Grands et nouveaux noms de la Berlinale

Après le palmarès rendu samedi par un jury emmené par James Schamus, bilan d’une Berlinale à la compétition très inégale, avec quelques révélations, dont l’Ours d’or "Black coal, thin ice". Christophe Chabert

Huit jours à la Berlinale, c’est sans doute le meilleur moyen d’avoir un panorama fidèle de ce qui se déroule dans la production internationale. La compétition, à la différence de Cannes, n’aligne pas les grandes signatures mais mise, de façon parfois hasardeuse, sur de nouveaux auteurs et des films venus de pays en plein renouveau. On exagère cependant : il y avait deux cinéastes majeurs dans la compétition, et tous deux ont figuré en bonne place au palmarès.

D’un côté Wes Anderson, dont le Grand Budapest Hotel est absolument génial, et qui est allé chercher un Ours d’argent très mérité — on lui aurait même donné sans souci la statuette dorée ; de l’autre Alain Resnais qui, après le ratage de Vous n’avez encore rien vu, redresse la barre avec Aimer, boire et chanter, moins lugubre et testamentaire que ses précédents, mais toujours hanté par les rapports entre théâtre et cinéma. La mort annoncée d’un des personnages, dont tout le monde parle mais qu’on ne verra jamais, va révéler chez des êtres vieillissants, pétrifiés dans leurs mensonges et leur vie bourgeoise, désirs et angoisses, pulsions de vie et peur de la perte. Très expérimental — au risque parfois d’une certaine laideur — mais aussi très allègre et ludique, le film a décroché le Prix Alfred Bauer, remis à une œuvre qui ouvre de "nouvelles perspectives" pour le cinéma — amusant pour un cinéaste de quatre-vingt douze ans.

La Glace et le charbon

Moins reconnu que ces deux-là, Richard Linklater risque de changer de statut grâce à son très beau et follement ambitieux Boyhood, tourné durant une dizaine d’années pour regarder grandir à l’écran son jeune héros Mason, et avec lui l’acteur formidable qui l’incarne, Ellar Coltrane. Avec son habituelle discrétion stylistique, Linklater — Ours d'argent du meilleur réalisateur — signe ici son œuvre la plus riche et émouvante, portée par de subtiles poussées romanesques.

Quant à l’Ours d’or, il est revenu à une des belles surprises de la Berlinale, Black coal, thin ice du Chinois Diao Yinan, surprenant film noir qui réinvente les codes du genre par un travail sur la quotidienneté des situations et des personnages, mais aussi par l’observation d’une Chine jamais montrée, grise, pleine de terrains vagues et de barres d’immeubles décrépies. Le film n’est pas parfait — le scénario manque de nerf dans la partie centrale — mais il montre que le cinéma chinois est en train de s’éveiller, et qu’il faudra compter avec lui dans les années à venir.

Absent du palmarès, une autre révélation à Berlin : ’71 de Yann Demange, qui réussit un "Ireland movie" comme il y eut des "Vietnam movies", tendu, haletant et archi-maîtrisé, surtout pour un premier film. Ces cinq films-là ont survolé une compétition inégale, au sein d’un festival que les sections parallèles, riches et variées, ont rendu passionnant.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 octobre 2019 C'est le dernier né des projets de Arty Farty : un incubateur (pardon, un "creative hub") dédié à la culture et aux médias transformé en spot de conférences où l'on boit des coups. Bienvenue à Hôtel71.
Mercredi 2 octobre 2019 Alors que sort le 3 octobre son nouveau roman en solitaire, Jacky Schwartzmann vient de commettre Le Coffre, un savoureux polar à quatre mains avec son homologue roumain Lucian-Dragos Bogdan.
Mardi 4 novembre 2014 Pour son premier film, Yann Demange, londonien d’origine française, applique les leçons du Vietnam movie pour raconter le calvaire d’un soldat britannique égaré à Belfast en plein conflit nord-irlandais. Impressionnant de virtuosité et...
Mardi 2 septembre 2014 Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert
Mardi 15 juillet 2014 Pari fou de Richard Linklater : filmer pendant douze ans Ellar Coltrane, de son enfance à sa sortie de l’adolescence, dans un film hautement romanesque et souvent bouleversant qui montre la naissance d’un personnage et d’un comédien dans un même...
Mardi 25 mars 2014 La disparition d’Alain Resnais est arrivée au moment où on s’y attendait le moins, juste avant la sortie du film où il semblait enfin conjurer le (...)
Mardi 25 mars 2014 Pour sa troisième adaptation d’Alan Ayckbourn et, donc, son tout dernier film, Alain Resnais choisit de laisser en sourdine ses ruminations crépusculaires pour une comédie qui célèbre la vie et la vieillesse, les artifices du théâtre et la force du...
Mardi 4 mars 2014 En tournée pour la sortie de "Diplomatie" de Volker Schlöndorff, rencontre avec le grand André Dussollier autour du film, mais aussi du prochain film d’Alain Resnais, "Aimer, boire et chanter" dont, au moment de l’entretien, on ne savait pas encore...
Mardi 25 février 2014 Avec "The Grand Budapest Hotel", Wes Anderson transporte son cinéma dans l’Europe des années 30, pour un hommage à Stefan Zweig déguisé en comédie euphorique. Un chef-d’œuvre génialement orchestré, aussi allègre qu’empreint d’une sourde...
Mardi 25 février 2014 Dans la reproduction de la chambre d’Antoine Lumière — qui pourrait être le décor d’un de ses films —, rencontre avec Wes Anderson à propos de Stefan Zweig, de sa famille d’acteurs, de transmission et des tatouages d’Harvey Keitel… Propos...
Mercredi 12 février 2014 Inbetween worlds de Feo Aladag. Praia do futuro de Karim Aïnouz. Stratos de Yannis Economides. Dans la cour de Pierre Salvadori. The Darkside de Warwick Thornton. Butter on the latch de Josephine Decker.
Jeudi 2 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X