Seulement deux candidats pour le Transbordeur

Villeurbanne | Dans quelques jours seront auditionnés les candidats pour la prochaine Délégation de Service Public du Transbordeur : deux dossiers ont été déposés, dont celui des sortants mené par l'actuel directeur Cyrille Bonin.

Sébastien Broquet | Mardi 17 septembre 2019

Photo : © B-Rob


Surprise : la salle culte du Transbordeur, à Villeurbanne, n'est cette fois pas l'objet d'une lutte acharnée entre producteurs de spectacles ; seuls les sortants, emmenés par l'actuel directeur Cyrille Bonin (par ailleurs chroniqueur au Petit Bulletin), et un second candidat ont déposé leurs dossiers début juin dernier pour obtenir la DSP (délégation de service public) de la Ville de Lyon, dont l'actuelle convention prendra fin le 30 juin 2020.

Fimalac a flairé

Exit, déjà, les figures locales : en 2010, Frédéric Gangneux (ancien programmateur de la salle) ou encore l'actuel directeur du Fil à Saint-Étienne, Thierry Pilat, avaient porté des dossiers de candidature. En 2015, trois dossiers avaient été présentés : outre le vainqueur Transmission, le producteur Les Derniers Couchés et la société Bellevue dirigée par le fondateur de la salle Victor Bosch avaient candidatés. Pour 2020, aucune de ces figures locales ni leurs successeurs ne sont venus se frotter à une équipe déjà bien en place.

Contrairement à leur habituelle boulimie d'achats de salles dans les grandes villes, à Lyon, Live Nation, AEG, Lagardère, Vivendi n'ont pas bougé le petit doigt – se réservant sans doute pour la Halle Tony Garnier, dont le dossier est encore en suspens, l'audit commandé sur le fonctionnement et l'état de la salle étant terminé mais le dossier, comme souvent ces derniers mois côté culture (Point du Jour, Villa Gillet...), attendant patiemment sur le bureau de Gérard Collomb que celui-ci donne son avis. Fimalac est l'unique gros producteur privé à s'être manifesté pour le Transbordeur et à essayer de chambouler l'écosystème local, qui reste férocément attaché à son indépendance, l'arrivée de Vivendi via une de ses filiales (OlympiaProd) au Parc OL pour le festival Felyn en juin 2020 étant pour l'instant l'unique tentative concrétisée d'implantation de l'un de ces mastodontes du divertissement.

Effectuant une visite des lieux, se renseignant activement, Fimalac (qui détient la salle Pleyel à Paris ou le Zénith de Strasbourg) s'est donc bien positionné. Mais au dernier moment, la filiale de la holding de Marc Ladreit de Lacharrière a décidé de ne pas déposer de dossier. Selon les sources, parce la salle n'était pas suffisamment en bon état et qu'ils ne voulaient pas investir en travaux pour seulement cinq ans. D'autres affirment que n'ayant pas réussi à trouver une équipe locale acceptant de travailler pour eux, Fimalac a jeté l'éponge. Tout en restant à l'affût de ce qu'il va se passer pour la Halle Tony Garnier.

Une salle rentable

Des deux dossiers déposés, l'un est clairement identifiable puisqu'il s'agit des gagnants précédents : la société Transmission, détenue à 50% par le producteur local Eldorado, 40% par le tourneur Alias (JHD Production), 5% par l'actuel directeur Cyrille Bonin et 5% par Vincent Carry, directeur de Arty Farty.

Le second est celui d'un entrepreneur breton dont le nom n'a pas filtré.

Les deux candidats seront auditionnés oralement durant la première quinzaine d'octobre puis la décision finale sera rendue au plus tard en janvier, pour une prise de fonction au 1er juillet 2020.

Sous l'égide de Transmission depuis 2010, le Transbordeur est devenu depuis trois ans un lieu rentable fonctionnant sans subvention directe des collectivités publiques. En 2018, outre le loyer annuel de 15.000 euros dû à la Ville, 36.000 euros ont été reversés à la collectivité dans le cadre de la redevance indexée sur le chiffre d'affaire. Il faut signaler toutefois que l'argent public n'est pas totalement absent des ressources de la salle : la Ville, dans le cadre d'une convention, verse 89.700 euros chaque année à Transmission si certaines conditions sont respectées (programmer 90 concerts dans l'année, dont 15 de groupes locaux de musiques actuelles, et offrir quatre résidences à des artistes locaux). Somme fléchée par la suite pour les programmes gratuits French Kiss ou certains festivals organisés par des associations locales, tel ce week-end La Messe de Minuit, qui peut bénéficier de conditions d'accueil favorables. On peut relever aussi sur ce dernier quinquennat les investissements réalisés par la société sur l'espace extérieur, avec la création d'une troisième scène permettant d'accueillir les Summer Sessions.

Ce sera la dernière DSP accordée par la Ville de Lyon, avant que la Métropole ne prenne le relais en 2025 : le lieu appartient depuis le début à cette collectivité, mais du temps de son ancêtre la COURLY, qui n'était alors pas dotée de compétences culturelles, la gestion de la salle avait été déléguée à la Ville de Lyon. Avec la montée en puissance de la Métropole et le fait qu'elle a désormais d'importantes compétences en matière de culture, la prochaine DSP du Transbordeur va revêtir de nouveaux enjeux.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Gérard Collomb choisit Transmission jusqu'en 2025 pour le Transbordeur

Transbordeur | On connaît le choix de la mairie de Lyon concernant la prochaine délégation de service public du Transbordeur : il s'agit des sortants, en place depuis dix ans, à savoir la société Transmission et l'actuel directeur Cyrille Bonin.

Sébastien Broquet | Mercredi 20 novembre 2019

Gérard Collomb choisit Transmission jusqu'en 2025 pour le Transbordeur

Comme révélé dans notre numéro 972 paru le mercredi 13 novembre, c'est bien la société Transmission qui a été choisie par Gérard Collomb pour la délégation de service public du Transbordeur jusqu'en 2025. Cette décision sera proposée au vote du conseil municipal du 27 janvier 2020. Le maire de Lyon explique ainsi son choix dans un communiqué : « l’équipe de la société Transmission s’appuie sur un projet solide financièrement et reconnu artistiquement, participant ainsi à la politique culturelle ambitieuse menée par la Ville et à l’attractivité de notre territoire. Avec environ 160 concerts par an et pas moins de 150 000 spectateurs accueillis, Le Transbordeur est un lieu incontournable de la vie lyonnaise et les cinq années à venir permettront de poursuivre et d’enrichir le projet engagé ». Deux sociétés avaient candidaté : Transmission d'un côté, et Hors-Bord de l'autre. Le choix, toujours selon le communiqué de la mairie, s'est porté sur la première nommée, dirigée

Continuer à lire

Harout Mekhsian associé à Cartel Concerts, candidats à la reprise du Transbordeur

Transbordeur | La délégation de service public du Transbordeur, la salle de concerts située à Villeurbanne, prend fin le 30 juin 2020. Deux candidats se sont positionnés : les actuels délégataires Transmission, et un nouveau venu, Hors-Bord, dont nous vous dévoilons en exclusivité le projet.

Sébastien Broquet | Lundi 14 octobre 2019

Harout Mekhsian associé à Cartel Concerts, candidats à la reprise du Transbordeur

Les deux candidats à la prochaine délégation de service public (DSP) du Transbordeur ont été auditionnés la semaine dernière : vendredi en ce qui concerne les sortants, Transmission, représentés par l'actuel directeur Cyrille Bonin dont nous avons évoqué le projet, qui s'aligne dans la continuité de l'actuel fonctionnement, dans notre édition du mercredi 18 septembre dernier. Et un jour plus tôt, jeudi, pour le second projet porté par Harout Mekhsian. Ce dernier est basé à Lyon, où il est né en 1974 et l'on en sait un peu plus sur le dossier qu'il a présenté au jury : sous le nom de Hors-Bord, une SAS créée pour l'occasion dont il serait le PDG, il propose de s'associer avec la société de billetterie lyonnaise créée en 2011 Yurplan (à hauteur de 40% du capital de 50 000€), le producteur de concerts Cartel (30% du capital, il s'agit d'une agen

Continuer à lire

Ostgut Ton, 10 ans de purisme techno

MUSIQUES | Mi-août, Ostgut Ton fêtait ses dix ans à domicile. Cette semaine, c'est au Transbordeur et au Sucre que la (panzer) division discographique du célèbre Berghain poursuit les hostilités. Petites natures s'abstenir.

Benjamin Mialot | Mardi 15 septembre 2015

Ostgut Ton, 10 ans de purisme techno

«Don't forget 2 go home !» N'oubliez pas de rentrer à la maison. Dans la file d'attente grillagée qui mène au Berghain, couloir de la (petite) mort à l'entrée duquel mieux vaut abandonner tout espoir – de passer le contrôle au faciès de Sven Marquardt, l'iconique et impénétrable physionomiste qui sépare le bon grain électromane de l'ivraie party animalière à l'autre extrémité –, voilà le seul conseil qui vaille. Tagué sur un bout de mur du temple berlinois de la culture électronique, il en est même devenu le slogan officieux. Et pour cause : réincarnation de l'Ostgut, haut lieu de la culture queer dont les agents actifs de la gentrification firent table rase début 2003, cette ancienne centrale de l'est convertie un an plus tard en club (techno au Berghain à proprement parler, house au Panorama Bar à l'étage, musique contemporaine à la Kantine, installée dans une aile) / spot de parachutisme (vous voyez très bien de quoi on parle) / boîte à cul (gay au Berghain, hétéro au Panorama) a fait de la désorientation sa marque de fabrique. Pénombre quasi-permanente, sets-marathons (du jeudi soir au l

Continuer à lire

Django Django, les maîtres de l'univers pop

MUSIQUES | Il y a un moment, à 4'30'' de Giant, le premier morceau de Born Under Saturn, l'album que vient nous présenter Django Django, où le monde semble s'ouvrir (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 15 septembre 2015

Django Django, les maîtres de l'univers pop

Il y a un moment, à 4'30'' de Giant, le premier morceau de Born Under Saturn, l'album que vient nous présenter Django Django, où le monde semble s'ouvrir en deux sur un changement de ton. Et où, sur fond de claviers quasi carpenteriens, sous un empilement de "ouh ouh" et perdu dans une rythmique space funk, un chœur chante «Take it back if you really, really wanna take it to the stars». Là commence un voyage qui n'est que changement de direction dans l'espace-temps (d'où sans doute la référence à Saturne, planète géante, donc, et dieu du temps du panthéon romain). Car Born Under Saturn est plein de fausses cassures de rythme (le "sax" de Reflections) qui sont autant de passages semblables à ces trous de vers qui permettraient en théorie d'accéder d'un bout du cosmos à l'autre ; plein de sauts quantiques musicaux qui ne sont pas sans rappeler, en plus sophistiqué, la manière qu'avaient en concert leurs aînés du Beta Band de s'échanger les instruments en plein milieu d'un morceau ; plein de ces digressions dignes, tant pis, on les cite, des contrepoints chers aux Be

Continuer à lire

Metz ou le hardcore sidérurgique

MUSIQUES | Affublé d'un blase de préfecture de Moselle, Metz a taillé dans le vif pourtant déjà très à vif de son premier album pour livrer "II", transformation d'essai rageuse et tranchante qui semble droit sortie du fracas et de la chaleur infernale des hauts-fourneaux lorrains. Tout cela depuis le Canada.

Stéphane Duchêne | Mardi 15 septembre 2015

Metz ou le hardcore sidérurgique

Ah, Metz ! Ville fleurie tri-millénaire, préfecture du département de la Moselle, citée romaine sous le nom de Divodorum, ancienne capitale d'Austrasie, importante ville de l'Empire Carolingien, du Saint-Empire romain germanique et, par intermittence, de la première division du championnat de France de football. Ville libre et souvent assaillie, Metz vainquit par la main de Saint-Georges le maléfique Graoully et par les pieds de Tony Kurbos et Jules Bocandé le FC Barcelone au Camp Nou en Coupe des Coupes 1984-85. Elle connut aussi des défaites avec l'annexion par l'Allemagne et la perte du championnat de France de football 1998 à la différence de but aux dépens du RC Lens – deux épisodes que les Messins préfèrent oublier... Bien, ouh là, stop, soyez sympas, rembobinez : on s'égare, Metz n'étant pas le sujet de cet article. Ou plutôt si, mais le Metz canadien, groupe hardcore de son état, baptisé ainsi suite à un concert lorrain visiblement marquant de deux de ses membres en 2006 – le hors-sujet n'est donc pas total, même si au contraire de la ville, Metz le groupe présente une diversité architecturale assez

Continuer à lire

«Faire des choix esthétiques»

MUSIQUES | Entretien / Cyrille Bonin, nouveau directeur du Transbordeur. Cet activiste des musiques actuelles, choisi par Eldorado pour diriger la salle lyonnaise, s'explique sur ses ambitions pour les cinq prochaines années, durée de la Délégation de Service Public. Propos recueillis par Dorotée Aznar et Stéphane Duchêne

Dorotée Aznar | Vendredi 17 septembre 2010

«Faire des choix esthétiques»

Petit Bulletin : Quand vous avez été choisi comme directeur du Transbordeur, on vous a présenté comme la caution culturelle du dossier présenté par Eldorado, un important producteur de spectacles…Cyrille Bonin : Ce n'est pas tout à fait faux. Ce qui a fait beaucoup parler c'est qu'Eldorado et Alias sont actionnaires à 90% de la société Transmission, qui gère la salle. Vincent Carry (directeur du festival Nuits sonores, NdlR) et moi seulement à 5% chacun. Mais je suis bien le directeur du Transbordeur : c'est inscrit dans les statuts, mais c'est aussi comme ça que cela va se passer dans la réalité. Le fait qu'Arty Farty ait présenté un dossier qui a été rejeté, avant de se rallier à Eldorado, a contribué à brouiller les pistes... Avec Arty Farty (association qui organise notamment le festival Nuits sonores, NdlR), dont je suis membre, nous avions effectivement présenté au premier tour un dossier qui a été retoqué pour des raisons purement administratives. Mais dans le cahier des charges de la Délégation de Service Public (DSP), rien n'interdisait à une personne physique, comme Vincent Carry et moi, de pouvoir se représenter à titre purement personnel da

Continuer à lire