Mains basses sur la ville

Cette semaine, la Cinémathèque inaugure son cycle de projections regroupées sous le thème des Traversées Urbaines. Zoom sur le projet et nos films de prédilection. FC

Les observateurs les plus attentifs reconnaîtront là une initiative caractéristique de l’orientation qu’est en train de prendre la Cinémathèque grenobloise sous l’impulsion de son directeur Guillaume Poulet et du président de l’association Nicolas Tixier. Ce dernier rebondit jusqu’à s’envoler sur son passif dans l’architecture en imaginant une série de rencontres autour de l’urbanisme au cinéma. Chaque projection étant assortie de discussions avec des intervenants cinéphiles ou plus spécialisés sur les questions d’archi, le tout en partenariat avec moult structures affiliées. Soit une façon d’exploiter pertinemment le fonds de la Cinémathèque (pour les plus obsédés par le pragmatisme), d’explorer un thème à travers ses traitements cinématographiques (pour les autres). Le cycle démarre donc ce lundi 4 octobre à 19h30 avec le classique L’Aurore de Murnau, film muet accompagné pour l’occasion au piano par Jean-Michel Gonzales. Pour causer de l’impact des métropoles sur les psychés du jeune 20e siècle, la parole sera donnée au philosophe Philippe Simay.

The Town(s)

Le lundi 18 octobre, la soirée tournera autour de notre film chouchou de la sélection, pas forcément le meilleur, mais le plus singulier : La Zona de Rodrigo Pla (photo). Une sorte de transposition cinématographique des récits paranoïaques de James G. Ballard dans un quartier rupin et hautement sécurisé de Mexico, dans lequel un jeune désoeuvré va se retrouver à la merci d’un comité de voisinage d’un genre bien particulier. Vision glaçante du tout sécuritaire et de ses dérives, d’une efficacité redoutable dans sa mise en scène, La Zona mérite franchement d’être découvert. Tout comme, dans un genre moins immédiatement percutant, Sans soleil de Chris Marker, constante mise en balance des civilisations, essai sur la mémoire, tentative de “rationalisation“ d’une conscience de l’humanité, mais avant tout puissante expérience de cinéma, à même de vous réconcilier avec le versant expérimental du 7e art. Bref, vous l’aurez compris, la programmation est habilement éclectique (outre les films cités, on passe du premier film de Robert Siodmak, Les Hommes, le dimanche, au récent Hooligans de la bourrine Lexi Alexander) et propice à de multiples réflexions croisées. Allez, pour faire les pisse-froids, on regrettera juste que le falot Café Lumière de Hou Hsiao Hsien ait été choisi pour évoquer Tokyo, alors que les films du barré Shinya Tsukamoto offrent une vision beaucoup plus radicale de la folie de la métropole nippone...

Traversées urbaines
Du 4 octobre au 22 février, à la Cinémathèque.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 22 avril 2022 La Cinémathèque de Grenoble propose une visite guidée passionnante sur les traces des anciennes salles obscures du centre-ville. Place Grenette, avenue Alsace-Lorraine, rue de Palanka… une petite promenade instructive mêlée d’anecdotes amusantes.
Mardi 1 mars 2022 Dans le cadre de son luxuriant cycle "L’invitation au voyage", la cinémathèque de Grenoble propose de découvrir deux perles rares amplement passées inaperçues à leur sortie : "Les Naufragés de l’île de la Tortue" de Jacques Rozier, et...
Mardi 4 janvier 2022 De toutes les idoles féminines de la Nouvelle Vague, elle est celle dont l’aura a toujours été accompagnée d’un mystère aussi paradoxal qu’insondable ; celle aussi qu’une mort prématurée aura vitrifiée dans ses légendes précoces et successives, à...
Mardi 21 septembre 2021 Dévoilée il y a quelques jours, la programmation de saison de la Cinémathèque de Grenoble s’articulera de septembre à décembre autour d’un cycle intitulé "La machine à parler d’amour", ponctué de plusieurs séances spéciales. Décryptage.
Mardi 29 juin 2021 Après l’édition virtuelle de 2020, la Cinémathèque de Grenoble renoue avec une forme plus classique de son Festival du film court. Tout en changeant de décor.
Mardi 29 juin 2021 Les événements organisés en plein air cet été sont longtemps restés incertains. D’où l’idée de la Ville de Grenoble d’en regrouper plusieurs à l’Anneau de vitesse. Une bonne solution ? On a posé la question à quelques-uns des intéressés.
Mardi 8 décembre 2020 Animation. Avec le fabuleux "Tokyo Godfathers", le génie regretté de l’animation japonaise Satoshi Kon livrait en 2003 une relecture aussi singulière qu’émouvante du traditionnel conte de Noël.
Mardi 17 novembre 2020 Ne pas perdre le lien avec son public : c’est l’objectif premier de l’établissement grenoblois, qui renoue donc avec ses ateliers virtuels tout en se préparant à diffuser d’autres contenus en ligne.
Mardi 10 mars 2020 La Palme de l'originalité à la Cinémathèque de Grenoble : jeudi 12 et vendredi 13 mars, l'établissement programme une série de films taïwanais. De quoi surprendre... agréablement !
Mardi 18 février 2020 La Cinémathèque de Grenoble ne fait pas relâche pendant les vacances. Des cours de critiques de films y seront proposés les 21 février et 6 mars, à 13h30, par un (...)
Mercredi 27 novembre 2019 Contribuer à la diffusion d’informations précises et fiables : c’est l’un des objectifs de la Cinémathèque de Grenoble lorsqu’elle organise des ateliers Wikipédia. Peggy Zejgman-Lecarme, sa directrice, en explique le fonctionnement.
Mardi 15 octobre 2019 Pour inaugurer son cycle consacré aux comédies américaines, la Cinémathèque de Grenoble a eu l’excellente idée de programmer coup sur coup deux des films les plus emblématiques du réalisateur John Hughes, "Breakfast Club" (1985) et "La Folle Journée...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter