Re-territorialiser le Point du Jour avec Eric Massé et Angélique Clairand

Théâtre | Nommés début janvier à la tête du théâtre du Point du Jour après un long suspense, Angélique Clairand et Éric Massé précisent leur projet : profondément axé sur le territoire.

Nadja Pobel | Mardi 5 février 2019

Photo : © Julien Dottor


Gérard Collomb n'aura finalement pas cédé aux sirènes de Claudia Stavisky qui souhaitait faire du Théâtre du Point du Jour une annexe des Célestins. C'est lui qui, le 31 janvier, a introduit le baptême du feu d'Angélique Clairand et Éric Massé sous les ors de la République adoubé par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes dont le directeur Michel Prosic a rappelé que ce théâtre avait « une ampleur locale, métropolitaine, nationale et internationale » et qu'il était une « marque de fabrique ». Jean-Louis Martinelli, Gwenaël Morin et plus encore Michel Raskine ont effectivement fait l'histoire et la renommée de ce lieu d'une taille intermédiaire rare à Lyon (280 sièges), au croisement des Scènes Découvertes et des grands plateaux. D'où le fait que ce lieu fut l'objet de la convoitise de 51 candidats puis de six "short-listés".

Aucune création à l'ordre du jour

Les vainqueurs ont, selon M. Prosic, étayé leur propos en quatre mots-clés : la diversité, le réel, l'humain et le territoire. Leur collaboration entamée dès leur sortie de l'École de la Comédie de Saint-Étienne avec la création de la compagnie des Lumas a déjà 19 ans et témoigne de la maturité de leur projet qu'ils ont énoncé à deux dans une parfaite répartition de la parole. Associés au CDN de Valence, Éric Massé vient avec son acolyte d'y créer De l'Eve à l'eau (aux Subsistances du 22 au 24 mars). Ces dernières années, à Lyon, il est venu avec des spectacles décevants et démonstratifs (Mujer Vertical et un Tartuffe "nouvelle ère" ) nous laissant plus que sur notre faim. Probablement que Mujer Vertical sera reprogrammé en intérieur et aussi La Bête à deux dos (très joli travail sur le désir par Angélique Clairand) en extérieur.

Mais aucune création n'est à l'ordre du jour pour une première saison qu'ils doivent boucler en quelques mois et présenter au public en juin. Une douzaine de spectacles seront à l'affiche (pour environ 70 levers de rideau) dont ceux des deux artistes associés : le prometteur collectif Marthe (présent… aux Célestins en mai avec Le Monde renversé) et la compagnie Y d'Étienne Gaudillère. Ce dernier est également largement soutenu par le théâtre de Villefranche et était cet été au In d'Avignon avec Pale Blue Dot sur l'affaire Wikileaks.

Six autres spectacles seront en itinérance sur le territoire : ce sont les Nomades car note Éric Massé, « nous disposons certes d'une grande salle mais il n'y en a qu'une donc quand des artistes répètent nous irons dans les lycées, centres sociaux, lieux de culte… » En miroir, tous les lundis, ce sera « "théâtre public" pour que des manifestations par exemple des centres sociaux se passent au théâtre, que des groupes de travail puissent circuler avec des ateliers, des rencontres sur mesure... » Autre ambition : développer des créations partagées avec des habitants rencontrés préalablement et mêlés à neuf auteurs (un par quartier du 5e arrondissement) pour travailler d'après ce qu'ils observent sur leur territoire. Eux-mêmes porteront le premier projet de ce modèle calqué sur les écritures de série avec des pôles d'auteurs. Il sera inspiré du film de Robert Altman, Short cuts. Une collaboration pourrait s'envisager avec le département écriture de l'ENSATT.

Enfin, deux autres lignes directrices ont également été annoncées. Il s'agit des "grands reporters" : sur une semaine seraient invités un journaliste, un photo-journaliste, un metteur en scène et un interprète pour travailler sur un sujet d'actualité (l'auto-censure, l'auto-défense...) et confronter ainsi le temps court de la presse au temps plus long des artistes afin de « questionner le réel » sous forme de conférences, expositions... Les "ultra sensibles" concernent « des expériences innovantes sensorielles, comme le précise Éric Massé. Si on accueille un spectacle autour de la surdité, on peut proposer de faire une dégustation les yeux bandés. » Ce projet entre théâtre et associations se développera « dès les premiers mois mais surtout tout au long des trois ans de mandat. »

Il ne reste donc plus qu'à aller voir la transformation de ces projets socio-culturels qu'ils appliqueront durant leurs trois ans de mandat, renouvelable, et surtout de prendre connaissance de ce qui artistiquement sera (ou non) la sève de ces prochaines années au Point du Jour.

Plus d'infos sur le site officiel du Théâtre du Point du Jour

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Au Point du Jour, jouer pour déjouer les mensonges

Théâtre | Pour leur première création au sein du théâtre qu’ils dirigent depuis presque deux ans, Angélique Clairand et Éric Massé ont fait de l’écriture assez fade de Philippe Besson une pièce de théâtre sage.

Nadja Pobel | Jeudi 8 octobre 2020

Au Point du Jour, jouer pour déjouer les mensonges

Au commencement, posé sur une chaise, Philippe Besson est interviewé. Il répond aux questions d’une journaliste chignonée au ton sec et prétentieux ; disserte sur son métier d’écrivain, son homosexualité. Mais ce cadre très formel déjà se distord sous les coups d’une voix-off de l’un et l’autre via laquelle leurs pensées intérieures prennent le dessus et masque les discours convenus. Ce pas de côté va être le squelette de l’adaptation théâtrale que font Angélique Clairand et Eric Massé de Arrête avec tes mensonges, Paru en 2017, le roman est clairement autobiographique puisqu’il relate l’amour de jeunesse de l’auteur, avec un adolescent qui enfouira son identité sexuelle jusqu’à ce que son fils démêle les fils. Ces trois hommes sont l’armature de cette pièce qui se déroule essentiellement en 1984 puis en 2007 et en 2016 pour un épilogue malheureux et les trois acteurs endossent parfois plusieurs fois le même personnage selon son âge. Mieux : le Philippe adolescent et celui devenu écrivain à succès à 40 ans dialoguent, l’un donnant des conseils de couple à l’autre alors à l’aube de sa vie amoureuse. Ainsi le du

Continuer à lire

Eaux profondes au Point du Jour

Théâtre | Après l'avoir créé en début d'année au CDN de Valence, Éric Massé et Angélique Clairand amènent De l'Ève à l'eau sur les planches du Théâtre du Point du Jour : un spectacle très personnel qui ne convainc pas.

Nadja Pobel | Mardi 5 novembre 2019

Eaux profondes au Point du Jour

En français, en anglais, en ch'ti, en wolof, en parlange et même en langue des signes (le 12 novembre), De l'Ève à l'eau est un retour aux origines pour les auteurs, metteurs en scène et acteurs Angélique Clairand et Éric Massé qui se souviennent ainsi « d'où ils viennent » : d'une campagne française, d'où subsiste ce patois local qu'est le parlange dans lequel Ève signifie "eau". Via la figure d'une ancienne agricultrice, en prise à la démence et à des crises de coprolalie, c'est toute la paysannerie malmenée par les pouvoirs publics qui se trouve sur ce plateau, scénographié par Johnny Lebigot qui est allé chercher l'inspiration dans les fermes désormais abandonnées où a grandi le duo de concepteurs du spectacle : l'intime de la chambre au-dedans, la pagaille de la grange au-dehors. Mais cette trame du retour aux origines est envahie et déviée par des artifices inutiles voire dérangeants. Marais poitevin Ainsi dans ce qui est présenté comme une introduction, Éric Massé, en allant du fond de la salle vers la scène et après avoir fait part des odeurs de la campagne et du f

Continuer à lire

Un nouveau Point du Jour avec Angélique Clairand et Éric Massé

Théâtre | Pour leur première rentrée en tant que directeur et directrice à la tête du Théâtre du Point du Jour, Angélique Clairand et Éric Massé s’associent à de jeunes collectifs qui ont le vent en poupe et proposent des entrées très diverses au théâtre (expositions, projets participatifs, immersifs et itinérants).

Nadja Pobel | Mardi 10 septembre 2019

Un nouveau Point du Jour avec Angélique Clairand et Éric Massé

Une photo d’un rassemblement spontané dans le parc de Gezi d’Istanbul prise en 2013 par Leonora Baumann, membre du collectif Item, orne la plaquette de cet An 1 du Point du Jour nouvelle ère. Ce cliché en dit long sur la volonté du duo élu de tisser des liens avec le territoire (Item est installé à Lyon), de regarder et considérer ceux qui luttent contre l’oppression (Gezi jouxte la place Taksim) et de s'ouvrir à d’autres arts. Deux fois par saison un journaliste, un photojournaliste, un metteur en scène et un interprète s’empareront d’un sujet d’actualité pendant une semaine. Ce Grand ReporTERRE aura pour thème la radicalisation politique en 2019-20. Par ailleurs, une expérience sensorielle et sonore, Fugueuses (en mai) par une jeune autrice tout juste sortie de l’ENSATT, Judith Bordas, se basera sur une collecte de témoignages des habitants du 5e arrondissement. De nombreux spectacles seront en langue des signes et d’autres nomades, en balade dans les quartiers de l’arrondissement. Passer la 5e Celui qui ouvre la saison sera en appartements : Elle et lui

Continuer à lire

Éric Massé et Angélique Clairand nommés au théâtre du Point du Jour

Nomination | Au terme d'un long suspens et de quelques rebondissements, le duo Angélique Clairand et Éric Massé a été désigné par la DRAC et la Ville de Lyon pour diriger le (...)

Nadja Pobel | Jeudi 24 janvier 2019

Éric Massé et Angélique Clairand nommés au théâtre du Point du Jour

Au terme d'un long suspens et de quelques rebondissements, le duo Angélique Clairand et Éric Massé a été désigné par la DRAC et la Ville de Lyon pour diriger le théâtre du Point du Jour après le départ de Gwenaël Morin cet été. Ils seront en poste pour trois ans renouvable une fois. Ils ont été choisi parmi les six candidats de la short list qui attendaient le verdict depuis leur entretien avec les tutelles en octobre dernier. Recalés donc sont Abdelwaheb Sefsaf, Baptiste Guiton & Pauline Laidet, le collectif X, Olivier Coulon-Jablonka et Thierry Jolivet. Ce dernier était fortement soutenu par les Célestins, au point que le forcing de Claudia Stavisky auprès de Gérard Collomb, redevenu maire depuis le passage devant le jury, a beaucoup ralenti la désignation du candidat vainqueur et semé le trouble chez les candidats. Le comédien et metteur en scène Éric Massé est actuellement associé à la Comédie de Valence-CDN depuis 2010. Ce mois-ci, il y

Continuer à lire

Six finalistes pour le Point du Jour

Théâtre | La short-list pour reprendre la direction du Point du Jour est désormais connue.

Nadja Pobel | Vendredi 14 septembre 2018

Six finalistes pour le Point du Jour

Ils ne sont plus que six désormais à pouvoir prétendre prendre la direction du Théâtre du Point du Jour : le Collectif X, Abdelwaheb Sefsaf, Éric Massé & Angélique Clairand, Thierry Jolivet (du collectif La Meute), Baptiste Guiton & Pauline Laidet et enfin Olivier Coulon-Jablonka. Seul ce dernier n'est pas un local, puisqu'il était membre de l'ensemble artistique du CDN de Sartrouville jusqu'en septembre 2017 et qu'il est actuellement associé au CDN de la Commune d'Aubervilliers. Le Collectif X est basé à Saint-Étienne tout comme Abdelwaheb Sefsaf et sa compagnie Nomade in France (Aligator, Médina Mérika, Si loin si proche) ainsi que la compagnie des Lumas fondée par Angélique Clairand et Éric Massé (Mujer vertical, Tartuffe) par ailleurs membre du collectif artistique du CDN de Valence. Les autres candidats sont lyonnais : Pauline Laidet (Fleisch), Baptiste Guiton (Lune jaune, Groenland, artiste associé au TNP) et Thierry Jolivet du collectif La Meute (Belgrade, La Famille royale

Continuer à lire

Julien Poncet parmi les candidats à la reprise du Point du Jour

Théâtre | C’est l’une des affaires qui occupe le milieu culturel en cette rentrée : qui pour succéder à Gwenael Morin au Point du Jour ? La sortie de la (...)

Nadja Pobel | Jeudi 6 septembre 2018

Julien Poncet parmi les candidats à la reprise du Point du Jour

C’est l’une des affaires qui occupe le milieu culturel en cette rentrée : qui pour succéder à Gwenael Morin au Point du Jour ? La sortie de la short list n’est qu’une question de jours. Parmi la kyrielle de candidats, figurent Thierry Jolivet et sa compagnie La Meute, soutenue par Les Célestins, les metteurs en scène Thomas Poulard et sa compagnie du Bonhomme, Philippe Mangenot et Olivier Borle, Baptiste Guiton et Pauline Laidet, Julie Guichard et Maxime Mansion. Et, plus étonnant, Julien Poncet, actuel directeur de la Comédie Odéon associé aux artistes Emmanuel Meirieu (Les Naufragés) et Anne Bouvier (comédienne passée par l’ENSATT et le Conservatoire de Paris). Le candidat dés

Continuer à lire

Les Célestins hébergés par le Point du Jour

SCENES | Cela semblait être logique depuis que les Célestins ont appris début mai que leur petite salle serait hors d'usage toute la saison prochaine : les neuf (...)

Nadja Pobel | Jeudi 17 mai 2018

Les Célestins hébergés par le Point du Jour

Cela semblait être logique depuis que les Célestins ont appris début mai que leur petite salle serait hors d'usage toute la saison prochaine : les neuf spectacles programmés seront joués au Théâtre du Point du Jour. La crue de la Saône a passablement endommagé la Célestine souterraine cet hiver. Et parallèlement, le théâtre du 5e arrondissement connaîtra une saison de transition après le départ cet été de Gwenael Morin et l'attente de la nomination d'une nouvelle direction. La phase de recrutement vient à peine de commencer. De là à penser que les Célestins puissent durablement s'installer là-haut... La programmation du théâtre sera révélée ce jeudi 17 mai.

Continuer à lire

Gwenael Morin, point final

SCENES | Le metteur en scène Gwenael Morin quittera la direction du Théâtre du Point du Jour le 15 août 2018. Le Landerneau théâtral ne bruisse que de cela et les (...)

Nadja Pobel | Mardi 3 avril 2018

Gwenael Morin, point final

Le metteur en scène Gwenael Morin quittera la direction du Théâtre du Point du Jour le 15 août 2018. Le Landerneau théâtral ne bruisse que de cela et les candidatures vont bon train pour cette salle à la taille intermédiaire rare (200 à 350 places selon configurations). D’ici là, Philippe Quesne revient du 17 au 21 avril avec La Mélancolie des dragons, étrange spectacle punk sous la neige et Morin et son théâtre permanent joueront Œdipe à Colonne du 26 juin au 7 juillet à la suite d'une Nuit des Tragédies de Juillet le 21 juin.

Continuer à lire

Où sont les jeunes compagnies ?

Émergence | Il est parfois difficile de pister la jeune création théâtrale au sein des salles lyonnaises : faut-il s'en inquiéter ?

Nadja Pobel | Mardi 5 septembre 2017

Où sont les jeunes compagnies ?

L’ENSATT fête ses vingt ans d’implantation à Lyon en octobre. La ville abrite aussi le Conservatoire d’art dramatique, à rayonnement régional et qui n’a pas à rougir en comparaison de son illustre grande sœur. Mais bien peu de théâtres semblent en mesure d’accueillir l'émergence en étant issue. Si ce travail a été fait avec brio aux Clochards Célestes avec Élisabeth Saint-Blancat et que ce qu’annonce Louise Vignaud est très prometteur, si le Théâtre de l’Élysée fait un travail absolument remarquable de défrichage, cela ne peut suffire à faire grandir des compagnies en devenir dans ces salles aux jauges très réduites. Alors Lyon, la belle institutionnelle s’assoit-elle sur cette phase transitoire indispensable à la croissance des artistes ? Les Célestins, dotés d’une salle bis depuis leur réouverture, abondent en ce sens ; mais ce n’est pas leur rôle, même si c’est là que La Meute a pu donner ses créations

Continuer à lire

Happy child en demi-teinte

Théâtre du Point du Jour | Pièce bancale, captivante puis opaque, Happy Child est la première des quatre œuvres que présente Nathalie Béasse au Point du Jour d'ici fin 2016. Découverte.

Nadja Pobel | Mardi 13 septembre 2016

Happy child en demi-teinte

Une boite crème cernée de grands rideaux de velours. Un homme qui traîne de lourds sacs dont on ne saura jamais le contenu. Puis ils déboulent à deux, trois, quatre, cinq. Si les liens qui les unissent restent inconnus, ils se connaissent manifestement depuis longtemps : accolades, frictions, détente. C'est chaleureux puis abrupt et drôle. Nathalie Béasse manie à merveille ces instants de bascule. Elle attrape les détails, n'installe pas de longueur, laisse exister une phase de jeu au deuxième plan quand l'action principale est à l'avant. Ce serait presque un rassemblement tcheckhovien devant une cerisaie décrépie, d'autant que la clarté du décor évoque le froid et la neige russe. Et les mélodies échappées du piano donnent l'illusion de faire surgir la joie ; la courte séquence épistolaire et le solo déguingandé sur Tindersticks, ou la scrutation des gestes tendres (une main qui glisse dans le dos de la pianiste avant qu'elle ne décolle du sol) achèvent de conférer à cette première demi-heur

Continuer à lire

Donner la parole aux sourds

SCENES | Après Femme verticale, lecture-spectacle où il composait un florilège de grands textes féministes, le metteur en scène et comédien Éric Massé poursuit son travail (...)

Sébastien Broquet | Mardi 9 février 2016

Donner la parole aux sourds

Après Femme verticale, lecture-spectacle où il composait un florilège de grands textes féministes, le metteur en scène et comédien Éric Massé poursuit son travail autour des groupes minorisés. Avec Malentendus, adapté du roman éponyme de Bertrand Leclair (Actes Sud, 2013), il s’intéresse cette fois aux sourds-muets. Deux frères et une sœur, depuis longtemps séparés, se retrouvent à la mort de leur mère pour régler l’héritage. Sourd de naissance, Julien Laporte grandit dans les années 60 au sein d’une famille bourgeoise de province. Son père, auréolé de son statut de chef d’entreprise et de son passé dans la Résistance, veut à tout prix le contraindre à "oraliser", à s’exprimer par la voix comme les autres enfants et non pas avec la langue des signes. Persuadé d’agir pour le bien de son fils, il entend démontrer l’efficacité de sa méthode, quitte à transformer Julien en cobaye. Arrivé à l’âge adulte, ce dernier se sauve, dans tous les sens du terme, pour échapper au carcan familial. Recourant à la vidéo, à un décor coulissant, à la langue des signes comme à la langue parlée (et même au surtitrage), Éric Mass

Continuer à lire

Le Point du Jour fermé

SCENES | Le Théâtre du Point du Jour (Lyon 5e) nous fait savoir ce jeudi 19 novembre après-midi que, pour une raison encore inconnue, le lieu est fermé pour le (...)

Nadja Pobel | Jeudi 19 novembre 2015

Le Point du Jour fermé

Le Théâtre du Point du Jour (Lyon 5e) nous fait savoir ce jeudi 19 novembre après-midi que, pour une raison encore inconnue, le lieu est fermé pour le moment et qu'aucune date de réouverture n'a été arrêtée. Depuis septembre (et en théorie jusqu'à décembre), le comédien Yves-Noël Genod y donnait des Leçons de théâtre et de ténèbres en huit épisodes. Le cinquième était en cours.

Continuer à lire

L'ennuyeuse leçon de théâtre d'Yves-Noël Genod

SCENES | De quoi le Point du Jour est-il le nom ? Depuis cet hiver et la présentation d'un Soulier de satin découpé en quatre morceaux par le Collectif X, (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 octobre 2015

L'ennuyeuse leçon de théâtre d'Yves-Noël Genod

De quoi le Point du Jour est-il le nom ? Depuis cet hiver et la présentation d'un Soulier de satin découpé en quatre morceaux par le Collectif X, ce théâtre perché sur la colline qui prie désarçonne et, pour tout dire, ne nous séduit plus. Quoiqu'on pense de l'esthétique (ou plutôt de son absence) de Gwenaël Morin, ses séries consacrées à Tchekhov, Molière ou Shakespeare ont eu le mérite de livrer des classiques sur un plateau, remplissant presque une mission de service public. Cet automne, place à Yves-Noël Genod qui décline une semaine sur deux des Leçons de théâtre et de ténèbres. Le premier volet nous a échappé. Il était, selon le metteur en scène, «plus théâtral» que celui-ci, très performatif. Et de nous prévenir : «Ça dure 1h45 mais on voit le temps passer. C'est une expérience de l'éternité.» Étonnante promesse derrière laquelle ne se cache que de l'ennui. Pourtant, on ne peut pas enlever à Genod son courage de tenter des

Continuer à lire

Yves-Noël Genod, de permanence au Point du Jour

SCENES | C’est un pari et un appel à la curiosité : «Venez nous voir !». Oui mais voir quoi ? Du théâtre permanent. Depuis le 1er janvier 2013 (...)

Nadja Pobel | Mardi 8 septembre 2015

Yves-Noël Genod, de permanence au Point du Jour

C’est un pari et un appel à la curiosité : «Venez nous voir !». Oui mais voir quoi ? Du théâtre permanent. Depuis le 1er janvier 2013 (et jusqu’à fin décembre 2016 a minima), Gwenaël Morin poursuit cette expérience largement développée à Aubervilliers qui, si elle est incompatible avec bons nombres de compagnies, a le mérite d'inventer un théâtre du quotidien, tout en proposant une autre forme d’accueil du public : sans réservation et à 5€ la place. Lui-même l'a pratiqué avec Molière, Tchekhov ou Shakespeare, avant de convier le Collectif X pour quatre journées du Soulier de satin sur quatre mois. Hardcore. Cet automne, c’est le comédien et metteur en scène Yves-Noël Genod qui, une semaine sur deux, va dérouler huit épisodes d’un même mouvement théâtral. Son contenu ? Lui-même ne le connait pas vraiment, si ce n’est que Baudelaire et des dramaturges passeront par là, souvent dits dans le noir par dix à trente comédiens qui travailleront dans l’urgence. Car ce qu’aime Yves-Noël Genod, c’est «ouvrir la perception du public», rappelant qu’étymologiquement, le théâtr

Continuer à lire

Ève, lève-toi

SCENES | Dans un spectacle sous forme de lecture de textes écrits par des femmes, Éric Massé donne corps et vie à la pensée féministe, présentée dans toute son actualité. Romain Vallet

Benjamin Mialot | Mardi 2 décembre 2014

Ève, lève-toi

Reconnaissons qu’avant de le voir, on n’y croyait pas trop, à ce spectacle. Un homme, seul sur scène, pour incarner des textes féministes et parler à la place des femmes pour mettre en évidence leur oppression : n’y avait-il pas, dans ce projet même, une formidable contradiction ? Très vite, pourtant, Éric Massé balaie nos réticences initiales. Deux ou trois artifices tout simples (un peu de rouge à lèvres, des talons hauts) qui ne visent ni le mimétisme, ni la caricature, lui suffisent à devenir Juliette et ainsi à illustrer la performativité du genre : car si le sexe est biologique, le genre, lui, est culturel et fait l’objet d’une constante représentation sociale ; dès lors, quoi de mieux qu’une scène pour le donner à voir ? Du reste, si c’est bien un homme qui interprète le personnage de Juliette, ce ne sont pas ses mots à lui qu’on entendra pendant près d’une heure, mais uniquement des mots écrits par des femmes. Et pas des moindres : romancières, poétesses, réalisatrice, essayistes, ministre, toutes ont en commun d’avoir analysé la condition féminine et tenté, par leurs textes et leurs discours, de l’améliorer. Luttes d’hier et d’aujourd’hui Cachée derriè

Continuer à lire

Gwenaël Morin nouveau directeur du théâtre du Point du jour

SCENES | Le metteur en scène Gwenael Morin a été sélectionné pour la direction du Théâtre du Point du Jour à Lyon. La prise de fonction de la nouvelle équipe prendra effet (...)

Christophe Chabert | Mercredi 28 novembre 2012

Gwenaël Morin nouveau directeur du théâtre du Point du jour

Le metteur en scène Gwenael Morin a été sélectionné pour la direction du Théâtre du Point du Jour à Lyon. La prise de fonction de la nouvelle équipe prendra effet au 1er janvier 2013. La commission chargée des auditions, représentant les différents partenaires (Ville de Lyon, Région Rhône-Alpes, Conseil général du Rhône et Ministère de la culture -DRAC Rhône Alpes), a reçu vingt candidatures. Neuf équipes ont été auditionnées début novembre. Gwenaël Morin souhaite faire du Théâtre du Point du Jour un «théâtre permanent», comme il l'a déjà fait à Aubervilliers, animé par une troupe d’acteurs engagés.  Des rendez-vous avec le public seront programmés au premier semestre 2013 avant le lancement de la saison du « Théâtre permanent » le 1er septembre 2013. Du 1er au 10 décembre à 20h, Gwenael Morin propose des répétitions ouvertes de "Village en flamme", quatrième volet d'Antiteatre (40 jours de traversée de quatre pièces majeures du répertoire de Rainer Werner Fassbinder).

Continuer à lire

Sister Act

SCENES | Il y a longtemps qu’il les aime, jamais il ne les a oubliées. Dix ans après avoir posé les jalons d’une mise en scène des "Bonnes", voilà qu’Éric Massé présente un travail mature et accompli totalement centré sur les deux sœurs, au risque de desservir Madame. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 18 octobre 2012

Sister Act

Des pantins. C’est comme ça qu’apparaissent Les Bonnes vues par Éric Massé. Dans les lambris d’un reste de château baroque, visages grimés de blanc, les sœurs jouent à toute allure comme si elles profitaient autant que possible du temps de liberté que leur confère l’absence de Madame. Elles fomentent leur «cérémonie», selon le mot de Genet repris par Chabrol pour son film lointainement inspiré du meurtre perpétré par les sœurs Papin en 1933, et s’épuisent à inventer une stratégie pour faire succomber leur maîtresse. Quand, soudain, elles respirent et offrent un moment de tendresse inattendu. «Claire, redeviens ma sœur» dit avec supplication Solange à sa sœur aimée dont elle est proche au point parfois d’avoir un élan incestueux. Massé insuffle ce qui manque à nombre de versions des Bonnes : un peu de chair et de sentiments en supplément à la mécanique trop bien huilée de ce texte. Deux contre une Depuis plus de dix ans, le metteur en scène porte cette pièce (il propose même une version "intimité" dans des lieux hors théâtre centrée sur les sœurs au cours des prochains mois) et a une parfaite connaissance de so

Continuer à lire

Théâtre "La Bête à deux dos ou le coaching amoureux"

SCENES | Attention, théâtre participatif ! Angélique Clairand (de la Compagnie des Lumas) met en scène et interprète le texte récréatif de Yannick Jaulin. Perchée sur sa (...)

Nadja Pobel | Jeudi 25 mars 2010

Théâtre

Attention, théâtre participatif ! Angélique Clairand (de la Compagnie des Lumas) met en scène et interprète le texte récréatif de Yannick Jaulin. Perchée sur sa chaise d'arbitre de tennis, elle réunit les spectateurs masculins d'un côté de l'espace de jeu et les femmes de l'autre. En prenant exemple sur la parade amoureuse des animaux, elle ambitionne de révéler la part animale de chacun et à oblige à repenser la manière de se rencontrer. Investie à 300% dans son rôle de coach au service de son public, Angélique Clairand interpelle les spectateurs et livre un mémorable moment d'humour. À voir au centre Théo Argence de Saint-Priest les vendredi 2 et samedi 3 avril. NP

Continuer à lire

Un homme, une femme et un vieux

SCENES | Théâtre / Angélique Clairand et Éric Massé ont entamé une traversée de l'œuvre autofictionnelle de Raymond Federman, il y a maintenant trois ans. Après un passage à (...)

| Mercredi 13 décembre 2006

Un homme, une femme et un vieux

Théâtre / Angélique Clairand et Éric Massé ont entamé une traversée de l'œuvre autofictionnelle de Raymond Federman, il y a maintenant trois ans. Après un passage à Villefranche sur Saône, ils présentent actuellement aux Subsistances une réadaptation en diptyque de la saga de Federman, en deux pièces jouées lors d'une même soirée. D'un côté Moinou et Sucette raconte une histoire d'amour réelle ou imaginaire, une rencontre, une rupture. Un rendez-vous pris ou manqué entre une bostonienne fortunée et révoltée et un jeune français émigré aux États-Unis (comme l'auteur) sans appartement, sans boulot et accessoirement sans vie sexuelle avérée. De l'autre, La Double Vibration explore le genre grotesque, en donnant à voir une course contre la montre pour sauver «Le Vieux» de sa déportation pour les colonies spatiales... Angélique Clairand et Éric Massé, jeunes metteurs en scène, ont le mérite de savoir s'entourer : dix comédiens sortants de la Comédie de Saint-Étienne investissent l'espace et endossent tous les rôles avec la ferme intention de ne pas laisser le spectateur somnoler. Le résultat est un théâtre énergique, agité mais jamais brouillon, drôle et mené d'un bout à l'autre avec la

Continuer à lire