Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Cristian Mungiu : « Parfois, il faut aller au-delà de la vingt-cinquième prise »

Baccalauréat
De Cristian Mungiu (Rou-Fr, 2h08) avec Adrian Titieni, Maria Dragus...

3 questions à... / Découvert et palmé à Cannes avec 4 mois, 3 semaines, 2 jours (2007), le cinéaste roumain poursuit sa route avec une minutieuse exigence, en conjuguant lucidité et bienveillance — pour ses personnages comme ses comédiens. En témoigne Baccalauréat.

Votre personnage Romeo n’habite nulle part : ni chez lui, ni chez sa maîtresse, ni chez sa mère. Il est presque un sans domicile fixe…
Cristian Mungiu
: C’est quelqu’un qui cherche des solutions ; il se trouve dans un moment de la vie où il a davantage de doutes que de réponses : il part d’un canapé, il finit sur un autre canapé… Je voulais faire le portrait de quelqu’un qui se sent coupable, que le spectateur comprenne ce qu’il ressent. Dans un film, c’est compliqué de parvenir à cela ; encore plus lorsqu’il est tourné en plan-séquence. J’espère que l’on partage cette angoisse de Romeo qui, parce qu’il mène une double vie, a toujours l’impression que quelqu’un le suit.

à lire aussi : "Baccalauréat" : les meilleures intentions, avec mention

Pourquoi êtes-vous autant attaché au plan-séquence ?
C’est ma philosophie. Lorsqu’on utilise le montage, ce n’est pas compliqué de faire du cinéma. Mais si l’on crée des scènes de 4, 5, 6 ou 8 minutes comme je le fais en plan-séquence, alors il faut être précis, comme un chorégraphe dans un spectacle. J’essaie de respecter des continuités de temps pour avoir la vraie vie sur l’écran. Ensuite, je répète beaucoup, car c’est dans le tournage que se fait le film. Je fais beaucoup de prises, ce qui est très difficile pour les comédiens. Après dix ou vingt prises, ils entrent dans une routine, ils ne réfléchissent plus à ce qu’ils doivent dire, car il savent leur texte. On prend alors des décisions très précises sur ce qu’ils doivent faire en détail. C’est là que la liberté vient ; que les comédiens se concentrent sur ce qu’ils ressentent en tant que personnages. Les dix dernières prises sont bonnes pour moi. Parfois, il faut aller au-delà de la vingt-cinquième. Si à 18h je sens que je n’aurai pas la bonne, je peux décider de continuer le lendemain. Ça aide que je sois mon propre producteur, je n’ai pas de pression extérieure (sourire). Et à la fin, je ne mets pas de musique, car on n’entend pas de musique quand on ressent de l’émotion dans la vraie vie.

Comment le public a-t-il reçu le film en Roumanie ?
Très bien. Beaucoup de gens sont venus le voir… Mais pas la presse, qui a trouvé que nous ne donnions pas la meilleure image du pays aux occidentaux. Cela dit, nous n’avons pas de presse culturelle, ni de presse cinéma d’ailleurs : seuls des journalistes de quotidiens généralistes ont écrit sur le sujet du film, pas sur sa forme. En tant qu’artistes, nous avons le devoir de dire ce que nous pensons, de changer les choses par l’image. Si nous les cachons, ça n’aidera pas à les changer. Le paradoxe, c’est que les gens se sentent très fiers de mon prix de la mise en scène à Cannes. Mais lorsque je leur demande s’ils ont vu mes films, ils me disent « pas encore ». Les récompenses sont plus populaires chez nous que les films, car nous n’avons pas vraiment de tradition cinéphile. En plus, en une génération, nous avons perdu 400 salles de cinéma et l’habitude de découvrir les films avec les autres dans le noir. Les jeunes regardent les films sur Internet ; ce n’est pas pareil…

Avez-vous le sentiment que votre génération est déçue par l’évolution du pays depuis la fin de l’ère Ceaușescu ?
Nous n’avons peut-être pas accompli de progrès assez important en vingt-six ans. D’un point de vue historique, vingt-six ans pour un pays, ce n’est pas grand chose, mais en même temps à l’échelle d’une vie personnelle, c’est énorme ! Après la chute du communisme, on a commencé par avoir de grands espoirs : à croire que la liberté, l’honnêteté tomberaient du ciel, que la société serait exceptionnelle… Aujourd’hui, il y a des frustrations : il faut toujours connaître quelqu’un, entretenir des réseaux et des relations. Chaque génération depuis la Seconde guerre mondiale a été appelée la “génération du sacrifice” : celle de mes parents, la mienne (à cause du décret Ceaușescu sur l’avortement) et à présent celle de nos enfants. Quand il n’y a que des “générations du sacrifice” dans un pays, c’est qu’il faut changer quelque chose.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 décembre 2016 Une semaine ordinaire dans la vie de Paterson, chauffeur de bus à Paterson, New Jersey et poète à ses heures. Après la voie du samouraï, Jarmusch nous indique celle d’un contemplatif alter ego, transcendant le quotidien sur son carnet. Une échappée...
Mardi 15 novembre 2016 Portrait d’une banlieue par des jeunes qui la vivent au présent et ont foi en l’avenir, dans un documentaire de création bariolé, sans complaisance mortifère ni idéalisation naïve. Stimulant.
Mardi 8 novembre 2016 Un homme recherche l’agresseur de son épouse en s’affranchissant des circuits légaux. Mais que tient-il réellement à satisfaire par cette quête : la justice ou bien son ego ? Asghar Farhadi compose un nouveau drame moral implacable, doublement primé...
Mardi 30 ao?t 2016 Oubliez son discours survolté lors de la remise de sa Caméra d’Or à Cannes et considérez le film de Houda Benyamina pour ce qu’il est : le portrait vif d’une ambitieuse, la chronique cinglante d’une cité ordinaire en déshérence, le révélateur de...
Mercredi 6 juillet 2016 Des retrouvailles affectives en (fausses) dents de scie entre un père et sa fille, la réalisatrice allemande Maren Ade tire une grande fresque pudique mêlant truculence, tendresse et transgression sur fond de capitalisme sournois. Deux beaux...
Mardi 7 juin 2016 Si vous avez suivi d’un œil distrait la compétition cannoise au motif qu’elle concernait des œuvres encore éloignées des écrans, préparez-vous à l’écarquiller : une (...)
Mardi 17 mai 2016 Si Roméo était fils d’un ogre pêcheur et Juliette travestie, fille d’un industriel de Tourcoing, peut-être que leur histoire ressemblerait à cette proto-comédie de Bruno Dumont. Un régal pour l’œil, mais pas une machine à gags. En compétition...
Jeudi 12 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mercredi 14 novembre 2012 Revenu de sa Palme d’or, Cristian Mungiu déçoit quelque peu en racontant longuement et très en détails le calvaire d’une jeune femme qui, par amour, se retrouve en proie au fanatisme religieux. Un film programmatique et dogmatique, sauvé par de...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter