Emmanuel Carrère, profane en son Royaume

Emmanuel Carrère

Librairie Passages

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Avec "Le Royaume", Emmanuel Carrère mène une double enquête savamment intriquée, sur sa «crise de foi» et sur les premiers chrétiens, prolongeant de manière virtuose le jeu de poupées russes qu’est devenue son œuvre. Christophe Chabert

630 pages sur l’histoire des premiers chrétiens… Après avoir relaté la vie de l’auteur illuminé Edouard Limonov, de la bohème branchée parisienne aux camps de redressement russes sous Poutine, Emmanuel Carrère semble effectuer dans Le Royaume un spectaculaire grand écart. Sauf que son œuvre est devenue, depuis ce tournant décisif qu’était L’Adversaire, où il se confrontait littérairement et littéralement à l’affaire Jean-Claude Romand, un labyrinthe dans lequel chaque livre entre en écho avec le précédent, quand il n’en est pas le prolongement naturel ou, c’est presque pareil, la réponse contradictoire.

Le Royaume, justement, trouve sa source dans les années qui précèdent la rédaction dudit Adversaire : moment de dépression lié à un mariage qui prend l’eau, panne d’inspiration et, dans une continuité logique que Nietzsche aurait appréciée, conversion soudaine et absolue au christianisme. Époque oubliée par Carrère dont les traces — des cahiers où il se livre à une exégèse des Évangiles — ressurgissent par un de ces hasards qui parsèment ses livres, où le désir de faire de sa vie un roman est un défi presque occulte lancé à la réalité.

Paul, Luc et les autres…

Passée cette brillante première partie où, avec la distance et l’humour qu’on lui connaît, Carrère raconte sa «crise de foi» — avec un épisode hallucinant où surgit une babysitter américaine maboule qu’on dirait échappée d’un thriller — Le Royaume inverse la proposition. Il ne s’agit plus d’aller trouver dans la vie de l’auteur la matière à une enquête extraordinaire, mais d’enquêter avec l’œil du sceptique sur cet événement extraordinaire qu’est la résurrection du Christ, pour le ramener à sa réalité la plus profane : une lutte intestine entre diverses factions pour forger les dogmes d’une secte encore confidentielle, muée au fil des siècles en religion majeure.

Avec pour héros d’abord Paul, le converti, radical et ambitieux, parcourant le monde pour vendre à tout prix la parole du Christ en annonçant une apocalypse prochaine, puis Luc, son disciple, qui tente une synthèse entre l’enseignement de son maître et son patient travail pour retourner aux sources du verbe christique. Carrère trouve en Luc une forme d’alter ego, curieux et rigoureux, mais surtout doué d’un talent romanesque dont les autres apôtres sont dépourvus. Avec lui, il chemine dans les méandres des Évangiles en traçant de sublimes lignes de fuite avec le stalinisme ou les personnages de Dostoïevski, sans oublier un détonnant détour par le porno amateur sur Internet. Du porno dans un livre sur le christianisme ? On ne voit que Carrère pour réussir ce mariage contre nature — et, sous sa plume, parfaitement naturel…

Emmanuel Carrère
À la libraire Passages, jeudi 9 octobre
Le Royaume (P.O.L.)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 12 décembre 2023 Après Mars Express, deux nouveaux longs métrages indépendants tentent de se frayer un chemin au milieu des locomotives de fin d’année. Avec une même idée en tête : de l’audace, dans le graphisme comme dans le ton.
Mardi 17 octobre 2023 Bienheureux les enfants, déjà en vacances ! Si leurs parents craignent de les voir désœuvrés, ils n’ont qu’à les confier aux Toiles des Mômes. Venant d’atteindre (...)
Mardi 30 septembre 2014 Héros de la rentrée romanesque ou mythes vivants de l'écriture, fut-elle littéraire ou graphique, ces auteurs ont toute leur place dans une "bibliothèque idéale". Ils passeront par ici dans les semaines qui viennent.
Mardi 25 juin 2013 En 2013, la SRF (Société des Réalisateurs de Films) ne s’offre pas qu’un combat épique en son sein, terminé par une prise de pouvoir des cinéastes ayant choisi (...)
Dimanche 11 décembre 2011 Pourquoi vous êtes-vous mis à écrire à la première personne avec L’Adversaire (paru en 2000) ?Emmanuel Carrère : L’Adversaire est un livre que j’ai mis (...)
Vendredi 2 décembre 2011 Depuis plus de dix ans et son Adversaire mémorable, Emmanuel Carrère écrit à la première personne. Pas par exhibitionnisme mais par souci de véracité, parce que c’est sa façon d’être écrivain. Questions sur cette introspection qui a ouvert au monde...
Samedi 27 février 2010 Création / «Le Royaume d’en bas», création mondiale mais surtout ovni visuel et musical de Pierre Jodlowski est donné au Théâtre national Populaire dans le (...)
Jeudi 19 mars 2009 Livres / Avec D’autres vies que la mienne, Emmanuel Carrère poursuit un «feuilleton de soi» en forme de poupées russes, où les récits s’imbriquent les uns dans les autres en changeant de média et de format. Mais ce tour de lui-même devient ici un...
Jeudi 22 mai 2008 Le quatrième volet des aventures de l’archéologue au chapeau est une bonne surprise : Spielberg et Lucas retournent à leur avantage les invraisemblances du récit et la vieillesse de leur héros pour en faire un blockbuster fier de son charme...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X