Vengeance

Cinéma / Johnnie (To) et Johnny (Hallyday) réunis avec une pléiade de stars de Hong Kong pour un polar au scénario minimaliste mais à la mise en scène flamboyante. Christophe Chabert

Les derniers films de Johnnie To nous avaient laissés sur notre faim. Depuis Le sommet Election 2, il semblait vivre de projets mineurs, distractions qui rejoignaient les œuvres cosignées avec son associé Wa Ka-Fai. Vengeance, dont l'influence revendiquée est celle de Jean-Pierre Melville, augurait d'un retour aux choses sérieuses. Ce n'est pas le cas, mais ça ne l'empêche pas d'être un fort agréable film mineur.

Samouraï amnésique

Commençons par la grande faiblesse du film : son scénario minimaliste, d'ailleurs écrit par Ka-Fai, où un restaurateur français, qu'on devine charriant un lourd passé mafieux, débarque à Macao pour venger sa famille dessoudée par une triade chinoise. Étranger dans la ville, il devra faire équipe avec trois gangsters caractérisés avec la patte Johnnie To, et incarné par une bande de stars locales fidèles du cinéaste. C'est à peu près tout, et ce serait un peu maigre si le cinéaste ne déployait une artillerie visuelle absolument somptueuse ; sa manière de filmer Macao comme une mégalopole aux néons irisés et aux perspectives monstrueuses a quelque chose à voir avec le L.A. futuriste de Blade Runner, et sa capacité à transformer chaque décor, intérieurs comme extérieurs, en merveille d'environnement organique, prouvent que To est un immense styliste. Mais ce sont bien sûr les gunfights qui l'expriment le mieux. Poussant loin son art de la suspension - avant la marave, les tueurs prennent le temps d'un pique-nique en famille ! le cinéaste s'approche l'air de rien des grands westerns crépusculaires de Peckinpah. Sauf que les meules de foin, ironique innovation, sont devenues des ordures compactées... Et Johnny, alors ? Figure taciturne, iconisée et peu loquace, entre Melville et Eastwood, il apporte une étrangeté réelle au projet. Son arrivée, avec chapeau et lunettes noires, évoque plus le fantôme fascinant de Bashung dans ses derniers mois que la silhouette de Delon dans Le Samouraï (les deux personnages portent le même nom, Costello). Au fil du film, ce tueur vieillissant perd la mémoire, jusqu'à ne plus garder que ses réflexes d'assassin, perdant le motif et ne gardant que les gestes. C'est un bon résumé du cinéma de Johnnie To, son fétichisme des codes au détriment du sens. Sûr ce coup-là, on ne s'en plaindra pas...

Vengeance
De Johnnie To (Hk-Fr, 1h45) avec Johnny Hallyday...

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 3 juillet 2024 Remarqué l’an passé avec Limbo, Soi Cheang s’affirme comme la nouvelle coqueluche du cinéma hongkongais avec deux long-métrages prévus sur les écrans cet été. Place au premier, Mad Fate, un polar tordu et déconcertant, mais aussi parfois virtuose et...
Mardi 9 janvier 2018 Janvier annonce la seconde rentrée cinéma de l’année. Avec son lot de promesses, d’incertitudes et, surtout — on l’espère — d’inconnues. Voyez plutôt…
Mardi 24 février 2015 Ça bouge du côté de ZoneBis… Le 3 mars, l’association accueillera Marjane Satrapi au Comœdia pour présenter son effectivement très bis The Voices et, un mois (...)
Jeudi 2 octobre 2014 C'était en 1914, souvenez-vous (mais si, faites un effort) : sur une commande du maire Edouard Herriot, Tony Garnier mettait la touche finale à la fameuse (...)
Mardi 1 avril 2014 De Claude Lelouch (Fr, 2h04) avec Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Sandrine Bonnaire…
Vendredi 13 juillet 2012 De Johnnie To (HK, 1h47) Avec Lau Ching Wan, Denise Ho, Richie Ren
Vendredi 25 septembre 2009 THÉÂTRE / Avec ‘Vengeance nippone’ et ‘Human profit’, Le Spoutnik – l’une des compagnies lyonnaises les plus prometteuses – présente deux créations totalement dingues. Aurélien Martinez
Mardi 27 mai 2008 Nouvel opus dans la filmographie du prolifique Johnnie To, «Sparrow» est une comédie avec des pickpockets dedans, une œuvre mineure que le cinéaste semble avoir tourné pour le plaisir d’un morceau de bravoure final effectivement...
Mardi 11 mars 2008 Johnnie To, en visite à Lyon entre deux sorties de films pour inaugurer la rétrospective que lui consacre l'Institut Lumière, revient sur une filmographie complexe et labyrinthique où l'on passe de manière déroutante de l'expérimentation osée au...
Vendredi 29 février 2008 de Johnnie To et Wai Ka-Fai (HK, 1h29) avec Lau Ching-Wan, Kelly Lin…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X