David Kimelfeld : « il est encore temps de revenir sur votre décision ! »

Fagor-Brandt | L'ancien président de la Métropole, David Kimelfeld, désormais dans l'opposition, ne digère pas la décision de son successeur Bruno Bernard de mettre fin à l'expérience Fagor-Brandt, lui qui a initié un véritable élan métropolitain autour de l'urbanisme transitoire.

Sébastien Broquet | Lundi 18 octobre 2021

Photo : © Yanis Ourabah


Comment avez-vous pris la décision de Bruno Bernard de mettre fin à l'aventure Fagor-Brandt ?
David Kimelfeld : D'abord, ce que je ne comprends pas dans cette décision, c'est cette façon de fouler au pied ce qu'est l'urbanisme transitoire. Sur certaines choses, j'ai été dans la continuité de ce que faisait Gérard Collomb ; mais l'urbanisme transitoire, c'est un dossier qui n'existait pas quand je suis devenu président de la Métropole, en 2017. On le met alors au-dessus de la pile. Et s'il y a un dossier sur lequel je n'étais pas inquiet pour sa continuité avec les Verts, c'était bien celui-là ! Je me disais au moins, l'urbanisme transitoire — je ne me faisais aucune illusion sur l'attractivité par exemple —, ils vont s'en saisir et ils vont même l'intensifier. Résultat : le premier acte qu'ils posent, c'est pour fermer un lieu. Pour le transformer, en plus, en quelque chose qui n'amène pas de service, pas de vie, pas de mixité : qui n'amène rien aux habitants. Quelle vision le président de la Métropole, Bruno Bernard, a de Gerland ? De la Ville de Lyon ?

L'urbanisme transitoire n'est que transitoire, bien évidemment. Mais à condition que derrière on y installe des activités qui amènent du plus, pas du moins. Et là, c'est du moins. Aucun lien avec le territoire, surtout dans cet endroit très particulier, avec beaucoup de logements sociaux, un collège juste en face, avec un arrêt de tramway devant : on n'a pas fait un arrêt juste pour que l'équipe du Sytral arrive au travail le matin, c'est complètement délirant ! On a l'impression que les Verts n'ont pas tiré les leçons de ce qu'il s'est passé pendant cette expérience. Notamment les liens établis avec la population. Lyon Street Food Festival, ils ont envoyé 500 courriers aux gens qui habitent autour, ils ont eu 200 réponses de personnes voulant venir. C'est important ce qui se passe-là ! La Biennale d'Art Contemporain, il y a eu de la médiation culturelle. C'est un signe que l'on envoie au quartier qui est parlant : contentez-vous d'un entrepôt de tramways, vous n'avez pas mérité plus, vous n'avez pas besoin de services, pas besoin d'activité.

Et on dit toujours qu'il faut que les équipes culturelles acceptent de mutualiser : là-bas, c'est en cours, avec une régie unique, des prêts de matériel, tout a super bien fonctionné. Les Verts n'ont pas étudié l'urbanisme transitoire tel qu'on doit l'étudier : on essaye quelque chose et à partir de l'expérience, on décide de ce que l'on fait. Ils ne vont pas me faire croire qu'à partir de la Biennale d'Art Contemporain, de la Danse, du Lyon Street Food Festival et de Nuits sonores, l'expérience c'est d'en faire un lieu de réparation des tramways où il y aura 35 salariés ! C'est moins que les permanents des Biennales ! C'est totalement délirant.

Mais il n'y a pas d'autres friches envisageables sur Lyon pour accueillir de la culture ?
Il n'y a pas sur Lyon l'équivalent. Même le technicentre à La Saulaie qu'ils sont en train d'essayer de vendre à tout le monde, ça coince. D'abord, il y a d'autres activités, ensuite les délais ne vont pas être tenus. Et ce ne sont pas les mêmes caractéristiques techniques. Je ne comprends pas : les Verts, ce sont des gens qui veulent faire un maximum de choses en régie, l'eau, la régie de ceci ou de cela... Là, ils pouvaient faire une sorte de régie de l'événementiel et se dire que ce lieu permettait à des équipes émergentes de faire naître des festivals et de les expérimenter, dans des conditions fixées par le public, donc des conditions financières qui permettent d'avoir un accès simplifié. Moi, je donne toujours l'exemple de Peinture Fraîche [NdlR : co-organisé par Le Petit Bulletin] : s'il n'y a pas la Halle Debourg, c'est plus compliqué pour eux de démarrer. Le phénomène ne se serait pas accéléré comme ça, parce qu'ils auraient été où ? À La Sucrière qui coûte plus cher ? Fagor-Brandt, c'est l'endroit rêvé pour faire émerger des idées, des festivals. Dans des conditions économiques favorables.

Je trouve paradoxal que dans la même semaine — parce qu'ils ont quand-même le sens du symbole, les écolos — on ferme Fagor et on adopte une délibération pour l'Arena à Décines. Que j'ai soutenue, je n'ai pas de complexe là-dessus, mais moi je l'ai soutenue en faisant de l'urbanisme transitoire. Eux, ils soutiennent l'Arena en faisant tout un baratin pour dire qu'ils ont eu des exigences envers Jean-Michel Aulas, qu'il va mettre de l'émergence grâce à eux. Avant d'avoir des exigences avec les équipes du privé, commencez par avoir des exigences avec vous-mêmes !

Il met en difficulté son vice-président à la Culture

Jean-Michel Aulas sensible à l'émergence culturelle ?
Il les a embobiné ! [NdlR : l'interview a été réalisée avant l'annonce du partenariat entre l'OL et Live Nation pour l'Arena]. Et ça ne me choque pas, c'est pas son rôle l'émergence culturelle. Ce discours des Verts, c'était juste pour faire passer la pilule à ceux qui ne voulaient pas voter la délibération. Jean-Michel Aulas a passé l'âge de recevoir des leçons des Verts, franchement. Dans ce même temps où ils racontent n'importe quoi sur cette Arena, ils mettent à mal le seul outil qu'ils ont à leur disposition, Fagor-Brandt, qui pourrait accueillir de l'émergence. C'est totalement incohérent.

En plus, Bruno Bernard met en difficulté son vice-président à la Culture Cédric Van Styvendael, qui accueille l'an prochain à Villeurbanne la Capitale de la Culture. Quand-même, fermer une friche culturelle dans la ville d'à côté juste avant, c'est pas terrible. Je sais que lui n'est pas d'accord avec cette décision. Mais Bruno Bernard est un spécialiste pour mettre ses alliés socialistes en difficulté : Hélène Geoffroy, il lui a confié le dialogue avec les maires, et lui il ne dialogue pas avec. Renaud Payre, il lui dit de faire du logement et de l'autre côté il dit faut pas artificialiser les sols donc ne pas construire. Au bout d'un moment, on dira que leur bilan n'est pas bon et que c'est la faute de Renaud Payre, Hélène Geoffroy ou Cédric Van Styvendael... Bruno Bernard traite mal ses partenaires. Je trouve ça incroyable.

Et dans son rapport à la Ville de Lyon, quelle manière de faire... Nathalie Perrin-Gilbert est sincère quand elle dit qu'elle n'était pas au courant. Elle a raison quand elle dit que Lyon ne doit pas se muséifier. Que c'est une chance extraordinaire d'avoir ce lieu. Je trouve le maire de Lyon encore étrangement muet, il ne parle pas, il ne s'exprime pas. Ce n'est pas bon pour la Ville de Lyon : on était déjà en retard sur l'urbanisme transitoire, on était à la traîne par rapport à Paris, Nantes, Bordeaux... Bruno Bernard envoie un très mauvais signe. Et puis on ne peut pas annoncer fermer Fagor-Brandt et le lundi qui suit faire une journée d'étude sur l'urbanisme transitoire à la Halle Debourg pour dire que c'est super bien ! Incohérence totale.

Il y avait eu de l'investissement pour Fagor-Brandt sous votre présidence ?
Oui. 760 000€ — dont 200 000€ de la Métropole en subvention et le reste des Biennales. D'abord, il a fallu refaire le chauffage, remettre en état toitures et portes, la rampe d'accès, l'aménagement du café-restaurant et de la billetterie, la boutique, les sanitaires, l'installation des bureaux des Biennales. Et la Métropole avait aussi fait des travaux par elle-même avant.

Il y aurait aussi sur le site des problèmes de pollution ?
Oui. Ce site est pollué. Le sol, principalement. Ce qui explique que l'on ait pu obtenir des autorisations que pour faire de l'événementiel, avec des conditions très drastiques. On ne peut pas y installer d'activités pérennes sans dépolluer. Soit ils dépolluent et ça coûte très très cher, mais juste pour un entrepôt de tramway ça paraît disproportionné. Soit ils ne dépolluent pas et là on installe du pérenne sans dépolluer, ce qui est contraire à leurs principes ! Sur de l'urbanisme transitoire, ce n'était pas un problème. C'est ce que l'on avait exigé sur l'autre partie du site pour la construction de logements, ça avait été fait par le promoteur.

Voyez-vous une solution ?
On y a installé la Biennale d'Art Contemporain, c'était leur première édition. C'était compliqué de faire passer le message au public que c'était là-bas et non plus à La Sucrière. Changer encore ? Il y a des cycles dans la culture, il faut au moins trois éditions sur un site, ne pas changer tout le temps. Rien ne va dans cette décision !

Je suis ahuri, je pense à Nathalie Perrin-Gilbert : je peux parfois être critique envers elle, mais franchement, elle s'est mobilisée pendant le Covid pour les acteurs culturels, elle a convaincu Doucet d'y aller, ils ont balancé de l'argent de manière assez importante, c'était nécessaire. Elle a fait le travail ! Et en récompense, on sort du Covid et on lui dit : on va fermer le lieu de l'émergence culturelle de Lyon pour le remplacer par un entrepôt ? C'est quand-même une drôle de façon de voir les choses. Y compris pour le monde culturel. La période a été dure et leur dire : on ferme un lieu... C'est terrible. Je lance un appel aux Écologistes : il est encore temps de revenir sur votre décision. Il ne faut pas qu'ils aillent totalement dans le mur. Bruno Bernard sortirait grandi en disant : « ok, je me suis trompé, ça peut arriver. J'ai pas fait gaffe aux conséquences de cette décision, je remets les choses à plat. » Je préférerais que ça se passe comme ça plutôt qu'il aille dans le mur. Il est encore temps !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Grégory Doucet : « je trouve ça très bien que la ville se réinvente en permanence »

Fagor-Brandt | Grégory Doucet ne s'était jusqu'ici pas exprimé au sujet de la transformation du site Fagor-Brandt en entrepôt TCL, voulue par son allié écologiste Bruno Bernard, président de la Métropole. Voici sa vision de la situation. 

Sébastien Broquet | Lundi 18 octobre 2021

Grégory Doucet : « je trouve ça très bien que la ville se réinvente en permanence »

Que pensez-vous de la décision de Bruno Bernard de transformer le site Fagor-Brandt en local TCL, ce qui laisse quatre structures culturelles SDF en 2023 ?Grégory Doucet : Alors, rappelez-vous que l'utilisation de ce site a toujours été posée comme étant transitoire. Le site sera utilisable jusqu'en 2023 par les acteurs culturels, pour moi c'est une garantie, ça donne de la visibilité et c'est très bien. Et sur le fait que ce site industriel devienne un site Sytral pour lui permettre d'opérer notamment les tramways et les bus : ça répond aussi à un besoin de la collectivité. Il faut trouver le bon équilibre. Moi, pour être tout à fait honnête avec vous, je n'ai pas encore la copie définitive. Donc il faut voir ce qui va pouvoir encore être fait sur l'emprise, car elle est assez importante. Et on va commencer à réfléchir avec les acteurs culturels pour trouver d'autres endroits. De toute façon, je trouve ça très bien que la ville, et que ce qui se passait pré

Continuer à lire

Fagor-Brandt, ce sera jusqu'en novembre 2023

Politique Culturelle | L'utilisation temporaire de Fagor-Brandt est prolongée jusqu'en novembre 2023, à la demande des acteurs culturels occupant le lieu. Mais rien n'est résolu pour la suite qui, au contraire, semble se compliquer, la Métropole n'ayant rien anticipé.

Sébastien Broquet | Lundi 18 octobre 2021

Fagor-Brandt, ce sera jusqu'en novembre 2023

Toutes et tous étaient arrivés à la réunion de concertation du lundi 4 octobre au matin avec un mot d'ordre commun : obtenir la prolongation de l'utilisation de Fagor-Brandt jusqu'à fin 2023, et non janvier comme voulu par le président de la Métropole. Histoire de se laisser un peu de temps pour trouver une solution de repli, Bruno Bernard ayant mis tout le monde devant le fait accompli. Tout le monde, c'était : Vincent Carry (Nuits sonores), Émeric Richard (Lyon Street Food Festival), Isabelle Bertolotti (Biennale d'Art Contemporain), Dominique Hervieu (Biennale de la Danse) et le régisseur des Biennales. Du côté de la Métropole, étaient présents trois membres du cabinet du président, mais aucun élu : Julien Rolland (directeur général adjoint du Grand Lyon), Cyrielle Chatelain (conseillère culture) et Ludovic Chambe (conseiller urbanisme et logement au cabinet). La réunion fut cordiale, des excuses fu

Continuer à lire

Bruno Bernard transforme Fagor-Brandt en entrepôt TCL, les Biennales, Lyon Street Food et Nuits sonores sont SDF

Politique Culturelle | La Biennale de la Danse et celle d'Art Contemporain, Nuits sonores et le Lyon Street Food Festival : quatre institutions culturelles de grande envergure se retrouveront SDF en 2023 et sont à l'heure actuelle sans solution de repli, suite à la décision du président de la Métropole Bruno Bernard de transformer Fagor-Brandt en entrepôt TCL, sans concertation préalable avec les occupants culturels pour les reloger ailleurs.

Sébastien Broquet | Jeudi 30 septembre 2021

Bruno Bernard transforme Fagor-Brandt en entrepôt TCL, les Biennales, Lyon Street Food et Nuits sonores sont SDF

Les anciennes usines Fagor-Brandt transformées en local technique du Sytral, afin de stocker les tramways, entre autres. C'est ce qui va se passer à horizon début 2023. Mauvaise nouvelle pour le milieu culturel et événementiel lyonnais, qui avait posé son empreinte sur ce lieu immense depuis quelques années maintenant : Nuits sonores, Lyon Street Food Festival et les Biennales de la Danse et d'Art Contemporain se déroulaient là-bas. Bien sûr, la réhabilitation de Fagor-Brandt, qui est une friche industrielle, était dans l'esprit de tous. Mais pas si vite. Et pas sans concertation préalable. Surtout en ce qui concerne les Biennales, qui avaient investi financièrement pour réhabiliter les lieux et pensaient rester quelques années sur place. C'est une surprise Isabelle Bertolotti, directrice du Musée d'Art Contemporain et de la Biennale d'Art Contemporain, est très claire lorsque nous lui posons la question : « nos bureaux sont là-bas, pas seulement nos événements. La Biennale d'Art Contemporain se déroulera bien en 2022 à Fagor-Brandt, mais pour la Bienn

Continuer à lire

Après la Fête des Lumières, bientôt une Fête de l'Eau

Lyon | Grégory Doucet l'a affirmé ce jeudi matin en préambule du conseil municipal : il veut créer à Lyon une Fête de l'Eau, avec un carnaval, dès l'été 2022.

Sébastien Broquet | Jeudi 25 mars 2021

Après la Fête des Lumières, bientôt une Fête de l'Eau

S'adressant à la presse ce jeudi matin avant que le conseil municipal ne débute, Grégory Doucet, maire de Lyon, a confirmé une information dévoilée par Le Progrès mercredi : la Ville va créer une nouvelle fête dans l'esprit de celle des Lumières se déroulant en décembre, cette fois avec pour thème l'eau, célébrant en particulier le Rhône et la Saône, avec un carnaval et le retour de joutes fluviales. L'édile a déclaré ce matin « vouloir une grande fête populaire, en été, que j'espère joyeuse ». Au Progrès, il déclarait hier au sujet de cette Fête de l'Eau : « dans un temps de l’histoire où l’on doit penser rafraîchissement, célébrer l’eau et lui redonner une importance et une valeur symbolique a du sens. Il m’importe que la transition écologique se fasse en s’appuyant sur l’histoire de la ville, sa géographie, sa culture ; sur ce que Lyon a comme atouts : la Saône

Continuer à lire

Collège Truffaut : Lyon BD au tableau d’honneur

Bande Dessinée | Parmi les futurs locataires du Collège Truffaut réhabilité figure Lyon BD Organisation, l’association à la tête du festival homonyme depuis quinze ans et à la manœuvre d’une foultitude d’événements en lien avec les univers graphiques tout au long de l’année. Son projet ? Le Collège Graphique.

Vincent Raymond | Lundi 22 mars 2021

Collège Truffaut : Lyon BD au tableau d’honneur

Un (presque) retour aux sources géographiques pour Lyon BD Organisation. À l’origine créée sur le plateau de la Croix-Rousse, où s’étaient tenues les premières édition du festival, l’association avait dévalé la colline pour trouver refuge sur les quais du Rhône. La manifestation initiale a depuis pris l’ampleur que l’on sait, travaillé avec tous les lieux culturels de la Métropole ou presque, coproduit des spectacles, des expositions ; édité des ouvrages, tendu des passerelles entre Lyon et le monde, en tissant des liens entre auteurs, autrices, lecteurs, lectrices… Actrice incontournable du paysage — de l’écosystème — BD lyonnais, Lyon BD Organisation se positionne également comme un partenaire économique de nombreux artistes et membres de la filière BD locale (scénaristes, coloristes, illustrateurs, éditeurs…), tout particulièrement auprès des talents émergents. L’équipe ne pouvait être qu’intéressée par le cahier des charges du Collège Truffaut.

Continuer à lire

Musée des Confluences : Bruno Bernard, droit dans le fémur

Lyon | On pourrait vous la faire courte en recopiant trois phrases du communiqué de presse de la Métropole annonçant en quoi consiste la grande "rébellion" de Bruno Bernard contre la décision du gouvernement de laisser les lieux de culture fermés. On a préféré laisser un peu de suspens et vous conter dans le détail la surréaliste conférence de presse qui s'est déroulée mardi 16 décembre au musée Lugdunum.

Sébastien Broquet | Mercredi 16 décembre 2020

Musée des Confluences : Bruno Bernard, droit dans le fémur

On allait voir. Le combat était annoncé et la potion magique bouillait déjà dans la marmite de la petite capitale provinciale. Après la tournée des médias pendant le week-end — Le Progrès à défaut d'Uderzo —, Bruno Bernard allait passer en mode Gaulois réfractaire. Et ouvrir le Musée des Confluences et Lugdunum dès samedi ? Engager la baston avec le centurion Jean Castex ? Oui. Enfin... pourquoi pas. Déjà, il fallait mettre les services — culturel et juridique, on imagine — au boulot lundi pour trouver comment, puisque comme l'a dit lui-même le président de la Métropole avant le conseil

Continuer à lire

Lieux culturels : Bruno Bernard entame un bras de fer avec Castex

Lyon | Face à l'annonce brutale faite par Jean Castex jeudi 10 décembre, intimant aux lieux culturels de rester fermés alors que beaucoup avaient préparé activement leur réouverture pour ce mardi 15 décembre, les élus EELV de Lyon et socialiste de Villeurbanne, emmenés par le président de la Métropole Bruno Bernard, lancent la fronde. Ce dernier se dit même prêt à ouvrir sans accord gouvernemental le Musée des Confluences dès samedi. Bluff ?

Sébastien Broquet | Lundi 14 décembre 2020

Lieux culturels : Bruno Bernard entame un bras de fer avec Castex

Il y a une ironie certaine à découvrir Bruno Bernard se faire soudainement le champion de la "libération" des lieux de culture, quitte à prendre la tête d'une fronde locale et à vouloir ouvrir dès samedi deux musées dont sa collectivité a la charge — le Musée des Confluences et Lugdunum — sans l'autorisation de l'État. Verra-t-on un président de Métropole faire face à la police nationale et à la préfecture pour maintenir ses musées ouverts ? La question peut se poser : il faudra bien assumer le coup d'éclat médiatique du week-end. Et l'ironie, donc, veut que le meneur de la fronde soit celui qui s'est le plus totalement désintéressé des questions culturelles jusqu'ici. Bruno Bernard, alors candidat EELV, n'a pas eu un mot pour ce secteur durant sa campagne et n'avait pas de programme culturel à mettre en application. Une fois élu, il a nommé vice-président en charge de ce portefeuille son allié socialiste,

Continuer à lire

Pendant le confinement, Grégory Doucet veut ouvrir les bibliothèques pour les étudiants

Covid-19 | Première conférence de presse de confinement pour Grégory Doucet. Le stationnement sera toujours payant et la bibliothèque pourrait peut-être être ouverte aux étudiants. La mairie en a fait la demande au Préfet. Détails.

La rédaction | Vendredi 30 octobre 2020

Pendant le confinement, Grégory Doucet veut ouvrir les bibliothèques pour les étudiants

Soumis aux injonctions gouvernementales, Grégory Doucet a précisé ce vendredi les mesures adaptées à la Ville de Lyon, mettant en avant les solidarités et la coopération. Concernant la culture, les lieux fermés au public seront bien ouverts aux artistes pour des répétitions, avec éventuellement des captations de leur pratique, pouvant être diffusées sur le Web. Les modalités restent à définir. La Bibliothèque Municipale fermée depuis ce vendredi 30 octobre pourrait faire l’objet d’une dérogation. « Avec d’autres maires de la Métropole, j’ai demandé au préfet une dérogation pour les ouvrir aux étudiants, car les universités sont désormais fermées et les bibliothèques universitaires ne sont pas ouvertes à toutes et tous, car leur fréquentation est sur rendez-vous pour respecter la distanciation physique » a déclaré Grégory Doucet. La réponse devrait être rendue dans quelques jours. Le stationnement ne sera pas rendu gratuit comme au printemps. Les mairies d’arrondissement seront ouvertes pour les services d’état civil et l'accès aux droits. Toutes seront fermées de 12h30 à 13h30. Les marchés couvert

Continuer à lire

Lyon : le retour de la piétonnisation ce week-end

Urbanisme | C'est le grand retour de la piétonnisation dans la Métropole de Lyon, déjà initiée par l'ancien président David Kimelfeld sur la Presqu'île lors de son mandat. (...)

Sébastien Broquet | Jeudi 24 septembre 2020

Lyon : le retour de la piétonnisation ce week-end

C'est le grand retour de la piétonnisation dans la Métropole de Lyon, déjà initiée par l'ancien président David Kimelfeld sur la Presqu'île lors de son mandat. Malgré les dénégations de son successeur écologiste, Bruno Bernard, qui déclare à tort que « ça n'a rien à voir », il s'agit de toute évidence d'une suite logique s'appuyant sur les différentes études et bilans faits lors des précédentes éditions auprès des citoyens par les service de la Métropole. Résultat : deux jours (samedi 26 et dimanche 27 septembre) au lieu d'un, un périmètre élargi (principalement la Presqu'île jusqu'à Perrache, mais des petits tests dans les autres arrondissements et Villeurbanne en sus) et surtout, la bonne nouvelle : une volonté de pérenniser l'expérience.

Continuer à lire

Nathalie Perrin-Gilbert : « la politique culturelle doit irriguer l’ensemble du projet municipal »

Élections Municipales 2020 | Rien n’est joué, concernant ces élections municipales, en particulier car le très fort taux d’abstention, le contexte particulier du premier tour et le jeu des alliances peuvent encore venir chambouler les pronostics. Reste que lors de ce premier round, Lyon a placé assez largement en tête la liste écologiste menée par Grégory Doucet. Lequel s’est allié depuis avec La Gauche Unie de Sandrine Runel et Lyon en Commun, mené par Nathalie Perrin-Gilbert. Comme dévoilé par Rue89Lyon, c’est la maire du 1er arrondissement qui deviendrait adjointe à la culture — et troisième adjointe — si Grégory Doucet l’emporte, comme elle nous le confirme officiellement pour la première fois, dévoilant ici les grands axes de son programme pour les six années à venir en cas de succès.

Sébastien Broquet | Mercredi 10 juin 2020

Nathalie Perrin-Gilbert : « la politique culturelle doit irriguer l’ensemble du projet municipal »

Si Grégory Doucet est élu maire de Lyon, confirmez-vous que vous seriez son adjointe à la culture ? Nathalie Perrin-Gilbert : Oui, c’est officiel. Il a choisi de dévoiler dans Libération le nom de sa potentielle première adjointe, Audrey Henocque. Je suis ravie de ces éventuelles nouvelles fonctions — il faut parler au conditionnel, je me garde bien de penser que l’élection est gagnée d’avance. Ça fait partie des délégations qui me motivaient considérablement. Par goût personnel, pas forcément la meilleure des raisons, mais ce serait mieux d’avoir un ou une adjointe portée par son sujet. Mais aussi, par conviction. On parle d’un « monde d’après », c’est à la mode, et je pense qu’il va falloir refonder un contrat social et écologique pour la ville de Lyon. La culture va être un pilier

Continuer à lire

La Métropole se lance dans l'urbanisme transitoire

Urbanisme | Le président de la Métropole David Kimelfeld a décidé de faire de l'urbanisme transitoire un axe fort de la fin de son mandat comme de sa campagne électorale à venir, lançant des projets visant Fagor-Brandt, la Halle Debourg ou les Halles Sernam à Jean Macé : tour d'horizon des réflexions menées ici autour de ce sujet à la mode dans les grandes métropoles.

Sébastien Broquet | Mardi 8 octobre 2019

La Métropole se lance dans l'urbanisme transitoire

Fagor-Brandt, où se déroule actuellement la Biennale d’Art Contemporain, va devenir un lieu culturel pérenne ? David Kimelfeld : On ne dit pas que ce sera un lieu culturel pérenne, mais que l’on s’inscrit vraiment dans l’urbanisme transitoire. L’usine Fagor-Brandt est un lieu où dans ce cadre, il faut que l’on développe des projets, sans doute avec une identité culturelle forte. On y a accueilli Nuits sonores et aujourd’hui la Biennale d’Art Contemporain. Je souhaite que l’on y héberge les bureaux des biennales dans les prochaines semaines. Derrière, un certain nombre de projets dans le cadre de la Biennale de la Danse pourraient se développer sur ce site. Pour la suite, on en est à construire autour de l’urbanisme transitoire : je ne sais pas si c’est pour cinq ou dix ans. Comme tout urbanisme transitoire, soit ça préfigure de nouveaux usages, soit ça occupe un lieu en attente d’une utilisation complètement différente. Sur Fagor-Brandt, on voit bien la force

Continuer à lire

Grégory Doucet sera le candidat des Verts à la mairie

Municipales | Chez EELV, on choisissait ce jeudi soir parmi trois prétendants celui qui irait concourir pour la mairie de Lyon. Et c'est Grégory Doucet qui l'a emporté, (...)

Sébastien Broquet | Jeudi 12 septembre 2019

Grégory Doucet sera le candidat des Verts à la mairie

Chez EELV, on choisissait ce jeudi soir parmi trois prétendants celui qui irait concourir pour la mairie de Lyon. Et c'est Grégory Doucet qui l'a emporté, avec 61% des voix au premier tour, face à Étienne Tête (4%) et Bruno Charles, vice-président de la Métropole (35%). Il mènera la liste lors des Municipales en mars 2020. L'objectif pour les Verts est désormais de fédérer à gauche autour de cette candidature après avoir rompu avec l'allié de ces dernières années, Gérard Collomb : Yannick Jadot l'a rappelé ces derniers jours, même au second tour, il n'y aura pas d'alliance avec l'ancien ministre de l'Intérieur. Et ainsi de surfer sur le succès des Européennes.

Continuer à lire

Vincent Carry : « mon seul engagement citoyen sera européen, pour Place Publique »

Politique | Vincent Carry, directeur du festival Nuits sonores, fait partie des 22 signataires du manifeste publié le 6 novembre par Place Publique, nouveau mouvement politique citoyen dont les figures de proue sont Raphaël Glucksmann ou Claire Nouvian. Président du comité de soutien de Gérard Collomb lors des dernières municipales, il nous explique qu'il ne s'engagera plus au niveau local, mais au niveau européen.

Sébastien Broquet | Mercredi 14 novembre 2018

Vincent Carry : « mon seul engagement citoyen sera européen, pour Place Publique »

Place Publique a été lancé le 6 novembre. Vous faites partie des premiers acteurs de ce… mouvement, parti ? Vincent Carry : Place Publique est un mouvement de citoyens et d’activistes œuvrant pour différents projets autour de sujets d’inquiétude majeurs. Ce sont des gens qui portent des actions de terrain, qui ont décidé de passer de l’ère de l’inquiétude à l’ère de la responsabilité. De se dire que l’on ne pouvait pas rester dans cet état de fatalisme, tétanisés en regardant la situation se dégrader. En particulier sur deux points : la gigantesque crise écologique d’une part, et la crise démocratique de l’autre, qui se traduit par un basculement de pays vers des régimes nationaux populistes, ce que l’on n’imaginait pas il y a quelques mois encore possible. Je pense évidemment à l’Italie et au Brésil. C’est de ce constat partagé qu’est né Place Publique, suite à la rencontre entre des personnes qui se connaissaient de par leurs actions : Thomas Porcher, Claire Nouvian, Raphaël Glucksmann, Caroline Kamal… Tous se sont rassemblés,

Continuer à lire

David Kimelfeld : « Dans des lieux déjà existants, on peut développer des concepts nouveaux »

Politique Culturelle | Il est le dauphin désigné, celui que Gérard Collomb a choisi pour lui succéder à la mairie de Lyon. David Kimelfeld, actuel maire du 4e arrondissement, est toujours resté discret question culture. Il a inauguré ce mois-ci un concept de scène ouverte à la Maison des Associations et s'est connecté aux pratiques urbaines du street art et du skate : mots choisis.

Sébastien Broquet | Mardi 9 mai 2017

David Kimelfeld : « Dans des lieux déjà existants, on peut développer des concepts nouveaux »

Vous inaugurez un concept de scène ouverte à la Maison des Associations... La Maison des Associations fonctionne de manière classique : on y empile des activités, parce que les gens ont besoin de créneaux horaire pour faire leurs réunions, des répétitions... Cette maison-là, pour qu'elle mérite son nom, il fallait lui donner du sens et une identité : comment faire, comment la rendre utile aux associations au-delà des bureaux temporaires ? On en a déjà fait un lieu de vie, avec un bar, un babyfoot, on a voulu l'animer pour le rendre convivial, avec des rencontres, des cafés-débats. Maintenant, les gens qui ont une activité là-bas se croisent. De là, l'idée a germé de le mettre à disposition d'équipes émergentes dans la culture, pas forcément intégrées dans des réseaux, qui cherchent des lieux sans savoir forcément à qui s'adresser. Des gens ont besoin d'un lieu pour montrer ce qu'ils savent faire, dans le domaine de la musique mais aussi du théâtre ou de la lecture publique : tous les arts sont possibles. On a donc équipé le lieu, pour faire de la musique. On met aussi à disposition de la communication, nos réseaux. Et on va réfléchir à ce que l'on

Continuer à lire