Voilà l'été : un jour, une sortie #8

Saison Estivale | Durant toutes les vacances, c'est un bon plan par jour : concert ou toile, plan canapé ou expo où déambuler.

La rédaction | Mercredi 24 août 2016

Photo : Breakfast Club © DR


50 / Mercredi 24 août : culte

Breakfast Club

Tout l'été, la classe revue Rockyrama investit le rooftop pour projeter huit films (de Akira à Poltergeist) directement corrélés à sa ligne éditoriale : du culte, si possible tamponné eighties. Ce soir, le kitch Breakfast Club, archétype du teen movie, sorti en salles en 1985 : parfait avant la rentrée. Attention, contient du Simple Minds dans la BO.
Au Sucre dès 18h30

51 / Jeudi 25 août : cinéma

Rester Vertical

On peut compter sur Alain Guiraudie pour montrer autre chose de la vie à la campagne qu'une symphonie pastorale avec bergère menant son troupeau sur le causse et paysan bourru labourant à bord d'un tracteur écarlate. Si dans ses films, le cultivateur est gay comme le bon pain... (lire la suite de l'article)

52 / Vendredi 26 août : clubbing

Nitsa Club

Les habitués des fins de semaine festives à Barcelone connaissent certainement le Nitsa Club ici convié dans le cadre de la carte blanche accordée par le Sucre aux meilleurs clubs d'Europe tout l'été : il s'agit chaque samedi soir d'un temple de la techno, qui déboule avec ses habitués Pablo Bolivar, Fra, JMII pour clôturer en beauté ce cycle estival.
Au Sucre à 23h

53 / Samedi 27 août : rock

Ils l'appellent Rico

Ex-chanteur des Madcaps, le Québecois Frédéric Pellerin alias They Call Me Rico a sorti une pépite le 1er avril 2016 : This Time, un album empreint des premières amours musicales de l'artiste : raw blues et folk rock. Ce véritable homme-orchestre (parfois accompagné) est une véritable bête de scène.
Au parc de la Cerisaie à 18h30

54 / Dimanche 28 août : forza Napoli

La Tarantella

La Compagnie du Gai Savoir reprendra les succès traditionnels napolitains et emportera le public pour un voyage gai, sentimental et interactif au cœur d'un petit village italien. Masques, gestuelles étranges, costumes bariolés, n'ayez crainte ! N'avez-vous pas envie de voyager en Italie le temps d'un concert ?
Au parc de la Tête d'or (petite suisse, porte de la Roseraie) à 18h

55 / Lundi 29 août : cinéma

Voir le prix de la Semaine de la critique à Cannes

Si l'on voulait se montrer bienveillant, on dirait de Mimosas qu'il tente de transposer le mysticisme d'essence chrétienne irriguant le Stalker de Tarkovski dans un contexte musulman — mais franchement, ce serait lui faire infiniment d'honneur. (lire la suite de l'article)

56 / Mardi 30 août : musique

French Barock

À ceux qui doutent du rapport entre la musique baroque et le rock, on conseille une fois de plus d'écouter Bach et les Beach Boys (et on s'en tient là faute de place), où de se rendre à l'événement organisé par Sprezzatura pour y découvrir et même chanter ce qui relie ces deux continents musicaux.
Sur l'esplanade de l'Auditorium à 19h


Rockyrama picture show : Breakfast club


Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Rester Vertical

D'Alain Guiraudie (Fr, 1h40) avec Damien Bonnard, India Hair... Léo est à la recherche du loup sur un grand causse de Lozère lorsqu’il rencontre une bergère, Marie. Quelques mois plus tard, ils ont un enfant. En proie au baby blues, et sans aucune confiance en Léo qui s’en va et puis revient sans prévenir, elle les abandonne tous les deux. Léo se retrouve alors avec un bébé sur les bras. C’est compliqué mais au fond, il aime bien ça. Et pendant ce temps, il ne travaille pas beaucoup, il sombre peu à peu dans la misère. C’est la déchéance sociale qui le ramène vers les causses de Lozère et vers le loup.
UGC Ciné-Cité Confluence 121 cours Charlemagne Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Trans Europe Express : Nitsa

Dj Fra + JMII + Pablo Bolivar + Lord of the Isles
Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


La Tarantella

Par la Cie du Gai Savoir
Parc de la Tête-d'Or Lyon 6e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Mimosas, la voie de l'Atlas

De Oliver Laxe (Esp-Mar-Fr-Qat, 1h33) avec Ahmed Hammoud, Mohamed Shakib Ben Omar...
Une caravane accompagne un cheik âgé et mourant à travers le Haut Atlas marocain. Sa dernière volonté est d'être enterré à côté de ses proches. Mais la mort n'attend pas. Les caravaniers, craignant la montagne, refusent de continuer à porter le cadavre. Said et Ahmed, deux voyous voyageant avec la caravane, disent connaître la route et qu'ils mèneront le corps à destination. Dans un monde parallèle, Shakib est désigné pour aller dans la montagne avec une mission : aider les caravaniers de fortune. Cinéma Comœdia 13 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


French Barock

Par Spezzatura
Auditorium de Lyon 149 rue Garibaldi Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

À la Biennale, "Auguri" : ça tourne !

Biennale de la Danse | Olivier Dubois a secoué la Biennale de la Danse avec sa nouvelle création : une pièce aussi puissante qu'asphyxiante.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 27 septembre 2016

À la Biennale,

Lundi, nous avons découvert le film d'Alain Guiraudie, Rester vertical. Jeudi, la nouvelle création du chorégraphe Olivier Dubois, Auguri (entre-temps, Christian Rizzo et Rachid Ouramdane avaient lancé à la Biennale un nouveau courant chorégraphico-dentaire : celui de la "danse creuse"). Lundi, nous nous sommes un peu ennuyés, jeudi pas une seconde. Pourtant, nous défendrions plus facilement le film de Guiraudie que la pièce, toute en surplomb, de Dubois... Les deux œuvres jouent sur des trajectoires circulaires, sur des éternels retours qui tentent de relancer, à chaque "tour", un nouveau désir ou un nouveau pan de condition humaine. Sur une bande son techno dramatique, Olivier Dubois fait courir, en cercle et à toute allure, ses vingt-quatre danseurs, avec des entrées et des sorties réglées au cordeau, des rythmiques effrénées impressionnantes, et un sens de la scénog

Continuer à lire

"Rester vertical" : en mode absurdo-comique

ECRANS | Un film de Alain Guiraudie (Fr, 1h40) avec Damien Bonnard, India Hair, Raphaël Thiéry…

Vincent Raymond | Mercredi 6 juillet 2016

On peut compter sur Alain Guiraudie pour montrer autre chose de la vie à la campagne qu’une symphonie pastorale avec bergère menant son troupeau sur le causse et paysan bourru labourant à bord d’un tracteur écarlate. Si dans ses films, le cultivateur est gay comme le bon pain et met volontiers la main sur la braguette du godelureau de passage (au cas où), l’homosexualité rurale, dévoilée ou contrariée, n’est pas sa seule source d’inspiration. Guiraudie parle en annexe de la pluie et du beau temps, c’est-à-dire de la misère des villes et des champs, des gens en lutte ou en solitude. Une sorte de chronique sur un mode absurdo-comique, scandée d’images oniriques, portée par son grand dadais de héros, un procrastinateur à l’impassibilité majuscule. Le tableau pourrait être très plaisant (comme dans so

Continuer à lire

"Mimosas" : le prix de la Semaine de la critique à Cannes

ECRANS | de Oliver Laxe (Esp/Mar/Fr/Qat, 1h33) avec Ahmed Hammoud, Shakib Ben Omar, Said Aagli…

Vincent Raymond | Mercredi 6 juillet 2016

Si l’on voulait se montrer bienveillant, on dirait de Mimosas qu’il tente de transposer le mysticisme d’essence chrétienne irriguant le Stalker de Tarkovski dans un contexte musulman — mais franchement, ce serait lui faire infiniment d’honneur. Car le concentré de cinéma abscons dont se rend coupable Oliver Laxe, dont la plus remarquable faculté est sa capacité à dilater le temps — au point de donner l’illusion de l’éternité à ses spectateurs —, se révèle un monument d’hermétisme satisfait, dans notre monde comme dans tous les univers parallèles concernés par l’histoire de Mimosas. Pourquoi les esprits brillants présidés par Valérie Donzelli ont-il décerné à ce film autocontemplatif et puissamment soporifique le prix de la Semaine de la critique ? Le fait que la récompense soit dotée par une marque de café peut constituer un début d'explication, à défaut d’excuse…

Continuer à lire

Bien frappé

MUSIQUES | Cette année encore, le festival d'été de la Ville de Grenoble a frappé très fort en termes de programmation : l'éventail est non seulement toujours aussi large, (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 26 juin 2014

Bien frappé

Cette année encore, le festival d'été de la Ville de Grenoble a frappé très fort en termes de programmation : l'éventail est non seulement toujours aussi large, mais en plus le beau linge est de la plus belle étoffe. Question éventail, une belle tranche sera notamment donnée au maloya avec la présence de Maya Kamati et de la grande Christine Salem – cette dernière dans un exercice d'hybridation avec ses amis de Moriarty. Pour le reste, toutes les esthétiques imaginables sont représentés ou presque : reggae (Ki-Mani Marley, fils de qui vous savez, Meta & the Cornerstones), blues sous toutes ses déclinaisons, du swing à l'électro (Stracho Temelkovski, They Call Me Rico, St.Lô), électro, elle-même en tous genres, avec une forte inclination tout de même pour ses versants pop et indie rock (As Animals, Natas Love You, As a New Revolt)... Au-delà de ce brassage, le Cabaret Frappé n'a pas son pareil pour attirer dans ses filets ces jeunes chanteuses irrésistibles qui nous font perdre tout sens commun et nous rendent plus prosélytes qu'un témoin de Jéhovah, à l'instar de l'éblouissante Joe Bel et de la ténébreuse Lou Ma

Continuer à lire

Alain Guiraudie : «Faire le tour de la question du désir»

ECRANS | Avec "L’Inconnu du lac", Alain Guiraudie entre dans le cercle des grands cinéastes français. Une semaine après la sortie du film, il était plus que logique d’aller rencontrer un cinéaste dont l’honnêteté vis-à-vis de son œuvre et la modestie envers son statut de cinéaste tranchent avec les discours habituels du cinéma français. Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 21 juin 2013

Alain Guiraudie : «Faire le tour de la question du désir»

Quand vous avez présenté L’Inconnu du lac à Cannes, vous avez fait monter une vingtaine de personnes sur la scène… C’est un geste qui résume votre démarche politique de cinéaste : un film, c’est plus une équipe lancée dans une aventure qu’un cinéaste tout seul.Alain Guiraudie : Effectivement, on fait le film avec tout le monde. Même des gens qu’on a tendance à considérer comme des figurants faisaient vraiment partie de l’équipe, ils étaient avec nous tout le temps. Les cinéastes doivent beaucoup aux techniciens, aux comédiens. J’ai longtemps cru à l’idée de l’auteur comme garant de la cohérence du film, et je m’aperçois de plus en plus que sans certaines personnes, je serais tombé dans des travers pas forcément intéressants. Je suis revenu de ce statut d’auteur sur un piédestal… Quant à la difficulté d’un tournage entièrement en extérieur…Le temps qui nous était imparti était très ric rac. On a beau tourner en Haute Provence pendant six

Continuer à lire

L’Inconnu du lac

ECRANS | Quelque part entre Simenon et Weerasethakul, Alain Guiraudie installe une intrigue de film criminel sur les bords d’un lac transformé en paradis homo, interrogeant les mécanismes du désir et l’angoisse de la solitude. Drôle et envoûtant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 4 juin 2013

L’Inconnu du lac

L’Inconnu du lac, c’est d’abord un espace scrupuleusement posé : un lac, une plage ; autour de la plage, une petite forêt ; et au-delà de la forêt, un parking. De cet espace, le film ne sortira jamais, préférant combler les ellipses du récit par les allusions du dialogue. Même la plage elle-même possède sa topographie, qu’Alain Guiraudie dessine avec méticulosité, au point de créer d’entrée une familiarité entre le spectateur et le lieu. Cette familiarité, c’est aussi celle qu’entretient Franck avec l’endroit et ses habitués : des hommes, rien que des hommes, qui viennent bronzer (à poil ou pas, la liberté est de mise) et faire trempette en ce début d’été. Accessoirement, après quelques regards échangés, ils se retrouvent pour baiser dans les bosquets alentours. Le lac est un lieu de drague homo mais c’est aussi un petit paradis à l’abri de toute morale déplacée, où l’hédonisme sexuel s’accomplit avec un certain sens de la courtoisie — les amants se préviennent toujours avec politesse du moment où ils vont jouir. «Il n’y a pas grand monde» dit Franck lors de s

Continuer à lire

Teenage Fan Club

ECRANS | On dit souvent que le rock a inventé les teenagers. Sans rock'n'roll donc, point de «teen movies». Ce que la bande-son du premier d'entre-eux, Americain (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 27 avril 2012

Teenage Fan Club

On dit souvent que le rock a inventé les teenagers. Sans rock'n'roll donc, point de «teen movies». Ce que la bande-son du premier d'entre-eux, Americain Graffiti prouve par le menu, copieux : une anthologie exhaustive du meilleur de la musique 50's et 60's. La musique : première manière d'ancrer une période éphémère – la jeunesse – dans son époque. Et d'y revenir. Éternellement liés : Don't You (Forget about me) de Simple Minds et The Breakfast Club de John Hugues, l'un de ceux qui a le mieux compris la puissance évocatrice d'une BO. C'est avec Pretty in Pink, que John Hugues livre sans doute sa bande son la plus «branchée» (The Smiths, New Order, OMD, Echo & the Bunnymen). Mais dans Ferris Bueller, Hugues est sans dout

Continuer à lire

Le Roi de l’évasion

ECRANS | D’Alain Guiraudie (Fr, 1h45) avec Ludovic Berthillot, Hafsia Herzi… (sortie en salles le 15 juillet)

Dorotée Aznar | Jeudi 9 juillet 2009

Le Roi de l’évasion

Armand est gros, pédé et il vend des tracteurs dans le Tarn. C’est une donnée objective, naturelle du nouveau film d’Alain Guiraudie, la norme de son héros qui, comme tous les héros, va la bousculer pour sortir de ce monde devenu trop étroit. Après sa rencontre avec Curly, jeune fille de seize ans (Hafsia Herzi, superbe de sensualité naïve), il vire sa cuti, l’arrache à ses parents et part avec elle sur les chemins de traverse pour une cavale sexuelle où les deux amants se défoncent à la dourougne. La dourougne ? Un «champignon qui tire sur le kiwi avec un arrière-goût de vanille», en fait un super-aphrodisiaque qui provoque instantanément une accélération maousse de la libido. Guiraudie nous avait habitué à ce genre d’inventions poético-bizarres, et il ne s’est jamais privé pour inscrire ses récits contemporains dans des grands espaces de (sud-)western. Mais le mélange d’amateurisme et d’auteurisme qui plombait son œuvre est gommé dans Le Roi de l’évasion par une rigueur nouvelle qui est un pas de géant vers le spectateur : les comédiens sont (presque) tous bons, les méandres du scénario n’ont rien d’arbitraire, le discours n’est jamais surplombant.

Continuer à lire