Tressalia, ou l'ode au vivre-ensemble

Bar à Tresses | En mars, Ingrid Kuhn et Marilyn Epée inaugureront leur nouvelle boutique cosmopolite, un lieu multiculturel englobant un bar à tresses, un magasin de créateurs et une prog' événementielle.

Julie Hainaut | Mardi 18 février 2020

Photo : © Benoît Gomez-Kaine


C'est à partir d'un constat simple que leur idée a germé : celui de la rareté des salons de coiffure pour toutes et tous, pour cheveux crépus, lisses, frisés… « Quand votre enfant a des cheveux de type européen et que vous avez les cheveux afro, il est impossible de se rendre dans le même salon : peu (voire aucun) intègrent le fait que dans les centres-villes, la société se métisse. Nous avons souhaité nous affranchir de la nature du cheveu, casser cette segmentation. La tresse est un trait-d'union entre les cultures » expliquent les deux sœurs. Au fond du lieu trône donc le bar à tresses, dans lequel des hairstylists enchaînent les tresses, en épi, en chignon, sur le côté, en couronne, façon bohème, rock… Une collection de styles tressés minute sont à choisir dans leur catalogue bien fourni. Nous avons testé : courrez-y.

La richesse des mélanges

Au-delà de la coiffure, sujet bien moins léger qu'il n'y paraît, Ingrid et Marilyn entendent explorer le métissage à travers la culture au sens large, que ce soit du côté de produits de beauté, d'épicerie fine, de petite décoration, de maroquinerie – parmi les pépites à shopper, on a repéré (entre autres) les bijoux en cauri Ngone Créations, les cosmétiques bio Karéthic et la maroquinerie waxée de We All Share Roots – et d'événements.

« Outre la coiffure, une partie des citadins d'aujourd'hui a une réelle attente de multiculturalité. Nous désirons faire de Tressalia un lieu de rencontres, d'échanges, de découvertes, à travers des conférences de sociologues, des expositions, des ateliers… Le point central reste le métissage, la valorisation de la richesse issue des mélanges. »

Au programme : trois à quatre événements par mois. Pour le moment, le duo teste plusieurs formats. Un mercredi par mois est consacré aux enfants. Le prochain atelier (le 26 février) mettra l'accent sur les contes étrangers : « les plus jeunes s'ouvrent à d'autres cultures à travers les livres tout en goûtant des saveurs exotiques (crêpes à la confiture de banane, aux fleurs d'hibiscus, à la papaye…). »

Un samedi par mois, c'est carte blanche. L'idée est d'accueillir une marque coup de cœur le temps d'un après-midi : Noix d'Ebène et ses infusions au Moringa par exemple, ou encore Congana et ses leggings de fitness en wax (le 21 mars)… Le duo lance aussi, un soir par mois, des Open talk. « Nous souhaitons faire découvrir à un comité restreint (huit à dix personnes) un artiste venu d'ailleurs, connaître sa démarche, échanger » concluent les deux Lyonnaises. Leur site Internet précise que « Tressalia, c'est aussi l'histoire d'un projet réunissant deux sœurs passionnées dans un contexte où la recherche de sens s'étend à la vie professionnelle. » Une recherche de sens à saluer, qui libèrera, peut-être, quelques œillères.

Tressalia
50bis rue Salomon Reinach, Lyon 7e
Tél. : 06 47 58 06 37

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter