Riddim Collision 2015 : la tournée des Barbars

Benjamin Mialot | Mardi 3 novembre 2015

Photo : Go!Zilla


Vous aimez le Circuit ? Alors vous aimerez la Soirée Barbars. Bien que circonscrit aux pentes de la Croix-Rousse, le coup d'envoi du Riddim Collision est en effet articulé autour de la même intention que le ramdam hors-la-Confluence de Nuits Sonores : donner carte blanche à une partie des structures qui, semaine après semaine, se décarcassent pour améliorer vos conditions de vie nocturne – non sans nous accabler de dilemmes éditoriaux, merci les gars – et fédérer tout ce petit monde autour d'une offre tarifaire du genre qui ne se refuse pas – en l'occurrence un pass all access à 6€.

C'est par exemple le cas d'Orbit, jeune collectif de beatmakers qui entend importer à La Clé de Voûte l'étonnant mélange d'obstination et de langueur propre à Flying Lotus, Daedelus, Nosaj Thing, TOKiMONSTA et au reste de la scène de Los Angeles, la capitale mondiale du toying rythmique et textural – où le prometteur Kuna Maze, auteur d'un premier EP d'electronica claudicante plein de caractère, se sentirait comme chez lui.

C'est aussi celui de Merci Bonsoir, très actif fournisseur d'électricité qui reçoit au Trokson le trio Go!Zilla, soit l'une des plus fulgurantes réponses européennes (car en provenance d'Italie) aux fuzzeries sous acide de Ty Segall, Thee Oh Sees et autres Jeff The Brotherhood. Ou encore du Pétrin de la Colère qui, dans le caveau voisin, celui du Bar des Capucins, donnera lui aussi dans la contre-offensive transatlantique en programmant le duo grec The Big Nose Attack, versé comme les Black Keys avant lui dans l'art fraternel du blues rock désertique.

C'est enfin celui des technophiles incorruptibles de CLFT. Avec la complicité de Pulse Code Modulation, pionnier marseillais de l'abattage de cloisons industrielles sur fond de mélodies sinusoïdales (think Basic Channel), ils investiront la Maison Mère jusqu'au petit matin. De quoi conclure sous les meilleurs auspices ce barathon unique en son genre.

Soirée Barbars
Au Trokson, aux Valseuses, au Bar des Capucins, au Kraspek Myzik, à la Clef de Voûte et à la Maison Mère mardi 10 novembre


Soirée Barbars : Go!zilla + Qasar


Le Trokson 110 montée de la grande côte Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Soirée Barbars : Auriculaire + Kunamze + Woodwire + Dalhas Umaï


La Clef de Voûte 1 place Chardonnet Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


After soirée Barbars : Pulse code modulation + CLFT Militia + Judaah

La Maison M. 21 place Gabriel Rambaud Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Riddim Collision 2015 : Clark et Blanck Mass, mutants après tout

MUSIQUES | À l'affiche d'une 17e Riddim Collision en tout point formidable, les Britanniques Clark et Blanck Mass ont suivi depuis leurs débuts un cheminement similaire, d'une annihilation pure et simple de la notion de pulsation à son rapiéçage frankensteinien. Développant, indirectement, une vision apparentée d'un devenir mutant de l'Humanité. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 3 novembre 2015

Riddim Collision 2015 : Clark et Blanck Mass, mutants après tout

Un jour, des implants cérébraux nous offriront la possibilité de télécharger les compétences de notre choix à la volée. Un jour, des bio-imprimantes nous permettront de remplacer en un tour de clavier les organes endommagés par nos excès. Un jour, grâce à des prothèses robotiques, nous pourrons nous affranchir des limitations physiques que Mère Nature nous impose arbitrairement. Bref, un jour, nous serons tous de parfaits fantasmes kraftwerkiens, hommes-machines figés dans une éternelle béatitude de synthèse. C'est en tout cas ce qu'affirme le transhumanisme, ce courant intellectuel prônant l'amélioration des capacités humaines par la science et la technique. Pour l'heure, la réalité est un peu moins glamour. Obésité galopante, affaissement musculaire à force de sédentarité, crainte croissante des défaillances radioactives : l'Homme est plutôt parti pour ressembler au Master, le grand méchant du jeu de rôle post-apocalyptique Fallout, repoussant tas de chair connecté prônant l'Unité, autrement dit le perfectionnement et la dépersonnalisation de l'espèce humaine par la mutation génétique. Longue vie à la nouvelle chair La particul

Continuer à lire

Riddim Collision 2015 : une édition d'envergure

MUSIQUES | Amis lecteurs, si vous n'avez toujours pas entendu le vol noir du corbeau sur la plaine, now is the time. Car le noir volatile vient de retrouver, à (...)

Benjamin Mialot | Mardi 3 novembre 2015

Riddim Collision 2015 : une édition d'envergure

Amis lecteurs, si vous n'avez toujours pas entendu le vol noir du corbeau sur la plaine, now is the time. Car le noir volatile vient de retrouver, à l'occasion de la dix-septième édition du Riddim Collision, dont il est l'animal totem, l'emploi d'oiseau de plus ou moins bon augure qui était le sien dans la mythologie scandinave, annonçant l'arrivée au Transbordeur d'une nuée de ses congénères aux ramages ambigus. À commencer par Ho99o9 (prononcez "Horror"), duo du New Jersey qui, à l'instar des deux chantres de la difformité présentés ici, nourrit une passion aussi captivante que dérangeante pour la difformité (son premier EP s'intitulait Mutant Freax) et la canalise en de foudroyantes décharges nihilistes mi-punk mi-hip-hop. Radical et hybride, Gum Takes Tooth ne l'est pas moins, cet autre binôme (de Londres cette fois) orchestrant à visages couverts la rencontre, forcément impressionnante, de la noise maximaliste à la Fuck Buttons (décidément)

Continuer à lire