobre lors de la Nuit Blanche. Gageons que la soirée à l'Église Saint-Martin soit moins longue mais pas moins passionnante de la part d'un musicien avide de vérité.

À l'Église Saint-Martin (Seyssins) vendredi 5 mai


Nuit et rêves

Par Insula orchestra, dir. Laurence Equilbey, avec Maximilian Schmitt (ténor) et Renata Pokupic (mezzo-soprano). Prog. : Schubert
La Rampe 15 avenue du 8 mai 1945 Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Don Giovanni

Réduction de l'opéra de Mozart, écriture et ms Michel Seib, dessin, musique et théâtre par Anne Zangoli (hautbois), Bernard Bonhomme (clarinette), Yannick Barbe (dessins) et Michel Seib (comédien), dès 8 ans
89 avenue Jean Jaurès Eybens
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Intégrale Brahms avec Emmanuel Krivine #1

Avec la Chambre Philharmonique, dir. Emmanuel Krivine
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Intégrale Brahms avec Emmanuel Krivine #2

Avec Martin Helmchen (piano), La Chambre Philharmonique, dir. Emmanuel Krivine
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Quatuor pour la fin du temps

Avec Het Collectief, Liesbeth Devos (soprano), Thomas Dieltjens (piano), Wibert Aerts (violon), Martijn Vink (violoncelle), Julien Hervé (clarinette) et Toon Fret (flûte). Prog. : Nono, Andriessen, Rzewski, Messiaen
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Les Siècles font la Révolution

Par le Chœur de la radio flamande, dir. François-Xavier Roth, avec Chantal Santon (soprano), Caroline Meng (mezzo), Artavazd Sargsyan (ténor) et Tomislav Lavioe (basse). Prog. : Mehul, Gossec, Berlioz
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Musée à l’heure musicale viennoise

Concerts | Une intense fin de semaine musicale attend les mélomanes au Musée de Grenoble, vendredi 17 et samedi 18 janvier : c'est la "Folle nuit à Vienne" !

Nathalie Gresset | Mardi 14 janvier 2020

Le Musée à l’heure musicale viennoise

Mozart, Beethoven, Strauss, Schubert, Haydn… Leur point commun ? Tous ces grands compositeurs ont marqué de leurs œuvres la musique classique et romantique et ont vécu à Vienne, point de passage incontournable pour percer à l’époque dans ce milieu. C’est donc cette ville, souvent érigée comme capitale mondiale de la musique classique, que l’association Musée en musique a décidé de mettre à l’honneur cette année pour la 6eédition de sa Folle nuit, qui se déroule les 17 et 18 janvier dans l’enceinte du Musée de Grenoble. Rythmé par huit concerts de musique de chambre, une conférence, un bal de clôture ainsi que des interludes musicaux, cet événement « festif et ludique » a pour ambition « d’attirer et d’élargir le public de la musique classique et de faire passer aux spectateurs le bonheur et l’émotion que procurent ces airs-là », explique Pascale Galliard, présidente et directrice artistique de Musée en musique. Si elle souffre parfois d’une image élitiste, « la musique classique a cependant traversé les siècles et reste très populaire aujourd’hui. Beaucoup d’artistes de variété s’en inspirent ». Réunis pour l’occasion, de nombreux musiciens,

Continuer à lire

La Croatie à l'honneur

Concert | L'association grenobloise Musée en musique fait sa rentrée et donne rendez-vous aux mélomanes pour une rencontre avec un pianiste croate.

Martin de Kerimel | Mardi 7 janvier 2020

La Croatie à l'honneur

Pas question de perdre le rythme : aussitôt après les Fêtes, l’association grenobloise Musée en musique reprend ses activités jeudi 9 janvier, à l’occasion d’un concert de Goran Filipec à l’auditorium du Musée de Grenoble. Le pianiste croate fera la part belle aux compositeurs de son pays, en interprétant la Sonate op. 20 en fa majeur de Blagoje Bersa et des morceaux d’Ivo Maček. Un programme original, auquel l’artiste a ajouté des extraits d’œuvres du Hongrois Franz Liszt. Après cette belle ouverture musicale, la journée toute entière sera consacrée à la Croatie, pays en charge pour six mois de la présidence tournante de l’Union européenne. Un déjeuner convivial au Caffè Forté, place Lavalette, est proposé aux gourmands, avant un débat organisé en partenariat avec l’ambassade de Croatie en France et placé sous le patronage du Parlement européen. Musée en musique reconduit ainsi une opération qui avait déjà connu un beau succès avec d’autres pays. L’association se montrera très active en janvier, avec – toujours à l’auditorium du Musée de Grenoble – la sixième édition de la Folle Nuit à Vienne : une série de huit concerts complétée d’une

Continuer à lire

Musique classique : une saison, huit étapes

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Avec des stars, des jeunes pousses, des compisteurs d'hier comme d'aujourd'hui...

La rédaction | Jeudi 19 septembre 2019

Musique classique : une saison, huit étapes

Camille et Julie Berthollet Le 27 décembre 2014, pour la première édition de Prodiges sur France 2 (une émission consacrée aux jeunes talents du classique), quatre millions et demi de téléspectateurs suivirent les mouvements d’archet de Camille Berthollet. Une virtuose de quinze ans qui, dans une robe rouge coquelicot, réchauffa l’hiver par son interprétation fougueuse de L’Eté des Quatre saisons de Vivaldi. Un choix gagnant qui lui assura un début de carrière fulgurant, mais pas solitaire. Sur son premier opus bientôt disque d’or, elle associa ainsi sa sœur aînée Julie, également violoniste. Depuis, la surprenante paire construit des aqueducs où Schubert et Brahms côtoient Stromae et Nino Ferrer. Un programme cosmopolite qui, en dehors de refléter des goûts éclectiques, aspire en douce à faire venir les plus jeunes au classique. Au Grand Angle (Voiron) mardi 8 octobre Joachim Horsley Auteur de musiques pour le cinéma et pianiste dans l’ombre des succès de John Legend et Mich

Continuer à lire

La Folle nuit au Musée de Grenoble : classiquement russe

Concerts | La musique classique russe sera à l’honneur vendredi 8 et samedi 9 février au Musée de Grenoble à l’occasion de "La Folle nuit", événement initié pour la cinquième année par Musée en musique. Déroulé du programme avec Pascale Gaillard, présidente de l’association.

Alice Colmart | Lundi 4 février 2019

La Folle nuit au Musée de Grenoble : classiquement russe

Qui dit début d’année dit Musée en Musique et sa Folle nuit qui, après une édition à succès (quelque 1750 spectateurs) en 2018 autour de Robert Schumann et Johannes Brahms, revient cette année sur le thème des musiques classiques russes. Et lorsque Pascale Gaillard, présidente de l’association organisatrice, aime à rappeler les ambitions de l’événement (« pas besoin d’être un spécialiste pour aimer la musique classique »), Guy Tosatto, directeur du musée, en félicite les apports pour l’institution. « La programmation de Musée en Musique nous offre la chance d’amener les musiques au sein du musée. » Au menu ce soir Avant d’en dire plus sur le programme, Pascale Gaillard est revenue sur l’histoire de cette musique russe « qui a évolué dans le temps et a été réaffirmée par la création au XIXe siècle du Groupe des Cinq » composé d’Alexandre Borodine, César Cui, Mili Balakirev, Modeste Moussorgski et Nikolaï Rimski-Korsakov. De vendredi à samedi soir (oui, on est plus que sur une seule nuit), l’âme de ces grands artistes devrait donc voguer dans l’auditorium tout comme celles de Sergueï Rach

Continuer à lire

Bonne année classique avec l'Orchestre national de France

Concert | Rendez-vous jeudi 3 janvier à la MC2.

La rédaction | Mercredi 19 décembre 2018

Bonne année classique avec l'Orchestre national de France

Si, contrairement à de nombreuses grandes villes françaises (Lyon par exemple) et internationales (Vienne, forcément), il n’est pas possible à Grenoble de passer le 31 décembre ou le 1er janvier en compagnie d’un orchestre de musique classique, cette année la MC2 entame tout de même la nouvelle année dès le jeudi 3 janvier avec l'Orchestre national de France et son chef grenoblois Emmanuel Krivine. L'illustre phalange interprétera pour ce bal, outre les traditionnelles valses viennoises, quelques sucreries de Georges Gershwin mises en bouche par la soprano Measha Brueggergosman. Une personnalité nord-américaine du monde lyrique dont la célébrité fit un triple axel en 2010 à Vancouver lorsque, devant un milliard de téléspectateurs, elle éleva la voix en même temps que le drapeau de la cérémonie olympique d'hiver. Et une artiste que les grands cousins d'outre-Atlantique redoutent régulièrement comme juge de l'émission de télé-réalité Canada's got talent. Grand spectacle assuré.

Continuer à lire

Berlioz, un sacré musicien ; et ce n'est pas le Festival Berlioz qui va dire le contraire !

Festival | Chaque fin d’été à La Côte-Saint-André, Berlioz renaît. Le Festival est ainsi devenu un événement musical incontournable pour les amoureux d’une musique française romantique inclassable. 2018, un cru prestigieux.

Pascale Clavel | Mardi 19 juin 2018

Berlioz, un sacré musicien ; et ce n'est pas le Festival Berlioz qui va dire le contraire !

Après le succès d'une édition 2017 "so british", le Festival Berlioz se tourne cette année vers les œuvres sacrées de Berlioz et, en même temps, annonce l'acte 1 des commémorations du 150e anniversaire de la mort du compositeur (disparu en 1869). Par son ambiguïté, le thème "Sacré Berlioz" résume bien l’homme à la personnalité singulière : compositeur romantique avant-gardiste, écrivain, poète, orchestrateur hors cadre, maître de l’idée fixe (ce thème principal obsessionnel qui ne vous lâche jamais…), Berlioz poussa l’écriture de ses mélodies comme personne : des phrases fiévreuses, des envolées charnelles, jamais décoratives, des thèmes qui vous collent aux oreilles, absolument. Il fallait oser, sacré festival ! Un festival qui s’ouvrira, samedi 18 et dimanche 19 août à Saint-Pierre-de-Bressieux, sur une grande fête des moissons avec musiques et métiers d’antan. On y retrouvera la folle ambiance d’un village dauphinois comme on y vivait au XIXe siècle : les batteuses,

Continuer à lire

La Folle nuit Schumann-Brahms : nuit pas si classique

Musique classique | Vendredi 19 et samedi 20 janvier, une Folle nuit (qui aura aussi lieu de jour !) consacrée à la musique romantique de Schumann et Brahms résonnera dans le Musée de Grenoble. Au programme, de nombreux artistes qui feront tendre l’oreille aux passionnés comme aux néophytes.

Alice Colmart | Lundi 15 janvier 2018

La Folle nuit Schumann-Brahms : nuit pas si classique

Organisée depuis quatre ans par Musée en musique, la Folle nuit, qui s’inspire de la célèbre Folle journée de Nantes et qui est consacrée cette année aux compositeurs Schumann et Brahms, a pour but « d’élargir le public, de faire découvrir des artistes et ainsi permettre à différentes générations de se rencontrer » nous explique Pascale Galliard, présidente de l’association qui amène la musique classique (mais pas que) au cœur du Musée de Grenoble. « Proposer des concerts au sein même d’un musée, c’est assez inédit » assure Sophie Bernard, conservatrice au musée. « Les concerts qui mettent à l’honneur les artistes Brahms et Schumann dialogueront avec notre prochaine exposition, De Delacroix à Gauguin, car ce sont des artistes du même siècle ». Pascale Galliard : « Brahms et Schumann représentent l’aboutissement d’un siècle comme ils prônaient

Continuer à lire

La joie selon Beethoven, avec Musée en musique

MUSIQUES | Après les notes de Mozart et de Schubert, ce sont celles, ô combien joyeuses et modernes, de Beethoven qui résonneront au musée de Grenoble pour la troisième (...)

Charline Corubolo | Mardi 7 février 2017

La joie selon Beethoven, avec Musée en musique

Après les notes de Mozart et de Schubert, ce sont celles, ô combien joyeuses et modernes, de Beethoven qui résonneront au musée de Grenoble pour la troisième édition de la Folle nuit. Organisée par Musée en musique, association partenaire de l’institution qui coordonne la programmation musicale de l’auditorium, la nuit se transforme en week-end, du 10 au 12 février, forte du succès des précédentes manifestations. Toujours avec cette volonté d’aller à la rencontre d’un compositeur célèbre et d’élargir le public, l’équipe propose 8 concerts entre le vendredi et le samedi pour un moment de symphonie romantique. Aux cordes et aux touches se succéderont le Quatuor Prazak et le Trio Chausson, deux jeunes prodiges Nathanaël Goin et Rémi Geniet, sans oublier le virtuose du piano Abdel Rahman el Bacha. Une communion musicale qui fera vibrer votre conduit auditif avec jouissance, entrecoupée d’interludes musicaux dans le musée pour un Hymne à la joie bienvenu. Une conférence est également prévue le samedi pour tout savoir de « L’intime au sublime », et vous pourrez assister à une Master class de piano réalisée par Abdel Rahman el Bacha le dimanche. Un bel hymne à Beetho

Continuer à lire

La boum de Schubert

MUSIQUES | Pour sa deuxième édition de la Folle nuit, l'association Musée en musique met à l'honneur Franz Schubert. Au programme : des jeunes talents, des talents confirmés et des interludes musicaux qui sauront séduire les amateurs comme les passionnés. Rendez-vous ce samedi au Musée de Grenoble.

Charline Corubolo | Mardi 12 janvier 2016

La boum de Schubert

N'était-il pas tout guilleret avec ses petites lunettes malgré son air sérieux ? Si, Franz Schubert, grand compositeur autrichien du début du XIXe siècle, semble farceur sur l'affiche de la seconde édition de la Folle nuit. Organisé par l'association Musée en musique et consacré à Schubert donc, l'événement prévu au Musée de Grenoble donne ainsi le ton dès le visuel : on va écouter de la musique classique, mais ça va être fun, autant que La Boum avec Sophie Marceau. Et le fun débutera dès 11h. On imputera ce paradoxe de temps à la météo qui donne l'impression d'être en nuit perpétuelle ces temps-ci. S'appuyant sur le modèle de la Folle journée de Nantes, fameux événement de musique classique créé par René Martin, Musée en musique souhaite à travers ce samedi hautement musical faire se rencontrer plusieurs générations de mucisiens. Il y aura donc de jeunes pousses comme le Quatuor Arod et des talents confirmés comme Claire Désert ou encore Emmanuel Strosser. Au programme : une trentaine d'artistes, six concerts plus un gratuit, des interludes musicaux et des "schubertiades" dans les salles d'expositions. Au piano, au violoncelle ou au violon tout cour

Continuer à lire

Musique classique : les cinq temps forts de la saison

MUSIQUES | Où l'on cause notamment des Musiciens du Louvre Grenoble, de la Chambre Philharmonique ou encore de l'Orchestre des Pays de Savoie.

Régis Le Ruyet | Vendredi 18 septembre 2015

Musique classique : les cinq temps forts de la saison

Chopin, Rachmaninov – Emmanuelle Swiercz Originaire de Douai, la pianiste Emmanuelle Swiercz débute le piano à l'âge de neuf ans au conservatoire national de région avant de rejoindre à seize ans le CNSM de Paris. Elle écume ensuite les différents concours internationaux où elle est primée et remarquée. Elle publie alors en 2007 son premier disque consacré à Serge Rachmaninov. Doté d'une folle énergie, l’enregistrement est encensé par les magazines Pianiste et Classica, et la jeune femme ne tarde pas à faire ses débuts au Festival de La Roque d’Anthéron. Elle est dès lors l'invitée des plus grands événements, nationaux comme internationaux. Il serait donc dommage de la rater dans l'écrin intimiste de l'église de Seyssins, son récital Chopin, Rachmaninov annonçant un moment rare. Jeudi 8 octobre à l’église Saint Martin (Seyssin) Mozart, Gossec – Les Siècles Dirigé avec une précision métronomique

Continuer à lire

« Chaque génération a des besoins en musique »

ACTUS | Mercredi 28 mai aura lieu, au Musée de Grenoble, "La nuit de l’improvisation". Derrière cette soirée pleine de surprises et de découvertes, se cache l'association Musée en musique, qui œuvre toute l’année à la programmation musicale du musée. Rencontre avec sa présidente Pascale Galliard pour lever le voile sur ses différentes actions et ambitions, et sur cette nuit (pas) improvisée. Propos recueillis par Charline Corubolo

Charline Corubolo | Mardi 20 mai 2014

« Chaque génération a des besoins en musique »

Mercredi 28 mai aura lieu,  au Musée de Grenoble La nuit de l’improvisation, événement organisé par Musée en musique, l'association que vous présidez. De quoi s’agit-il ? Interview de Pascale Galliard : Il s’agit de la soirée de clôture de la saison 2013-2014 de Musée en musique et, dans un même temps, de la célébration des 20 ans du Musée de Grenoble. Musée en musique est installée au musée depuis son ouverture en 1994 : fêter en musique cet anniversaire nous est apparu tout à fait logique et nécessaire même. En accord avec le directeur Guy Tosatto, nous avons proposé cette Nuit de l’improvisation. L’idée est de dépasser un peu l’image, que nous avons, d’une programmation principalement classique, alors que nous faisons régulièrement des incursions dans des répertoires populaires, jazz... Ça nous a semblé cohérent de passer par l’improvisation et d’aller à la découverte de sonorités nouvelles, qui pour certaines d’ailleurs peuvent faire référence au classique. Jean-François Zygel, la figure de cette manifestation, est un habitué de l’audi

Continuer à lire

Sympa et symphonique

MUSIQUES | Pour la rentrée classique, le Petit Bulletin vous propose un premier tour d'horizon sélectif des grandes formations programmées dans vos salles d'octobre à décembre. Régis le Ruyet

Aurélien Martinez | Jeudi 5 septembre 2013

Sympa et symphonique

C'est sur les berges du Rhin, le jeudi 10 octobre, qu'Emmanuel Krivine et La Chambre Philharmonique entameront la saison classique de la MC2. Un florilège lyrique pioché parmi les seize heures de la tétralogie de Richard Wagner et accordé aux voix parfaites d'Alexandra Lubchansky, de Cécile Perrin, de la mezzo Nora Gubisch et du baryton Oliver Zwarg. Plus tard, le mercredi 6 novembre, toujours à la MC2, honneur à la musique fine et finnoise par l'Orchestre national de Lyon sous la direction d'Hannu Lintu, le futur chef de l'Orchestre de la Radio de Finlande. Il invitera le public à une immersion en terres scandinaves et baltiques à travers les musiques de Jean Sibelius, Kaija Saariaho et un Concerto pour piano de Sergueï Prokofiev parfaitement calibré au sens musical de Nikolaï Lugansky. De retour à la MC2 mais cette fois à la tête du Philharmonique du Luxembourg, Emmanuel Krivine déclinera le jeudi 14 décembre un menu varié fait d'une viennoiserie de Strauss fils et de deux œuvres concertantes, tout d'abord une architecture de Béla Bartók qui fait appel à toute la virtuosité des pupitres et le Concerto pour piano en

Continuer à lire

Second acte

MUSIQUES | Musique classique / Le rideau se lève sur une deuxième partie de saison très riche et enthousiasmante. Bref aperçu en quelques coups de cœur. Régis Le Ruyet

Régis Le Ruyet | Vendredi 11 janvier 2013

Second acte

Il y a un an, le quatuor Debussy boxait sur la scène de la Rampe avec le danseur Mourad Merzouki. En 2013, on retrouve les musiciens le 24 janvier pour un programme intime et fugueur. Cherchant une manière symbolique et originale de célébrer le deux cent cinquantième anniversaire de la naissance de Mozart, il délaisse les vingt-trois quatuors du génie de Salzbourg et enregistre la version pour cordes du Requiem transcrite en 1802 par Peter Lichtenthal, un must auquel s'adjoindront des fugues de Piazzola, Beethoven et Bach. À la MC2, le pianiste et artiste associé Alexandre Tharaud continue ses propositions plus alléchantes les unes que les autres. Tout commence le 25 janvier par une Nuit du piano baroque et romantique où, en monsieur loyal, le musicien souhaite faire découvrir, à raison d'un soliste par heure, quatre jeunes confrères et consœurs. La carte blanche se poursuivra lors d'une semaine multiforme du 4 au 8 juin, des Variations Goldberg au registre des musiques du XXe jusqu'en une apothéose pop au casting de prestige. Unis depuis 1981, cela fait plus de trente ans que le quatuor Parisii, consacré par des prix internationaux, enchante le public en suiva

Continuer à lire

D’un caprice à l’autre

MUSIQUES | Musique classique / Le mot tocade s’accorde bien avec celui de caprice. Il est synonyme d’un intérêt, d’un amour pour quelqu’un ou quelque chose, vif, (...)

Laetitia Giry | Vendredi 28 septembre 2012

D’un caprice à l’autre

Musique classique / Le mot tocade s’accorde bien avec celui de caprice. Il est synonyme d’un intérêt, d’un amour pour quelqu’un ou quelque chose, vif, intense, mais passager… Une sorte de caprice des désirs et des sentiments. Tocade est aussi le nom choisi pour la journée d’anniversaire de l’association Musée en musique, hébergée au Musée de Grenoble et active depuis désormais 25 ans. Un quart de siècle – et ce n’est pas rien ! – qui sera célébré ce dimanche par une succession de Caprices de l’après-midi jusqu’au soir, interprétés par Adam Laloum (photo), jeune prodige remarqué à la Roque d’Anthéron (festival de piano réputé), Fanny Clamagirand au violon (qui s’attaque à la partition tubesque et vertigineuse des Caprices de Paganini), ou encore Sonia Wieder-Atherton, violoncelliste confirmée. En guise de cerise sur le gâteau (d’anniversaire), c’est Frédéric Lodéon qui jouera le rôle de guide : producteur de radio, star patentée des ondes (France Inter et France Musique) qui fut en son temps un violoncelliste remarquable… Joli cadeau pour caprices exquis. Laetitia Giry Tocade, le dimanche 7 octobre à partir de 16h, à l’audit

Continuer à lire

Schubert, ici

MUSIQUES | MUSIQUE / Oreille en fête - Musée en Musique célèbre ses vingt printemps autour de la musique du génial et précoce Schubert : intitulé Schubertiade cet événement comprend une leçon de musique et 3 concerts. Séverine Delrieu

Séverine Delrieu | Mercredi 9 mai 2007

Schubert, ici

L’ombre lumineuse du compositeur autrichien n’aura jamais été aussi présente qu’en ce mois de mai. En trois dates, il sera possible d’approcher l’ampleur du travail de Schubert : œuvres instrumentales écrites pour diverses formations, pièces lyriques, seront interprétées par d’importants et talentueux musiciens. On pourra découvrir la puissance de cette musique si contrastée, à la fois vulnérable et fougueuse, mystérieuse et insouciante, sombre et lumineuse toute à l’image du compositeur, un amoureux de la vie. Car Schubert l’était, amoureux. Des autres arts. Des femmes et plaçait l’amitié au-dessus de tout. En témoigne les Schubertiades des soirées réunissant ses amis chanteurs, musiciens, poètes, riches en chaleur humaine et découvertes artistiques. C’est à l’image de ces Schubertiades, que Pascale Galliard, présidente de l’association et le reste de l’équipe, a rêvé l’anniversaire de Oreille en Fête : en invitant les musiciens et artistes amis, ceux qui ont contribué au rayonnement de l’association qui, rappelons-le, propose depuis 20 ans une programmation classique et contemporaine à l’Auditorium du Musée. Au programme Habituée à réunir son public dans cette salle de 300 pla

Continuer à lire