Le beau geste frère des Innocents

Les innocents + Bastien Lallemant

Épicerie Moderne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Loin du tapage, JP Nataf et Jean-Christophe Urbain ont ravivé avec l'impeccable "Mandarine" la flamme mélomane des Innocents. Réhabilitant au passage le souvenir parfois faussé d'un groupe qui compte au final beaucoup plus que l'enfilade de tubes pop livrée deux décennies durant.

Chienne de vie. Vraiment. Quand on voit la vitesse à laquelle s'est rempli le Transbordeur à l'annonce d'un concert surprise des Insus (soit Téléphone reformé en mode clando pour faire genre) et qu'on constate avec quelle discrétion est accueilli le retour des Innocents, eh bien messieurs dames, on vous le dit comme on le pense, quelque chose branle dans le manche, il y a du mou de veau dans l'hygiaphone et le monde est décidément «aussi parfait qu'il est plat» – c'est-à-dire surtout plat.

Parce que, si on peut se permettre de parler un peu musique, les Innocents c'est quand même un autre Finistère que Téléphone. Ironique, quand on songe que les deux groupes ont été portés par une ribambelle de tubes dopés par les radios. Sauf que. Concernant Téléphone, il y a les tubes, taillés pour les stades ou les soirées quadras qui dégénèrent après minuit, mais c'est tout. Du côté des Innocents, il y a les tubes aussi, mais ceux-ci cachent un énorme malentendu.

Geste frère, frères de geste

Car lorsqu'on écoutait, dans les années 80-90, tous leurs hits (on vous fait grâce de la liste), on n'écoutait pas vraiment. On se laissait porter par la vitrine alléchante des mélodies ou par la surface de paroles parfois absconses, mais on allait voir ni l'arrière-boutique ni, en profondeur, les richesses d'arrangements furieusement pop.

On n'entendait donc pas, ou on l'a fait bien plus tard, à quel point les Innocents étaient cultivés, mélomanes et, surtout, avec quelle magie ils parvenaient à marier ce bagage avec un art de la citation (Beatles, XTC, The dB's, n'en jetez plus) et de l'appropriation d'une rare subtilité.

Or, c'est bien cela que met en lumière la reformation du couple de compositeurs JP Nataf/JC Urbain : une inventivité certes jamais tarie (même en solo) mais réenchantée par le retour de ce «geste frère» de ces frères de geste musicale, à l'origine de Mandarine, certificat d'authenticité d'une réconciliation (dont ils font le récit et le bilan) pour l'amour de l'art et pas celui du buzz ou du flouze.

Quand on chante qu'on a «les souvenirs devant nous», c'est qu'il n'est pas question de reluquer le rétro ou de refaire le vieux coup tordu de la nostalgie qui ne dit pas son nom, de la reformation qui – trop vue, trop connue je t'embrouille – déforme les souvenirs.

Les Innocents [+ Bastien Lallemant]
À l'Epicerie Moderne jeudi 15 octobre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 14 janvier 2020 Confirmant, cinq ans après Mandarine, leur retour aux affaires, les Innocents font de 6 1/2 le terreau de la confrontation de talents plus habiles à se vivre dans l'exponentiel que dans la simple addition.
Jeudi 1 septembre 2016 La concurrence (ou les confrères) prenant leur temps pour redémarrer la saison en mode diesel, c'est une certaine péniche du quai des Étroits, qui ce mois-ci fait figure de bon élève boulimique, alignant comme des perles les concerts de musique pas...
Mercredi 4 mai 2016 Harold Martinez Alors que l'on vient d'apprendre la venue à l'automne du Wovenhand de David Eugene Edwards, on pourra patienter durant ce mois de mai (...)
Mardi 29 septembre 2015 De mémoire de rats de salle de concert, cette rentrée musicale est l'une des plus chargées que la ville ait connue. Qu'à cela ne tienne, ce ne sont pas dix concerts que nous vous avons tagués comme "incontournables" cette année, mais une vingtaine....
Mercredi 16 juin 2010 JP Nataf a beau faire l'innocent, ou du moins l'ex-Innocents, du nom du groupe avec lequel il connut un succès certain dans les années 90, il n'en a pas (...)
Vendredi 13 novembre 2009 Pop / Il y a sur ‘Clair’, le dernier album de JP Nataf, son deuxième en solo, ce que le jargon énonce généralement comme un morceau de bravoure : une (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X