Étienne Daho aux Nuits de Fourvière : éclair obscur

Etienne Daho

Théâtres romains de Fourvière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Pop / La soixantaine passée, Étienne Daho a décidé de passer aussi la seconde sur son album le plus rock à ce jour. Un disque sombre et brillant de mille feux que le chanteur rennais vient faire exploser sur la scène de Fourvière, l'un de ses antres fétiches.

Après un passage en correctionnelle qui avait failli l'expédier une énième fois dans l'au-delà en 2013, lui qui quelques années plus tôt chantait Le Condamné à Mort de Genet, Étienne Daho avait finalement pu, non sans un léger différé, retrouver la santé et son innocence sur Les Chansons de l'Innocence retrouvée.

Un disque d'ailleurs pas si innocent que cela – le titre évoquait William Blake et une plantureuse créature aux seins nus sur la pochette avait failli la faire interdire – tant il marquait un vrai retour en forme et en grâce pour le chanteur après quelques flottements. Pour ainsi dire, on n'avait encore rien vu.

L'an dernier avec Blitz, énième album du retour – comme s'il s'agissait pour lui de ne cesser de revenir, y compris quand il n'est pas parti, problème des gens effacés – le Rennais désormais sexagénaire et célébré jusqu'à la Philharmonie de Paris (l'exposition Daho l'aime Pop) annonçait la couleur – on aurait pu écrire la colère – dès le titre, Blitz, donc, et la pochette, toujours : Daho en motard extérieur queer façon Scorpio Rising, ce sommet de cinéma underground signé Kenneth Anger, mêlant fétichisme à grosses cylindrées, scies 60's et embardées christiques.

De fait l'on pourrait attribuer à Blitz une partie de la définition que donnait le cinéaste de son film : un « Thanatos en chrome et cuir noir ». Mais un Thanatos comme paradoxalement animé d'une furieuse pulsion de vie.

Crooner doo-wop

C'est qu'ainsi fagotté, Daho embarque dans une équipée sauvage interlope et rugissante sur les flancs d'un disque nocturne, urbain, qui respire Londres et Los Angeles, sent le soufre et la mort, le deuil, l'ombre et la lumière, Hollywood Babylone autant que Sodome et Gomorrhe, ressuscite Syd Barrett (idole de toujours à l'origine de l'inclination "psycadélique" de Tombé pour la France) sur Chambre 29, se teinte, sur ce titre mais aussi The Deep End et ses brouillards « d'ashram in L.A. », de ce psychédélisme que semble exhaler Daho sur la pochette du disque dans une vapeur défiante et gracieuse.

Celle que sa voix monochrome et égale d'éternel adolescent pose sur ce petit chaos décadent de guitares gommant l'asphalte et de rythmiques à pistons comme pour faire semblant de les dompter, conscient qu'il est des choses qu'on ne maîtrise pas et qu'il vaut mieux laisser aller. Et de lâcher en sortie de route, sur Nocturne, crooner doo-wop quasi lynchien : « nous allons voyager léger ».

Toujours entre ici et ailleurs, c'est ce que n'a jamais cessé de faire Étienne Daho. Sexagénaire épanoui, le voilà sans doute moins encombré que jamais, qui peut mener encore ce genre de guerre éclair à sa discographie. Et éblouir toujours.

Étienne Daho
Au Théâtre Antique de Fourvière le lundi 11 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 20 novembre 2019 En plein EDENDAHOTOUR, qui accompagne la réédition d'"Eden", album de la renaissance paru en 1996, Étienne Daho fait étape à Lyon pour un concert aussi unique que spécial avec 50 musiciens de l'ONL. Il évoque pour nous cette double actualité.
Mardi 19 novembre 2019 Il y a 23 ans presque jour pour jour, le 19 novembre 1996, paraîssait Eden. Pour Étienne Daho une manière de complète résurrection, quelque mois après sa (...)
Mardi 5 novembre 2019 Avec la réédition de son album Eden (1996) et la tournée orchestrale qui l'accompagne, Etienne Daho replonge avec bonheur dans le souvenir de l'album d'une radicale réinvention. L'occasion, avant son concert lyonnais aux côtés de musiciens de l'ONL,...
Samedi 2 juin 2018 Début du festival Nuits de Fourvière et gros noms à foison, Thom Yorke en solo au Transbo, saison des festivals lancée : en juin, point d'ennui, les esgourdes ne risquent pas encore de s'ensabler. 
Mardi 2 décembre 2014 Derrière des traits à la Dorian Gray, Etienne Daho cache un quasi-sexagénaire qui n'a jamais paru aussi fringant, malgré les coups du destin. Retour sur le parcours, presque sans faute, d'une increvable icône pop, de passage à Lyon pour sa tournée...
Mardi 23 septembre 2014 Rien que de très classique dans cette saison francophone. Du très bon, du bon, du moins bon, Kyo, et au milieu coule une rivière en Feu! Chatterton, inconcevable objet pop aux aspirations littéraires qui feront se gausser ou s'incliner. C'est à...
Mardi 15 juillet 2014 D'un coup, Etienne Daho, qu'on a cru une fois de plus au supplice, a recouvré santé et inspiration, à la faveur de ses "Chansons de l'Innocence retrouvée". Qui valent à l'invincible et imperturbable Rennais de remonter sur la scène de Fourvière avec...
Vendredi 3 juin 2011 Emprisonné à Fresnes, Jean Genet (1910-1986) écrit en 1942 "Le Condamné à mort", long texte poétique et érotique, et première publication de l'écrivain. Il (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X