Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Made in french

La Femme + Téhessé + Like Tostaky

EVE

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Dans le sillage de La Femme, de passage à Grenoble cette semaine, une poignée de groupes hexagonaux se réapproprient la langue française en miroir d'une certaine idée de la France, fantasmée comme un paradis perdu qu'il faudrait rapatrier.

« Le rock français, disait John Lennon, c'est comme le vin anglais. » Y ajouter du français, ce serait donc comme le couper à l'eau, on le sait depuis toujours, voire à l'huile de moteur. À son inimitable manière, Jean-Louis Murat résumait ainsi le problème dans un des Inrocks du mois dernier : « Dès que tu as basse-batterie, ta chanson est dépassée. Tu voulais faire une berline et tu te retrouves avec un semi-remorque. » C'est pourtant avec une certaine légèreté de ton et la langue nullement chargée d'un trop lourd héritage – littéraire côté français, rock côté anglo-saxon – qu'une nouvelle génération de popeux a réinvesti la très casse-gueule combinaison mélodies anglophones/idiome francophone.

La chose n'est pas nouvelle, a connu des tendances, des écoles (les labels Village Vert et Lithium), mais à vrai dire on n'avait pas vu pareil (épi-?) phénomène depuis l'agonie prématurée de baby rockers (Naast, Brats, Second Sex, Plastiscines...) trop vites portés aux nues d'une France qui rock et qui roll et précipités tout aussi rapidement dans les oubliettes pendant que tout le monde se remettait bien vite à l'anglais LV1.

Cœur grenadine et rayon vert

Eux s'appellent La Femme, Granville, Pendentif, Bengale, Cracbooms, Exotica... Ils ont tous les yeux tournés vers une époque où le "Made in France" se résumait à autre chose qu'un ministre en marinière caressant un mixer pour faire bander une croissance sous bromure. Quand les Trente Glorieuses semblaient au mieux ne jamais devoir finir, au pire être appelées à revenir très vite. Une époque où la Chine n'effrayait que les Chinois, où 500 000 chômeurs c'était la fin du monde, mon bon monsieur.

Mi-coeur grenadine, mi-rayon vert rohmérien, cette petite famille esthétique, pour partie relativement consanguine – le leader de Bengale, qui a invité sa chérie Mélissa Dubourg de Granville sur un titre, a formé son groupe après avoir quitté... Pendentif – se repaît de comptines surf-pop où on joue à « courir le long du plongeoir » (Pendentif), où l'on surfe (La Femme), avant de boire et de danser (Aline). « À la coule », le programme n'est certes pas lourd, il est superficiel par profondeur.

Car ce qui importe ici c'est avant tout une très soutenable légèreté de l'être et de l'air. Comme le chante Pendentif : « la Terre vue d'en bas ne nous dit plus grand-chose ». « Être léger comme l'oiseau et non comme la plume », donc, selon le commandement de Valéry (Paul, pas Giscard-d'Estaing). Survoler avec naïveté – et, il faut le dire, plus (Pendentif, La Femme) ou moins (Aline) de réussite – une langue un peu désuète car nourrie précisément de cette nostalgie des temps qu'on n'a pas connus, d'une sorte de positivisme de la régression.

Le tout avec, au besoin, la pose quelque peu affectée qui sied à ces mots et à leur écrin panoramique : ainsi Mélissa Dubourg (Granville) de démouler sa voix à la manière d'Arielle Dombasle chez Rohmer – ou de n'importe quelle chanteuse yéyé –, patate chaude aristocratique dans la bouche d'une aimable tête à gifles à la fausseté très Nouvelle Vague. Faire vivre ce passé rêvé et révolu, par une association langage/musique permettant de se façonner un monde idéal fait d'aventures et d'insouciance : chez Granville, entre Jeans Troués, Slow, Polaroïd, Adolescent, on pense ainsi bizarrement plus aux chromos d'un Wes Anderson qu'au docteur ès bracelets brésiliens Vincent Delerm.

Tombée pour la France

Reste que cette France de carte postale un peu jaunie ne vaccine pas contre les envies d'ailleurs. Même si le bout du monde semble s'arrêter au bout d'une plage propice aux badinages chabadabadesques et au voyage à l'horizon (Jersey, perçu comme un Hawaïi de substitution pour Granville, Le Cap Ferret chez La Femme, la Riviera chez Pendentif, la pochette de l'album d'Aline), à un regard semblable à celui d'Antoine Doinel dans le dernier plan des 400 coups ou à Pauline (Brigitte ou qui que ce soit d'autre) à la plage.

« Sur la plage et dans le sable, je recherche des sensations », chante La Femme, groupe originaire d'un peu partout où il y a la... plage justement – Biarritz, Marseille, la Bretagne, Paris (et Paris Plage, alors ?) – quand les Cracbooms d'Aurillac reprennent Bons Baisers de Fort de France de La Compagnie Créole en mode... Vampire Weekend.

Mais finalement cet ailleurs est surtout musical : car au-delà d'une certaine idée, nostalgique (réac ? À voir) de la France et en plus du revival Daho-Jacno-Lio, en pleine bourre en ce moment, c'est aussi tout un pan du rock anglo-saxon qui est ici convoqué, de la pop 60's californienne aux grandes heures de la pop pastel de Sarah Records, elle-même nourrie de Nouvelle Vague (The Field Mice, The Wake, Another Sunny Day, St Christopher...), des héritiers de ces deux tendances (The Drums en tête) aux combos américano-frenchy (Stereolab, Ivy, d'ailleurs brièvement pensionnaire de Sarah). Paradoxe ? Non.

C'est même ainsi que se résout l'équation de cette pop "Tombée pour la France"du nom des soirées initiées par le magazine Magic : comme l'île de Lost, une île hawaïïo-anglo-normande à pédales, il s'agit simplement, avec une facilité déconcertante et la manivelle de la langue, de déplacer les horizons dans le temps et l'espace pour les mettre à sa porte et dégager une vue imprenable sur ses fantasmes : tel qu'énoncé par la profession de foi de Granville, « importer la Californie en Normandie ». Ou, si l'on en croit le titre de l'album de la Femme, Psycho Tropical Berlin, n'importe quel morceau d'ailleurs n'importe où ici, n'importe quel morceau d'ici n'importe où ailleurs.

La Femme, vendredi 24 mai à 20h, à l'Espace vie étudiant (Eve) sur le Campus

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 17 novembre 2021 Deuxième incursion du maître de La Compagnie des Chiens de Navarre au cinéma après le bancal Apnée, Oranges Sanguines rectifie le tir pour viser juste dans plusieurs directions à la fois : politique, économie, famille, adolescence… Un...
Mardi 2 novembre 2021 C’est une musique électronique hautement singulière que propose la productrice franco-tunisienne Azu Tiwaline : des polyrythmies complexes, (...)
Vendredi 19 février 2021 Ils n’ont pas voulu rester les bras croisés face au mal-être de certains de leurs camarades : des étudiants de l’Université Grenoble-Alpes ont lancé Alpaline, une ligne téléphonique d’écoute. Avec l’ambition qu’elle demeure active au-delà même...
Mardi 9 juin 2020 Comment la famine du Holodomor provoquée par le régime soviétique fut révélée par un journaliste au monde qui ne le crut pas… Agnieszka Holland réhabilite la mémoire de Gareth Jones, aventurier de la vérité, dans un biopic épique et à la Lean, point...
Mardi 28 janvier 2020 Retour en forme olympique d'un très grand Katerine, livrant avec Confessions sa complexité évangélique comme on s'offre entièrement. La Belle Électrique est promise à la renverse.
Mardi 20 juin 2017 En 2015 a vu le jour à Autrans, dans le massif du Vercors, un nouveau festival tout simplement baptisé Vercors Music Festival – parce qu’en anglais c’est plus classe ? Avec tout de suite l’envie de jouer dans la cour des grands en proposant de...
Lundi 21 novembre 2016 La Femme, pour certains, est l’avenir du rock français. Pour d’autres, c'est plutôt la plus grosse escroquerie de ce début de siècle. Avant le concert du groupe français qui monte à la Belle électrique (et à guichets fermés), on essaie d’y...
Jeudi 15 septembre 2016 On fait quoi jusqu'à la fin de l'année ? On va écouter qui ? Voici une sélection extraite de notre panorama de rentrée culturelle sorti le 14 septembre. Mais allez fouiller aussi sur notre site, dans le coin "les choix de la rédaction" ; vous...
Mardi 27 octobre 2015 Son Intime Tour se terminera jeudi à la Belle électrique. L'occasion de (re)découvrir ses morceaux à poil, sans filtre synthétique.
Mardi 8 septembre 2015 Il eut été difficile au festival berjallien Les Belles Journées de constituer un plateau rock indé plus attrayant que celui qui nous est présenté, qui plus est (...)
Mardi 21 avril 2015 Ez3kiel fête ses vingt ans de carrière avec un album, "Lux", qui allume des feux plus qu'il n'éteint des bougies. À l'occasion de la présentation de son pendant scénique cette semaine à l'Hexagone, retour sur le parcours, superbement anachronique,...
Mardi 3 février 2015 On avait découvert La Ville d’à côté du Lituanien Marius Ivaskevicius en 2012, dans le cadre du festival Regards croisés consacré au théâtre en train de s’écrire (la (...)
Mardi 2 décembre 2014 Il y a du Flaubert dans L’Amour et les forêts, nouveau roman d’Éric Reinhardt qui fait suite à quelques hits de la littérature des années 2000 – Le Moral des (...)
Mardi 2 décembre 2014 De Karim Aïnouz (Brésil-All, 1h46) avec Wagner Moura, Clemens Schick…
Mardi 25 février 2014 Au fin fond de la Bosnie, Danis Tanovic, le réalisateur de "No man’s land", filme une fiction avec un maximum de documentaire dedans, et s’extirpe du misérabilisme de son contexte et des schémas parfois grossiers de son scénario par l’efficacité de...
Jeudi 13 février 2014 "Inbetween worlds" de Feo Aladag. "Praia do futuro" de Karim Aïnouz. "Stratos" de Yannis Economides. "Dans la cour" de Pierre Salvadori. "The Darkside" de Warwick Thornton. "Butter on the latch" de Josephine Decker.
Vendredi 17 mai 2013 La Femme n'est pas seulement la nouvelle égérie d'une industrie du disque moribonde. C'est aussi, comme on a pu le constater lors de son récent passage à Lyon, une machine de guerre scénique... Benjamin Mialot
Vendredi 17 mai 2013 « Il y a des filles dont on rêve / Et celles avec qui l'on dort / Il y a des filles qu'on regrette / Et celles qui laissent des remords / Il y a des (...)
Mercredi 9 mars 2011 Les spectateurs sont placés en face à face, sous une lumière blanche. Au milieu des gradins, une scène étroite avec une dizaine de chaises en formica et trois (...)
Mardi 11 janvier 2011 Kaori Ito est une danseuse impressionnante. On a pu s’en rendre compte à plusieurs reprises : sur la scène de la MC2 dans le splendide Out of context (...)
Lundi 19 octobre 2009 Retour de hype mérité pour Christophe, qui a livré l’année dernière "Aimer ce que nous sommes",  album atypique et splendide. Avant son concert à Voiron, on l’a rencontré pour parler de tout et de rien, mais surtout de musique. Magnéto.
Mercredi 3 juin 2009 D’Henry Selick (ÉU, 1h40) animation
Lundi 12 janvier 2009 La kora est un instrument mandingue, dont le son doux rappelle à la fois celui d’une harpe et d’un luth. Madina N’Diaye est la seule femme de son pays, (...)
Mercredi 25 janvier 2006 Théâtre / Une scénographie épurée, une violoncelliste campant avec étrangeté les vertiges évoqués, et une Pascale Henry donnant une chair trouble aux écrits d'un jeune Aragon, cette Femme Française distille un fin malaise qui vous taraude à satiété....
Vendredi 13 juillet 2007 Musique / S’il y a bien une chose qu’on ne peut pas reprocher à Ez3kiel, c’est de manquer de suite dans les idées. Depuis ses débuts, le groupe s’est en (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter