Seconde(s) chance(s) : les reprises ciné de l'été

Comme dans les années 80, la saison estivale est devenue le moment privilégié pour exposer des classiques dans les salles. La moisson 2014 est belle du côté du Comœdia, avec notamment un thriller génial de John Frankenheimer et les aventures américaines d’Agnès Varda. Christophe Chabert

Premier événement de cet été de classiques au Comœdia : l’exhumation d’une perle rare du thriller américain, un film matrice et pionnier de John Frankenheimer, Seconds, L’Opération diabolique (à partir du 23 juillet) où un banquier âgé et déprimé par la monotonie de son existence accepte la proposition d’une mystérieuse organisation : changer de visage et démarrer ainsi une nouvelle vie. Le visage en question est celui de Rock Hudson, et voilà notre homme propulsé dans une communauté constituée uniquement d’autres «reborns» menant la vie facile, jusqu’à ce qu’il se rende compte du prix à payer pour cette opération effectivement diabolique. Dans un noir et blanc spectaculaire signé par le vétéran James Wong Howe — qui fut le directeur photo de John Ford — Frankenheimer signait un objet culte, le premier film casse-tête de l’histoire du cinéma. Tourné en 1965, c’est aussi un prototype parfait et précoce du cinéma conspirationniste et parano qui allait envahir Hollywood cinq ans plus tard.

Terres étrangères

Devenu invisible depuis sa sortie en 1970, Moonwalk One (à partir du 30 juillet) de Theo Tamecke revient dans une version restaurée et inédite sur les écrans cet été. Ce n’est pas exactement un documentaire, plutôt un film de montage qui raconte la mission Apollo 11 et les premiers pas sur la Lune de Buzz Aldrin et Neil Armstrong. Un film imprégné du lyrisme et de l’idéalisme qui caractérisait à l’époque la conquête de l’espace, mais dont le montage, parfois très expérimental, peut aussi évoquer ce que Terrence Malick tentera dans les scènes "cosmiques" de Tree of Life — quoique le plus beau dans Moonwalk One est peut-être sa manière de regarder l’activité des Terriens au quotidien, contraste spectaculaire avec ces pionniers explorant la «nouvelle frontière».

Dans le bouleversant Les Plages d’Agnès, Agnès Varda racontait ses années américaines, passées à Venice Beach en compagnie de Jacques Demy en pleine période hippie. De ce bref exil, elle tirera trois longs-métrages qui y font directement référence : Lions Love (and Lies), tourné en 1969, et surtout Murs murs et Documenteur, réalisés en 1982. Le premier revient à Los Angeles pour y filmer les impressionnantes peintures murales créées à l’époque et y rencontrer leurs auteurs ; le second transpose l’expérience de l’exil vécue par Varda en imaginant une femme et son enfant de huit ans perdus dans cette Californie étrange et étrangère. «Agnès Varda in California», c'est le titre de cette rétrospective événement, à voir à partir du 30 juillet.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Jeudi 4 novembre 2021 La gamine de la Croix-Rousse prolo a bien grandi. À 70 ans sonnés, la pause du confinement aidant, la comédienne Myriam Boyer fait dans une biographie tout juste parue un retour arrière sur ses vies de cinéma et de théâtre. Où l’on croise...
Mardi 30 avril 2019 Tout comme le festival de Cannes, qui lui rend hommage à travers son affiche, la quatrième édition de On vous Ment ! doit se sentir orpheline de la regrettée (...)
Mardi 4 juillet 2017 Dans un petit village de la Drôme que rien ne prédestinait à la renommée, Ferdinand Cheval, modeste facteur, a érigé pierre après pierre un palais devenu symbole précurseur de l’art brut. Chaque année, près de cent mille visiteurs viennent admirer...
Mardi 27 juin 2017 Sans vraiment se connaître, une figure tutélaire des arts visuels et une nouvelle tête du street art partent ensemble tirer le portrait de bobines anonymes et dévider le fil de leur vie. Hanté par les fantômes d’Agnès Varda ce buddy-road-movie est...
Mardi 24 mai 2016 Genre hybride aux allures de plaisanterie potache, le documenteur est un canular (avoué au spectateur ou non) empruntant au cinéma du réel sa forme (...)
Mercredi 4 mai 2016 Seule réalisatrice (ou presque) à avoir accompagné la Nouvelle Vague — qu’elle a même précédée d’une courte pointe avec La Pointe Courte (1955) — Agnès Varda n’est (...)
Mardi 27 janvier 2015 Après "Barbara", Christian Petzold et son actrice Nina Hoss explorent de nouveau l’histoire allemande — ici, le retour des camps — mais sur un mode labyrinthique et hitchcockien. Un très grand film sur l’identité et l’inexprimable. Christophe...
Mardi 30 septembre 2014 Après sa reprise cet été, nouvelle occasion grâce à la Ciné collection de voir "Seconds", incroyable film de John Frankenheimer sur le mythe américain illusoire de la seconde chance, d’une stupéfiante modernité formelle et graphique. Christophe...
Mardi 2 septembre 2014 La rentrée cinéma, c’est aussi celle du cinéma de patrimoine. Et il y en a partout : à l’Institut Lumière, chez UGC, dans les salles du GRAC… Du rare, du classique, des incontournables : que du bon ! Christophe Chabert
Mercredi 10 décembre 2008 Entretien / Agnès Varda, au fil de la parole, aussi libre que son dernier film. Propos recueillis par CC
Mercredi 10 décembre 2008 Cinéma / Dans son dernier film, Les Plages d’Agnès, Agnès Varda raconte «à reculons» l’histoire de sa vie, qu’elle transforme en leçon magnifique sur le plaisir de fabriquer du cinéma avec la réalité. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter