On dirait l'Afrique du Sud

Swan Lake

Maison de la Danse

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

En trois pièces, la Maison de la Danse légitime un peu plus l'engouement général que suscite la création sud-africaine contemporaine. Retour sur la première, une création post-Apartheid de la compagnie Via Katlehong, et présentation de la deuxième, une relecture black et gay du "Lac des cygnes" par Dada Masilo. Benjamin Mialot

«Je considère comme gaspillée toute journée où je n'ai pas dansé», écrivit Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra. A voir leur dernière création, présentée en première mondiale à la Maison de la danse la semaine passée, les Sud-africains de Via Katlehong n'ont eux pas gâché une seule seconde depuis la fondation de leur compagnie au début des années 90.

Comédie musicale d'un brio inversement proportionnel à son budget, Via Sophiatown raconte l'histoire de la banlieue de Johannesburg du même nom, de l'insouciant hédonisme multi-culturel dans lequel elle a d'abord baigné à son blanchiment forcé. Un bouleversement dont la chorégraphie se fait l'écho : hilare, suggestive et émaillée de portés de rock acrobatique et de figures de breakdance, elle devient tendue, tellurique et emprunte de pratiques de rue contestataires, du gumboot (danse percussive se pratiquant avec des bottes de caoutchouc) à la pantsula (une sorte de hip hop épileptique). Ce n'est toutefois pas cette puissance évocatrice qui impressionne et émeut le plus dans Via Sophiatown, mais l'absolue générosité des forces de la nature qui l'interprètent. 

Black Swan 

Cette qualité, la troupe de Dada Masilo la partage. Deuxième invitée, un an après son triomphe à la Biennale de la danse, du cycle que consacre la Maison de la danse à la Nation arc-en-ciel jusqu'à la mi-novembre, cette jeune chorégraphe formée à l’école bruxelloise d’Anne Teresa de Keersmaecker solde l'héritage des années Mandela d'une manière plus radicale que ses compatriotes : en faisant du Lac des cygnes un manifeste contre la rigidité de la société sud-africaine (ici, c'est pour un homme que Siegfried se détourne du mariage qu'on lui impose).

Ce n'est pas la première fois que Dada se frotte à des mythes classiques – elle a déjà relu Roméo & Juliette et Carmen à travers le prisme de son iconoclasme - mais jamais elle n'avait poussé aussi loin le métissage : des spasmes zoulous répondent aux postures romantiques, les envolées orchestrales de Tchaïkovski aux minimalismes implacables de Steve Reich, la clarté des tutus à la noirceur des peaux, l'humour et la fantaisie à la douleur et à la gravité... Autant de frictions qui font de ce Swan Lake un monument de courage et d'humanité. «On voit à la démarche de chacun s'il a trouvé sa route. L'homme qui s'approche du but ne marche plus, il danse» a également écrit Nietzsche. Via Kathleong et Swan Lake laissent entendre que leurs auteurs sont sur la bonne voie.

Swan Lake
A la Maison de la danse, du mercredi 13 au dimanche 17 novembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 10 septembre 2018 Pas de gueule de bois à craindre après la Biennale de la Danse en septembre : la saison se poursuivra sur un rythme trépidant.
Mardi 14 octobre 2014 Après un Swan Lake magnifique et unanimement ovationné, dans lequel elle revisitait Le Lac des cygnes façon black power, Dada Masilo, bondissante chorégraphe (...)
Samedi 13 septembre 2014 La manifestation la plus populaire de la Biennale de la danse aura lieu ce dimanche 14 septembre à partir de 14h, et déambulera entre la place des Terreaux et celle de Bellecour. Benjamin Mialot et Nadja Pobel
Jeudi 26 juin 2014 Parmi la foule d'excellents spectacles (comme Via Sophiatown, réjouissance chorégraphique post-apartheid signée Via Kathleong, ou Beyond, merveilleux (...)
Mardi 10 juin 2014 La seizième Biennale de la danse, toujours aussi prolifique et hétéroclite, se place cette année sous le signe de la performance et de ses avatars contemporains. Jean-Emmanuel Denave
Mardi 10 septembre 2013 Un Toboggan dont on ne connaît pas encore la programmation, un Ballet de l'Opéra qui reprend un génial mais énième opus de William Forsythe, une Maison de la Danse qui ouvre sa saison avec Benjamin Millepied... Le début de l'année chorégraphique...
Mardi 10 avril 2012 15e Biennale de la danse et première biennale sans Guy Darmet, son fondateur, mais sous la houlette de Dominique Hervieu. Pour son premier opus très attendu, la chorégraphe a mis l'accent sur la création (une vingtaine environ) et poursuit par...
Vendredi 7 novembre 2008 Danse / Né à Wuppertal en 1949, ancien dramaturge de Pina Bausch (de 1980 à 1990), Raimund Hoghe s’est lancé dans la danse en 1994 avec un premier solo, (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !