Captain America : le soldat de l'hiver

Captain America, le soldat de l'hiver
De Anthony Russo, Joe Russo (ÉU, 2h08) avec Chris Evans, Scarlett Johansson...

Moins foireux que les derniers Iron Man et Thor, ce nouveau Captain America séduirait presque par sa tentative de croiser son héros avec un film d’espionnage sombre et politique. Mais, comme d’hab’, ce sont les effets spéciaux et les incohérences qui l’emportent. Christophe Chabert

Que ferait un héros 100% patriotique comme Captain America face au scandale des écoutes de la NSA ? Prendrait-il parti pour Obama et le gouvernement américain, ou jouerait-il les contre-pouvoirs au nom d’une démocratie bafouée ? Dans le fond, ce Soldat de l’hiver ne raconte pas autre chose. Désormais bien intégré au XXIe siècle, Captain America doit faire face à un complot d’ampleur nationale dont les ficelles sont tirées par un gouverneur corrompu et dont le but est de détruire le S.H.IE.L.D. et d’éliminer son directeur, Nick Fury. Le tout repose sur l’accomplissement tardif du projet nazi Red Skull, qui formait le centre du premier volet, et qui devient ici une arme pour effectuer une drastique sélection pas naturelle du tout entre les êtres humains.

Évidemment, le scénario est proche du grand n’importe quoi, comme l’était déjà celui de Thor 2, ce qui n’est pas loin d’être un énorme problème quand on sait que tous ces films post-Avengers se posent en concurrents des séries télé et de leurs mécaniques narratives diaboliques et addictives. Sauf qu’on est au cinéma et, n’en déplaise à ceux qui ne jurent que par l’accumulation de péripéties et l’originalité d’un script — ceux-là qui passent complètement à côté du spectacle épuré de Gravity, par exemple — c’est bien la mise en scène que l’on a envie d’apprécier sur l’écran.

Sur ce point, Captain America : Le Soldat de l’hiver est plutôt une bonne surprise. Car non seulement les frères Russo — qui jusque-là s’étaient illustrés dans la comédie — suivent les pistes politiques de l’intrigue, mais ils en tirent les conséquences dans leur approche visuelle puisque le film baigne dans une ambiance sombre et froide proche de certains thrillers d’Alan Pakula. Quant aux scènes d’action, elles restent dans un premier temps solidement arrimées sur terre, dans un réalisme urbain pas si éloigné de ce que Michael Mann avait pu produire dans Heat et Miami Vice. Captain America lui-même est ramené à sa dimension de yakayo musculeux, plus héros que super-héros, c’est-à-dire presque vulnérable. Presque, car il ne faut pas pousser quand même : cela reste une des faiblesses de toute cette série Marvel, l’incapacité à trembler pour des personnages dont on sait la nature invincible — et la nécessité de les trimballer d’un film à l’autre dans une logique de franchise.

D’ailleurs, Le Soldat de l’hiver semble presque s’amuser avec la chose, tous les personnages mourant au moins une fois dans le film, pour mieux renaître quelques scènes plus loin. Là encore, c’est la faiblesse du scénario qui est à mettre en cause, mais dans une logique pop, l’idée est assez amusante. On rappellera par exemple que le premier OSS 117 avait fait du retour du meilleur ami du héros disparu pendant la guerre un de ses nombreux axes de détournement parodique… Plus ennuyeuse en revanche est l’incapacité, là aussi chronique chez Marvel, de se fixer sur un méchant emblématique, et d’en changer toutes les trente minutes. Le premier, qui s’exprime avec l’accent québécois, est le plus ridicule qu’on ait vu dans un blockbuster depuis très longtemps ; les autres sont plus intéressants, notamment Redford en politicien machiavélique, comme s’il renversait son image forgée dans les polars d’espionnage de Pollack et Pakula.

Redford ressemble au film dans ce qu’il a de meilleur : une sorte de collusion entre la nostalgie vintage pour une époque — les 70’s — et la réalité industrielle du cinéma hollywoodien d’aujourd’hui qui oblige à mettre des guest-stars partout. L’image des centaines d’ordinateurs primitifs qui stockent la «mémoire» du projet Red Skull et l’esprit de son créateur — Toby Jones — sont ainsi ni plus ni moins que la reproduction des salles de rédaction immenses que l’on trouvait dans Les Hommes du Président. Sauf qu’ici, ce ne sont plus que des antiquités exotiques paumés au milieu d’une technologie qui macule l’écran à tout bout de champ…

Le Soldat de l’hiver est donc à la fois branlant et sympathique, du moins jusqu’à sa dernière demi-heure, où il est englouti par une surenchère de pyrotechnie numérique épuisante. Plus rien ne tient debout, les effets spéciaux cherchant à faire spectacle, c’est-à-dire à se substituer à la mise en scène. Un dernier mouvement complètement raté, profondément ennuyeux à force de ne pas vouloir ennuyer, qui ne tient plus aucun compte de ce qui l’a précédé et n’apporte comme réponse à la question initiale — que ferait Captain America face à la NSA — que celle-ci : il ferait tout péter, et retournerait courir 15 km en une demi-heure. Et accessoirement, il attendrait sagement de revenir dans Avengers, Age of Ultron avec le seul cinéaste capable de mettre en forme cette tambouille Marvel, Joss Whedon.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 26 ao?t 2020 Seule survivante de l’attaque de sa réserve indienne, la jeune Danielle Moonstar se réveille au sein d’une étrange institution où la Dr Reyes retient captifs de jeunes mutants jusqu’à ce qu’ils sachent canaliser leurs nouveaux pouvoirs. Mais de...
Mardi 28 janvier 2020 Un garçonnet dont le confident imaginaire est Hitler, se retrouve à sauver des nazis une orpheline juive. Taika Waititi s’essaie au burlesque dans une fable maladroite ne sachant jamais quel trait forcer. Une déception à la hauteur du potentiel du...
Mercredi 24 avril 2019 Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la troisième phase de l’Univers cinématographique...
Mardi 28 mars 2017 À l’instar de ses héros humains améliorés par les machines, ce film en prises de vues réelles s’hybride avec toutes les technologies visuelles contemporaines pour revisiter le classique anime de Mamoru Oshii (1997). Une (honnête) transposition,...
Mardi 24 janvier 2017 de Garth Jennings (E-U, 1h48) avec les voix (vo/vf) de Matthew McConaughey/Patrick Bruel, Reese Witherspoon/Jenifer Bartoli, Scarlett Johansson/Élodie Martelet…
Mardi 6 janvier 2015 Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes...
Mercredi 25 juin 2014 Le corps extra-terrestre de Scarlett Johansson arpente l’Écosse à bord d’un 4X4 pour y lever des quidams et les faire disparaître dans une étrange matière noire : pour son troisième long métrage, Jonathan Glazer ouvre grand la porte d’un cinéma...
Mardi 18 mars 2014 En racontant l’histoire d’amour entre un homme solitaire et une intelligence artificielle incorporelle, Spike Jonze réussit une fable absolument contemporaine, à la fois bouleversante et effrayante, qui fait le point sur l’humanité d’aujourd’hui du...
Lundi 27 janvier 2014 Adaptation surprenante et réussie de la pièce de Shakespeare par Joss Whedon qui, après "Avengers", fait circuler son artisanat pop du centre d’Hollywood à ses marges avec la même sincérité. Christophe Chabert
Mardi 17 décembre 2013 Ben Stiller passe à la vitesse supérieure en tant que réalisateur avec ce modèle de comédie romantique d’une classe visuelle permanente, où il s’agit de faire d’un héros du quotidien le vestige d’une époque en train de disparaître. Christophe...
Jeudi 24 octobre 2013 Après "The Host" et "Mother", Bong Joon-ho frappe à nouveau très fort avec cette adaptation cosmopolite d’une bande dessinée française des années 80, récit d'anticipation se déroulant dans un train tournant sans fin autour d’un monde rendu à l’ère...
Jeudi 25 avril 2013 Ce troisième volet des aventures de Tony Stark n’est pas à la hauteur des deux précédents, et l’arrivée de Shane Black derrière la caméra s’avère plutôt contre-productive, partagé entre retrouver son mauvais esprit des années 80 et s’inscrire dans...
Mercredi 30 janvier 2013 Quand il entreprend de tourner Psychose, Alfred Hitchcock sort du triomphe de La Mort aux trousses, un projet qu’il a longuement mûri et qui marque (...)
Jeudi 31 mai 2012 Se voulant un retour aux origines de la saga "Alien", "Prometheus" est surtout une impasse pour Ridley Scott, tiraillé entre l’envie de retrouver sa splendeur graphique des débuts et son désir de rivaliser avec les blockbusters...
Mercredi 25 avril 2012 La réunion des super-héros Marvel, pas toujours très bien servis séparément lors de leurs aventures individuelles, trouve en Joss Whedon l’homme de la situation : un amoureux des récits multiples et des comics, un cinéaste à la fois efficace,...
Mercredi 11 avril 2012 Un père de famille endeuillé achète un zoo pour offrir une nouvelle vie à ses enfants et se retrouve d’une communauté en souffrance. Superbe sujet à la Capra, que Cameron Crowe transforme en fable émouvante où l’on apprend à rêver les yeux ouverts...
Vendredi 26 ao?t 2011 Comédies poussives, blockbusters ineptes : pas grand-chose à se mettre sous la dent cet été au cinéma. La surprise est venue de là où on ne l’attendait pas : "La Planète des singes, les origines", série B à la Don Siegel percutante et...
Mercredi 20 avril 2011 De Kenneth Branagh (ÉU, 1h54) avec Chris Hemsworth, Natalie Portman…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !