La Fondation Bullukian se penche sur les discontinuités de l'histoire

h(H)istoires

Fondation Bullukian

Jusqu'au 29 juin 2024, du mardi au vendredi de 14h à 18h, samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h

Révision d’histoire / Réalisée en connivence avec la revue De(s)générations, l’exposition h(H)istoires présente les œuvres de quatre artistes donnant la voix aux cris inarticulés des vaincus.

Avec cette exposition, les trois commissaires Fanny Robin, Philippe Roux et Pascal Thevenet souhaitent insister sur la déclinaison plurielle de l’histoire : il n’y a jamais une seule histoire, celle « avec sa grande hache » selon la définition de Perec, écrite et gravée par les vainqueurs, mais aussi la nébuleuse des histoires inaudibles, invisibilisées, oubliées des vaincus.

à lire aussi : Sept expositions à ne pas rater en mai à Lyon et dans sa Métropole

Le chiffonnier et les déchets du langage

Tel un fantôme, une présence hante l’exposition : il s’agit de Walter Benjamin, le grand philosophe juif allemand, théoricien de la mémoire des vaincus et des figures marginales. Celle du chiffonnier erre discrètement dans les espaces, « qui soulève au bout de son bâton les débris de discours et les haillons de langage pour les charger en maugréant dans sa carriole » (W. Benjamin, Un marginal sort de l’ombre).

Briser la continuité de l’histoire

Faire propre ce geste qui agit dans les renfoncements de l’histoire est le défi des quatre artistes : le geste intempestif rompt la succession du temps, produisant ainsi une discontinuité dialectique en mesure de problématiser l’histoire et de l’interroger.

Les peintures sur verre de Jean-Marc Cerino sont parmi les œuvres les plus puissantes et discrètes de l’art contemporain actuel. Elles engagent un corps-à-corps avec l’histoire, s’insinuant entre apparition et destruction, comme témoigne la poignante image des documents du Ministère des Affaires étrangères flottant dans l’eau à la suite de la crue de la Seine de 1910.

Jean-Marc Cerino, Ministère des affaires étrangères, Crue de la Seine 1910, 2018, huile sur verre, impression et peinture synthétique à la bombe sous verre 118 x 157, 5 cm © Marc Noirce

 

Le méticuleux travail du remontage de l’image

Parmi les artistes les plus engagés présents à la dernière édition de la Biennale, Nicolas Daubanes expose à la Fondation quelques œuvres autour de l’univers carcéral et concentrationnaire (Montluc et Auschwitz), abordant des interrogations demeurant sans réponse, comme « Qui est responsable des responsables ? », œuvre en poudre d’acier aimantée restituant un silence trop lourd.

 Vues de l’exposition h(H)histoires à la Fondation Bullukian, 2024 © Fondation Bullukian 

 

Se positionnant dans le sillage de Brecht et Warburg, le travail minutieux de Christelle Franc constitue un remontage incessant de mots et de fragments d’image, tandis que celui d’Éric Manigaud plonge dans les ombres de l’histoire politique, recopiant à l’identique au crayon graphite des photos témoignant du massacre du 17 octobre 1961 à Paris ou de l’esclavagisme belge au Congo.

Christelle Franc, Vis-à-vis - extrait - panneau 3/10, 2017-2018, MDF 10mm, papier, feutre, stylo, crayonde couleur, 56 x 77 cm © DR

 

Éric Manigaud, Terre #1, 2002, crayons et poudre graphite sur papier, 19 x 19 cm © DR

 

h(H)istoires par Jean-Marc Cerino, Nicolas Daubanes, Christelle Franc et Éric Manigaud
À la Fondation Bullukian jusqu’au 29 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 10 juillet 2020 Avec son quatrième roman, Nina Hagen interprète Bertolt Brecht, l'auteur lyonnais Lilian Auzas poursuit une œuvre singulière qui se penche sur les destins de grandes figures féminines berlinoises. Et les délivre d'un certain nombre de malentendus.
Mardi 26 novembre 2019 À l’École des Beaux-Arts, un groupe de chercheurs et d’artistes explore la consistance mémorielle et temporelle des images à travers des œuvres et des créations. Une approche singulière de la recherche.
Mardi 22 mai 2018 Drôle de programme que ce concert qui nous annonce l'icône punk sexagénaire Nina Hagen chanter Bertolt Brecht dans la grande salle de l'Opéra. Et pourtant pas tant que ça. Explications.
Mardi 13 décembre 2016 Un groupe de recherche de l’École des Beaux-Arts de Lyon (re)met au travail des œuvres d'art de toutes époques. Et présente les fruits de ses élucubrations très originales sous trois formes : un livre, une exposition et une rencontre.
Mardi 8 novembre 2016 Avec des musiciens intégrés au jeu, un décor non-naturaliste, des marionnettes à taille humaine, Jean Lacornerie signe un Opéra de quat'sous très homogène, plein d'allégresse et de liberté.
Mercredi 8 avril 2009 Héritier des hyperréalistes américains, le stéphanois Eric Manigaud (né en 1971) dessine, à partir de photographies, des œuvres de grand format extrêmement précises (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X