Steve Schapiro, l'envers du décor (naturel)

Christophe Chabert | Mardi 18 novembre 2014

Belle initiative de l'Institut Lumière que cet hommage au photographe Steve Schapiro qui, dans les années 60 et 70, réalisa les photos de plateau de quelques films mythiques du Nouvel Hollywood. La Galerie Lumière, rue de l'Arbre Sec, expose ses images prises sur les tournages du Parrain ou de Taxi Driver, clichés qui ont déjà donné lieu à des ouvrages magnifiques édités par Taschen ; et au hangar, rue du Premier film, quatre films sur lesquels Schapiro a travaillé seront projetés. Taxi Driver, évidemment, mais aussi Chinatown, le néo-film noir de Polanski, Nos plus belles années de Sydney Pollack, mélodrame dont le classicisme est gâché par l'improbable présence de Barbra Streisand en pasionaria in love, et enfin l'exceptionnel Macadam Cowboy de John Schlesinger — que l'on présentera le 25 novembre à 20h30.

Seul film classé X à avoir jamais gagné l'oscar du meilleur film, cette histoire d'amitié entre deux marginaux — un jeune cowboy texan obligé de faire le gigolo à New York (John Voight) et un immigré italien boiteux et chétif (Dustin Hoffman) — représente une date importante par la liberté des thèmes qu'il aborde, le regard sans complaisance qu'il porte sur l'Amérique contemporaine mais aussi ses méthodes de tournage innovantes, Schlesinger et son opérateur ayant filmé avec des caméras légères dans les rues pour que les comédiens se fondent dans la foule new-yorkaise. Technique héritée de la Nouvelle Vague et du néo-réalisme qui sera reprise ensuite par Friedkin ou Scorsese et qui colle parfaitement à la démarche du photographe Schapiro, capable de photographier les stars mais aussi l'Amérique profonde, la réalité comme sa recréation à l'écran.

Christophe Chabert

Steve Schapiro et le cinéma américain des années 60-70
À la Galerie Lumière, jusqu'au 3 janvier


Steve Schapiro

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lumière 2013, jour 3. Guerres.

ECRANS | Nos plus belles années de Sydney Pollack. Hitler : dead or alive de Nick Grinde. The War zone de Tim Roth.

Christophe Chabert | Vendredi 18 octobre 2013

Lumière 2013, jour 3. Guerres.

Comme on l’a dit au jour 1 de ce festival, c’est au premier rang que l’on a choisi de faire la majorité des séances Lumière 2013. Ce qui évite d’ailleurs de jouer des coudes pour récupérer une place miraculeusement laissée vacante et pas trop proche de l’écran, dans des salles qui ne désemplissent pas. L’expérience, hélas ! n’a pas joué en la faveur de Nos plus belles années, pour l’instant une des rares déceptions de la programmation. Le film de Pollack a pourtant une aura mythique, et son réalisateur, sous l’impulsion passionnée de Pierre Berthomieu, est en train de gagner une incontestable légitimité posthume, par-delà l’étiquette qui lui a souvent été accolée de cinéastes pour grandes fresque académiques. Nos plus belles années n’en est pas une, même si il flirte outrageusement avec un néo-classicisme anachronique pour l’époque — le Nouvel Hollywood des années 70. Le titre (français) et le film lui-même font référence à une œuvre de William Wyler, Les Plus belles années de notre vie, filiation qui ne tient pas du clin d’œil, mais surtout d’un désir esthétique et rom

Continuer à lire