Y voir clair sur la nuit

Vie nocturne / Travailleurs, forces de l’ordre, fêtards, établissements culturels et festifs, riverains… Lundi 21 mars, des dizaines d’acteurs de la nuit étaient réunis en mairie pour entendre le résultat de six mois d’enquête sur la nuit à Grenoble.

« Ce qui frappe dans ce travail extrêmement riche, c’est qu’il y a là énormément de regards à croiser, d’enjeux qui nécessitent un plan d’action pour les travailleurs, les pratiquants de la nuit et ceux qui dorment… » commente le maire Éric Piolle en introduction. En six mois de labeur, Les Orageuses, collectif d’éducation populaire, a entendu et compilé plus de 250 témoignages sur Grenoble, la nuit. Le but de la Ville, commanditaire du rapport : sortir du sempiternel conflit entre les il-y-a-trop-de-bruit et les j’ai-besoin-de-faire-la-fête. « Nous souhaitons construire une politique publique qui ne soit pas qu’une réaction, avec deux objectifs : faire coexister tous les usages au travers d’une approche globale, et améliorer le service public nocturne et le cadre de vie des Grenobloises et Grenoblois », renchérit Maud Tavel, adjointe à la tranquillité publique et aux temps de la ville. Ainsi, tout ce travail débouchera sur un plan d’action et la création d’un Conseil de la nuit.

108 propositions

Nous n’en sommes pas encore là : lundi 21 mars, donc, le temps était au diagnostic. Les entretiens ont fait ressortir 108 propositions. Bien sûr, certaines sont contradictoires : d’un côté, on veut une ouverture plus tardive des établissements festifs et des équipements publics (musées, bibliothèques, parcs…), faciliter l’organisation de fêtes étudiantes en plein air, davantage d’offres pour festoyer après minuit. De l’autre, on souhaite sanctionner plus durement l’ivresse sur la voie publique, améliorer le traitement des signalements pour tapage (la Ville en a compté 150 l’an dernier)… Plusieurs pistes évoquées : un accompagnement de tous les nouveaux établissements qui se créent, une signalétique systématique pour les sorties de bars, des médiateurs qui enjoignent subtilement les noctambules au silence, un médiateur aussi entre les exploitants et les riverains lorsque le dialogue est difficile. Il est question de mieux articuler les autorisations d’urbanisme : pourquoi, en face de la Belle Électrique, trouve-t-on des immeubles de logements et non pas de bureaux ?

Quant aux travailleurs nocturnes, ils décrivent des missions difficiles ; les agents de la propreté urbaine subissent des agressions hebdomadaires avec jets de couches sales voire de boules de pétanque… Les femmes de ménage galèrent avec les transports en commun, les policiers municipaux accusent un manque d’effectifs (ils seraient 10 pour un effectif normal de 21, notent Les Orageuses), les pompiers passent trop de temps à gérer les ébriétés. Un chapitre est consacré aux quartiers populaires ; les jeunes s’y sentent oubliés, déjà parce que côté 38100, les lieux de fête et de culture se raréfient nettement par rapport au 38000, mais aussi parce qu’avec des lignes de bus qui s’arrêtent à 19 ou 20h, de toute façon, ils sont assignés à leurs quartiers.

Il ressort de ce rapport, à peu près à tous les niveaux, que ce qui existe déjà est méconnu (par exemple, les bus peuvent déposer à la demande les personnes seules, le soir, tout près de chez elles) ou nécessite une meilleure coordination de tous les acteurs, et une meilleure lisibilité de qui fait quoi. Pour défricher tout ça, des groupes de travail ont bûché, lundi soir, sur différentes thématiques, et des commissions seront créées au mois de mai. Un plan d’action pour la nuit doit être soumis au conseil municipal à l’automne 2022.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 29 novembre 2021 Après le signalement à la justice effectué par Grenoble Ecole de Management sur la circulation de GHB dans les soirées étudiantes, fin octobre, le mouvement Balance ton Bar est une déferlante. Secoués, les acteurs grenoblois du secteur tentent de...
Mardi 20 novembre 2018 La Ville de Grenoble vient d'inaugurer ce nouveau lieu « dédié à la jeunesse et à l’engagement ». On y était.
Mardi 5 juin 2018 La quatrième édition de la Fête des Tuiles est prévue ce samedi 9 juin sur les cours Jean-Jaurès et de la Libération. Un temps festif « pour partager et se rassembler » comme le souhaite Éric Piolle, le maire de Grenoble.
Mardi 24 octobre 2017 En février 1968, Grenoble accueillait les Jeux olympiques d’hiver après s’être grandiosement transformée pour l’occasion. 50 ans plus tard, la Ville et ses partenaires célèbrent cet anniversaire en grande pompe avec une apogée prévue début février....
Mardi 4 juillet 2017 Jeudi 22 juin, le maire de Grenoble Éric Piolle présentait à Paris, au ministère de la culture, un dossier pour soutenir la candidature de la ville au label national "ville d’art et d’histoire". À peine sorti de son oral, il annonçait sa réussite...
Lundi 13 février 2017 Après les coupures du fameux "plan de sauvegarde" (comme l’annonce de la fermeture de certaines bibliothèques), Corinne Bernard, adjointe aux cultures à la Ville de Grenoble, tente de reprendre la main. Lors du conseil municipal du lundi 6 février,...
Lundi 31 octobre 2016 Fini le temps où les politiques culturelles étaient construites main dans la main avec les artistes et les professionnels ? Aujourd’hui, les élus semblent de plus en plus vouloir se réapproprier ce secteur avec, parfois, des méthodes abruptes et des...
Jeudi 21 juillet 2016 Après la prise de parole remarquée du metteur en scène français Joël Pommerat contre la politique culturelle de la Ville de Grenoble en juin dans "Libé", c’est au tour d’acteurs culturels grenoblois de prendre la plume, cette fois-ci dans...
Vendredi 10 juin 2016 Jeudi 9 juin, Éric Piolle et plusieurs de ses élus ont annoncé publiquement les contours de leur plan dit de « sauvegarde des services publics locaux ». Son but ? Faire des économies, dans tous les domaines.
Mardi 7 juin 2016 Grenoble n’est pas que béton : il reste en ville un patrimoine historique riche, qui pourtant s’effrite. Place de Verdun, l’Ancien musée de peinture fait partie de ces joyaux en déshérence. On a fait un tour de table pour comprendre comment on...
Jeudi 2 juin 2016 Le metteur en scène qui vient de présenter son fabuleux "Ça ira (1) Fin de Louis" à la MC2 (c'était notre une du numéro du 18 mai) publie une tribune dans le quotidien "Libération". Son titre ? « Grenoble, la déception de l’écologie...
Mardi 26 avril 2016 Le bruit courrait depuis quelque temps, des couloirs de l’Hôtel de Ville à ceux du conseil d’administration de la MC2 : le maire de Grenoble Éric Piolle et son équipe vont baisser de 100 000 € la subvention de la fameuse scène...
Mardi 22 décembre 2015 Cette année à Grenoble, on a notamment eu droit à de la politique culturelle difficile à suivre et de l'art contemporain dans la tourmente.
Mardi 2 juin 2015 C’était dans le programme du candidat à la mairie de Grenoble Éric Piolle : mettre en place « une fête de la Journée des Tuiles afin d’associer toute la population et de créer un événement festif, populaire et fédérateur ». La première édition a...
Jeudi 24 juillet 2014 Mercredi soir, Tricky, ancien Massive Attack et légende du trip hop, était attendu sous un chapiteau blindé. Sauf qu'il a oublié de venir (au sens figuré bien sûr). Sinon, on a aussi croisé Éric Piolle, le maire de Grenoble, qui a lâché quelques...
Mardi 18 mars 2014 Les dimanches 23 et 30 mars se tiendront les élections municipales. Zoom en trois points sur la situation grenobloise, et plus précisément sur le sujet de la culture.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter