Fait pour durer

Acteur tout terrain depuis 18 ans au théâtre, à la télé et même chez Spielberg, Karim Demnatt revient à lui et puise dans son pays d’origine – le Maroc - une histoire intime qu’il présente à l’Espace 44, "Brûler". Portrait de ce touche-à-tout à l’énergie Duracell. Nadja Pobel

Première rencontre. Cette impression qui dessine les contours d’une personnalité : quelle énergie ! Quelle tchatche ! Et irrémédiablement l’envie de savoir qui se cache derrière. Au commencement, en 1974, Karim Demnatt est Karim Qayouh. Il naît en France de parents marocains venus chercher ici de meilleures conditions de vie. Maman est intendante de maison dans une grande famille autour de Roanne, papa travaille dans l’industrie automobile en banlieue parisienne. Rien ne destine Karim à passer sa vie sur les planches. Il est d’ailleurs plus pressé de pratiquer les sports de combat que d’accompagner ses copains au théâtre. C’est pour lui du haut de ses 15 ans,  «un truc de tapettes avec souliers vernissés». Mais les préjugés d’ado sont rapidement mis au placard : «Je m’approche du théâtre alors comme un animal craintif, à pas de loup comme s’il y avait un risque» et il découvre «que ça met de la beauté dans la vie, c’est comme un rapport amoureux». En route donc pour l’école de la Comédie de Saint-Etienne où il ne pense pas une seconde avoir réussi le concours d’entrée. Et pourtant si. Mais il reste à s’adapter à des gens pas comme lui, qui ne rêvaient que de ce métier quand il pensait simplement à échapper à des destins moins glamour. Ses camarades «avaient des avis sur le théâtre, une conception. Moi je n’avais qu’un appétit». Le jeu au plateau, en revanche, est une récréation et il travaille comme un fou avec plaisir.

Nordey, Pelly, Spielberg

De plaisir, il ne se départira jamais. C’est son moteur. À la sortie de l’école, les rôles s’enchaînent. Dans sa première pièce de professionnel, il est le Roméo de la version de Jean-Paul Lucet (ancien directeur du théâtre des Célestins). Puis goûte à l’arène extraordinaire qu’est l’amphithéâtre de Fourvière avec Jules César (par Claude Lulé en 2002). Il en parle encore comme d’une «superbe expérience où, grâce à l’acoustique, on peut jouer l’intime sans pousser la voix face à 3500 personnes». Les rencontres se multiplient. Karim Qayouh ne se fige pas dans un lieu mais virevolte au TNB de Rennes, au Théâtre Gérard Philipe à Saint-Denis avec Stanislas Nordey (deux spectacles ensemble), croise Jean-Christophe Hembert (qui le met en scène à deux reprises et l’embarque pour un épisode de Kaamelott) et surtout Laurent Pelly. En 2000-2001, Karim joue Oum, hommage à Oum Kalsoum par Lofti Achour. Le spectacle passe par Grenoble où Laurent Pelly, alors directeur du Centre Dramatique National des Alpes, va le voir et l’embarque dans ses aventures. Ils feront Le Voyage de Monsieur Perrichon, Le Roi nu et d’autres dont Sindbad le Marin très récemment. Plus boulimique encore de travail que lui, Karim parle de Pelly avec affection : «il est à la confluence de l’être humain et de la machine, en mouvement perpétuel». Dans ce tourbillon, Karim n’a pas toujours le temps de s’apercevoir de ce qui lui arrive, comme ce rôle dans Munich de Spielberg ! Il passe le casting puis l’a presque oublié quand, deux ans plus tard, son agent l’appelle pour lui dire qu’il est retenu. «J’ai cru à une blague». Et le voilà parti pour trois semaines de présence sur l’île de Malte dont cinq jours de tournage avec Daniel Craig notamment. Émouvante et passionnante expérience au cœur du méticuleux système américain dit-il avec le recul. Et les réactions dans l’entourage ? «Ma mère n’était pas très contente que je joue un méchant. Ce qui compte pour elle, c’est que mon col de chemise soit propre» dit-il en riant !

Retour aux sources

Il y a deux ans, il change de nom, laisse celui de l’état civil pour adopter celui de sa grand-mère, Demnatt. «J’avais besoin de me ré-inventer, de me re-frabriquer». Après avoir joué la carté de l’immersion totale des metteurs en scène avec qui il travaillait et s'être approprié leurs univers, il crée le sien et assume seul Brûler, son premier texte dont il est donc auteur mais aussi acteur et metteur en scène. Avec le soutien sans faille de la municipalité de Roanne, il monte ce spectacle sur la vie chaloupée entre ici (la France) et là-bas (le Maroc), entre le désir de partir et la volonté de se construire sur ses propres terres avec les difficultés afférentes. «Je souhaite parler de la jeunesse actuelle qui n’arrive pas à trouver de perspective d’avenir dans son pays. Le cynisme et la corruption des dirigeants ont, sur le peuple, des effets destructeurs. Les familles se séparent physiquement avec l’immigration clandestine». Ce ne sont pas les puissants qui l’intéressent mais la manière dont les populations se débrouillent plus ou moins avec ces politiques. Un jour, peut-être, ce spectacle passera par le Maroc. «C’est tout à fait possible mais pas encore prévu». En attendant, il a d’autres projets : écrire encore, mettre en scène Les Présidentes de Werner Schwab et rejouer sous la direction de Pelly. Le temps n’attend pas.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 20 ao?t 2021 Bousculées durant l’été par de nouvelles mesures sanitaires, les salles de cinéma se sont adaptées et ont fait mieux que résister dans un contexte difficile. Au bilan, une fréquentation en hausse, des gagnants et un moral retrouvé notamment à Lyon...
Dimanche 7 juin 2020 Dès le 2 juin, les théâtres pouvaient donc rouvrir, selon Édouard Philippe. Rien n'est moins sûr,  après un si long arrêt. À l'heure où les lieux subventionnés présentent leur prochaine saison, certains dans le privé essayent...
Samedi 21 mars 2020 Il est plat avec plus ou moins de profondeur, parfois lumineux et souvent poussiéreux. Mesdames et Messieurs, découvrez avec moi mon petit écran !  
Mardi 17 décembre 2019 De la joie, des outrances, de la drôlerie et une équipe de haute précision, Le Roi Carotte revient quatre ans après sa création, mis en scène par l'une des stars mondiales de l'Opéra et fidèle de celui de Lyon, Laurent Pelly.
Mardi 3 octobre 2017 Fustigeant les nouveaux régimes alimentaires, à base de « p'tits machins tout secs » Karadoc conclue : « le gras c’est la vie ! » Saison 2, Épisode 76 de Kaamelott. Dans la série d’M6, Karadoc a un frangin : gourmand lui aussi. Si...
Mardi 27 juin 2017 Montrer sur scène les vicissitudes et les vices des divas de l'opéra. Voilà une mise en abyme ludique de Gaetano Donizetti qu'on dirait écrite pour Laurent Pelly. Le metteur en scène s'en empare avec son éternelle gourmandise.
Mardi 13 juin 2017 C'est une figure du théâtre lyonnais qui s'est éteinte ce week-end. Ces travaux tournaient peu ces dernières années, mais il a traversé les décennies auprès de grands artistes.
Mardi 20 décembre 2016 Créateur infatigable de grands spectacles jouissifs et épatants, Laurent Pelly trouve avec cet Oiseau vert de Gozzi une fable à sa mesure sans toutefois éviter quelques lourdeurs.
Mardi 13 décembre 2016 Que vous soyez néophytes ou adeptes, le réveillon est une date idéale pour se ruer dans les café-théâtres. Le 31 décembre, il y en a pour tout le monde, les petits comme les grands, ceux qui ont envie de rire comme ceux qui veulent redécouvrir les...
Mardi 15 décembre 2015 Un roi un peu trop sûr de lui et bien peu soucieux de ses administrés se fait évincer du pouvoir par un légume humain, le roi Carotte, rendu aimable (...)
Mardi 15 décembre 2015 Depuis plus de trente ans, Laurent Pelly invente des spectacles d’une parfaite maîtrise formelle et visuelle en racontant Hugo, Levin, Copi ou Ionesco. A l’opéra, il retrouve, en ce moment, Offenbach pour la onzième fois et livre, avec Le Roi...
Mardi 22 septembre 2015 Cette saison, tous les lieux lyonnais consacrés aux musiques dites savantes affichent un programme qui ose, qui revendique, qui dénonce une époque contemporaine en plein repli. De belles expériences en perspective.
Mardi 25 novembre 2014 Vivifiée par la verve et la rigueur de l’écriture d’Alexandre Astier et par un beau travail graphique de Louis Clichy, cette version animée des aventures d’Astérix et Obélix fait oublier les faux-pas des récentes adaptations live. Christophe Chabert
Mardi 9 septembre 2014 Assouvissant un vieux fantasme, celui de parler d’une potentielle civilisation extraterrestre, Alexandre Astier revient sur les planches après l’excellent "Que ma joie demeure" pour une "Exoconférence" mystérieuse qu’il créera au Radiant les 12 et...
Jeudi 26 juin 2014 Comme chaque été depuis 2009, l’Opéra de Lyon propose de diffuser sur grand écran, gratuitement et parfois en direct, un spectacle phare de sa saison. (...)
Mercredi 2 avril 2014 Après la musique baroque, qu'il décortiquait avec autant de virtuosité que de délicatesse dans Que ma joie demeure !, le créateur de Kaamelott s'intéressera cet (...)
Mardi 25 février 2014 En s’attaquant à Rossini avec "Le Comte Ory", Laurent Pelly livre une création parfaite sur un homme boulimique et jouisseur. Et si cet Ory était le reflet de ce qu’il est devenu : un franc-tireur qui réussit tout ce qu’il entreprend, au risque...
Vendredi 3 janvier 2014 Et si on misait sur la relève en ce début d’année ? Les grands noms du théâtre auront beau être à Lyon tout au long des six mois à venir, c’est en effet du côté des jeunes que nos yeux se tourneront prioritairement. Nadja Pobel
Lundi 16 décembre 2013 Ce n'est pas une surprise, mais cela n'enlève rien à la vision des "Contes d'Hoffmann" : Laurent Pelly est un metteur en scène de génie. Créé en 2005, cet opéra est de nouveau présenté avant les fêtes. Un cadeau XXL accessible dès 5€. Nadja Pobel
Jeudi 14 février 2013 Un critique a (trop) souvent tendance à se comporter comme un explorateur : quand il foule une contrée nouvelle, il veut être le premier à en dessiner les (...)
Lundi 17 décembre 2012 De la musique qu’il étudia au conservatoire et du théâtre où il fit ses armes avec ses parents, Alexandre Astier tire aujourd’hui une belle synthèse : "Que ma joie demeure", formidable solo où il se distribue dans le rôle de Jean-Sébastien Bach et...
Samedi 15 décembre 2012 La nouvelle, datée du 29 novembre, est tombée comme un couperet : cette année, France 3 ne diffusera pas son traditionnel bêtisier. Il flotte depuis comme une odeur de fin de règne. Sauf chez ceux qui savent que, pour achever un cycle calendaire sur...
Lundi 27 ao?t 2012 De la part du créateur de Kaamelott, rien ne pouvait laisser présager une entrée au cinéma aussi singulière que ce David et Madame Hansen. Loin d’exploiter un (...)
Jeudi 26 janvier 2012 «La nostalgie c’est les larmes au coin des yeux de mon père quand il parle de là-bas». Comme Brûler (joué actuellement avec conviction à l’Espace 44 par Karim (...)
Vendredi 6 janvier 2012 Fort d'un premier album chaudard baptisé "Sunny Side Up", Slow Joe & the Ginger Accident, mariage d'un lapin lyonnais et d'une carpe indienne, vient démontrer sur la scène du festival Plug & Play que derrière la belle histoire, il y a des talents...
Jeudi 17 novembre 2011 Opera / A l’opéra de Lyon, on remet ça : un Offenbach, une Vie Parisienne, un Laurent Pelly et le tour est joué. La magie opère avec fulgurance : c’est jouissif, décalé, drôle… Pascale Clavel
Jeudi 1 septembre 2011 En 1994 déjà, Laurent Pelly signait une mise en scène pour le jeune public, La Famille Fenouillard. Il n’était pas encore la star qu’il est aujourd’hui, (...)
Lundi 31 janvier 2011 Entretien / Laurent Pelly, ancien directeur du Centre dramatique national des Alpes et metteur en scène talentueux présente au Théâtre de la Croix-Rousse «Mille Francs de récompense» de Victor Hugo. Propos recueillis par Dorotée Aznar
Lundi 7 juin 2010 Laurent Pelly est de retour. Cette fois, c’est à l’Opéra de Lyon que l’on pourra croiser le metteur en scène qui présente, jusqu’au mercredi 16 juin, "Hänsel et (...)
Lundi 12 octobre 2009 Théâtre / Laurent Pelly met en scène ‘Le Menteur’ de Goldoni, une comédie grinçante comme il les aime. Et une grande réussite à découvrir au Théâtre Les Célestins. Dorotée Aznar
Vendredi 9 octobre 2009 Entretien / Laurent Pelly met en scène ‘Le Menteur’ de Goldoni. Il s’explique sur son amour pour la comédie, sans complexe. Propos recueillis par DA
Mercredi 22 décembre 2004 Analyse / L'univers de Kaamelott est conforme au contexte historique dans lequel il s'inscrit. "L'action est coincée entre la chute de l'empire romain, (...)
Mercredi 22 décembre 2004 Interview / Alexandre Astier, auteur, réalisateur, acteur et compositeur de la musique de Kaamelot Propos recueillis par CC
Mercredi 22 décembre 2004 Télévision / Découvert sur les planches lyonnaises avec Le Jour du Froment, Alexandre Astier donne une suite à son court-métrage Dies Irae en reprenant le créneau de Caméra Café sur M6. Kaamelott : 3 minutes 30 quotidiennes pour découvrir les...
Mercredi 21 décembre 2005 Avec "Le Roi nu", Laurent Pelly propose le spectacle parfait : 2 heures de divertissement et d'intelligence qui ne souffrent aucune faiblesse, portées par un texte et des acteurs éblouissants. Christophe Chabert
Mercredi 15 novembre 2006 Portrait / C'est lui le Merlin un peu branque de la série Kaamelott. Jacques Chambon fait aussi des apparitions dans des téléfilms et, on le sait moins, (...)
Mercredi 25 avril 2007 Entretien / Laurent Pelly, directeur du Centre Dramatique National des Alpes, met en scène La Voix humaine et Le Château de Barbe Bleue. Propos recueillis par DA
Mercredi 23 mai 2007 ENTRETIEN / AGATHE MÉLINAND ET LAURENT PELLY ACCOMPLISSENT LA GAGEURE DE REDONNER UN VIGOUREUX COUP DE FOUET AU CLASSIQUE DE LEWIS CARROLL. PROPOS RECUEILLIS PAR SÉVERINE DELRIEU

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !