Lean de mire

La saison commence en fanfare pour le cinéma de patrimoine avec une rétrospective David Lean sur l’imposant écran de l’Institut Lumière, mais aussi avec le lancement d’une nouvelle ciné-collection dont le programme revendique cette année son éclectisme. Christophe Chabert

Alors qu’on l’attendait plutôt du côté du festival Lumière, où elle aurait pu faire une superbe séance de clôture à la Halle Tony Garnier, c’est bien dans le cadre de la programmation "normale" de l’Institut Lumière que l’on découvrira la copie restaurée en HD de Lawrence d’Arabie, chef-d’œuvre absolu de David Lean. C’est un événement, tant le film mérite son titre d’archétype d’un cinéma total et monumental (par sa durée, par l’ampleur de sa mise en scène, par la complexité de ses enjeux) dont Hollywood s’échine à retrouver la formule. La bonne surprise, c’est que cette ressortie s’inscrit dans une rétrospective consacrée à Lean, où l’on pourra voir les autres grandes œuvres du réalisateur (Docteur Jivago, Le Pont de la Rivière Kwaï et La Route des Indes), ses adaptations de Dickens (Oliver Twist et Les Grandes Espérances) mais aussi des raretés (L’Esprit s’amuse et Heureux mortels, tous deux présentés le 5 septembre).

Une proposition que vous ne pouvez pas refuser

L’autre grand moment de la rentrée à l’Institut, c’est la trilogie du Parrain projetée deux samedis de suite (les 22 et 29 septembre) et proposée pour la première fois en numérique haute définition. Que dire sur ce continent de l’Histoire du cinéma ? Que Coppola y invente une mythologie entièrement neuve du cinéma de gangsters ? Qu’il y impose une génération d’acteurs (Pacino, De Niro, Duvall, Keaton) et qu’il y offre à Brando son rôle le plus iconique ? Que les deux premiers volets sont impérissables — et que le troisième l’est beaucoup moins ?

Alors que Coppola était déjà au firmament de son art, son collègue du nouvel Hollywood, Martin Scorsese, faisait ses gammes en attendant son heure. Cela donne Alice n’est plus ici, splendide mélodrame qui part de Minnelli et arrive du côté de Cassavetes, à redécouvrir au Comœdia à partir du 26 septembre.

En septembre toujours, le GRAC (groupement de salles indépendantes) lance une nouvelle Ciné-collection, inaugurant la saison avec un hommage à Marylin Monroe cinquante ans après sa disparition, via le chatoyant Bus stop de Joshua Logan. Le reste de la programmation est d’un stimulant éclectisme, passant d’un fondamental du nouvel Hollywood (encore !), Cinq pièces faciles de Bob Rafelson (en octobre) à un film oublié de Michel Cacoyannis, Stella femme libre (en novembre), d’un classique inoxydable du cinéma français, Les Enfants du paradis de Marcel Carné (en décembre) à un prototype parfait du génie comique de Billy Wilder, La Garçonnière (en janvier). Que du bon, une fois encore, dans ce cycle de projections itinérantes devenu incontournable.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 15 octobre 2019 Le Padre padrone de la famille Coppola arrive cette semaine pour recevoir son dû lyonnais. Plus que la jolie plaque en bois gravée à son nom, c’est l’ovation associée qui devrait lui arracher l’un de ses trop rares sourires. En l’attendant,...
Mardi 8 janvier 2019 Entre certitudes et hypothèses, sorties annoncées et tournages en cours, le premier semestre 2019 s’achevant peu ou prou avec Cannes recèle son content de promesses…
Mardi 11 octobre 2016 Dire qu’il n’y a pas si longtemps, vous sirotiez des boissons fraîches en terrasse pour oublier la canicule, et voilà que l’automne a balayé de ses grandes (...)
Mercredi 24 février 2016 Tourné dans la foulée immédiate de L’Ange bleu (1930), qui révéla Marlene Dietrich et cimenta son fructueux couple avec le cinéaste Josef von Sternberg, Cœurs (...)
Jeudi 2 janvier 2014 Ce mois-ci, la Ciné Collection propose dans les salles indépendantes de l’agglomération rien moins qu’un des plus beaux films du monde, mais aussi un des (...)
Vendredi 12 juillet 2013 C’est désormais un fait établi : au milieu de l’avalanche prométhéenne des sorties estivales, les classiques font de la résistance, en salles comme en plein air, avec toujours de belles redécouvertes. Christophe Chabert
Lundi 17 septembre 2012 Une main qui tire les ficelles d’une marionnette invisible. Une trompette étouffée qui interprète une mélodie aux accents italiens. Une phrase devenue (...)
Jeudi 30 ao?t 2012 C’est une œuvre monumentale, ces films dont on dit, avec une nostalgie un peu rance "qu’on n’en fait plus" et dont même les continuateurs déclarés ont perdu (...)
Mercredi 22 ao?t 2012 Animation, documentaires, films d’acteurs et cinéastes inclassables : focus sur les autres événements de la rentrée cinéma.
Mardi 21 ao?t 2012 De septembre à décembre, le programme de la rentrée cinéma est riche en événements. Grands cinéastes au sommet de leur art, nouveaux noms à suivre, lauréats cannois, blockbusters attendus et peut-être inattendus. Morceaux de choix à...
Dimanche 29 janvier 2012 À l’image de l’excellente programmation du Zola, Ciné O’Clock, sa semaine consacrée au cinéma britannique, fait une fois de plus bonne figure dans le paysage des festivals. Et en plus, on s’y amuse ! Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !