Start Festival : la rentrée du Sucre

MUSIQUES | C'est désormais une tradition bien établie : avec la rentrée vient le Start Festival, qui donne le coup d'envoi de la saison régulière du Sucre sur une note à la fois docte et tapageuse. A vos marques...

Benjamin Mialot | Mardi 1 septembre 2015

Le Sucre n'est pas la coiffe d'un camp d'extermination de betteraves reconverti en centre d'art contemporain. C'est un cabanon construit sur un ancien cimetière indien, un lieu sombre, humide et coupé du reste du monde – et, le temps du festival, orné d'affiches réalisées par la crème des graphistes et illustrateurs sonores du coin – où, dans le secret de courants d'air a priori inoffensifs, des esprits inapaisés ourdissent leur vengeance, depuis que sa terrasse donne sur un pont dédié à Raymond Barre, maire de Lyon de 1995 à 2001 et grand pourfendeur de la révolution techno.

A l'époque, il était loin de se douter que cette musique pousse-au-crime ferait l'objet de véritables messes dominicales, les We Are Reality qui pour leur reprise quittent les sentiers bétonnés et rebétonnés du pilonnage à l'allemande, direction une Angleterre non moins écartelée entre monolithisme et introspection, états respectivement personnifiés par Shifted et James Ruskin, et dont Ø [Phase] opère de son côté la parfaite synthèse. Encore moins qu'il serait au cœur d'une conférence donnant la parole à ceux qui ont vécu de près cette période tumultueuse et néanmoins féconde (de The Hacker au collectif CLFT), la dernière du cycle de rencontres qu'a consacré le rooftop à l'underground lyonnais. Pensez à lui faire un petit «coucou» les moments venus.

Amer béton

Entre ces deux rendez-vous, le Start Festival sera également le théâtre du renouvellement des très cosmopolites soirées Black Atlantic Club, avec le concours d'un autre producteur britannique, le méthodique et rêveur Fort Romeau – qui est à la house de Chicago ce que la slow food est à la baffre – et, at long last, du baptême des concerts du vendredi ("Week-end", ouais, bon), en la présence de son confrère bulgare KiNK, de retour quelques mois après avoir cassé la baraque désaffectée à Nuits Sonores avec Cyrillic, son projet mi-live mi-DJing.

S'il est une date à ne manquer sous aucun prétexte (sauf celui de se rendre au concert des Warlocks le même soir, voir ci-dessous), c'est toutefois celle du touche-à-tout Koudlam qui, en sa qualité d'émissaire du temple néo-psychédélique Pan European Recording, devrait donner une leçon d'écriture pop à la hauteur de son formidable dernier disque, Benidorm Dream, concept album traduisant l'élégance cheap des stations balnéaires en une sorte de dance music houellebecquienne (i.e. aussi édifiante que bouleversante).

Start Festival
Du mercredi 2 au dimanche 6 septembre au Sucre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Razzia sur le plaisir

Shopping | Pour se marrer À la recherche de l'ultra-sex (éd. Nova) : Nicolas & Bruno sont de retour. Les deux gugusses derrière les Messages à caractère (...)

Sébastien Broquet | Mardi 29 novembre 2016

Razzia sur le plaisir

Pour se marrer À la recherche de l'ultra-sex (éd. Nova) : Nicolas & Bruno sont de retour. Les deux gugusses derrière les Messages à caractère informatif de Canal Plus ont signé un grand détournement du porno, visionnant 2500 films X pour piocher dedans les images les plus loufoques et invraisemblables, les doublant à leur sauce. Le film se trouve désormais enrichi d'un "flimvre" tout aussi invraisemblable, entre roman photo et scénario édité, avec DVD compris. Jouissif. Pour bander (féminin) Edwarda : La revue érotique le plus classe de ces dernières années s'apprête à faire son retour après une trop longue éclipse, un douzième numéro étant dans le boudoir. Grand format, papier luxe, photos suggestives et textes (ou interviews) d'écrivains soigneusement choisis, tels Jean-Jacques Schuhl, Pierre Michon ou Mehdi Belhaj Kacem : Sam Guelimi (qui signe la plupart des photos) et John Jefferson Selve, les deux fondateurs, ont visé (très) juste. Les anciens numéros se dénichent au Bal des Ardents. Pour bander (masculin) Kink : Venue

Continuer à lire

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches

Clubbing | 08.04.16 > LE SUCRE KINK Troisième épisode d'une série à succès : la résidence de Kink au Sucre. Le Bulgare, Strahil Velchev à l'état civil, est l'une des (...)

Sébastien Broquet | Mardi 5 avril 2016

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches

08.04.16 > LE SUCRE KINK Troisième épisode d'une série à succès : la résidence de Kink au Sucre. Le Bulgare, Strahil Velchev à l'état civil, est l'une des plus belles apparitions de la scène électronique récente, illustrant le passage à l'Est de la techno. Producteur émérite, il donne des live épatants où son énergie décuple celle des clubbeurs. Encore plus à Lyon, ville où il a beaucoup joué, ayant noué des liens avec la scène régionale et particulièrement le label d'origine stéphanoise Sharivari Records, dont le boss (Mush) partage l'affiche ce soir. Famille. 09.04.16 > TERMINAL PHASE FATALE Dans le cadre de ses soirées Cytochrome, le Terminal poursuit sa quête d'une techno intelligente et différente en conviant le très noir Hayden Payne, guitariste et chanteur du groupe Dream Affair, new-yorkais installé à Berlin où il développe en solo et sous pseudo Phase Fatale un son industriel, noise, jamais déconnecté du dancefloor mais sans concession aucune, que l'on retrouve en plusieurs E

Continuer à lire

Nuits sonores : Seth Troxler invite Fort Romeau et Seven Davis Jr

MUSIQUES | Au tour du fantasque Seth Troxler de dévoiler le programme de son NS Days. Lui-même choisissant de clôturer le dancefloor de la salle 1830 d'un set (...)

Sébastien Broquet | Vendredi 29 janvier 2016

Nuits sonores : Seth Troxler invite Fort Romeau et Seven Davis Jr

Au tour du fantasque Seth Troxler de dévoiler le programme de son NS Days. Lui-même choisissant de clôturer le dancefloor de la salle 1830 d'un set de trois heures, précédé d'un warm-up pas encore confirmé et bientôt annoncé. Au Sucre, salle dédiée aux concerts, c’est Seven Davis Jr, le très prometteur producteur basé en Californie et signé sur Ninjatune qui ouvrira les festivités : adepte de soul music vintage, il en donne lors de ses shows une vision futuriste qui en fait l’artiste le plus intéressant de cette journée. PolyRythmic, le duo composé des deux producteurs de Chicago Kate Simko et Tevo Howard, prendra le relais pour un live réputé enjoué et en partie improvisé, avant que le solide canadien Mathew Jonson ne conclue cette scène. L’esplanade des diggers est confiée au londonien Fort Romeau, fondu de house et pétri d’influences disco, et Honey Soundsystem, crew de quatre DJs issus de la scène house de San Francisco qu'il faudra surveiller de près. Moins emballant à priori que les Days signés Garnier et MCDE dévoilés les vendredis précéde

Continuer à lire

Les soirées du 6 au 12 janvier

MUSIQUES | Cinq RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Ben Sims/James Ruskin/Tommy Four Seven au Double Mixte, Mondkopf au Kao, Drvg Cvltvre au Terminal et les trois ans de Encore au Sucre puis au Transbordeur.

Benjamin Mialot | Mardi 5 janvier 2016

Les soirées du 6 au 12 janvier

08.01 Jacob004 Panorama oblige, notre rubrique "Plus loin" cède cette semaine la place à une double dose de pro tips contre le sommeil. Une rallonge d'autant plus nécessaire que la saison club redémarre with a bang :un gros embouteillage samedi 8 janvier. Il débute au Double Mixte, où la team Jacob (bientôt structurée d'un label) reçoit une belle brochette d'artificiers techno au service de Sa Majesté, à savoir Ben Sims et James Ruskin, qui opposeront leurs visions respectives du genre (machinique pour le premier, cognitive pour le second), et le field recorder de l'extrême Tommy Four Seven.

Continuer à lire

Les soirées du 29 avril au 5 mai

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Andrès au Transbordeur, Shifted au Kao et Julio Bashmore au Sucre. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 28 avril 2015

Les soirées du 29 avril au 5 mai

30.04 Encore Andrès the giant. C'est probablement ainsi que nous aurions titré notre Une si nous l'avions consacrée à ce natif de Detroit qui contribua au milieu des années 90 à l'essor du hip-hop alternatif – il habita un temps le Slum Village du regretté J Dilla – avant d'offrir à une house déjà bien gâtée par Theo Parrish et Moodyman certains de ses tubes les plus moites et classieux – en tête New for U. Mais nous ne l'avons pas fait. Ce qui ne l'empêchera pas de résumer cet exceptionnel pedigree en un mix de trois heures au Transbordeur – un peu plus si vous n'êtes pas sages, dixit l'organisateur.

Continuer à lire

Nuits Sonores 2015 – La programmation de nuit

MUSIQUES | Ouvert sur le monde et recentré sur la musique électronique. Tel s'annonçait Nuits Sonores 2015 à la découverte de sa programmation de jour. Tel s'affirme le festival à l'heure de dévoiler son pendant nocturne. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 11 février 2015

Nuits Sonores 2015 – La programmation de nuit

C'est quoi, être rock en 2015 ? Les lecteurs de Rock & Folk ont sans doute leur (fausse) idée sur la question. Les autres, nous sommes au regret de vous le confirmer, ne trouveront pas la réponse à Nuits Sonores cette année – à moins que le "concert spécial", pour l'instant tenu secret, ne vienne nous contredire. Grande absente de la programmation de jour, la musique électrique ne constitue en effet que la portion congrue de son homologue nocturne, bien que l'on se réjouisse des venues du polarisant Jessica93 (de ce côté-ci de l'écran, on adore sa noise pour périphérique), des intransigeants et déjantés Future of the Left, des industrieux industriels de The Soft Moon ou des Saints, a.k.a. les Ramones du pays des kangourous, à l'affiche du Circuit. Circuit d'ailleurs encore en cours de montage mais qui, outre son habituel cortège d'activistes locaux (Flore, Manoo, Kosme...), promet d'ores et déjà pas mal de dilem

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 12 au 18 mars

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : Fort Romeau au DV1 et Smallpeople et Claude VonStroke au Sucre.

Benjamin Mialot | Mardi 11 mars 2014

Insomniaque - Semaine du 12 au 18 mars

15.03 The Cosmic AdventurePour les fans de moule-bite, Smallville est le nom d'une bourgade fictive du Kansas dans laquelle Superman a grandi. Pour les amateurs de beats à la coule, c'est celui d'un label hambourgeois qui, depuis une huitaine d'années, publie une deep house suggestive et sophistiquée comme pas deux. Les seconds peuvent jubiler : le Sucre reçoit ce week-end la locomotive dudit label, le duo Smallpeople, auteur avec Salty Days d'un premier album dont la tardiveté (2012 !) n'a d'égale que la délicatesse et la malice (voir le clin d’œil aviaire de The Loon's Groove au Pacific State de State 808). 15.03 FrivoleComme Jamie Smith, Mike Norris est le préposé aux claviers de l'une des pires escroqueries de la musique anglaise des années 2000 – The XX pour le premier, La Roux pour le second. Comme Jamie Smith, il mène en parallèle une très respectable carrière solo, sous le pseudonyme de Fort Romeau

Continuer à lire

Nuits Sonores 2013 - Jour 3

MUSIQUES | L'événement de cette troisième journée de Nuits Sonores était la tenue de la toute première Boiler Room (des DJ sets pour happy few retransmis sur le web) lyonnaise. Nous n'y étions pas. Tant mieux, sans quoi nous serions passés à côté d'un paquet de prestations mémorables. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Samedi 11 mai 2013

Nuits Sonores 2013 - Jour 3

Le troisième NS Days était placé sous le signe de la cérébralité, voire de la prise de tête. Le quatrième, lui, aura fait la part belle au corps et à sa mise en pièces méthodique. A coups de kicks plus compacts que les marteaux maniés par Kaori dans le manga City Hunter (Nicky Larson en version franchouillarde) sous la verrière, où les puristes techno Shifted, DVS1, Planetary Assault Systems et Ben Klock ont rivalisé d'implacabilité – surprise, à ce petit jeu, ce n'est pas le patron du label Klockworks, dont le set avait l'an passé failli démolir l'Hôtel-Dieu avant l'heure, qui s'en est le mieux tiré, mais l'Anglais qui a ouvert le bal. A coups de riffs abrasifs du côté du hangar, qui aura notamment vu se succéder Girls Against Boys, le temps d'un concert qui, à défaut d'être à la hauteur de la réputation de ces figures du post-hardcore, a surclassé en tension celles de bon nombre de petites frappes bruitistes, et le duo synth punk australien Civil Civic – qui, joie, n'a rien pe

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 30 janvier au 5 février

MUSIQUES | 01.02.2013 – Haste #6Dans le langage (plus ou moins) courant, un locked groove est un sillon, généralement silencieux, qui se répète en boucle à la fin (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 25 janvier 2013

Insomniaque - Semaine du 30 janvier au 5 février

01.02.2013 – Haste #6Dans le langage (plus ou moins) courant, un locked groove est un sillon, généralement silencieux, qui se répète en boucle à la fin d'une face de vinyle. Dans celui d'Airflex Labs et Totaal Rez, les co-organisateurs des soirées Haste (au Club Transbo), c'est le moniker de Tim Van De Meutter, jeune producteur belge qui monte – Tiga et Scuba lui faisant la courte échelle via leurs labels respectifs, Hotflush et Turbo. D'une impressionnante versatilité – techno, house, bass music, il sait tout faire -, il sera la tête affiche de la sixième déclinaison des dites soirées. 01.02.2013 – Inauguration du PlatiniumLe Gotha est mort, vive le Platinium. À peine plus d

Continuer à lire

Nuits Sonores 2013 - La prog de jour

MUSIQUES | «Nuits Sonores n'est pas un festival de blockbusters». La phrase est de Vincent Carry, le directeur de Nuits Sonores et elle a rarement été aussi appropriée que pour l'édition 2013 du festival, l'équipe d'Arty Farty ayant choisi de rester stable sur ses fondamentaux plutôt que de se lancer dans la course à la surenchère que laissait entrevoir le très solennel dixième anniversaire de l'événement. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Jeudi 24 janvier 2013

Nuits Sonores 2013 - La prog de jour

Ça pour une belle fête d'anniversaire, c'était une belle fête d'anniversaire : de l'édition du bouquin commémoratif 10 ans sans dormir à l'accueil des séminaux New Order en passant par la conclusion de sa programmation nocturne sur un plateau secret, le festival Nuits Sonores a l'an passé mis les petits plats dans les grands au moment de célébrer sa décennie d'existence. A tel point qu'on ne voyait pas bien comment il allait pouvoir poursuivre sa croissance sans verser dans l'excès. Arty Farty nous a ouvert les yeux ce matin : l'édition 2013 de l'événement ne sera ni plus maousse ni plus timide que les précédentes, elle sera dans leur droite lignée, c'est-à-dire urbaine, sélective, éclectique et réflexive. A ceci près qu'elle durera six jours, mitoyenneté calendaire du 8 mai et de l'Ascension oblige.Pour le reste donc, les habitués du festival seront en terrain connu, en tout cas pour ce qui concerne la partie diurne des

Continuer à lire

Un Prophète

MUSIQUES | Tantôt qualifié de sauveur de l’électro, tantôt de messie grâce à qui l’Apocalypse aurait trouvé sa BO, Koudlam, plus modestement, n’en est pas moins l’auteur de coups de maîtres qu’on a hâte de danser… Les bras en l’air et l’oreille iodée. Stéphanie Lopez

Dorotée Aznar | Vendredi 15 avril 2011

Un Prophète

Soyons honnêtes. Quand on écoute de l’électro depuis vingt ans, on ne trouve plus forcément chaque semaine son lot de découvertes galvanisantes avec double effet kick cool. Au risque de sombrer dans l’ennui, voire dans l’aigreur, il nous fallait donc trouver un sauveur. Vite. Un de ces gars sortis de nulle part, mais dont la première écoute suffit à réenchanter les beats blasés d’eux-mêmes, un de ces trouble-fêtes pour qui le mot «novateur» n’est pas qu’un simple épithète pour nostalgiques de l’avant-garde. Un artiste comme on les aime : secret, nomade, qui brouille les pistes et les fantasmes… Qui est Koudlam ? De son vrai nom Gwenael Navarro, la révélation du label Pan European bourlingue entre Paris et Mexico, tirant son pseudo tiré au couteau d’un cri de guerre : celui des Indiens du Dakota, dans les plaines américaines, où Koudlam a grandi un temps avant d’être adoubé néo-chamane de l’électro. Pourtant avant de devenir le héraut révélé par Jacques Audiard sur la BO d’Un Prophète, Koudlam est longtemps resté ce raver autodidacte et autoproduit : avec Nowhere, en 2006, il sort effectivement de nulle part et laisse sa techno-world illuminée, sonnant c

Continuer à lire