Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

La Ville sort le Tricycle du Théâtre 145 et du Poche

Depuis quatre ans, le Théâtre 145 et le Théâtre de poche sont gérés par un collectif d’artistes (baptisé Tricycle) dont le cœur du projet est la création théâtrale contemporaine locale. Une aventure qui pourrait s’arrêter à la fin de la saison, la Ville de Grenoble ayant décidé de reprendre en régie directe ces deux lieux lui appartenant, pour les inscrire dans un ensemble plus vaste. On fait le point. Aurélien Martinez

Ces derniers mois, on entendait pas mal de bruits sur l’avenir incertain du Tricycle, ce collectif d’artistes gérant depuis 2011 le Théâtre 145 et le Théâtre de poche dans le but « d’encourager la création de spectacles à travers des résidences d’artistes ». Est-ce que l’équipe Piolle voulait poursuivre ce projet lancé par l’équipe Destot, projet que l’adjointe aux cultures Corinne Bernard avait même loué dans nos colonnes en arrivant aux affaires – « Il y a 88 compagnies de spectacle vivant à Grenoble, et une dizaine de lieux. Doit-on continuer à donner les clés à un seul artiste ? Sur cette question, l’expérimentation du Tricycle est tellement bonne qu’il faut peut-être continuer comme ça. »

Ça c’était en septembre 2014. Depuis, le collectif a eu peu de contacts avec la nouvelle municipalité malgré leurs nombreuses demandes. La dernière présentation de saison s’est déroulée sans aucun représentant de la Ville dans la salle. Puis une réunion a finalement eu lieu en mairie avec l’élue le mercredi 30 septembre. Réunion qui a acté la fin de l’aventure Tricycle au 145 et au Poche.

« Ils balaient ça d’un coup »

Vendredi dernier, le collectif a donc envoyé un communiqué de presse aux différentes rédactions grenobloises : « La municipalité souhaite reprendre les lieux en régie directe à partir de septembre 2016. Les subventions permettant à Tricycle de continuer son activité de soutien à la création théâtrale contemporaine ne seront pas reconduites pour la saison 16/17 […]. Cette décision unilatérale a été prise sans que nous ayons pu construire avec la Ville le minimum de dialogue propice au devenir de ce qui a été mis en place. »

Pour en savoir plus, on a rencontré Hélène Gratet, comédienne et porte-parole du collectif présidé par Serge Papagalli : « Ce qu’on nous reproche officiellement – et on se tient à ce que l’on nous reproche officiellement – c’est : rien du tout ! On nous a juste dit : "la mairie de Grenoble est en difficultés, elle doit faire des économies et ça se porte sur le Tricycle, une structure dont le projet est intéressant mais qui a des problèmes de fonctionnement [les artistes qui le gèrent sont bénévoles, le collectif employant seulement deux personnes – NDLR]" Donc, plutôt que de discuter avec nous pour voir comment on aurait pu améliorer les choses, ils préfèrent balayer ça d’un coup. »

Soit une aventure de cinq saisons (quatre passées plus celle en cours) qui s’est cherchée au début mais qui, au fil des ans, a affiné son projet. L’équipe l’a ainsi rendu plus lisible auprès des compagnies grenobloises (le collectif avait heureusement des critères de sélection, le simple fait d’être Grenoblois ne suffisant pas à être programmé) et, surtout, du public qui n’avait pas toujours connaissance de ce qui se passait à l’intérieur des murs des deux théâtres du cours Berriat – même si Hélène Gratet l’assure, « la fréquentation a triplé en deux ans ».

« On ne ferme pas de salle »

Forcément, on a cherché à joindre Corinne Bernard pour avoir des précisions. Elle nous a alors confirmé les deux raisons qui ont poussé la mairie à faire ce choix : un souci budgétaire (une régie directe coûterait moins chère que de confier les clés à une association à qui il faut allouer une subvention – 187 500 euros de la part de la Ville pour cette année) et le changement de ligne directrice en marche au Théâtre municipal depuis cette saison, avec une programmation très axée compagnies locales.

« On veut plus de lisibilité. » Le Théâtre 145, le Théâtre de poche et le Théâtre municipal vont donc faire partie d’un pôle dédié à la création théâtrale piloté par un « comité » incluant l’équipe du Théâtre municipal, d’autres programmateurs de structures appartenant à la Ville et, pourquoi pas, le Conservatoire de Grenoble – « mais pas de politiques assure Corinne Bernard, ce n’est pas notre rôle ». « Les trois lieux vont rester ouverts à la création et à la diffusion : on ne ferme pas de salle ! »

Tout ceci est encore assez flou, notamment sur le degré d’exigence artistique d’un tel montage, même si un travail en escalier sur trois plateaux de tailles différentes a du sens – pourquoi pas imaginer que des artistes répètent ou débutent au 145 ou au Poche pour ensuite aller au Municipal une fois qu’ils sont bien armés. Sachant que les pratiques amateurs, à laquelle la municipalité tient beaucoup, seront aussi intégrées à l’ensemble – « on ne peut pas continuer à mettre les amateurs dans des gymnases ou des salles pas équipées ». À voir…

En attendant, la situation reste tendue, le Synavi (Syndicat national des arts vivants) ayant envoyé lui aussi un communiqué qui, en partant du cas Tricycle, illustre le fossé grandissant entre la Ville et une grande partie des artistes grenoblois comme on a pu le constater lors du dernier Chantier des cultures organisé par la mairie. « Ce qui arrive au Tricycle est significatif d’une dérive politique au nom du "populaire". Cela n’est pas admissible d’une municipalité qui défend la transparence et le débat public. Solidaire de l'expérience du Tricycle, le Synavi demande à la municipalité de revenir sur sa décision et de mettre en œuvre rapidement les conditions minimales d'un dialogue constructif sur les questions liées au spectacle vivant et à la survie des compagnies professionnelles de création. »

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 17 décembre 2019 2019 a été riche en spectacles de toute nature, ouverts à tous les publics. Nous revenons sur quelques-uns de ceux qui nous ont le plus marqués.
Mardi 28 novembre 2017 Le Ciel, c’est une salle de concert grenobloise mythique, qui a fermé (temporairement) ses portes en 2015. La voilà qui rouvre le temps d’un concert : comment se fait-ce ? On en a discuté avec l’association Plege qui organise l’événement,...
Mardi 28 novembre 2017 En avril 2015, le Théâtre Prémol, situé dans le quartier grenoblois Village Olympique, a été ravagé par un incendie criminel. Alors que sa reconstruction est prévue pour 2019, nous avons rencontré Elisabeth Papazian, qui depuis fait tout pour que...
Lundi 13 février 2017 Après les coupures du fameux "plan de sauvegarde" (comme l’annonce de la fermeture de certaines bibliothèques), Corinne Bernard, adjointe aux cultures à la Ville de Grenoble, tente de reprendre la main. Lors du conseil municipal du lundi 6 février,...
Lundi 31 octobre 2016 Fini le temps où les politiques culturelles étaient construites main dans la main avec les artistes et les professionnels ? Aujourd’hui, les élus semblent de plus en plus vouloir se réapproprier ce secteur avec, parfois, des méthodes abruptes et des...
Vendredi 10 juin 2016 Jeudi 9 juin, Éric Piolle et plusieurs de ses élus ont annoncé publiquement les contours de leur plan dit de « sauvegarde des services publics locaux ». Son but ? Faire des économies, dans tous les domaines.
Jeudi 2 juin 2016 Le metteur en scène qui vient de présenter son fabuleux "Ça ira (1) Fin de Louis" à la MC2 (c'était notre une du numéro du 18 mai) publie une tribune dans le quotidien "Libération". Son titre ? « Grenoble, la déception de l’écologie...
Jeudi 2 juin 2016 Les théâtres 145 et de Poche, qui appartiennent à la Ville de Grenoble mais étaient gérés depuis 2011 par un collectif d'artistes, sont maintenant sous la responsabilité de la directrice du Municipal. Directrice qui vient de dévoiler sa prochaine...
Mardi 26 avril 2016 Le bruit courrait depuis quelque temps, des couloirs de l’Hôtel de Ville à ceux du conseil d’administration de la MC2 : le maire de Grenoble Éric Piolle et son équipe vont baisser de 100 000 € la subvention de la fameuse scène...
Mardi 22 décembre 2015 Cette année à Grenoble, on a notamment eu droit à de la politique culturelle difficile à suivre et de l'art contemporain dans la tourmente.
Mercredi 4 février 2015 Chaque mois, sur la radio RCF Isère, trois journalistes-animateurs réalisent une émission culturelle où, accompagnés épisodiquement d’autres journalistes (...)
Mardi 23 décembre 2014 L’award de l’élue sympa : Corinne Bernard On l’a croisée plusieurs fois (notamment en septembre pour un grand entretien) : oui, Corinne (...)
Mardi 30 septembre 2014 Quoi de neuf ? Du côté de la mairie Début septembre, nous avions rencontré Corinne Bernard, nouvelle adjointe aux cultures de Grenoble, pour causer avec (...)
Mardi 16 septembre 2014 Alors que sera lancée jeudi soir la quatrième saison du Tricycle, on s’est une fois de plus penchés sur ce projet audacieux qui demande néanmoins toujours d’être expliqué. Aurélien Martinez
Mardi 9 septembre 2014 En mars dernier, l’écolo Éric Piolle, à la tête d’une grande coalition de gauche, remportait l'élection municipale grenobloise contre Jérôme Safar, le dauphin du socialiste Michel Destot. Une toute nouvelle équipe est arrivée aux manettes dans la...
Mercredi 28 novembre 2012 Un énième festival de chanson ? Mouais... Sauf que celui du Tricycle, qui aura lieu du vendredi 7 au samedi 15 décembre au Théâtre de poche et au Théâtre 145, (...)
Vendredi 21 septembre 2012 On vous en parlait dans notre Panorama de rentrée consacré au spectacle vivant : le Tricycle, soit l’ensemble comprenant le Théâtre 145 et le Théâtre de (...)
Lundi 10 septembre 2012 En décembre dernier, nous décernions un award du lieu qui se cherche au Tricycle, le collectif d’artistes locaux qui, poussé par la mairie, reprenait le Théâtre 145 et le Théâtre de Poche. Alors que l’équipe aux commandes va entamer sa deuxième...
Vendredi 16 décembre 2011 L’award du meilleur spectacle de l’année… voire plus : Notre terreur  Car oui, des créations comme celle du collectif parisien D’ores et déjà, découvert (...)
Lundi 19 septembre 2011 Samedi soir aura lieu l’évènement que tout le milieu théâtral grenoblois attend fébrilement (certains avec bienveillance, d’autres avec méfiance) depuis que (...)
Vendredi 3 juin 2011 Avant de se voir remplacés par l’équipe du Tricycle dès la saison prochaine, les Barbarins Fourchus animent une ultime fois le Théâtre 145, le temps d’une semaine où se croiseront invités prestigieux, animations cintrées, folies barbarines et gens...
Lundi 18 avril 2011 Au sortir d’un an et demi de réflexions, concertations et autres négociations effrénées, le voile se lève enfin sur le pôle théâtral baptisé le Tricycle. Ses maîtres d’œuvre nous ont présenté un projet annoncé comme «militant» - c’est tout le mal...
Lundi 12 avril 2010 Théâtre / Enjeu décisif de l’orientation de la ville en termes de politique culturelle, le devenir du Théâtre 145 ne manque pas de centraliser toutes les inquiétudes quant à la sauvegarde d’une certaine conception de la démocratisation culturelle…...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter