Air doll

D’Hirokazu Kore-Eda (Jap, 1h56) avec Bae Doona, Arata…

Le très beau Still walking posait son réalisateur Kore-Eda en garant d’un cinéma de qualité japonaise héritier d’Ozu. Peut-être conscient de cette menace patrimoniale au-dessus de sa tête, il négocie un virage à 180° avec Air doll, fable fantastique et philosophique autour d’une poupée gonflable qui prend vie et découvre les sentiments humains. Le film la promène dans les rues de Tokyo, puis l’invite dans un vidéo-club — belle idée que cette éducation sentimentale et existentielle par le cinéma — où elle trouve l’amour, avant de faire l’expérience de la cruauté des hommes. Kore-Eda essaye par sa mise en scène d’épouser le regard innocent de sa drôle d’héroïne (magnifiquement incarnée par Bae Doona, actrice coréenne vue chez Bong Joon-Ho) et de filmer l’invisible (l’air, la naissance des sentiments). C’est justement ce côté élégiaque, voltairien et un brin naïf qui empêche Air doll de s’envoler, le film dissimulant son programme de départ sous une joliesse formelle et un scénario faisant largement penser au AI de Spielberg. On est toutefois très curieux de voir comment cet audacieux contre-pied trouvera un écho dans l’œuvre à venir du passionnant Kore-Eda.

Christophe Chabert

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 17 décembre 2019 Star de cinéma, Fabienne vient de publier ses mémoires titrées La Vérité et va entamer un nouveau tournage. Sa scénariste de fille Lumir, son époux et leur petite Charlotte, débarquent alors de New York. Leur séjour permettra de régler de...
Mardi 27 octobre 2015 ​De Hirokazu Kore-eda (Jap, 2h08) avec Haruka Ayase, Masami Nagasawa, Kaho…
Mardi 1 septembre 2015 Cette rentrée 2015 ressemble à une conjonction astronomique exceptionnelle : naines, géantes, à période orbitale longue ou courte, toutes les planètes de la galaxie cinéma s’alignent en quelques semaines sur les écrans. Sortez vos télescopes !...
Mercredi 18 décembre 2013 De l’argument, popularisé par Étienne Chatiliez, de l’échange d’enfants entre deux familles opposées socialement, Hirokazu Kore-eda tire une comédie douce-amère où il revisite son thème de prédilection : la transmission entre les générations. Qui ne...
Mercredi 4 avril 2012 D’Hirokazu Kore-Eda (Jap, 2h08) avec Koki Maeda, Oshirô Maeda…
Mardi 14 avril 2009 Une famille se réunit chaque année pour célébrer la mort d’un fils. Derrière son classicisme élégant, le nouveau film de Kore-Eda est une peinture très cruelle des relations familiales, sociales et humaines. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X