Sur la route de Cormac

ECRANS | Livre / L'adaptation de No country for old men sort en salles au moment où le nouveau Cormac McCarthy, La Route, débarque dans les librairies françaises... et où on annonce déjà sa transposition sur grand écran. CC

Christophe Chabert | Mercredi 30 janvier 2008

Photo : Cormac McCarthy


De si jolis chevaux

Jusqu'ici, la seule adaptation cinématographique notable d'un bouquin de Cormac McCarthy était celle de De si jolis chevaux. Or, comme le révélait Peter Biskin dans son livre Sexes, mensonges et Hollywood, ce western bêtement mélodramatique et bourré de chromos, est en fait la version expurgée et dénaturée d'une fresque ambitieuse réalisée par Billy Bob Thornton. Mais Miramax a piqué un fard face à ce qui, au départ, était une œuvre sombre de plus de trois heures, a priori fidèle au roman original de McCarthy. A priori, car personne ne sait vraiment ce qu'il en est, le director's cut étant, comme souvent chez Miramax, passé à la corbeille...

No country for old men

Les fans de Cormac McCarthy ne sont pas forcément tendres avec Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme, traduction française plutôt lourdingue du titre original. Ils n'y voient qu'une redite par rapport à ses ouvrages les plus prestigieux. Mais c'est peut-être le roman qui, par ses péripéties et la ligne claire de son récit, se prêtait le mieux à une transposition cinématographique. Notamment de la part des frères Coen, qui ont pu y propulser leur humour très noir et leur métaphysique fondée sur l'absurdité de l'existence.

La Route

Prix Pulitzer en 2007, le nouveau roman de Cormac McCarthy est une épure littéraire où, après un cataclysme qui a réduit le monde à un paysage de cendres, un homme et son enfant errent sur la route en direction du Sud, tentant d'échapper à des «méchants» anthropophages. Œuvre de transmission d'un désespoir absolu, mais aussi livre sur l'amour filial, La Route est un geste littéraire impressionnant, à l'écriture sèche et précise. Son adaptation cinématographique est en cours, réalisé par John Hillcoat, mythique cinéaste australien auteur du terrifiant Ghosts of the civil dead, avec le génial Viggo Mortensen dans le rôle principal. Bon courage, quand même...

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Sans pitié pour le cheval : "La Route sauvage (Lean on Pete)"

Le Film de la Semaine | Cavale épique d’un gamin s’étant piqué d’affection pour un canasson promis à la fin dévolue aux carnes hippiques, cette errance passant du hara qui rit au chaos corral est menée par le prometteur Charlie Plummer, Prix Marcello-Mastroianni du meilleur jeune espoir à la Mostra.

Vincent Raymond | Mardi 24 avril 2018

Sans pitié pour le cheval :

Vivant seul avec un père instable, Charley, 15 ans, a su tôt se prendre en charge. À peine arrivé en Oregon, il découvre fasciné le monde hippique et est embauché par l’entraîneur grognon d'un vieux pur-sang, Lean on Pete. Quand il apprend que l’animal est menacé, Charley fugue avec lui. Rebaptisés en débarquant en France, les films étrangers sont souvent gratifiés d’une dénomination outrepassant la pure traduction. Si la mode est aux franglaisicismes approximatifs — The Hangover (La gueule de bois) de Todd Philips se soigne en Very Bad Trip — autrefois, on aimait embrouiller les spectateurs : connu comme La Cinquième Victime, While The City Sleeps (1956) de Fritz Lang pouvait difficilement être traduit par Quand la ville dort, déjà attribué à Asphalt Jungle (1950) de John Huston ! Parfois, les deux titres coexistent. Et se succèdent comme pour témoigner d’une variété de focalisations ou d’inflexions soudaines à venir

Continuer à lire

Retour au Texas

Reprise | Immersion dans un western contemporain au fin fond du Texas, dans le contexte des années 1980 à la frontière des États-Unis et du Mexique, avec trafic de (...)

Aliénor Vinçotte | Mardi 6 février 2018

Retour au Texas

Immersion dans un western contemporain au fin fond du Texas, dans le contexte des années 1980 à la frontière des États-Unis et du Mexique, avec trafic de drogue et des millions de dollars : adapté d'un roman de Cormac McCarthy par les frères Coen, No Country For Old Men se construit autour du méchant Anton Chigurh, un exécuteur psychopathe incarné par Javier Bardem, qui vous fera considérer les compresseurs sous un autre jour. Sorti en 2007, ce thriller, récompensé par de nombreux prix (dont l’Oscar du meilleur film 2008), revient pour une seule projection. À ne pas manquer, même pour une poignée de dollars. No Country For Old Men À l'UGC Ciné Cité Internationale ​les jeudis 8 et 15 février

Continuer à lire

Sur la route

ECRANS | On se demande encore ce qui a motivé Walter Salles a porté le roman de Jack Kerouac à l'écran, tant son adaptation tombe dans tous les travers du cinéma illustratif, académique et laborieux. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 24 mai 2012

Sur la route

La longue et tortueuse gestation de Sur la route, passé entre beaucoup de mains dont celles, prestigieuses, de Francis Ford Coppola, n'explique que partiellement la médiocrité du résultat final, signé Walter Salles. Car autant on peut comprendre ce que le cinéaste d'Apocalypse now pouvait voir de mythologies américaines dans le bouquin de Kerouac mais aussi de résonances personnelles, autant le Brésilien aborde ce matériau avec un œil extérieur, réduisant la chose à un témoignage sur les fondations de la culture beat. Très vite, Sur la route n'est qu'une affaire de reconstitution appliquée où tout est réduit à sa dimension décorative, Salles voyant dans ses écrivains balbutiant qui nourrissent leur vie de road trips et d'expériences sexuelles et narcotiques les ancètres de nos hipsters modernes. Sens unique À ce titre, le casting fait particulièrement gravure de mode : trop beaux, trop propres, trop lisses, tous semblent déjà prendre la pose pour les photos promos à venir. Cette aseptisation s'étend à toutes les strates du film : les étapes des voyages, comme autant de dépliants touristiques, le rapport à la musique, bousillé par un m

Continuer à lire

La Trilogie des confins

CONNAITRE | Cormac McCarthy (Éditions de l’Olivier)

Gaël Dadies | Mercredi 18 janvier 2012

La Trilogie des confins

Œuvre magistrale de Cormac McCarthy enfin rééditée en un seul volume, La Trilogie des Confins (De si jolis chevaux, Le Grand passage et Des villes dans la plaine) est une véritable fresque crépusculaire aux ressorts tragiques qui ressuscite l’Amérique des grands espaces. Sur ces terres lointaines et hostiles, entre le Texas profond des années cinquante où vivent encore ces cow-boys échappant au temps et un Mexique où pullulent les desperados de toutes sortes, les héros de McCarthy sont confrontés à leur propre perdition. Poussés à prendre la route et à passer la frontière mexicaine après des évènements dramatiques fondateurs ou pour préserver leur mode de vie rythmé par les chevauchés dans une nature sauvage, les personnages fuient avant toute chose une Amérique dans laquelle ils ne trouvent désormais plus leur place. Mais de l’autre côté de la frontière les illusions d’une vie meilleure ne tardent pas à voler en éclat dans un Mexique profondément violent. Malmenés, arrêtés, battus, les héros de McCarthy n’abandonnent pas pour autant leur quête en remettant sans cesse le pied à l’étrier car si «la route a ses propres raisons […], il n’y a

Continuer à lire

La Route

ECRANS | John Hillcoat réussit une transposition fidèle, mais pas forcément payante, du roman de Cormac MacCarthy : une parabole épurée sur la transmission. CC

Christophe Chabert | Jeudi 26 novembre 2009

La Route

Ceux, nombreux, qui ont lu La Route de Cormac MacCarthy et ceux, à peu près aussi nombreux, qui l’ont aimé, attendaient avec impatience son adaptation à l’écran. Qu’on les rassure : les choses ont été faites dans les règles. Un cinéaste australien talentueux derrière la caméra (John Hillcoat auteur de Ghosts of the civil dead et du formidable western The Proposition), le grand Viggo Mortensen dans le rôle principal, Nick Cave et à la musique… De fait, La Route est un film impressionnant formellement, qui fait naître la mélancolie en filmant des corps perdus dans des décors dépouillés, et saisit des instants de terreur pure que le livre ne faisait que suggérer. C’est le cas de la scène de la cave, où Hillcoat filme des êtres nus et décharnés s’extirpant de la pénombre tels des rescapés des camps. Si l’on s’en tient là, La Route mérite tous les éloges. Le dernier homme sur la route Mais il y a le bouquin de MacCarthy, et cette foutue question de la fidélité. Le récit est aussi simple qu’une parabole biblique : après l’apocalypse, un père et son fils prennent la route pour se rendre au

Continuer à lire

Le Dernier pour la route

ECRANS | De Philippe Godeau (Fr, 1h47) avec François Cluzet, Mélanie Thierry, Michel Vuillermoz…

Christophe Chabert | Mardi 15 septembre 2009

Le Dernier pour la route

Qu’allait donc faire Philippe Godeau, producteur français important, notamment de Pialat (Le Garçu) et Despentes (Baise-moi), une fois passé derrière la caméra ? Avec cette adaptation du récit autobiographique d’Hervé Chabalier racontant son passage en centre de désintoxication pour lutter contre son alcoolisme, Godeau s’efface devant son sujet, mais surtout devant ses acteurs. La mise en scène, à quelques affèteries en flashbacks près, cherche la discrétion et la note juste, une élégance invisible et efficace qui ne confond jamais objectivité et froideur, vérité humaine et psychologisme. Le Dernier pour la route est donc un film d’acteurs au sens le plus noble du terme : Cluzet, impressionnant, magnifique, bouleversant, mais aussi une Mélanie Thierry transfigurée, formidable en nymphette autodestructrice, incapable de saisir la main qu’on lui tend pour la sauver de la noyade. Les meilleures scènes du film prennent le temps de capter ce fil fragile où un destin peut basculer sur un geste, un regard, une parole mal dite, mal comprise ou mal interprétée. Un beau film, tout simplement. CC

Continuer à lire

No country for old men

ECRANS | Avec "No country for old men", les frères Coen réalisent un film rare, à la croisée du cinéma de genre (western, film noir) et du film d'auteur personnel, un concentré de cinéma brillant et intelligent. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 30 janvier 2008

No country for old men

Le désert, la route, des motels et des diners : un paysage américain traditionnel. Des tueurs, un magot, un shérif : des ingrédients empruntant autant au film noir qu'au western. Et un mélange d'humour noir, d'ultra violence et de métaphysique : l'archétype d'un film des frères Coen, tiré d'un roman de Cormac McCarthy. No country for old men pourrait se résumer à cette formule-là, et son commentaire à l'alchimie inexplicable qui s'en dégage. Difficile par exemple d'expliquer pourquoi les fusillades qui constituent le cœur du film sont si grisantes : une certaine perfection dans le traitement de l'espace, du temps et du son fait que l'on se sent immédiatement impliqué dans le suspense dément qui s'y instaure. Pareil pour la qualité du dialogue, point fort des frangins depuis un bail, mais atteignant ici un degré de maîtrise tel qu'il permet de rendre inoubliables les répliques laconiques du tueur implacable (Javier Bardem) comme le magnifique monologue final de Tommy Lee Jones. En cela, No country for old men est un film touché par la grâce. La musique du hasard Cependant, ce film impressionnant de maîtrise est aussi un film sur... le hasard. L

Continuer à lire