Des arbres et des datas : découvrir Lyon par ses arbres d'alignement

Platane / Quels sont ces arbres ignorés qui verdissent la voirie de Lyon, recueillent des pipis de chiens et sont parfois tamponnés par des voitures ?

Il était une fois un fichier Excel légendaire, qui réunissait tous les arbres d’alignement (plantés de manière linéaire et régulière le long des routes) de Lyon. Ces données portent l’histoire de tous les végétaux bannis des parcs et des jardins, sommés de se contenter des trottoirs, ronds-points et autres terre-pleins centraux. Si cela commence comme un conte dystopique, c’est d’abord l’histoire d’un travail de fourmi : une base de données, créée il y a une vingtaine d’années, qui recense tous les arbres d’alignement de la métropole.

à lire aussi : Riverie : chasse aux curiosités architecturales et panorama grandiose

Aujourd’hui, elle compte plus de 100 000 entrées, saisies à la main et avec une grande patience. Cette base de données colossale est mise à jour quotidiennement par les personnes chargées de la gestion des arbres d’alignement. Et vous savez quoi ? Elle est téléchargeable. Écoutons ce qu’elle a à nous raconter.

Les princes de la ville

Premier constat sans appel : l’arbre le plus présent à Lyon, toutes années confondues, est le platane. On en recense aujourd’hui 8387 individus, sur les quelque 28 000 arbres d’alignement lyonnais. Si l’on s’attendait à quelque chose de plus poétique, c’est la réalité botanique qui nous rattrape : en ville, un arbre doit durer longtemps, s'adapter à notre climat et à la pollution. Et surtout, il doit faire de l'ombre.

C’est un héritage du XIXe siècle, qui a vu naître le concept d’arbres d’alignement (le paysagiste Alphand a lancé le mouvement à Paris, sur les boulevards imaginés par Haussmann) : à l’époque, on choisit le platane pour sa facilité à se multiplier par bouture, qui le rend « très facile à conduire en pépinière » d’après Pierre Athanaze, vice-président de la Métropole chargé de l’environnement et de la nature en ville. Il ajoute : « On pouvait le mettre à des tas d’endroits différents. Sa plasticité l’a rendu populaire ».

Avec lui sur le podium : le micocoulier de Provence, qui est un peu un platane méridional (1003 individus qui, s’il ne gèle pas trop, pourraient vivre jusqu’à 600 ans) et le sophora du Japon (les 819 individus résistent à la pollution, mais produisent beaucoup de pollen). On voyage ! Eux aussi sont faciles à multiplier, et supportent un fort ensoleillement.

Les vieilles branches

L’arbre le plus ancien recensé dans le document date de 1894. Il s’agit sans surprise d’un platane, place Antoine Rivoire, juste à côté de la boutique Diesel. Il prend racine sur un ancien cimetière : sur cette place, au XVIe siècle, on enterrait les morts de la paroisse de Saint-Nizier.

Bon à savoir : presque la moitié des arbres recensés dans le fichier (45%), n’ont pas de date de plantation renseignée, donc il se peut que ça ne soit pas vraiment l’arbre de rue le plus ancien.

Autre fait intéressant : « Le platane présent à Lyon n’est pas une espèce sauvage mais un hybride créé au XIXe siècle. On n’a pas de platane de ce type-là qui ont 300 ou 400 ans, ça n’existe pas », raconte Pierre Athanaze. Les datas le confirment : l’arbre d'alignement le plus ancien recensé sur le fichier aurait été planté en 1624 place du Port du Bief à Givors. Il s’agit d’un bouleau verruqueux.

Des arbres qui transpirent

En ville, au cours des dernières décennies, on a privilégié des espèces résistantes à la chaleur. On ne plante donc pas de spécimens de collection dans les rues de Lyon : on les réserve plutôt aux parcs. Face aux bouleversements climatiques, il s’agit désormais de dénicher les essences qui rafraîchissent le plus.

Le détail qui change tout ? L’évapotranspiration, AKA la sueur des arbres, qui permet d’humidifier l’air et de le rafraîchir, en plus de faire de l’ombre. C’est une caractéristique que l’on retrouve plutôt dans les espèces autochtones comme le tilleul que dans les arbres exotiques, qui ont tendance à "fermer leur estomac" en situation de stress hydrique. Attention, si l’anxiété vous fait transpirer, on risquerait bien de vous planter entre deux places de stationnement !

Adios les magnolias en fleurs

Ce retour à des végétaux plutôt locaux s’accompagne de nouveaux partis-pris visuels : sortir d’un alignement haussmannien pour constituer des îlots de fraîcheur. Au risque de vous décevoir, le fichier n’a donc pas dévoilé de petit bijou caché comme le magnolia en fleurs place des Célestins. Un magnolia placé dans les années 90, pour mettre en valeur le bâtiment par des plantations rectilignes.

Vous vous en doutez, il y a eu des effets de mode en termes d’arbres d’alignement, comme celle de planter des poiriers de Chine. « C'est un peu moins le cas maintenant, car les consignes données aux services sont de faire des rues mélangées, avec des espèces différentes », précise Pierre Athanaze. 

L’enjeu aujourd’hui réside dans la floraison échelonnée : planter des espèces qui fleurissent à des périodes distinctes pour encourager la pollinisation. Après les premiers émois d’un printemps précoce, d’autres vagues de floraison agrémenteront nos rues : au cours de l’été viendra par exemple le tour des sophoras, des savonniers ou encore des tilleuls. Les floraisons les plus tardives étant celles des lilas d’Inde, fin juillet. 

Prolonger la balade en vrai ou en pensée

  • Télécharger le fichier et repérer les coins où poussent les arbres auxquels vous êtes allergique sur data.grandlyon.com
  • Sortir cette anecdote de votre chapeau : l’arbre qu’on a le plus le plus planté à Lyon en 2023 était le lilas d’Inde ou de Perse (33 individus). Pour sa floraison tardive, mais aussi sa configuration pratique. « À Lyon, il y a eu pas mal de plantations dans des petites rues. L’idée est d’amener des plantations qui ont le format des rues dans lesquelles elles sont plantées. Le fait que l’arbre ait un plus petit développement évite aussi qu’il soit taillé régulièrement. »
  • Faire un tour du côté de Sathonay-Camp, où un arboretum a vu le jour sur un ancien bassin d’orage. Il ne comporte pas d’arbres rares mais une sélection de 130 sujets compatibles avec les nouveaux modes de végétalisation : les arbres du futur !
  • Pas tout à fait des trottoirs, ni des rues, ni des squares : connaissez-vous les « délaissés de voirie » ? Prêtez attention à ces espaces de spleen qui tendent à se végétaliser.
  • Méditer sur le fait qu’au XIXe siècle, on plantait un arbre tous les 7 mètres. Dans les années 60 « on est passés à 14 mètres, ce qui permettait de mettre 2 places de stationnement entre les arbres »

Pour téléchargerle fichier : https://data.grandlyon.com/portail/fr/jeux-de-donnees/arbres-alignement-metropole-lyon/info

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 3 juillet 2024 Voir des œuvres d’art au-dehors. Marcher en pleine nature. Tout cela est compatible. Voici le dernier-né de ce genre : les Murmures du temps à L’Arbresle et dans les alentours. Des œuvres pérennes et facilement accessibles depuis Lyon sans voiture.
Lundi 13 mai 2024 Pierre-Yves Lenoir a codirigé le théâtre des Célestins avec Claudia Stavisky pendant quatre ans, jusqu’à ce qu’elle parte à la retraite à l’été 2023. Le 25 mai, le théâtre annoncera la première saison programmée seulement par Pierre-Yves Lenoir....
Mardi 28 novembre 2023 Le parc de la Tête-d’Or est un passage obligé quand on erre dans Lyon. Que l’on y traine (ou soit trainé·e) le dimanche pour s’y balader, qu’on le traverse pour aller travailler ou qu’on choisisse d’y courir ou d’y marcher rapidement avec des bâtons...
Mardi 19 septembre 2023 Des films de Cannes et Berléand en danseur senior se partagent les sorties de la semaine du 20 septembre avec Les Feuilles mortes, Last Dance ! et L'Arbre aux papillons d'or. 
Mercredi 5 juillet 2023 Pas de voiture et besoin d’air ? On file à L’Arbresle. Ce petit territoire recèle de balades très accessibles et propose un astucieux et simplissime format rando/panier gourmand. On prend !
Samedi 31 décembre 2022 Quatre mois après la première rentrée normale post-covid, quel bilan faire de la fréquentation au théâtre ? Exemple aux Célestins avec son co-directeur Pierre-Yves Lenoir qui revient aussi sur le réel effort de la Ville de Lyon pour que la hausse...
Mardi 1 mars 2022 Le préavis de grève aux Célestins, lancé il y a une semaine pour la journée du 1er mars, a été levé lundi 28 février. "La Mouette" de Cyril Teste et "La Ligne solaire" se joueront bien dès les mercredi 2 et jeudi 3 mars, aux dates prévues cette...
Mercredi 14 octobre 2020 Une librairie ? Un café ? Un restaurant ? Un bar à vins ? Tout cela ! A minima. Car en Haute-Loire, L’Arbre vagabond, émanation des éditions Cheyne — à l’honneur à la BM de Lyon — est aussi le point de départ de randonnées et le voisin...
Mardi 11 juin 2019 C’est une première et c’est peu dire qu’elle est réjouissante. Le Théâtre des Célestins lance la première édition d’un prix Celest’1 qui vise à faire de (...)
Mercredi 21 novembre 2018 Le co-directeur du Théâtre des Célestins quittera ses fonctions le 31 décembre prochain pour prendre la direction du Théâtre de l'Atelier à Paris, au 1er (...)
Mardi 17 avril 2018 La saison du renouveau pointe à peine dans le fond de l’air que déjà les documentaires fleurissent. Aux Printanières de Bron, L’Intelligence des arbres (de (...)
Mardi 11 avril 2017 Ô combien précieuse est la place de Jean Rouch (1917-2004) dans le panthéon de la cinématographie mondiale ! Car justement, il fut l’un des premiers auteurs (...)
Mardi 19 avril 2016 Convier Joann Sfar pour évoquer son dernier ouvrage paru exige de se tenir à la page : il en a peut-être sorti un ou deux nouveaux depuis la semaine dernière…
Mardi 8 septembre 2015 Si priorité est donnée dans ces colonnes aux spectacles et aux artistes, impossible de faire l’impasse sur les gels ou amputations de budgets culturels annoncés par la Ville en juin. Explications avec Georges Képénékian, 1er adjoint au maire délégué...
Mercredi 5 juin 2013 Alors que s’achève tout juste, sur le plateau des Célestins, une version tonitruante de "Cyrano" (avec un Torreton sidérant), le théâtre de la Ville de Lyon annonce une future saison résolument européenne et contemporaine. Laquelle sera lancée par...
Lundi 7 novembre 2011 Théâtre / Le monde du travail ? Un antre de la folie ordinaire nous dit la compagnie Pôle Nord avec son diptyque CDI/CDD. L’aliénation suinte par tous les pores de ce travail brut, brutal et parfois aussi bancal. Nadja Pobel
Mercredi 2 novembre 2011 Théâtre / La folle semaine du festival Sens Interdits s'est achevée comme elle avait commencée : dans un geste politique et artistique fort avec la fresque cambodgienne "L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge"....
Mercredi 7 juillet 2010 De Julie Bertuccelli (Fr-Australie, 1h40) avec Charlotte Gainsbourg, Marton Csokas…
Jeudi 25 février 2010 D’Olivier Ducastel et Jacques Martineau (Fr, 1h37) avec Guy Marchand, Françoise Fabian…
Mercredi 14 mars 2007 Théâtre / Les villes de province ont ceci de merveilleux qu'il ne s'y passe presque rien. Tout y est confortable, rassurant, et l'on peut passer sa vie à (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X