Le Petit Bulletin aux Summer Sessions

Benjamin Mialot | Vendredi 26 juin 2015

Hier soir, Le Prince Harry, invité d'honneur des 20 ans de l'émission radio Tous en Tong, a donné le coup d'envoi, évidemment retentissant, des Summer Sessions, le cycle estival de concerts en plein air, apéros graphiques et autres projections en mode yankee du Transbordeur.

Comme l'an passé, Le Petit Bulletin en sera partie prenante, le temps d'un apéro indie rock ambiancé par Super Fuzz Chabert et Big Muff Mialot, prélude à un concert de l'excellent trio folk-rock Woods.

Ça se passe jeudi 9 juillet dès 19h, et c'est gratuit si vous vous inscrivez en amont (sinon, il vous en coûtera seulement 7 euros).

Plus d'informations :
http://www.transbordeur.fr/agenda/summer-sessions-woods-hummingbird-jeu-09-juillet-2015

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Laurence Fautra : « j'invite Woodstower à programmer Philippe Katerine l'an prochain : j'irais ! »

Woodstower vs Décines-Charpieu | C'est la petite polémique du jour : Laurence Fautra, maire LR de Décines-Charpieu, a attaqué les organisateurs du festival Woodstower sur les réseaux sociaux, appelant ses administrés à se plaindre des nuisances sonores... au commissariat de la ville voisine, Vaulx-en-Velin. Nous avons joint les différents protagonistes. Récit, sur l'air de "Louxor j'adore".

Sébastien Broquet | Mercredi 25 août 2021

Laurence Fautra : « j'invite Woodstower à programmer Philippe Katerine l'an prochain : j'irais ! »

« Je ne suis pas contre la musique, jeune homme ! Et j'invite les organisateurs de Woodstower à programmer Philippe Katerine l'an prochain... S'il joue Coupe le son [NDLR : qui se nomme en réalité Louxor j'adore], oui, j'irais ! » nous déclare Laurence Fautra, la maire LR de Décines-Charpieu, fière de sa blague, pour conclure notre conversation téléphonique en ce mercredi soir alors que les premières notes de musique s'élèvent quelques kilomètres plus loin, du côté du parc de Miribel-Jonage, où s'est ouvert la veille avec le concert de Feu! Chatterton le festival Woodstower, rendez-vous traditionnel de fin de vacances et/ou de rentrée des classes pour la jeunesse régionale comme pour les professionnels du secteur des musiques actuelles du coin. Soit, comme le dirait Jean-Michel Aulas qui maîtrise son Décines sur le bout des doigts, une institution. Et c'est à cette institution que la maire étiquettée Les Républicains — réélue aux de

Continuer à lire

Woodstower : être et avoir l'été

Festival | Finalement non restreint sanitairement, Woodstower, le festival éco-responsable de Miribel-Jonage offre pour son retour un mix de bamboche musicale et de profusion d'humour de jeunes pour, si le temps le permet, conclure l'été en beauté.

Stéphane Duchêne | Mercredi 25 août 2021

Woodstower : être et avoir l'été

Il faudrait demander confirmation et expertise à un genre de Giec de l'ambiance mais il semblerait quand même qu'entre l'offensive du variant Delta et le temps exécrable, on ait connu en 2021 l'été le plus pourri depuis ces grandes vacances de sinistre mémoire qui virent l'avénement conjugué de la Macarena et de Carapicho – oui, Yakalelo c'était probablement bien pire mais cette année-là, on avait gagné la Coupe du Monde, ça compense. Alors, on dira ce qu'on voudra mais dans ce contexte, Woodstower pourrait bien jouer le rôle de phare dans la nuit, de sortie par la grande porte. Sauf pour les anti-vax, les anti-passe et les anti-parc de Miribel-Jonage (la contradiction systématique est un art). D'abord parce que comme cela avait été annoncé au mois de juillet, les restrictions prévues à l'origine pour le festival (jauge limitée, position assise obligatoire, ce genre de tue-l'amour), ont été effacées. Avec un passe sanitaire, tout le monde pourra entrer, se dresser sur ses pieds et éventuellement les bouger. Ensuite, parce que sans doute davantage

Continuer à lire

On se lève pour (et à) Woodstower

Festival | Assis, couché, debout, l'été des festivals ressemble de plus en plus à un immense « Jacques a dit ». Et comme cette fois Jacques, enfin, Jean et (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 7 juillet 2021

On se lève pour (et à) Woodstower

Assis, couché, debout, l'été des festivals ressemble de plus en plus à un immense « Jacques a dit ». Et comme cette fois Jacques, enfin, Jean et Emmanuel ont dit : « debout » et bien à Woodstower, comme à Nuits Sonores, on pourra finalement se lever. Ça n'a l'air de rien mais ce n'est pas la moitié d'une bonne nouvelle vues les fourmis dans les jambes de tout le monde. Plus donc, de chaises, de numérotation, de distanciation et de chorégraphies — le pass sanitaire ou le certificat de vaccination sont eux obligatoires, sauf pour la plage et les animations gratuites — et bonjour le placement libre où tu veux : là, là et même là — il sera quand-même permis de s'assoir dans des gradins conservés à cet effet pour la team des fatigués. Et pour fêter le retour de son public en mode bipède, le festival sis du 24 au 29 août a décidé de prolonger un peu les festivités du vendredi et du samedi jusqu'au bout de la nuit

Continuer à lire

Raoul Vignal : « la guitare est mon piano à moi »

Summer Session | En vedette américaine (mais lyonnaise), la Summer Session du Petit Bulletin accueillera le 3 juillet au Transbordeur Raoul Vignal, qui a publié son troisième album Years in Marble, en mai dernier. Le songwriter et as du fingerpicking revient sur ce disque mais aussi son parcours, sa vision du folk et son cousinage avec Nick Drake.

Stéphane Duchêne | Mercredi 30 juin 2021

Raoul Vignal : « la guitare est mon piano à moi »

Comment décrirais-tu ta musique et ton attachement au folk ? Raoul Vignal : C'est clairement un genre que je rattache au passé. Ce que j'écoute comme folk, ce sont des choses d'il y a plusieurs décennies, les artistes qui m'ont permis d'entrer dans la composition et dans le jeu de guitare. Et peut-être que dans ma manière de l'interpréter, c'est mis au goût du jour avec les technologies actuelles, ce qui donne ce côté intemporel. Mais je ne cherche pas à ramener le genre dans le troisième millénaire, c'est plus une façon d'habiller ma guitare folk. Comment s'est faite ta rencontre avec la musique pop dans ta jeunesse et qu'est-ce qui t'a justement dirigé vers le folk en particulier au moment de développer ton projet solo ? C'est surtout passé par mon apprentissage de la guitare. J'ai commencé quand j'étais ado et ça m'a très rapidement gonflé, j'ai arrêté parce que la méthode d'apprentissage ne m'allait pas du tout. Être devant une partoche, apprendre les notes une à une, je ne voyais pas où était la musiq

Continuer à lire

Retour des concerts : summer time au Transbordeur

Summer Sessions | Retour des Summer Sessions le 1er juillet, avec en ouverture Pat Kalla & co. Hors d'œuvre d'une saison estivale qui s'annonce prometteuse aux abords extérieurs du Transbordeur.

Stéphane Duchêne | Lundi 14 juin 2021

Retour des concerts : summer time au Transbordeur

Il était déjà revenu un peu timidement et reviendra sans doute encore bien plus fort mais voici que le live fait sa rentrée d'été au Transbordeur. En extérieur et selon la désormais bonne vieille tradition des Summer Sessions. Lesquelles fleurissent généralement avec le mois de juillet. Ouverture le 1er juillet donc avec Pat Kalla & le Super Mojo en release party du tout frais album Hymne à la vie, à la pochette (et musique) très Summer Session. Kalla qui sera accompagné ce soir-là du projet tout aussi solaire de Paola, Povoa et Jerge (appelez-les PPJ), trio né du confinement et dont le 1er EP vient de paraître. Un set encadré en ouverture du warm-up (où on fera chauffer les pneus, sauf qu'il n'y aura pas de pneus) d'Heavenly Sweetness Sound System (avec Hugo Mendez, fondateur du label Sofrito !) et du closing (c'est quand on ferme la soirée) dispensé par Pedro Bertho. Comme c'est l'ouverture, c'est gratuit (même si sur réservations, la cour du Transbo n'est pas extensib

Continuer à lire

Woodstower dévoile sa programmation 2021

Festival | Réservez votre fin août, la programmation de Woodstower est tombée : beaucoup de musique (rock, pop, rap, soul, musiques urbaines, électro, découvertes...) et pas mal de stand-up. Revue d'effectifs.

Stéphane Duchêne | Mercredi 19 mai 2021

Woodstower dévoile sa programmation 2021

Après nous avoir annoncé et expliqué la tenue de son édition limitée — en présentiel —, Woodstower vient d'en livrer le plat de résistance, à savoir sa programmation artistique. Laquelle débutera le mardi 24 août avec une soirée résolument pop : où l'on pourra accueillir dans La Grande Prairie prévue à cet effet, les Lyonnais d'Arche, petite troupe psychédélique très en vue au dernier Ninkasi Music Lab, la très cinématographique P.R2B et ce qui se fait de mieux en matière de branchitude frenchy par les temps qui courent : L'impératrice et Feu! Chatterton — dont le dernier album vaut, il faut bien le dire, son pesant de Moderna. Le lendemain, mercredi 25 août, ce sera musiques dites urbaines, bien urbaines, dans la plaine, avec là encore du Ninkasi Musik laborantin, ou plutôt laborantine, Elina Jones qui donne d'ailleurs plutôt dans le funk-soul, mais aussi le phénomène Yseult et deux apôtres du parler-chanter Abd Al Malik et Gaël Faye. Urbanité toujours le 26 aoû

Continuer à lire

Woodstower 2021 en édition limitée

Festival | Woodstower aura bien lieu, mais en version réduite et assise : rendez-vous du mardi 24 au dimanche 29 août.

Stéphane Duchêne | Vendredi 23 avril 2021

Woodstower 2021 en édition limitée

Qui dit jauge limitée dit édition limitée. C'est ainsi qu'a choisi de raisonner et de résonner Woodstower à l'approche d'un été pour lequel nombre de festivals ont préféré rendre les armes plutôt que de s'imposer le casse-tête des restrictions sanitaires, de la distanciation sociale et de la convivialité bafouée. Alors, Woodstower brimé, Woodstower limité mais Woodstower libérée. Ainsi le festival traditionnellement sis à la fin août – cette année du mardi 24 au dimanche 29 – du côté du Grand Parc de Miribel-Jonage, propose-t-il de voir de la musique live – sans le truchement d'un écran, pensez donc – en configuration assise – faut pas non plus rêver, dans la limite des 5000 places disponibles. Au programme donc six soirées de concerts dans l'esprit maison (rap, électro, rock, pop française... pour une programmation qui reste à définir) mais aussi d'autres disciplines (danse, stand-up...) et les journées du week-end garnies d'activités gratuites au bord du lac. Pour ceux qui n'ont pas oublié qu'il y avait un lac à Miribel-Jonage.

Continuer à lire

Woods en Air annulé

Covid-19 | On dit (trop) souvent que l'espoir fait vivre mais en ces temps de Covid-19 il semble que rien ne soit moins sûr. En témoigne l'annulation aujourd'hui (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 25 août 2020

Woods en Air annulé

On dit (trop) souvent que l'espoir fait vivre mais en ces temps de Covid-19 il semble que rien ne soit moins sûr. En témoigne l'annulation aujourd'hui du Woods en air du 25 août, l'open air censé consoler les (f)estivaliers de Woodstower de l'absence d'édition 2020 sur les berges du lac de Miribel-Jonage. Et peut-être annoncer le début de la fin de la disette musicale. « Séchez vos larmes, la team Woodstower est de retour fin août ! » lançaient les Woodies avant l'été. Eh bien remouillez-les car en raison de la dégradation de la situation sanitaire et du manque de lisibilité des conditions d'organisation et d'exigences émanant des autorités — n'est pas le Puy-du-Fou qui veut — l'équipe de Woodstower se voit dans l'obligation de renoncer à cet open air désormais bien refermé.

Continuer à lire

Woodstower, évidemment, annulé

Festival | Woodstower a officialisé à son tour l'annulation de son édition 2020, après avoir pris le temps de réfléchir à un éventuel report à l'automne, au-delà de la date (...)

Sébastien Broquet | Vendredi 15 mai 2020

Woodstower, évidemment, annulé

Woodstower a officialisé à son tour l'annulation de son édition 2020, après avoir pris le temps de réfléchir à un éventuel report à l'automne, au-delà de la date fatidique du 1er septembre. Mais ce report s'est révélé impossible : « ces dernières semaines, nous avons voulu y croire jusqu’au bout avec la ferveur et l’optimisme qui nous animent depuis toujours, mais les dernières directives du gouvernement interdisant les rassemblements de plus de 5000 personnes jusqu’à septembre nous contraignent à annuler le festival. Nous avions bien conscience que c’était une issue possible mais, jusque-là, nous avions envisagé toutes les hypothèses pour tenir le festival : réduire la jauge à moins de 5000 personnes, reporter le festival en septembre… mais aucune de ces possibilités n’étaient malheureusement viables. En concertation avec notre partenaire et terre d’accueil le Grand Parc Miribel Jonage, nous avons dû prendre cette triste décision : le festival Woodstower n’aura pas lieu cet été » indique l'équipe dans un communiqué envoyé ce vendredi 15 mai au matin. Les date

Continuer à lire

Pour clôturer la saison

Woodstower | Beaucoup de rap, beaucoup de musiques électroniques, un brin de pop et de sono mondiale pour pimenter le tout : telle est la recette gagnante de Woodstower pour clôturer la saison des festivals.

Sébastien Broquet | Mardi 11 juin 2019

Pour clôturer la saison

On n'a toujours pas réussi à décider si Woodstower était le dernier soubresaut des vacances, pour parfaire son bronzage au bord du lac de Miribel-Jonage, ou le point de départ de la rentrée, où l'on débriefe au coin du bar les amourettes passagères. Sans doute un peu des deux... Reste que cet incontournable de l'été offre une fois encore une programmation plutôt massive, faisant perdurer sa soirée du jeudi initiée l'an dernier, cette fois avec Étienne de Crécy dont les frasques post Superdiscount continuent d'affoler les dancefloors avec une agilité certaine. Et Nekfeu, plume tout aussi affûtée de la scène rap contemporaine, complétant ce plateau inaugural avant le grand chambardement annoncé... Tracy et Giorgia On peinera à trouver un sens logique à la suite de la programmation du week-end, qui oscille comme de coutume entre une forte tendance rap et une présence électronique marquée, mais on y trouvera aisément des pépites, comme Josman, le franc-tireur de Vierzon dont les productions signées Eazy Dew accrochent les esgourdes depuis de longs mois. Ou comme Tracy de Sà

Continuer à lire

Wintower : Woodstower prend ses quartiers d'hiver

Festival | Après vingt ans, fêtés cette année, de bons et loyaux services estivaux, le festival Woodstower a toujours les oreilles qui le démangent. Et n'aura pas la (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 13 novembre 2018

Wintower : Woodstower prend ses quartiers d'hiver

Après vingt ans, fêtés cette année, de bons et loyaux services estivaux, le festival Woodstower a toujours les oreilles qui le démangent. Et n'aura pas la patience cette année d'attendre le retour des grosses chaleurs pour remettre le couvert. Ainsi est née l'idée d'une édition hivernale astucieusement baptisée Wintower. La chose, cette fois forcément indoor, se tiendra ainsi les 1er et 2 février, respectivement au Kao et au Transbordeur. La programmation n'en est pas encore dévoilée mais on nous promet « musique, love et paillettes », à coups de live, de mixes (combinant artistes de renoms et locaux talentueux) et d'un certain nombre de surprises.

Continuer à lire

Suprême NTM et les autres

Woodstower | Suprême NTM va-t-il écraser un Chaton ? Petit Biscuit va-t-il se faire dévorer par Madben ? La réponse à toutes vos questions en lisant cet article sur la formidable vingtième édition de Woodstower.

Sébastien Broquet | Mardi 19 juin 2018

Suprême NTM et les autres

Vingt ans, c'est pas rien, pour un festival. Et Woodstower fête cet anniversaire en beauté, conviant pour une soirée aussi bonus qu'exceptionnelle le Suprême NTM pour un show dantesque, à l'ancienne, incluent Raggasonic, Busta Flex, Zoxea et Lord Kossity. C'est un brin vintage, mais tellement jouissif ! Et l'on sait que la paire Kool Shen & Joey Starr n'a rien perdu de sa superbe dès lors qu'il faut brûler une scène. Ce sera le jeudi 30 août, et rien que cette soirée devrait suffire à coller sur les rotules tout festivalier qui se respecte un tant soit peu, Disiz la Peste et Cut Killer (vintage, on vous dit...) complétant le line-up. Ensuite, il faudra déambuler le week-end durant pour dénicher celui qui pourra rivaliser avec les plumes de Paris sous les bombes : Petit Biscuit ? Que nenni,

Continuer à lire

Suprême NTM à Woodstower

MUSIQUES | Le festival Woodstower fête ses 20 ans et invite pour l'occasion le mythique groupe de hip-hop Suprême NTM pour un concert spécial en ouverture du (...)

Lisa Dumoulin | Lundi 11 décembre 2017

Suprême NTM à Woodstower

Le festival Woodstower fête ses 20 ans et invite pour l'occasion le mythique groupe de hip-hop Suprême NTM pour un concert spécial en ouverture du festival, le 30 août. JoeyStarr et Kool Shen sont les premiers noms annoncés pour cette édition anniversaire, qui s'étendra cette année sur quatre jours, du 30 août au 2 septembre 2018. Pour ceux qui veulent voir cette légende des années 90 retourner le Grand Parc Miribel Jonage, la billetterie ouvre ce lundi 11 décembre à 10h !

Continuer à lire

Les bons plans de la semaine #1

Un bon plan par jour jusqu'à la rentrée | Ne jamais s'ennuyer, jusqu'à la rentrée : voici nos sorties de l'été.

La rédaction | Mercredi 5 juillet 2017

Les bons plans de la semaine #1

Mercredi 5 juillet : Rotatives #4 Quatrième volet des soirées Rotatives. Déjà la dernière de la saison pour Hétéroclite, qui présente son numéro 124 couvrant juillet-août. En afterwork après une journée de labeur, pour prolonger l’apéro, prenez place dans l’ambiance feutrée du L Bar. On va picorer, on va picoler… Rentrer dans l’été en se trémoussant frénétiquement sur la playlist de l’éternel Yves Sans Roland, et chanter à s’en décoller le palais. En somme, une soirée Rotatives comme les autres. Au L Bar à 19h Jeudi 6 juillet : Tshegue chauffe les Summer Sessions Chaque année, aux premières lueurs des vacances, nous vous convions à une soirée en compagnie de l’équipe du journal au Transbordeur, avec un coup de cœur qui sera cette année Tshegue. Coup de foudre, aussi : entre la voix de l’ancienne chanteuse de Jaguar, la congolaise Faty Sy Savanet, et les productions de Nicolas Dacunha (aka Dakou), c’est assurément une belle histoire qui vient de débuter par un premier maxi

Continuer à lire

Woodstower : cap sur le hip-hop

Woodstower | Le festival de Miribel-Jonage a pris l’habitude de tabler sur des programmations éclectiques où le hip-hop règne en maître. C’est devenu une marque de fabrique. Tour d’horizon des rappeurs et beatmakers prêts à retourner les scènes de cette 19e édition.

Corentin Fraisse | Mardi 20 juin 2017

Woodstower : cap sur le hip-hop

Woodstower et le hip-hop, une grande histoire d’amour. Le duo Columbine ouvrira les hostilités. Les jeunes rennais s’imposent comme l’une des révélations rap de l’année. Leur mixtape Enfants Terribles mélange sauvagerie et romantisme. Tous leurs concerts jusqu’au Woodstower affichent complet : gage de qualité ? Suit Demi Portion, confirmation en 2017 d’une plume intelligente, de compos riches puisées dans les influences du rap US, pour lesquelles il a su s’entourer (Oxmo Puccino, Kery James, Scylla). Espérons que, derrière son cheveu sur la langue, se profile une carrière digne d’Akhenaton. Sur la grande scène du Chapiteau, on aura l’acharné du travail Deen Burbigo. Ex-membre de l’Entourage en compagnie de Nekfeu et Jazzy Bazz, il oscille entre egotrips et morceaux profonds. Son premier album Grand Cru, sorti cette année, est bourré de textes ciselés et de punchlines efficaces. 2017, c’est son millésime. Woodstower accueille aussi des rappeurs alternatifs. Prenons Tommy Cash, en provenance d’Estonie, qui s’est fait rapidement connaître avec des clips to

Continuer à lire

Woodstower dévoile sa programmation complète

Festival | Après trois dernières éditions aventureuses et réussies, Woodstower vient de dévoiler sa programmation complète pour sa 19e édition : ambitieuse, portée une nouvelle fois sur le hip-hop, l'électro et les artistes émergents.

Corentin Fraisse | Mercredi 31 mai 2017

Woodstower dévoile sa programmation complète

Résolument hip-hop Chez Woodstower, on aime le hip-hop. C’est presque devenu la marque de fabrique du festival. On aime aussi les jeux de mots : si la scène est baptisée Scène Saint Denis, sa programmation fait clairement envie. La révélation Columbine, soit les deux Enfants terribles (le titre de leur premier EP) qui entament les hostilités, suivis par Demi Portion, confirmation en 2017 d’une plume intelligente, de compos riches puisées dans les influences des classiques du rap US. La soirée se finira en beauté et en violence avec Seth Gueko, maître de la punchline et des jeux de mots azimutés, qui viendra faire la promo de son 5ème album Barlou! sorti fin 2016. Samedi c’est La Jungle (JNGL) avec ses cinq MCs et deux beatmakers qui envahiront la scène, avant de la laisser à Lorenzo aka l’Empereur du Sale (son premier album) et son rap décalé, très second degré. Pour finir avec les DJs et producteurs français Ikaz Boi et Myth Sizer, dans un back2back tacheté de R&B et d’électro. Une grande scène toujours

Continuer à lire

Où sont les Femmes ? (à l'apéro)

Petit Bulletin Summer Sessions | À l'invitation du Transbordeur, Le Petit Bulletin organise l'apéro ce jeudi dans le cadre des Summer Sessions : concerts de Her et Kaben, diffusion du match France / Allemagne sur écran géant, et apéro en compagnie de la paire de DJ Femmes aux Fourneaux : interview.

Sébastien Broquet | Mercredi 6 juillet 2016

Où sont les Femmes ? (à l'apéro)

Un profil garage rock 60’s, de la noise qui ne se danse pas, de la techno à la Daniel Avery, de la pop sucrée française : vous ne vous interdisez rien. Comment on s’y retrouve, nous ? Femmes aux Fourneaux : Tu as oublié la northern soul, le disco, le hip hop, le punk... C'est vrai que ça fait une sacrée ratatouille. Du coup, de temps en temps, on offre des crêpes au public pour qu'il s'y retrouve. Vos mixes reflètent l’éclectisme de votre culture musicale. Mais quid des mouvements de société qui les accompagnent souvent, de quelles influences vous sentez vous proches : les riot girlz du début des 90’s ? les mouvements féministes des 70’s ? Ou Beyoncé aujourd’hui ? Les trois ! Les mouvements musicaux sont souvent associés à l'émancipation de minorités (noirs, femmes, LGBT...). On se retrouve dans cette idée d'empowerment... mais aussi d'entertainement. D'ailleurs, avec d'autres filles de la scène lyonnaise, on réfléchit actuellement à de l'organisation de soirées pour promouvoir les artistes féminines, dans un espri

Continuer à lire

Le Transbo prend l'air

Summer Sessions | Le Transbordeur métamorphose son espace extérieur pour la 5e édition des Summer Sessions, du 29 juin au 29 juillet. Un mois de fêtes outdoor sous toutes ses formes : des apéros graphiques au clubbing, voici notre sélection.

Maïté Revy | Mardi 28 juin 2016

Le Transbo prend l'air

Kiblind en mode psyché Ce magazine multimédia permet de découvrir les artistes émergents du monde de l'édition, du design graphique ou encore de la mode : pour cette ouverture des Summer Sessions, l'on profitera de l'exposition Le Passage (psychédélisme visuel avec tentures d'A. Eckart, A. Laffond ou Lasse & Russe) et on laissera parler son esprit créatif grâce aux ateliers "à faire soi-même". Tout ça accompagné des jolies trouvailles musicales du label AB Records. Mercredi 29 juin à 19h Quantic, latin vibes Will Holland, alias Quantic, revient secouer le Transbo en version live band avec son style mêlant les sonorités latines et jazz avec l'électro. Une recette spéciale qui sera servie par le plus colombien des artistes anglais, précédée d'un apéro plancha avec The Bongo Hop et Mr Day aux platines. Pour ravir papilles et oreilles. Dimanche 3 juillet à 17h Clips sur grand écran Faire découvrir à un large public les clips rhônalpins su

Continuer à lire

Tenue de soirée estivale au Transbordeur

Summer Sessions | On peut compter sur le Transbordeur pour être rock’n’roll en toute saison. Y compris en été où, grâce à ses Summer Sessions, la salle de concerts étend son (...)

Vincent Raymond | Mardi 28 juin 2016

 Tenue de soirée estivale au Transbordeur

On peut compter sur le Transbordeur pour être rock’n’roll en toute saison. Y compris en été où, grâce à ses Summer Sessions, la salle de concerts étend son périmètre d’intervention jusqu’aux projections en plein air. Mais pas n’importe lesquelles : des Ciné Drive-in à l’ancienne, dans d’authentiques voitures américaines mises à disposition par le Club V8 Forever (ou dans la vôtre, si vous préférez votre confort habituel), devant un film à la bande originale bien chargée, avec pour ajouter à l’ambiance, un foodtruck histoire de diffuser des odeurs de burgers et de frites — et aussi d’en vendre. Le premier film proposé résonne singulièrement avec l’actualité tragique d’Orlando : Priscilla, folle du désert (1995) de Stephan Elliott. Cette traversée de l’Australie dans un bus piloté par trois exubérants travestis confronte ceux-ci à la défiance, l’agressivité ou l’homophobie des habitants de l’Outback. Malgré tout empli de fantaisie désinvolte (la faute à la musique disco et aux déhanchés de ses comédiens vêtus en drag queen), Priscilla… marqua l’une des nombreuses résurrections de Terence Stamp, ina

Continuer à lire

Thomas Prian : « Nous voulons être identifiés hip-hop »

Bizarre! à Vénissieux | On connaît le nom de l'heureux élu : c'est Thomas Prian, ancien responsable du festival Woodstower à Miribel-Jonage, qui prend en charge la direction artistique du nouveau lieu de Vénissieux, Bizarre!. Personnage discret et respecté du milieu culturel lyonnais, il mettra ses compétences au service d'une salle se voulant ancrée dans Vénissieux et tournée vers l'agglomération par son positionnement très axé hip-hop et cultures urbaines.

Sébastien Broquet | Mardi 14 juin 2016

Thomas Prian : « Nous voulons être identifiés hip-hop »

Vous venez de Woodstower : quelle a été votre histoire au sein de ce festival ? Thomas Prian : En 2002, j'ai commencé par la communication du festival, un peu par hasard. J'avais besoin d'un stage à mi-temps, à côté de chez moi, à la Tour de Salvagny. Je vivais là mais ne connaissait personne dans l'équipe. L'année suivante, j'ai demandé à faire un second stage au sein du service artistique et je me suis retrouvé à programmer avec trois autres personnes cette édition particulière : Woodstower se tenait à l'issue d'un été perturbé par les grèves des intermittents, et le Peuple de l'Herbe, à l'affiche, venait d'exploser : il y a eu une énorme affluence, qui a finalement sonné le glas du festival à la Tour de Salvagny. Quinze jours après, nous avons appris dans Le Progrès que la mairie ne nous suivrait plus, que c'était trop le bazard... Certains dans l'équipe se sont dit qu'ils s'étaient bien éclatés pendant six ans, qu'il était temps pour eux d'arrêter. Beaucoup partent alors, mais une autre moitié souhaite continuer car c'était une édition très réussie. Il n'y avait pas Démons d'Or, Nuits Sonores débutait. On se met en quê

Continuer à lire

Un été sur les pistes

MUSIQUES | Plus courtes, les nuits d'été ? pas du côté des clubs, où le non-respect des pauses estivales est quasiment une valeur fondatrice. La preuve en cinq rendez-vous et autant de chances de multiplier les voyages stationnaires (mais pas immobiles).

Benjamin Mialot | Mardi 7 juillet 2015

Un été sur les pistes

Summer Sessions Les Summer Sessions, ce ne sont pas que des concerts taillés pour des containers (voir ci-contre). Ce sont aussi des soirées taillées pour des containers – et "hostées" par des habitués du Transbo. Restent ainsi une EZ! avec Trampa – dont le dubstep est si grinçant qu'il file des picotements dans les molaires – une Encore avec Tevo Howard – l'un les seconds couteaux les plus affûtés de la Chicago house – une Polaar avec Clap! Clap! – jazzman italien qui a les rythmes africains dans la peau. Et même une Arm Aber Sexy, du nom de l'incontournable before du Lavoir Public, qui aura pour la première fois la permission de minuit. Au Transbordeur jusqu'au 31 juillet

Continuer à lire

Woods : lumière sur le folk

MUSIQUES | Dans ses 7 «Je suis», l'ami Jésus Christ ne dit pas seulement qu'il est «le chemin, la Vérité et la vie» ou «le vrai cep» (si, si, c'est dans Jean 15;1), il (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 7 juillet 2015

Woods : lumière sur le folk

Dans ses 7 «Je suis», l'ami Jésus Christ ne dit pas seulement qu'il est «le chemin, la Vérité et la vie» ou «le vrai cep» (si, si, c'est dans Jean 15;1), il dit aussi «Je suis la Lumière». Bien que les Brooklynites de Woods ne pratiquent aucunement le rock chrétien, ce dont on les remercie, leur musique est inondée de cette Lumière et de l'Amour inconditionnel qui la suit, pourrait-on dire, comme son ombre. Le tout dans le sillage de la voix angélique de Jérémy Earl. Si bien qu'on jurerait que le groupe rejoue la Cène en mode psychédélique. Guère étonnant de la part de jeunes gars très portés sur l'aspect communautaire, gérant leur propre label, la maison Woodsist, qui a compté en ses rangs le déjà grand Kevin Morby, et un festival éponyme. Mais se contenter de cela, ce serait oublier que Woods montre le chemin en composant des chansons à se damner comme, sur le dernier album With Light and Love, Moving to the Left qui fait se croiser en quasi-apesanteur les space-bidouilleries des Flaming Lips et l'évangélisme mélodique des Shins, le tout saupoudré d'une irrésistible guitare wah wah, et donne l

Continuer à lire

Woodstower, toujours vert

MUSIQUES | Battu par les flots, Woodstower ne sombre pas. Deux ans après un déluge qui l'a contraint à revoir ses ambitions à la baisse, le festival du Grand parc (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Woodstower, toujours vert

Battu par les flots, Woodstower ne sombre pas. Deux ans après un déluge qui l'a contraint à revoir ses ambitions à la baisse, le festival du Grand parc Miribel Jonage propose au contraire l'un des week-ends – concerts le samedi, arts de la rue et animations décalées (sauna, retrogaming, sound system sous-marin...) le dimanche – les plus solides de son histoire. Sur la scène principale se succéderont notamment la révélation post-punk Jeanne Added, les exubérants Sud-africains de SKIP&DIE (qui revisitent les traditions tropicales à l'aune d'une bass music éminemment rassembleuse) et un Mr. Oizo plus barré et acide que jamais, tandis que sa petite sœur fera la part belle au hip-hop, fut-il décontracté et old-school (Chill Bump) ou abstrait et futuriste (Fowatile). Quant au club, il accueillera le pionnier de la minimale Ivan Smagghe, Claude (le projet disco/house tout chelou de l'inclassable beatmaker Fulgeance) et Thylacine, magicien de la MPC qui, comme Fakear et Superpoze, réinjecte méticulosité et mélan

Continuer à lire

Drive-in au Transbo : des Blues au cœur

ECRANS | Les Summer Sessions du Transbordeur reprennent et avec elles la programmation de cinéma en plein air proposée par ZoneBis, vaillante organisatrice de (...)

Christophe Chabert | Mardi 23 juin 2015

Drive-in au Transbo : des Blues au cœur

Les Summer Sessions du Transbordeur reprennent et avec elles la programmation de cinéma en plein air proposée par ZoneBis, vaillante organisatrice de l’incontournable festival Hallucinations Collectives. Histoire de se démarquer d’autres rendez-vous du même type (dont L’Été en cinémascope, qui démarre aussi cette semaine sur la Place Ambroise Courtois), ZoneBis adapte à la sauce hexagonale la pratique très yankee du drivein : tandis que l’image défilera sur un écran géant, vous serez installés peinards dans votre bagnole, l’autoradio branché sur une fréquence qui diffusera le son du film. Au menu de ces deux séances exceptionnelles, d’abord le mythique Blues Brothers de John Landis (le 26 juin à partir de 19h), resté aussi célèbre pour son casting de stars de la musique black — Ray Charles, Aretha Franklin, Cab Calloway, James Brown — et pour les tubes qu’elles interprètent que pour le duo John Belushi / Dan Aykroyd, frères de sang et de son en mission pour le seigneur afin de monter un grand concert de blues caritatif. Pour ceux qui, en attendant la tombée de la nuit, voudraient se cultiver tout en sirotant leur bière, on conseille

Continuer à lire

Woodstower : les premiers noms

MUSIQUES | Dépossédé de son terrain de jeu, le festival de trance Hadra a assuré qu'il ferait tout de même parler de lui cet été. Chose promise, chose due, puisque (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 2 avril 2015

Woodstower : les premiers noms

Dépossédé de son terrain de jeu, le festival de trance Hadra a assuré qu'il ferait tout de même parler de lui cet été. Chose promise, chose due, puisque Woodstower lui a attribué une scène de son édition 2015. Au-delà de ce rapprochement amical, le raout aoutien (paf, assonance) du Grand Parc de Miribel-Jonage recevra cette année les Sud-africains sur ressorts de Skip&Die, le duo tourangeau détendu du flow Chill Bump et Vaudou Game et son afro-funk pour 33 tours, ainsi que Jeanne Added et Thylacine. Suite de la programmation le 27 mai prochain.

Continuer à lire

La samba sans sambas de Samba de la Muerte

MUSIQUES | Ne pas s'y tromper : cette Samba de la Muerte ne s'incarne aucunement en une samba endiablée jusqu'à ce que mort s'ensuive. Plutôt loin de là, même. Au moment où (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 15 juillet 2014

La samba sans sambas de Samba de la Muerte

Ne pas s'y tromper : cette Samba de la Muerte ne s'incarne aucunement en une samba endiablée jusqu'à ce que mort s'ensuive. Plutôt loin de là, même. Au moment où les formations les plus en vue de la pop française s'éparpillent en projets solo (il n'y a qu'à voir les Atlas Mountains faire feu de tout bois), c'est ici un Concrete Knife, sensation 2013 venue de Caen – Be Your Own King, souvenez-vous – qui s'accorde un quartier libre pour donner un peu de champ à ses élans créatifs. Loin de la pop à la fois martiale et en sucre (candide) des couteaux de béton, menée de main de maître par Nicolas Delahaye et incarnée par la lunaire Morgane Colas, Adrien Leprêtre – accompagné de Corentin Olivier (guitare), Gabriel Legeleux (percussions) et Martin Bonnet (basse) – affirme moins frontalement ses facilités. Préférant la demi-teinte et les demi-tons : mélange de folk, d'orientalisme et d'indietronica, plus atmosphérique qu'accroche-coeur ou tapageur. Et en cela, atmosphérique donc, comme les climats océaniques au contact desquels a grandi le musicien, sujet au changement, la fraîcheur laissant place au réchauffement et inversement – Bon Iver en été, qu

Continuer à lire

Une bombe de bal

MUSIQUES | Il y a des semaines comme ça confinant à la monomanie. Où que l'on regarde, la soul est (ou aurait dû être, dans le cas de Womack) partout. On ne s'étonnera (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 8 juillet 2014

Une bombe de bal

Il y a des semaines comme ça confinant à la monomanie. Où que l'on regarde, la soul est (ou aurait dû être, dans le cas de Womack) partout. On ne s'étonnera donc guère que le bal donné par le Transbordeur dans le cadre de son club de vacancesen plein air premium baptisé Summer Sessions ait une forte teinte soulisante. L'accroche, stipulant une gratuité pour les tatoués, en est la suivante : "Mods vs rockers". Qu'on se rassure, il n'y aura pas de baston d'anthologie digne des mythiques concours de gifles 60's de la plage de Brighton. Mais des super groupes, oui, avec The Gentlemen's Agreement, quintette au redoutable groove et aux claviers peu appréciés de la police du pelvis. Mi-mods, mi-rockers et donc vrais schizophrènes, The Rebels of Tijuana sont eux à la fois les rejetons de Jacques Dutronc et du Jon Spencer Blues Explosion. Mais aussi de grands malades de l'esthétique vintage, comme en témoigne leur single Brazil 70, diffusé au début de la Coupe du Monde. Ajoutez à cela des DJs raccords (Yann Cracker et Fabylicious) et une audience saoule et vous obtenez un bal "bootylicieux" où choper ne sera

Continuer à lire

Promenons-nous dans les bois

MUSIQUES | «La pluie a tout emporté, les canards, les oignons, / La pluie a tout emporté, nos guenilles, nos haillons.» fredonnait Thomas Fersen. L'an passé, elle a même (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 26 juin 2014

Promenons-nous dans les bois

«La pluie a tout emporté, les canards, les oignons, / La pluie a tout emporté, nos guenilles, nos haillons.» fredonnait Thomas Fersen. L'an passé, elle a même emporté Woodstower, interrompant prématurément le highly anticipated concert de Eels. Refroidis par ce vilain coup du sort (et sans doute un peu à court d'un autre genre de liquide), ses organisateurs ont décidé de se retirer de la course à la tête d'affiche pour mieux se recentrer sur la spécificité de leur festival : ses atours de fête foraine éphémère – passés les 23 et 24 août, la nature du Grand Parc de Miribel-Jonage reprendra ses droits. D'un sound-system sous-marin à un espace rétrogaming en passant par un DJ set 100% slows, Woodstower fourmillera donc plus que jamais de rendez-vous décalés. La programmation musicale fera quant à elle dans le hip hop aux sourcils froncés via le concasseur (et quar

Continuer à lire

Woodstower boucle sa programmation

MUSIQUES | L'information vient de tomber sur nos téléscripteurs (on vit avec son temps au Petit Bulletin) : Dirtyphonics, le rockeur rétro-stylé Gaspard Royant, le (...)

Benjamin Mialot | Mardi 10 juin 2014

Woodstower boucle sa programmation

L'information vient de tomber sur nos téléscripteurs (on vit avec son temps au Petit Bulletin) : Dirtyphonics, le rockeur rétro-stylé Gaspard Royant, le producteur nomade Débruit ainsi que les locaux Wavesonik et MIIMO (en duel au grand air) rejoignent Acid Arab, DJ Pone, Odezenne et autres Casseurs Flowters à l'affiche de l'édition 2014 de Woodstower. Laquelle, rappelons-le, se tiendra les 23 et 24 août prochains, toujours au Grand Parc de Miribel Jonage.

Continuer à lire

Woodstower 2014 - La programmation

MUSIQUES | On connaissait l'affiche de Woodstower 2014, on connait désormais une partie de sa programmation : pour l'instant à dominante hip hop, elle verra (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 2 avril 2014

Woodstower 2014 - La programmation

On connaissait l'affiche de Woodstower 2014, on connait désormais une partie de sa programmation : pour l'instant à dominante hip hop, elle verra notamment se succéder, samedi 23 août au Grand Parc de Miribel Jonage, les Casseurs Flowters (duo potache composé d'Orelsan et Gringe), DJ Pone (quart de Birdy Nam Nam, complice du duo précédemment mentionné et, plus généralement, figure du platinisme d'ici), Biga*Ranx (ambassadeur français du ragga) et les lettrés et corrosifs Odezenne. Le dimanche sera lui, comme à son habitude, dévolu à la détente, notamment au rythme des pitreries du duo de batteurs Fills Monkey.   Plus de détails par ici : www.woodstower.com

Continuer à lire

L'affiche de Woodstower 2014

MUSIQUES | Cette année, Woodstower fait peau neuve : après cinq ans de bons et loyaux services graphiques, Alexandre Lagneau cède la place à Julien Saniel, auteur de (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 6 mars 2014

L'affiche de Woodstower 2014

Cette année, Woodstower fait peau neuve : après cinq ans de bons et loyaux services graphiques, Alexandre Lagneau cède la place à Julien Saniel, auteur de l'affiche ci-dessus, pour le moins colorée et sismique. A part ça, on ne sait pour l'heure rien de la teneur la seizième édition du festival, si ce n'est qu'elle se tiendra les 23 et 24 août au Grand Parc de Miribel-Jonage et qu'elle abritera, dans l'esprit du sound system sous-marin de l'an passé, plusieurs nouveaux espaces décalés et intimes.

Continuer à lire

Des hommes sans trucage

MUSIQUES | N'eut été leurs bedaines de boit-sans-soif, leurs chevelures d'habitués du Festival international de théâtre de rue d'Aurillac et leur propension à se dégourdir (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 12 juillet 2013

Des hommes sans trucage

N'eut été leurs bedaines de boit-sans-soif, leurs chevelures d'habitués du Festival international de théâtre de rue d'Aurillac et leur propension à se dégourdir le majeur à la vue du moindre appareil photo, les dénommés Fat Mike, Eric Sandin, Eric Melvin et El Hefe auraient fait d'excellents vendeurs porte-à-porte. Car depuis trente ans qu'ils donnent au punk rock ses lettres de roture sous le nom de NOFX, ces Californiens ont fait avaler tout et son contraire à leur public, de la potacherie libidineuse d'à peine trente secondes (See Her Pee, enregistré pour la compilation Short Music for Short People, qui voyait une centaine de groupes s'essayer à l'exercice de la concision) à la satire politique de dix-huit minutes (The Decline) en passant par la reprise burlesque (Champs Élysée) et le tacle amical (Whoa on the Whoas, qui moque le suremploi par The Offspring d'une certaine interjection). Un petit tour de force qui tient autant au caractère tout à la fois urgent et allègre de sa musique qu'à son activisme, cristallisé par la fondation dès 1990 de Fat Wreck Cho

Continuer à lire

Your lucky day in Eels

MUSIQUES | Dans une centaine d'années, s'il reste quelque chose de cette planète, on se souviendra avec bien plus de déférence qu'ajourd'hui d'un Beautiful Freak nommé (...)

Benjamin Mialot | Mardi 18 juin 2013

Your lucky day in Eels

Dans une centaine d'années, s'il reste quelque chose de cette planète, on se souviendra avec bien plus de déférence qu'ajourd'hui d'un Beautiful Freak nommé Mark Oliver Everett, alias Mr. E. Un type qui a ramé sur du bitume avant de pouvoir faire son trou dans le "business" (avec le sublime Beautiful Freak d'Eels justement, premier album édité par Dreamworks) et, malgré des albums tous plus magnifiques les uns que les autres, de ne cesser de s'y enfoncer.   On l'a dit dépressif et même suicidaire, poissard (sa famille passe son temps à mourir du cancer ou à se foutre en l'air), son groupe a changé maintes fois de configuration (ça, c'est peut-être un peu de sa faute), mais il est toujours là, avec un album, Wonderful, Glorious, saccadé et rageur, bileux et mélancolique. Il a du mérite : à part un noyau dur de fans et quelques journaux musicaux où il alimente davantage les notules que

Continuer à lire

Summertime

MUSIQUES | «Voilà l'été, voilà l'été, voilà l'été-é-é», chantaient les Négresses Vertes. Certes, mais une fois qu'on a dit ça, comment étancher sa soif de musique estivale quand justement on n'a ni l'intention de chanter tout l'été, ni l'intention de quitter la région lyonnaise. Éléments de réponse. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 13 juillet 2012

Summertime

Chaque année, l'Onisep publie un ouvrage intitulé «Que faire sans le bac ?». C'est un peu la même vaste question qui se pose l'été venu : «Que faire l'été quand, rapport à l'augmentation de la recrudescence, à la crise, ou tout simplement du fait de l'absence de vacances, on est coincé à Lyon tel le renard dans un piège de braconnier ?». Se ronger la patte n'étant pas la solution – ce sont des choses qu'on regrette vite dès lors qu'on doit courir derrière un bus, rare en été –, l'amateur de musique aura quand même le loisir, s'il se remonte les manches, de se mettre quelques concerts sous les esgourdes. Pour cela, il peut commencer par remercier les Nuits de Fourvière qui ne remballent pas le matos avant la fin du mois de juillet. Et ô miracle, la plupart des concerts restant ne sont pas (encore) complets – exception faite de l'Éclat Final avec Brigitte et Arthur H et du hobo Charlie Winston. Summer session Voilà donc qu'il reste au programme de quoi bien combler sa fin de mois de juillet avec les bluesmen touaregs de Tinariwen (23 juillet), l'un des meilleurs groupes du monde – et on ne plaisante pas – ; l'ex-ministre de la Cu

Continuer à lire

Cruel summer

MUSIQUES | Avant l'été, le Transbo offre de réviser ses classiques en matière de genres, musicaux s'entend. Troisième Summer session et nouveau changement de genre donc. (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 6 juillet 2012

Cruel summer

Avant l'été, le Transbo offre de réviser ses classiques en matière de genres, musicaux s'entend. Troisième Summer session et nouveau changement de genre donc. Encore que dans le cas de l'invité du jeudi 12 juillet, il faille peut-être davantage parler de style que de genre, Hyphen Hyphen ayant beaucoup du premier sans qu'on puisse bien définir dans quelle école musicale s'inscrit le second. Bref, comme beaucoup de formation de son époque – Metronomy, Foals, The Shoes, Marie-Madeleine –, Hyphen Hyphen se nourrit un peu à tous les râteliers esthétiques à la seule condition que le résultat soit foufou – pour ne pas dire légèrement hystérique – obsédant et dansant, au point qu'on puisse inventer pour ce type d'originaux le terme d' «obsédansant». Soit une musique qui prend possession de votre cortex par impulsion électronique et vous secoue dans tous les sens. Faut-il y voir une coïncidence avec la recrudescence soudaine du cannibalisme dans le monde, mais le fait est qu'il y a de plus en plus de ces groupes qui vous mangent le cerveau en l'espace de quelques secondes, sans qu'on ne puisse guère se défendre. Hyphen Hyphen, venu tout droit de la Côte d'Azur est de ceux-là. À ceci prè

Continuer à lire

Boys in the Wood

MUSIQUES | Le géant vert des festivals de fin d'été (voir le logo de l'édition) a une fois de plus et peut-être encore plus que d'habitude choisi d'opter pour le mélange (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 21 juin 2012

Boys in the Wood

Le géant vert des festivals de fin d'été (voir le logo de l'édition) a une fois de plus et peut-être encore plus que d'habitude choisi d'opter pour le mélange des genres. Un peu comme ses salades de riz dont on s'empiffre tout l'été avec bonheur mais qu'en hiver on ne peut plus voir en peinture. Et comme Woodstower clôt chaque année la saison des festivals, il fallait que celle-ci soit goûteuse et variée. Et à base de «bonhommes». En tête d'affiche, même s'il a perdu de sa superbe musicale, Joeystarr reste un plat de choix ne serait-ce que parce que sa présence scénique fait la différence. Oui, Joeystarr est le Johnny des quarantenaires, il faudra s'y faire. Pour coller avec l'esprit du festival, on ne pouvait guère trouver mieux, que l'on aime ou pas, que Birdy Nam Nam ou Shantel, Dj allemand aux aspirations balkaniques auquel on doit la Bande Originale du film de Fatih Akin, De l'autre côté. C'est également à un film que l'on doit la présence de Kavinsky, musicien, Dj et acteur (Steak de Quentin Dupieux) pratiquement inconnu au-delà d'un cercle restreint jusqu'à ce que Ryan Gosling fasse vrombir sa grosse cylindrée au son du Nightcall du même

Continuer à lire

Woodstower 2012 : la programmation

MUSIQUES | C’est officiel, ils seront tous Plage du Fontanil au Festival Woodstower les 25 et 26 août au Grand Parc.

Dorotée Aznar | Vendredi 15 juin 2012

Woodstower 2012 : la programmation

Toutes les informations pratiques se trouvent sur le site officiel du Festival Woodstower

Continuer à lire

Envoyez le bois

MUSIQUES | Festival / Dans la verdure du Parc de Miribel, le festival Woodstower fête sa 13e édition avec une programmation tout en verdeur qui réserve quelques surprises bien mûres. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Jeudi 25 août 2011

Envoyez le bois

Festival écolo-rock, cultivant l'esprit familial, le festival Woodstower s'est toujours complu avec plaisir dans une certaine imagerie de la verdure. Jusqu'à cultiver ses propres légumes et jusque dans ses affiches, petits bijoux de détournements iconiques de pochettes de disques célèbres. Cette année, ce sont les Beatles d'"Abbey Road" qui vont au bois, traversant un passage (non clouté) de rondins, une hache (la mascotte de Woodstower) à la main d'Harrison. Le tout sur fond vert bien sûr. Mais la verdure, aussi bucolique soit-elle, n'empêche pas la verdeur. Celle d'une programmation que le festival veut de plus en plus pointue et remuante, parfois acide comme la pomme verte. Et cela vaut pour un tableau général et plutôt élargi qui s'étend de la chanson française de Brigitte, cet étonnant duo de foldingues hippies-chic récemment monté sur scène avec Joey Starr, aux murs (mûres?) du son régulièrement enfoncés par les guitares en rase-mottes des Black Angels. La seule présence de ces Texans suffira sans doute à provoquer prématurément l'alopécie automnale des arbres du Parc de Miribel. D'autant qu'il leur faudra également subir les assauts sonores d'Etienne de Crécy, l'un des pr

Continuer à lire

Volutes américaines

ECRANS | Reprise / "Il était une fois en Amérique", le chef-d’œuvre de Sergio Leone, ressort en copies neuves. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 14 juin 2011

Volutes américaines

Sergio Leone a longuement mûri ce qui allait être son chant du cygne, précoce pour un cinéaste alors au sommet de son ambition d’artiste. Lui, l’Italien qui fantasma toute sa vie une Amérique dont il réinventait la légende en rêvant librement à partir de son cinéma, mettait enfin les pieds sur cette terre promise. Mais, comme conscient de ce statut d’éternel étranger, son Il était une fois en Amérique est aussi une forme de long rêve (3h45), encadré dans des volutes d’opium que le personnage principal, Noodles (De Niro), inhale pour oublier un passé qui le hante. Ses premiers émois érotiques d’adolescent, les mauvais coups effectués avec la bande qu’il avait formée autour de Max (James Woods), puis leur business mafieux florissant dans les années 30 où le gang met à mal rivaux, policiers et politiciens avec une énergie conquérante, cette même énergie qui provoquera leur chute quand l’ambition et les trahisons prendront le pas sur l’intérêt commun… Leone, grand cinéaste marxiste, montre que l’individualisme n’est jamais très loin quand l’argent est en jeu, et que le système lave plus blanc, transformant une crapule en homme politique respectable. Le génie d’Il était

Continuer à lire

Woodstower

MUSIQUES | En plus de l’ami Doherty, le festival Woodstower accueillera cette année The Low Anthem, dont on vous a déjà largement vanté les mérites avant l’été, Arno, (...)

Dorotée Aznar | Lundi 30 août 2010

Woodstower

En plus de l’ami Doherty, le festival Woodstower accueillera cette année The Low Anthem, dont on vous a déjà largement vanté les mérites avant l’été, Arno, Olivia Ruiz, Jeanne Cherhal, Archive, Addictive TV, Suissa, Four Tet... De la musique évidemment, mais aussi des arts de la rue. L’improbable Oiseau Bleu, mais aussi le Théâtre Group', Les Transformateurs, le Théâtre de l!Harangueur (et bien d’autres) animeront ce week-end au bord de l’eau, conclu dimanche par un pique-nique musical et un grand bal qui se prolongera jusqu’en fin d’après-midi. Pour vous rendre au Grand Parc Miribel Jonage, les organisateurs vous proposent l’expérience vélo (15 kilomètres depuis la Guillotière, enfants bienvenus à partir de 9 ans, renseignements et heures de départ sur http://woodstower.com) ou, pour les sportifs abstinents, des navettes ou le co-voiturage.

Continuer à lire

Au vert et contre tout

MUSIQUES | Festival / Chaque année, Woodstower c'est un peu l'occasion de se mettre au vert une dernière fois avant reprise des hostilités de la rentrée. Or s'il y en a (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 27 août 2010

Au vert et contre tout

Festival / Chaque année, Woodstower c'est un peu l'occasion de se mettre au vert une dernière fois avant reprise des hostilités de la rentrée. Or s'il y en a un qui a grand besoin de se mettre au vert, c'est bien Peter Doherty. Après nous avoir fait une énième fois le coup de la rédemption avec son dernier album "Grace/Wasteland", l'ex-Libertines (dont on annonce une poussive reformation à coups de regards en coin) semble être retombé dans ses travers : à savoir diverses addictions (qui semblent en réalité ne l'avoir jamais quittées), une capacité supérieure à la moyenne à mettre les pieds dans le plat (au printemps, il a entonné un chant nazi lors d'une prestation autrichienne) et une tendance chronique à l'annulation de concert (déjà expérimentée dans ces colonnes). Cet été, Peter a ainsi fait l'impasse sur un concert niçois. Raison invoquée : une hospitalisation d'urgence. Rumeur associée : un problème de dope ou simplement une envie de trainasser à Paris. Quelques jours plus tard, Peter jouait à Tours puis à Aix-les-Bains pour le compte du festival Musilac. Un concert de Peter Doherty c'est donc un peu comme les soirées de l'ambassadeur, il se passe toujours quelque chose : soi

Continuer à lire

Woodstower

MUSIQUES | Woodstower signifie littéralement «les bois de La Tour», en référence à cette petite bourgade de l’ouest lyonnais, La Tour de Salvagny, où le festival est né. (...)

Dorotée Aznar | Mercredi 16 juin 2010

Woodstower

Woodstower signifie littéralement «les bois de La Tour», en référence à cette petite bourgade de l’ouest lyonnais, La Tour de Salvagny, où le festival est né. En 1997, une fine équipe de bardes champêtres fout le feu aux buissons bien taillés, en important du courant alternatif près des chaumières où l’on écoute plus volontiers du classique devant la cheminée. Au fil des années, Woodstower acquiert ses lettres de popularité et s’impose comme l’évènement festif de la rentrée. Même s’il a, depuis, pris le large dans le grand parc de Miribel Jonage, son bon esprit «Woodstoqué» perdure, et il faut souligner l’effort d’accueil, d’engagement écolo et d’ouverture musicale qui font le bonheur du festivalier. Des sourires à l’entrée, des boissons artisanales et de bons petits plats pour se sustenter… Un peu plus et on irait presque pique-niquer dans l’herbe folle en oubliant que cette année, Peter Doherty, Archive, Arno et Four Tet sont aussi de la party ! SL WoodstowerAu Parc de Miribel Jonage (69), les 3, 4 et 5 septembre.

Continuer à lire

Festival Woodstower 2010 : la programmation

MUSIQUES | Le festival Woodstower se tiendra au Grand Parc Miribel Jonage les 3, 4 et 5 septembre 2010.

Dorotée Aznar | Mercredi 2 juin 2010

Festival Woodstower 2010 : la programmation

Vendredi 3 Septembre :Archive Four Tet Peter Doherty Arno Fowatile The Low Anthem

Continuer à lire

Hôtel Woodstock

ECRANS | D’Ang Lee (ÉU, 2h02) avec Demetri Martin, Emile Hirsch, Liev Schreiber…

Christophe Chabert | Mardi 15 septembre 2009

Hôtel Woodstock

Le cinéphile français attaché à la politique des auteurs ne peut qu’être désorienté par le parcours du tandem Ang Lee/James Schamus (son scénariste attitré). Sans véritable thème (sinon, et encore, l’homosexualité), sans style visuel défini (avec des grands écarts entre la sophistication formelle de Hulk et la sobriété romanesque de Lust, caution), ces deux-là sont des caméléons promenant leur cinéma à travers le monde, les genres et les budgets. Hôtel Woodstock surfe ainsi sur la vague des 'feel good movies', avec une pointe de Wes Anderson en prime. Surprise : ce cocktail est franchement plaisant, et même euphorisant. Traitant le mythique festival de rock par le petit bout de la lorgnette (une famille juive coincée dont le fils pense effectuer une bonne affaire en faisant venir la manifestation dans la petite ville sans histoire où ses parents tiennent un hôtel), jusqu’à en éclipser toute image de concert, Hôtel Woodstock raconte l’anecdote et laisse la légende au documentaire de Michael Wadleigh, dont le film plagie les scories visuelles avec un certain brio. Évidemment, l’un n’est jamais très loin de l’autre : le vent de liberté (et de marijuana) va souffler sur ce foyer con

Continuer à lire

Les animations du samedi et du dimanche après-midi

MUSIQUES | Festival Woodstower Blog 8 Mardi 25 août

Dorotée Aznar | Mardi 25 août 2009

Les animations du samedi et du dimanche après-midi

On ne le sait pas assez, mais Woodstower, ce n’est pas seulement un week-end entier de (très) bonne musique dans un cadre quasi-paradisiaque combinant harmonieusement verdure et plan d’eau. C’est aussi, durant deux après-midi, un village, des jeux, des animations et des ateliers d’initiation artistique, centrés cette année sur le thème de la culture urbaine. Il suffit donc aux plus curieux de se pré-inscrire pour découvrir les arcanes de la danse hip-hop, du graf ou du slam, et transformer ainsi un employé de banque en parfaite petite caillera du 6-9. Et pour ceux qui se montreraient encore rétifs aux baggies taille XXL et à la casquette à l’envers, des ateliers théâtre et cirque sont également programmés. Enfin, un pique-nique en musique permettra aux festivaliers épuisés par deux soirées de concerts de reprendre des forces le dimanche midi. Romain Vallet

Continuer à lire

Tricky

MUSIQUES | Festival Woodstower Blog 7 Lundi 24 août

Dorotée Aznar | Lundi 24 août 2009

Tricky

C’est l’histoire d’un gamin plutôt mal parti dans la vie : son père quitte le foyer familial avant même sa naissance, sa mère se suicide alors qu’il n’a que quatre ans, il tâte un peu du mitard à l’adolescence… Bref, son avenir ne s’annonçait pas forcément sous les meilleurs auspices. Mais en 2009, le gosse qui avait tout du futur gibier de potence est devenu un fort gaillard tout en muscles et en tatouages qui, du haut de ses 41 ans, peut légitimement prétendre au titre de parrain du trip-hop : une figure tutélaire, un précurseur et un défricheur qui a su poser avant tout le monde les jalons du genre, un peu comme Iggy Pop l’avait fait pour le punk ou James Brown pour le funk. Rien que ça. Entre-temps, il y a eu quand même Massive Attack, groupe phare des années 90 et pionnier justement dans le domaine des tripatouillages sonores entre hip-hop, électro, soul et groove. Bien qu’il ait quitté le groupe de Bristol après seulement deux albums, Tricky a su garder intacte la ferveur de ses fans, et viendra prouver à Lyon le 29 août que non, décidément, il n’est toujours pas tricard. Romain Vallet

Continuer à lire

Veduta

MUSIQUES | Festival Woodstower Blog 6 Vendredi 21 août

Dorotée Aznar | Vendredi 21 août 2009

Veduta

Une veduta, amis qui n'avez pas suivi des cours d'histoire de l'art à la fac, c'est avant tout la peinture minutieuse et très détaillée d’un paysage urbain ou champêtre. Mais Veduta, avec une majuscule, c'est surtout le projet initié par la Biennale d'Art Contemporain de Lyon (autrefois appelé «l’Art dans la place») et auquel le festival Woodstower a décidé de s'associer cette année. Son objet : exporter l’art contemporain dans des lieux inattendus, moins usités et moins évidents que ceux auxquels on pense habituellement, et ce afin de le rendre accessible à un public qui n’est pas forcément habitué à la fréquentation des musées. Pour cela, trois artistes de l’Est lyonnais ont chacun réalisé une œuvre d’art, et la réunion des trois formera un forum destiné à accueillir des conférences, un spectacle de rue animé par la compagnie 4 Quarti et un contest de peintres. L’installation sera ensuite appelée à voyager à Decines et à Vénissieux avant de finir ses pérégrinations sur la place Bellecour. Romain Vallet

Continuer à lire

Hindi Zahra et Herman Düne

MUSIQUES | Festival Woodstower Blog 5 Jeudi 20 août

Dorotée Aznar | Jeudi 20 août 2009

Hindi Zahra et Herman Düne

Juste avant les deux mastodontes électro que sont Peaches et Tricky, le samedi soir sera aussi l’occasion de (re)voir sur scène deux sensations folk du moments : la chanteuse aux accents berbères Hindi Zahra et les Franco-suédois d’Herman Düne. La jeune femme aux airs baba-cool viendra présenter à Lyon son premier album, à paraître à la rentrée de septembre, et qui buzze beaucoup en ce moment sur Internet. Sa petite voix fluette et ses arrangements de guitare éthérés devraient sans doute faire le bonheur de tous ceux qui trouvent Peaches trop trash... Elle sera suivie par un duo barbu et vêtu de chemises de bûcheron, les incontournables Herman Düne, rare exemple de groupe folk français réussissant à s'exporter avec succès à l'étranger : c'est ainsi qu'ils ont collaboré par le passé avec l'ex-Moldy Peaches Kimya Dawson et que leur chanson «I Wish That I Could See You Soon» a été saluée par le magazine Rolling Stones comme l'une des cent meilleures de 2007. La classe internationale, on vous dit. Romain Vallet

Continuer à lire

Les découvertes

MUSIQUES | Festival Woodstower Blog 4 Mercredi 19 août

Dorotée Aznar | Mercredi 19 août 2009

Les découvertes

Dès sa première édition «officielle» en 1997, le festival Woodstower a toujours eu à cœur de faire découvrir au public des artistes émergents en leur offrant leur première «grande scène» à une période de l'année (la toute fin du mois d'août) cruciale pour les programmateurs de salles en recherche de nouveaux groupes. Au nombre des jeunes talents ainsi passés par la scène de Woodstower à leurs débuts, citons notamment Carmen Maria Vega, Karimouche ou encore Koumekian, autant d'artistes aujourd'hui courtisés par tous les festivals d'été. Souhaitons un aussi bel avenir aux artistes (tous lyonnais) programmés cette année parmi les découvertes du festival. Chacun devrait d'ailleurs y trouver son bonheur, entre le jazz des Lyonnais N'Relax, le surprenant beat-boxer Kosh ou le duo Dadi et Charlie, qui navigue entre slam et chanson. Mais le spectacle le plus étonnant sera sans doute celui de cet Anglais exilé à Lyon, André Duracell, aux commandes d'une drôle de batterie trafiquée par ses soins pour produire des sons totalement inattendus. A mi-chemin entre le concert et la performance, ses représentations marquantes laissent rarement le public indifférent ! Romain Vallet

Continuer à lire

La prog' du vendredi

MUSIQUES | Woodstower Blog 3 Mardi 18 août

Dorotée Aznar | Mardi 18 août 2009

La prog' du vendredi

La programmation de la première soirée du festival sera indéniablement dominée par les Stéphanois de Dub Incorporation. Ce groupe bien connu des amateurs de reggae figurait déjà en 2001 à l'affiche de Woodstower, mais parmi les découvertes régionales. C'est donc avec grand plaisir et non sans une certaine fierté que les organisateurs du festival les ont invités une seconde fois, fait unique dans l'histoire de Woodstower. L'occasion, une nouvelle fois, de jeter un coup de projecteur sur un groupe qui évolue depuis une douzaine d'année en dehors de tout buzz musical, mais qui n'en réussit pas moins à déplacer les foules, comme lors de ce concert au Zénith de Saint-Étienne devant 5 000 personnes. Mais le vendredi sera aussi et surtout la soirée des découvertes, puisque pas moins de trois groupes ou artistes émergents lyonnais partageront l'affiche avec Dub Inc (on en reparlera...). À voir sur scène également, la fanfare allemande Mardi Gras Brass Band, aux 100 000 albums vendus à travers le monde, et le duo électro français Sporto Kantès, grand tripatouilleur de sons nouveaux et anciens depuis une dizaine d'années. Romain Vallet

Continuer à lire