Street Art Fest : bientôt 50 nouvelles oeuvres sur les murs de l'agglo

Festival / Le Grenoble Street Art Fest revient pour sa 8e édition, du 27 mai au 26 juin dans dix communes. Des expos, des conférences, des visites, des projections, du sport, des concerts… Et cinquante nouvelles œuvres de tous formats prévues sur les murs de la ville, ce qui portera le total à plus de 300 à la fin du mois de juin. 

Il est loin, le temps où il fallait démarcher les villes et les propriétaires pour les convaincre de transformer un bête mur en œuvre d’art. Maintenant, ces derniers contactent directement le Street Art Fest avec des propositions de lieux où s’exprimer. Pour sa huitième édition, l’événement passe de huit à dix communes, de Saint-Martin-le-Vinoux à Vizille. À Grenoble, une seule fresque dans le côté 38100, avenue Jean-Perrot, par l’Américain Beau Stanton ; le reste sera visible côté centre (avenue Maréchal-Foch, quartier de Bonne, parking Hoche, rue du Drac…). C’est fini, aussi, le temps où l’on prenait le graff pour du cache-misère. « La vision que j’ai, c’est de constituer un patrimoine, donc il faut une forme de "rentabilité culturelle", si j’ose dire. La durée de vie, actuellement, doit être d’une dizaine d’années ; et dans 5 ou 10 ans, on n’acceptera que des murs récemment ravalés », explique Jérôme Catz, de Spacejunk, à la tête du festival. « Ensuite, il s’agit de faire matcher l’envie artistique avec celle du ou des propriétaires des murs, et de la commune. »

 lire aussi : Peau trop foncée : Sassenage renonce à sa fresque

« La déco pure et dure, ça ne m’intéresse pas »

Parfois, c’est compliqué : « La déco pure et dure, ça ne m’intéresse pas ; si au-delà de l’aspect esthétique une œuvre suscite un échange, on a gagné ». Ce n’est pas toujours sans heurt, on l’a vu récemment avec la polémique autour de l’œuvre de Goin, qui a coûté au festival sa subvention régionale. « Sous un prétexte complètement fallacieux puisque l’œuvre a été réalisée hors cadre du festival… » Ce dernier, à l’instar de l’espace Spacejunk, a beau ne pas être responsable de tout ce qui se gribouille sur les murs de l’Isère, il écope bien d’une coupe de 17 000€, soit 3% du budget. Pas de quoi faire tomber l’événement ; mais niveau symbolique, ce n’est pas terrible. « On était justement contents d’avoir prouvé que le street art était transpartisan », commente Jérôme Catz, dépité. 

En tout cas, le Street Art Fest garde son cap. Avec le Street Art Movie Fest, en ouverture, qui se tiendra à la caserne de Bonne ; les street art runs (en plusieurs sessions plutôt qu’une seule grosse), chaque samedi matin ; des conférences (deux, cette année, sur l’art engagé et sur la technique du collage) ; des visites guidées sur la discipline à Fontaine ; des soirées concerts et animations les 2, 21 et 26 juin ; quatre expositions à Spacejunk, au Vog et à la Maison des associations du Pont-de-Claix, la principale, réunissant la trentaine d’artistes invités, étant installée à l’Ancien musée de peinture (« on monte un peu en gamme », annonce Jérôme Catz). 

Pour la deuxième année consécutive, la section "petites formes" (collages et pochoirs) sera mise en avant, avec Madame ou Les Murs ont des Oreilles, par exemple. « C’est un peu la pochette surprise du festival ; ces petites formes nous permettent de faire monter à bord de jeunes artistes, et ça "culture" les politiques à dire « ok, on fait confiance aux artistes », puisque la plupart du temps ça se passe très bien. »

Le clou du spectacle reste ces fresques géantes qui changeront le paysage urbain. Sur leur nature, mystère ; mais on sait déjà que c’est l’Allemand Case Maclaim qui déploiera la plus grosse, sur le gymnase Aristide-Bergès à Seyssinet-Pariset. À Fontaine, le duo espagnol Reskate livrera une œuvre qui se lit dans la nuit, grâce à des peintures phosphorescentes. Simon Berger, qui travaille sur une technique de verre brisé, réalisera la plus grande œuvre de sa carrière à l’école Badinter, à Saint-Martin-le-Vinoux. Jean-Marc Rochette mêlera l’art de rue et la bande-dessinée pour son œuvre au parking Hoche, du côté de Victor-Hugo. On s’arrête là : on a un mois pour scruter tout ça. 

Grenoble Street Art Fest du 27 mai au 26 juin, tous événements gratuits. Programme détaillé sur www.streetartfest.org

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Vendredi 11 juin 2021 Pour les Grenoblois, l’arrivée des beaux jours s’accompagne du traditionnel Street Art Fest Grenoble-Alpes dont l’équipe organisatrice semble avoir préféré (...)
Mercredi 9 juin 2021 Tout simplement intitulée "Dialogues", l’exposition qui marque la réouverture du musée Géo-Charles propose de faire converser le travail de quatre artistes ainsi que celui des étudiants de l’ESAD avec les œuvres de la collection du musée....
Mardi 2 juillet 2019 Un été en ville peut se vivre à l’air libre, comme on vous le conseille dans les premières pages de ce numéro. Mais il peut aussi se vivre dans un musée, en parfaite connexion avec des œuvres d’art. Alors zoom sur dix expositions que nous avons déjà...
Mardi 4 juin 2019 Depuis 2015, le Grenoble Street Art Fest, devenu du fait de son expansion le Street Art Fest Grenoble Alpes, modifie l’ADN de l’agglomération en demandant à des artistes de réaliser des fresques ici et là. Et promeut pendant un mois le street art...
Mardi 14 mai 2019 Avec "Jean-Marc Rochette, artiste au sommet", le Musée de l’Ancien Évêché se penche sur le versant montagnard de la production de l’auteur du "Transperceneige" et d’"Ailefroide, altitude 3954". Une exposition qui réunit bien naturellement...
Mardi 29 mai 2018 Quatrième édition déjà pour le Grenoble Street Art Fest, que son boss Jérôme Catz (le fondateur du centre d’art Spacejunk) présente comme le plus grand d’Europe sur le sujet – rien que ça, oui. Avec toujours l’idée de faire de la ville un musée à...
Lundi 12 décembre 2016 C’est au cœur des montagnes que le 9e art a fait ses premières bulles. Presque deux siècles plus tard, c’est aux pieds de ces dernières que cet art, la bande dessinée, s’expose de planches colorées en crayonnés noirs pour mettre en vignette les...
Jeudi 2 juin 2016 Complexe dans sa définition comme dans sa forme, le street art tend aujourd’hui à se démocratiser tout en étant sujet aux polémiques. À l’occasion du Grenoble Street Art Fest organisé dès le 8 juin par le centre d'art Spacejunk, nous avons...
Mardi 31 mai 2016 Pour sa nouvelle exposition, le musée s'intéresse au paysage dans sa dimension picturale. "Paysage ou l'étrange idée du beau" met en parallèle des artistes contemporains, Jean-Marc Rochette et Michel Frère, et des artistes du millénaire précédent...
Mardi 10 mai 2016 Fresque offerte aux yeux des passants, l’œuvre d'Ernest Pignon-Ernest réalisée sur un des murs de la Bourse du travail à la Villeneuve (Grenoble) se délite année après année. Afin de sauvegarder cette pièce d'importance, le centre d'art lance une...
Mardi 29 mars 2016 Après une première édition d’une dizaine de jours en 2015, le Grenoble street art festival va revenir en juin 2016 pour trois semaines. Et avec un soutien encore plus appuyé de la Ville de Grenoble (+64% de subventions). On fait le point. Aurélien...
Vendredi 12 juin 2015 Depuis mercredi 10 juin, le Grenoble Street Art Festival a envahi la ville entre fresques murales, expositions et animations diverses. Une manifestation qui se veut avant tout « pédagogique », avec une portée artistique dont la réussite se trouve...
Mardi 9 juin 2015 Première édition pour le Grenoble street art festival, piloté par Jérôme Catz, boss du centre d’art Spacejunk. On l’a rencontré pour en savoir plus, avant d’aller voir sur place ce que ça donne. Propos recueillis par Aurélien Martinez
Mardi 3 mars 2015 Des pics montagneux, il a gardé l'instant d'adrénaline qui le plonge dans une sorte de transe pour ensuite retrouver cet état dans la peinture. Actuellement exposé au Musée Géo-Charles, le dessinateur Jean-Marc Rochette, connu pour la bande dessinée...
Lundi 30 septembre 2013 En octobre 2003 ouvrait à Grenoble Spacejunk, centre d’expression pour « les plasticiens des cultures émergentes (lowbrow, board culture, pop surréalisme, street art...) ». Dix ans plus tard, le fondateur Jérôme Catz l’assure : l’avenir du lieu est...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter