Clé de Sol et de désaccords entre la Belle électrique et certains musiciens grenoblois

ACTUS | Alors qu’au 1er juillet la Belle électrique va officiellement récupérer la gestion du bâtiment grenoblois la Clé de Sol, situé boulevard Gambetta, afin de développer son projet d’accompagnement de la scène musicale locale, les groupes grenoblois qui y répétaient ont été sommés de quitter les lieux. Et s’en sont émus dans une tribune qui a beaucoup tourné. On fait le point.

Aurélien Martinez | Lundi 25 juin 2018

C'est une information arrivée mi-juin dans la boîte mail de huit groupes grenoblois (The Chainsaw Blues Cowboys, General Cluster, Vercors, Bleu Tonnerre, Rising Steel, Schräpnel, Eight Sins et Inner Sanctuum) qui répètent depuis un certain temps dans le sous-sol de la Clé de Sol, bâtiment municipal situé aux abords du parc Hoche, en face de la Caserne de Bonne : il va falloir quitter les lieux au 1er juillet, l'association MixLab qui gère la Belle électrique les récupérant à la suite d'un appel à projets de Ville – ils étaient gérés jusque-là par Hadra, association centrée sur « la promotion et la reconnaissance des musiques électroniques » qui s'intègre d'ailleurs dans le nouveau dispositif.

Une annonce qui a fortement inquiété les musiciens, d'où la publication d'un texte en ligne titré « sauvons la scène rock / métal grenobloise ». Extrait : « L'appel d'offres lancé par la mairie de Grenoble n'a jamais pris en compte les acteurs et utilisateurs déjà présents dans les locaux. Et nous n'avons bien évidemment jamais été mis au courant de ce qu'il se préparait depuis plusieurs mois, à dessein diront certains. »

Une demande de départ qui a été mal gérée reconnaît Frédéric Lapierre, directeur de la Belle électrique. « Tout s'est enchaîné très vite à partir de fin avril [date de l'annonce du projet retenu – NDLR]. J'avais demandé à la Ville et Hadra qu'on aille ensemble voir les groupes pour leur expliquer le nouveau projet, qu'ils devaient libérer les locaux pour qu'on fasse des travaux… La Ville a dit qu'elle ne connaissait pas ces groupes, qu'ils étaient en convention avec Hadra et que c'était donc à Hadra de le faire. Hadra a dit que ce n'était pas eux qui récupéraient le bâtiment donc que c'était à nous de le dire… Ce jeu de billard a duré quelques semaines. Puis, avec Hadra, on a décidé d'écrire un mail aux groupes. »

Un « projet structurant »

Mais au fait, quel est le projet de la Belle électrique pour ce bâtiment de 228m2 comprenant trois studios de répétition au sous-sol ainsi que des bureaux et un open space au rez-de-chaussée (des ateliers pour plasticiens sont également dans les murs, mais leur entrée est séparée) ? Il s'agit, comme nous l'a expliqué l'équipe à notre demande, de véritablement développer leur volet accompagnement de la salle de concert grenobloise, comme la délégation de service public signée avec la Ville de Grenoble les a engagés, et comme le label "scène de musiques actuelles" (smac) qu'ils visent le commande. L'appel à projets est donc tombé à pic, surtout depuis l'imbroglio autour de la liquidation en 2016 par la Ville de Grenoble de la salle de concert le Ciel – qui aurait dû servir aux missions d'accompagnement de la Belle électrique.

Frédéric Lapierre : « La partie basse de la Clé de Sol, en sous-sol, sera pour de la pratique, et la partie haute sera plus pour de l'accompagnement professionnel. Car notre projet est véritablement structurant, notamment au niveau administratif : on montrera par exemple aux groupes comment déclarer à la Sacem, comment faire valoir leurs droits, on leur proposera de la formation… » MixLab recrutera cet automne une personne pour piloter le projet sur place.

Septembre et non plus juillet

« C'est un schéma qui correspond à ce qui se faisait au Ciel avant, mais qui n'est pas compatible avec la situation actuelle à la Clé de Sol avec des groupes qui sont parfois depuis 4 ou 5 ans dans les locaux, sans accompagnement particulier. Ça n'aurait pas de sens de ne pas réinterroger qui on allait accompagner. Ce qui n'interdit pas que les groupes qui sont là en ce moment rentrent plus tard dans notre cadre d'accompagnement. »

Après une période de vives tensions liées à la brutalité de l'annonce, la Belle électrique a commencé à rencontrer les groupes en question. « On leur a proposé qu'ils restent sur place jusqu'à fin septembre pour qu'ils aient le temps de se retourner. » Une démarche que la Ville de Grenoble soutient, comme nous l'a confirmé l'adjointe aux cultures Corinne Bernard. « L'appel à candidatures pour la Clé de Sol a été publié et très largement diffusé et relayé. Les groupes initialement accueillis par PMI [le Pôle musical d'innovation qui occupait la Clé de Sol jusqu'à sa liquidation en 2016 – NDLR] ne se sont pas manifestés auprès de la Ville à cette occasion. Je suis prête à recevoir toutes celles et ceux qui en éprouvent le besoin. Il est nécessaire que le dialogue se poursuive avec les acteurs des musiques actuelles. Continuer à consolider les outils d'accompagnement des groupes, c'est une de nos démarches de soutien à la création et de diversité artistique. »

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Guinguette Electrique fait son retour

MUSIQUES | Après deux premières éditions en forme de parenthèses enchantées en juillet et septembre dernier, la Guinguette de la Belle Électrique fait son grand retour du (...)

Damien Grimbert | Mardi 29 juin 2021

La Guinguette Electrique fait son retour

Après deux premières éditions en forme de parenthèses enchantées en juillet et septembre dernier, la Guinguette de la Belle Électrique fait son grand retour du jeudi 1er au mercredi 14 juillet sur l’esplanade Andry-Farcy. Au programme, bar et restauration, ateliers jeune public, et bien sûr concerts et DJ-sets avec un programme qui s’annonce aussi vaste que chargé. Niveau concerts, il faudra ainsi compter entre-autre avec l’afro-rap véhément du Nigérian Obi, la pop soyeuse du Suédois Peter Von Poehl, le synth-punk 80’s de Venin Carmin, les mélodies créoles de Dowdelin (en photo), la soul engagée de The Buttshakers, l’indie pop de Fantômes et Gwizdek, le néo-R’n’B en anglais de Thaïs Lona ou encore la "techno DIY" de Cheap House. Niveau musiques électroniques enfin, les samedi 3 et 10 juillet fourniront d’excellentes occasions de se dégourdir les jambes avec les DJs sets éclectiques de la Belge AliaA, de la Chilienne Paula Tape et du Lyonnais Pablo Valentino et les sonorités riches en groove de LB aka Labat, Mogan et Mangabey. La Guinguette Électrique. Du 1er au 14 juillet. www.la-belle-electrique.com

Continuer à lire

Tauceti, une jeune étoile aux platines

Événement | Déjà programmée deux fois à la Belle Électrique, la DJ y revient pour une "capsule" : une page lui est désormais dédiée sur le site Internet de la salle de concerts, qui permet de la (re)découvrir et de l’entendre dès ce vendredi 16 avril, à partir de 18h. Interview.

Martin de Kerimel | Vendredi 16 avril 2021

Tauceti, une jeune étoile aux platines

On te retrouve vendredi dans la Capsule de la Belle Électrique. Peux-tu d'abord nous dire d’où vient ton nom de scène ? Tauceti : D’une blague avec mon ex-colloc. J’ai commencé au Chalet, un petit bar grenoblois, et le gérant m’a dit qu’il fallait me présenter. C’est là que mon ami a proposé Tauceti, le nom de la seule étoile jaune visible dans la galaxie. J’ai trouvé ça mignon et c’est resté. Tu fais de la musique depuis longtemps ? Oui, j’ai toujours été dedans, y compris au lycée, avec des horaires aménagés. J'ai notamment fait de la batterie. Mes parents m’ont encouragée. J’ai d’abord eu une éducation classique, avant d'arriver à Grenoble pour mes études supérieures. Ici, c’est le berceau de la musique électronique ! J’ai rencontré des gens qui m’ont appris à mixer. C’est vraiment ce que je voulais faire ! Tu faisais des études de philo avant, c’est ça ? Tout est arrivé en même temps. En fait, la musique a commencé à me "prendre" quand j’étais en première année d’études.

Continuer à lire

Belle Électrique : MixLab et la Ville avancent

ACTUS | Les deux entités le confirment : en fin d’année dernière et ce mois-ci, de nouvelles réunions de travail ont eu lieu entre la Ville de Grenoble et l’association MixLab pour dessiner l’avenir de la Belle Électrique.

Martin de Kerimel | Mercredi 27 janvier 2021

Belle Électrique : MixLab et la Ville avancent

Toujours pas de concerts, mais ça travaille en coulisses à la Belle Électrique. MixLab, qui craignait fort d’être mise à l’écart sans explication, témoigne désormais de son sentiment d’être revenue « sur un terrain où il est possible de discuter » avec la Ville. Clairement, après les vives tensions autour du conseil municipal de décembre, le climat paraît désormais apaisé entre les deux partenaires. Il leur reste toutefois du pain sur la planche. Leur premier objectif commun : avancer vers la création d’une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). « La délégation de service public que nous avons attribuée à MixLab court jusqu’à la fin de l’année, explique Lucille Lheureux, adjointe aux cultures de la Ville de Grenoble. Il nous faudra donc avoir défini un nouveau mode de gestion avant le 1er janvier prochain. On travaille en ce sens avec l’association, qui est légitimement placée au centre de nos débats, puisque le bâtiment avait été conçu selon son projet et qu’elle en a été le gestionnaire depuis le début ». Du pain sur la planche Deux options sont dans les tuyaux : que MixLab se transforme en SCIC, ce qui est l

Continuer à lire

Belle Électrique : et maintenant ?

ACTUS | Pas de surprise au conseil municipal de Grenoble : malgré une opposition unanime pour la dénoncer, la délibération qui déclare infructueuse la procédure de renouvellement de la concession de service public de la Belle Électrique a été votée mardi 14 décembre. MixLab, l’association gestionnaire, ne serait toutefois pas hors-jeu. À suivre…

Martin de Kerimel | Mardi 15 décembre 2020

Belle Électrique : et maintenant ?

La vie publique a parfois des allures de marathon. C’est ainsi qu’au total, 113 délibérations étaient inscrites à l’ordre du jour du conseil municipal de Grenoble mardi 14 décembre. Organisés en visioconférence, les débats ont démarré à 15h tapantes et se sont prolongés jusque tard dans la nuit. Il était déjà 22h30 quand le maire Éric Piolle a ouvert la discussion sur la délibération numéro 67, consacrée à l’avenir de la Belle Électrique. Il est apparu que, contrairement à ce que nous avions envisagé au début de cette semaine, la municipalité n’a pas souhaité faire entériner immédiatement le principe de la constitution d’une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), chargée d’assurer la gestion quotidienne de l’établissement. Ce choix devrait être débattu lors d’un futur conseil, début février prochain. Il s’est d’abord agi de confirmer que la procédure de renouvellement de la concession de service public était infructueuse. Et ce malgré l’assurance donnée à MixLab, l’association gestionnaire, que ce mode de fonctionnement serait encore de mise jusqu’à fin 2021 (

Continuer à lire

Belle Électrique : MixLab respire mieux

ACTUS | Vendredi 11 décembre, l’association gestionnaire de la salle a pu obtenir des éclaircissements de la Ville de Grenoble quant à l’avenir de son activité à court terme. C’est un peu apaisée qu’elle va suivre la réunion du conseil municipal lundi 14, qui devrait entériner le changement de statut de la structure.

Martin de Kerimel | Vendredi 11 décembre 2020

Belle Électrique : MixLab respire mieux

Tout n’est pas réglé, bien sûr, mais les membres du conseil d’administration de MixLab devraient mieux dormir ce week-end. Au terme de leur rencontre de vendredi matin avec des représentants de la Ville, il apparaît que la municipalité ne prévoit pas de les écarter de la Belle Électrique pour décider seule du devenir de l'établissement. La discussion de cette fin de semaine a permis de rétablir le dialogue pour la toute première fois depuis le 27 octobre, date à laquelle la Ville avait décidé de mettre fin à la délégation de service public. Sauf très improbable revirement de situation, lundi prochain, 14 décembre, le conseil municipal de Grenoble devrait entériner la délibération qui fera de la Belle Électrique une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Et après ? « Beaucoup de choses restent en suspens, nous a indiqué un membre du conseil d’administration de MixLab. Nous avons le sentiment que la Ville nous a entendus et compris. Il semble qu’à l’avenir, nous serons davantage associés aux décisions que nous l’avions imaginé, mais nous restons dans l’attente de précisions. Même s’il y aura bien sûr des choses à revoir, notre projet n’a pas été rej

Continuer à lire

Quel avenir pour MixLab à la Belle Électrique ?

ACTUS | Un rendez-vous crucial doit avoir lieu vendredi pour l’association MixLab : l’actuel gestionnaire de la Belle Électrique attend des explications sur l’intention de la Ville de confier les commandes de l’établissement à une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Un projet qui pourrait être porté devant le conseil municipal dès lundi prochain, 14 décembre.

Martin de Kerimel | Jeudi 10 décembre 2020

Quel avenir pour MixLab à la Belle Électrique ?

Elle avait commencé à parler de ses futurs concerts avec prudence, en confirmant les dates de report de certains artistes initialement programmés cette année. Il faut bien reconnaître qu’au fil de ces annonces rassurantes, on ne s’inquiétait plus trop du sort de la Belle Électrique. On nous avait assuré qu’il n’y avait pas forcément de quoi, puisque la délégation de service public confiée à l’association MixLab avait même été prolongée jusqu’à fin 2021. Autant dire que le communiqué parvenu à notre rédaction en début de semaine a eu l’effet d’une douche froide. Son titre : « Le projet de la Belle Électrique doit-il disparaître ? ». Suivent deux pages d’explication pour aboutir à ce triste constat : « Dans un contexte sanitaire incertain, la Ville de Grenoble semble vouloir changer de modèle d’exploitation. » MixLab estime pourtant que, le 14 février dernier, au cours d’une réunion, elle avait « entièrement répondu aux demandes et attentes de la Ville exprimées dans le cahier des charges (…) et remis une offre ajustée. » Ses activités devaient donc se poursuivre sur cette base. Pourtant, le 27 octobre, l’association a été informée

Continuer à lire

Concerts debout : on en est où ?

ACTUS | Enquête / C’est la question qui taraude presque tout le monde : les concerts debout en intérieur, toujours interdits à l’heure de notre bouclage, vont-ils bientôt pouvoir reprendre ? Et quelles stratégies les salles les accueillant mettent-elles en place dans ce contexte d’incertitude ? Tour d’horizon.

Damien Grimbert | Mardi 8 septembre 2020

Concerts debout : on en est où ?

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ? Sans prise de position officielle claire depuis la fin du confinement, il n’était pas interdit d’espérer secrètement un déblocage tardif de la situation pour les salles ayant l’habitude d’accueillir des concerts debout. Un espoir aujourd’hui de plus en plus ténu – pour ne pas dire inexistant. C’est du moins le constat sans appel que l’on dresse après s’être entretenu avec des acteurs culturels comme la Bobine, l’Ampérage, la Source ou encore la Belle Électrique : plus personne ne croit encore vraiment en une possible évolution de la situation avant 2021, tout juste les plus optimistes s’autorisent-ils encore à garder un très mince espoir de changement pour le mois de décembre. À défaut, il faut donc pour les salles apprendre à composer avec l’incertitude. Les uns après les autres, et au compte-goutte la plupart du temps, les évènements debout un temps annoncés pour l’automne se voient de nouveau annulés ou reportés (le plus souvent à des échéances prudemment lointaines). Au mieux, ils sont transposés dans des configurations assises, avec toutes les contraintes que cela impose. Assis ou dehors Dans ces conditions, que fai

Continuer à lire

La Belle continue en extérieur

MUSIQUES | Concerts / Après une première édition en juillet dernier qui avait rencontré un joli succès, la Guinguette de la Belle Électrique fait son retour du 10 au 20 septembre sur l’esplanade Andry Farcy sous une forme un peu plus ambitieuse. Revue de détail.

Damien Grimbert | Mardi 8 septembre 2020

La Belle continue en extérieur

Ç'avait été l’une des surprises bienvenues de juillet dernier : loin de céder au marasme ambiant post-confinement, l’équipe de la Belle Électrique avait retroussé ses manches et organisé, avec les moyens du bord, trois soirs par semaine et pendant trois semaines, une programmation gratuite en plein air réunissant concerts, DJ-sets, bar et food truck sur l’esplanade juste à côté du lieu. Une proposition qui avait su fédérer un large public dans une ambiance très conviviale, sans contrevenir pour autant aux réglementations sanitaires en vigueur. À défaut de pouvoir maintenir l’édition 2020 de leur festival Jour et Nuit, les organisateurs ont donc décidé de remettre le couvert deux semaines durant en septembre, tout en s’offrant le luxe de "booster" un peu l’ampleur de leur programmation par la même occasion. Si la première semaine ne démérite pas, avec notamment un plateau rock/garage le vendredi, une soirée pop/électro le samedi et une jolie proposition afro-caraïbes le dimanche, c’est surtout la deuxième semaine qui retient notre attention en termes d’affinités musicales. On attend en effet beaucoup du retour des talentueux Hollandais du Mauskovic Dance Band, dont le curieux sy

Continuer à lire

Lumière sur Jour & Nuit

Festival | On fait un point sur la huitième édition du festival organisé par la Belle électrique du jeudi 5 au samedi 7 septembre.

Damien Grimbert | Mardi 3 septembre 2019

Lumière sur Jour & Nuit

C’est une huitième édition charnière à plus d’un titre pour le festival Jour & Nuit. Déjà parce qu’historiquement, le festival, créé en 2012 (soit trois ans avant l’ouverture de la Belle électrique), a toujours eu pour vocation de servir de vitrine à l’association MixLab en charge de la gestion de la salle au moins jusqu’en 2020. Autant dire qu’une édition 2019 réussie ne pourra que peser favorablement sur le renouvellement du contrat de gestion (la fameuse "délégation de service public") entre la Ville et l'asso. Ensuite parce qu’après avoir changé sans cesse de configuration, année après année, la formule établie lors de l’édition 2018 s’était avérée une éclatante réussite, permettant au festival de franchir un cap incontestable… Le défi consistant désormais à faire au moins aussi bien. En toute logique, l’architecture de Jour & Nuit va donc rester cette année sensiblement identique à la précédente, avec trois scènes distinctes reliées par différents stands, une gratuité quasi totale (seules les deux soirées tardives dans l’enceinte de la salle restent payantes) et bien sûr une programmation musicale vaste, pointue et foisonnante. L

Continuer à lire

Le dancefloor au scalpel à la Belle électrique

Semaine thématique | On déroule le sommaire de la "semaine du dancefloor" qu'organise la salle grenobloise du mardi 18 au vendredi 21 juin

Damien Grimbert | Mardi 11 juin 2019

Le dancefloor au scalpel à la Belle électrique

Après, entre autres, le punk et les musiques populaires jamaïcaines, c’est cette fois au dancefloor de faire l’objet d’une semaine thématique à la Belle électrique. Au programme, on retrouvera ainsi mardi 18 une projection du documentaire "historique" (il fut diffusé pour la première fois sur Arte en 1996) Universal Techno de Dominique Deluze, qui retrace la genèse du genre à Détroit en compagnie de ses trois pères fondateurs : Juan Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson. Un gros morceau, au même titre que la conférence du lendemain (mercredi 19 donc), qui réunira Michel Amato alias The Hacker et Jean-Yves Leloup, l’un des meilleurs critiques et journalistes français dans le domaine des musiques électroniques (on vous recommande chaudement ses passionnants ouvrages parus chez l’éditeur Le Mot et Le Reste), et accessoirement curateur de la récente exposition-événement Électro, de Kraftwerk à Daft Punk en place à la Philharmonie de Paris. Jeudi 19, place à une soirée dansante au bar de la Belle électrique chorégraphiée et mise en scène par Yannick Siméon

Continuer à lire

Un Labo de la Belle pour « donner de l’ampleur au projet de la Belle électrique »

ACTUS | La salle de concert grenobloise vient d'inaugurer une annexe dédiée à « l'accompagnement, la création et la structuration ». On vous en dit un peu plus.

Aurélien Martinez | Mardi 9 avril 2019

Un Labo de la Belle pour « donner de l’ampleur au projet de la Belle électrique »

Drôle de petit bâtiment municipal situé dans le parc Hoche, en lisière du boulevard Gambetta, juste en face de la caserne de Bonne (c’est bon, vous voyez ?), la Clé de Sol est en profonde réhabilitation depuis quelques années. Après avoir vu une petite partie de ses murs métamorphosée en ateliers d’artistes en 2017, voilà le reste aujourd’hui transformé en Labo de la Belle, la Belle étant l’abréviation de la Belle électrique. « On va enfin pouvoir avoir les locaux qui nous manquaient cruellement à la Belle électrique, comme la salle n’a pas de studio et d’espace de travail autonome. Ça va permettre de donner de l’ampleur à ce que l’on fait » s’enthousiasmait le soir de l’inauguration (jeudi 21 mars) Laurent Duclos, président de l’association MixLab qui gère la Belle. Une installation loin du quartier Bouchayer-Viallet (là où se situe la Belle) rendue possible par

Continuer à lire

Décret son : the sound of silence ?

ACTUS | Alors qu'un nouveau "décret son" impose depuis octobre dernier aux diffuseurs de musique (salles de concert, clubs et festivals) des mesures toujours plus drastiques en matière de régulation du niveau sonore, beaucoup s'inquiètent de ses conséquences artistiques, techniques et économiques sur leur activité. Petit tour d'horizon de la question avec quelques-uns des acteurs grenoblois du secteur. Par Stéphane Duchêne et Aurélien Martinez

La rédaction | Mardi 5 mars 2019

Décret son : the sound of silence ?

« Hello darkness my old friend... I've come to talk with you again. » C'est un peu l'ouverture du morceau The Sound of Silence de Simon & Garfunkel qui semble courir dans les têtes des différents diffuseurs de musiques actuelles depuis octobre, date de la mise en application du nouveau décret son n°2017-1244 du 7 août 2017 (voir ci-dessous). Un texte dont la plupart des mesures pourraient bien réduire ces diffuseurs au silence, ou en tout cas à quelque chose qui, pour une salle de musiques actuelles (et donc la plupart du temps amplifiées), s'en rapproche dangereusement. Parmi ces mesures, qui concernent également les festivals (y compris en plein air), l'obligation de « ne pas dépasser des niveaux de pression acoustique continus équivalents à 102 décibels pondérés A (...) et 118 décibels pondérés C [en gros, les basses – NDLR] sur 15 minutes », quand le niveau sonore à respecter était jusqu'ici de 105 dB. Si, sur le papier, la différence paraît infime, en réalité, elle est énorme. De l'avis de la plupart des acteurs concernés, c'est un peu le problème de cette loi : elle

Continuer à lire

La Belle électrique lance ses soirées "Let's dance" pour « aller vers plus d’ouverture »

ACTUS | À l’occasion, samedi 20 octobre, de la première édition des soirées "Let’s dance" avec Honey Soundsystem, Alban Sauce, responsable de la programmation musiques électroniques de la Belle électrique, revient avec nous sur ce nouveau concept de soirée et ce qu’il laisse augurer pour la suite, mais aussi plus largement sur ses choix (et contraintes !) de programmation.

Damien Grimbert | Mercredi 17 octobre 2018

La Belle électrique lance ses soirées

Quel est le principe des soirées Let’s dance qui vont débuter samedi 20 octobre avec Honey Soundsystem ? Alban Sauce : L’idée, c’est avant tout d’avoir des événements dédiés aux musiques de groove, aux musiques qui font danser. D’être moins sur un truc très basique techno/house pour aller vers plus d’ouverture, et mettre en lumière des artistes, comme on a pu le faire déjà avec Hunee et comme on va le faire en décembre avec Antal, qui sont hyper transversaux et vont jouer à la fois de la house, du zouk, des trucs complètement différents dans leur set, tout en gardant une cohérence. Bref, des artistes dont le seul objectif est de faire danser les gens. Je pense que pendant de nombreuses années, dans la techno, on a perdu un peu cette notion de groove, et j’ai l’impression qu’aujourd’hui, grâce notamment à ce qui se passe à Amsterdam avec des artistes comme San Prope

Continuer à lire

Où sortir à Grenoble jusqu’au petit matin ?

GUIDE URBAIN | Étudiant nouvellement arrivé à Grenoble ou vieux de la vieille en manque d’inspiration, vous voilà en quête d’un spot où finir la soirée ? Quand, entre 1h et 2h du matin, les rideaux des bars commencent à fermer, d’autres lieux (salles de concert, boîtes, clubs…) sont là pour vous ouvrir grand les bras. Sélection.

Sandy Plas | Mardi 3 octobre 2017

Où sortir à Grenoble jusqu’au petit matin ?

L’Ampérage Musiques psychédéliques, transe, rock ou électro : l’Ampérage est la salle de concert associative où se croisent toutes les cultures. Et un point de ralliement pour tous ceux qui aiment bouger jusqu’au petit matin. Car entre deux concerts, l’endroit propose nombre de soirées marquées par un bel éclectisme. À l’image des Melting, qui permettent de sauter à pieds joints dans la culture psychédélique. 163, cours Berriat – Grenoble. Tram A, arrêt Berriat-Le Magasin. De 23h à 6h. Tarifs variables selon les soirées. Tél. 04 76 96 55 88 Le Drak-Art Amateurs de cultures alternatives, le Drak-Art est fait pour vous ! Se croisent ici une bonne partie de ce qui se fait de mieux en matière de musique techno et électro, avec des virages vers le dub et le drum and bass. Un bon mélange à apprécier sur le dancefloor qui se transforme au gré des soirées, plus ou moins intimes. Le bonus ? La fermeture à 7h du mat’, histoire de rentabiliser la soirée jusqu’au bout. 163, cours Berri

Continuer à lire

Festival Jour & Nuit : du goût, des couleurs... et de la gratuité

Musique | Désormais entièrement gratuit et recentré autour d’un lieu unique (la Belle électrique du coup, l’esplanade du Musée de Grenoble venant d'être abandonnée au vu de la météo), le festival Jour & Nuit, prévu du vendredi 8 au dimanche 10 septembre, évolue mais sa programmation ne fléchit pas. Au programme : house, techno, rock, soul… et quelques surprises.

Damien Grimbert | Mardi 5 septembre 2017

Festival Jour & Nuit : du goût, des couleurs... et de la gratuité

Rappelons rapidement les faits pour les distraits et les nouveaux arrivants : organisé depuis six ans par l’association MixLab en charge de la Belle électrique, le festival Jour & Nuit a toujours constitué une sorte de vitrine de sa programmation : des groupes live, des DJs, des animations, et une ligne éditoriale "pointue mais pas trop", un peu dans l’air du temps mais suffisamment consensuelle pour drainer un large public. Ce week-end, on pourra ainsi dodeliner en rythme sur la techno/house berlinoise de Steffi et Virginia, résidentes du Panorama Bar ; profiter de la venue (ou du retour) des sensations rock francophones du moment (Radio Elvis, Ko Ko Mo) ; emmener ses enfants à un concert jeune public (Rio Clap Clap Clap, où l’histoire d’une petite loutre élevée parmi les castors)… Ceux qu’il ne faudra pas rater Mais les mélomanes qui préfèrent être surpris auront aussi de quoi s’affairer avec la venue le samedi à 19h30 du jeune prodige Charles X, crooner/rappeur de Los Angeles qui redonne depu

Continuer à lire

Et si l’entreprise sauvait la culture?

ACTUS | La crise que connaît depuis des années le monde culturel laisse de la place à de nouvelles initiatives. Start-ups ou financements mixtes naissent à Grenoble pour pallier le manque de soutien des collectivités publiques. Retour sur plusieurs exemples locaux, comme la Belle Électrique ou Short Édition.

Jean-Baptiste Auduc | Mardi 7 février 2017

Et si l’entreprise sauvait la culture?

La situation économique de la culture commence à devenir alarmante en France. Rien qu’à Grenoble, on ne compte plus les festivals qui s’arrêtent (Rocktambule), les salles qui ferment (le Ciel), les assos qui périclitent (Sasfé à la Villeneuve). Certains acteurs de l’agglomération tentent de trouver des solutions comme l’a remarqué Olivier Zerbib, sociologue de la culture et du management de l’innovation à l’IAE (Institut d’administration des entreprises) de Grenoble. « Puisque le ministère de la Culture ne donne pas de direction, puisque la Ville de Grenoble ne diffuse qu’un discours comptable, la culture cherche de nouvelles sources de financement. » La Belle Électrique organisait ainsi en septembre dernier l’événement Culture < > Futur, qui avait lieu au Musée de Grenoble. On y « découvrait et échangeait sur les tendances culture, entrepreneuriat et numérique » nous explique Alban Sauce, de l’association MixLab (qui gère la salle de con

Continuer à lire

Et la Belle électrique créa son propre label

Initiative | La salle organise une soirée ce samedi 28 janvier pour fêter ça.

Damien Grimbert | Mardi 24 janvier 2017

Et la Belle électrique créa son propre label

Dernière émanation en date de l’association MixLab, en charge de la Belle électrique et du festival Jour & Nuit, le Label électrique accouchera bientôt de sa première sortie : un EP du DJ/producteur house/techno grenoblois Abell alias Christophe Deutsch, auparavant actif sous le pseudo Stuff. Composé de deux titres ainsi que d’un remix signé par le producteur lyonnais Kosme, cette première sortie, prévue pour fin février/début mars (mais qui sera célébrée ce samedi avec une grosse soirée gratuite – sur réservation), sortira conjointement en format numérique et vinyl (à hauteur de 250 exemplaires), et bénéficiera du puissant réseau de distribution du label allemand Kompakt, qui prendra également à sa charge la majeure partie des coûts de production. Pensé comme un outil supplémentaire dans la démarche d’accompagnement des pratiques à destination des artistes locaux, le Label électrique devrait ainsi permettre à ces derniers de profiter du réseau tissé par la Belle électrique avec les différents artistes internationaux qu’elle programme dans ces murs. Une étape supplémentaire dans le développement de la stratégie à 360° mise en place par MixLab depui

Continuer à lire

Metal en fusion à la Belle électrique

ACTUS | Ce jeudi, la Belle électrique accueille la première édition du Metallian Fest, consacré donc à la musique metal. On a passé un coup de fil aux organisateurs, qui nous ont parlé programmation mais aussi succès entre la salle grenobloise et cette esthétique musicale.

Aurélien Martinez | Lundi 19 septembre 2016

Metal en fusion à la Belle électrique

Première édition pour le Metallian Fest donc. Enfin, festival, c’est un bien grand mot comme nous le précise Yves Campion, président de Metallian Productions, structure grenobloise à l’origine du projet. « On a appelé ça festival vu qu’on a eu la chance d’avoir deux gros plateaux en même temps, sur le même jour – ce sont deux tournées qui se rejoignent. Mais ce n’est pas vraiment comme un festival type avec des stands de merchandising et tout ce que l’on peut voir sur tous les festivals. » Six groupes en tout, qui étaient tous en "day off" ce jour-là (d’où le fait que le festival tombe en plein milieu de semaine), dont de grosses têtes d’affiche (Arch Enemy, Destruction…) pour un événement qui commencera à 17h pour se finir à minuit. Et un événement qui se tiendra dans une grande Belle électrique de 1000 places qui a clairement comblé un manque. La belle métalleuse « Avant l’arrivée de la salle, il n’y avait pas de scène intermédiaire pour ce genre de proposition, entre un Ampérage petit et un Summum trop gros. C’est vraiment la Belle électrique qui a créé cette énergie nouvelle

Continuer à lire

Le festival Jour & Nuit se fait jour

MUSIQUES | Festival étendard de l’association Mixlab (en charge de la Belle électrique) et temps fort incontournable de la rentrée, Jour & Nuit fête cette année sa cinquième édition ; et profite de l’occasion pour revoir (partiellement) sa formule. Qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui ne change pas ? Pourquoi ne faut-il pas rater le DJ-set d’Helena Hauff ? Réponses ci-dessous.

Damien Grimbert | Mardi 6 septembre 2016

Le festival Jour & Nuit se fait jour

Lancé trois ans avant l’ouverture de la Belle électrique afin de donner un premier aperçu des esthétiques que défendrait la salle, le festival Jour & Nuit était forcément amené à évoluer une fois cette dernière inaugurée. Après une édition transitoire l’an passé, c’est désormais chose faite. Premier changement de taille, le retour du déroulement du festival dans des lieux insolites, rarement exploités dans un cadre festif. Deuxième évolution majeure, la désormais quasi-gratuité du festival : seule les Nuits restent ainsi payantes (avec un tarif revu à la baisse, oscillant entre 5, 10 et 12 euros), tout le reste passant désormais en accès libre. Dernière modification enfin, le "rééquilibrage" entre les versants Jour et Nuit du festival. Alors que les Nuits se taillaient auparavant la part du lion, avec des jauges gigantesques et des line-ups démesurés qui focalisaient une bonne partie de l’attention du public, elles

Continuer à lire

Les soirées de l’été à Grenoble

MUSIQUES | Où danser cet été ? Plusieurs choix s’offrent à vous. Les voici.

Damien Grimbert | Mardi 5 juillet 2016

Les soirées de l’été à Grenoble

La Bobine maintient ses apéro-mixes du mardi tout l’été avec une programmation aussi riche que diversifiée. À ne pas manquer non plus, les deux barbecues-mixes en journée les dimanches 24 juillet (Dub on The Beach) et 28 août (Garden Boogie). Les Mercredis Pimentés restent actifs au Canberra (sur le campus) pendant tout le mois de juillet, avec notamment le crew strasbourgeois cosmopolite Caterva en renfort des Narco Polo le 13, et une soirée réunissant tous les crews résidents le 27. Le bar de la Belle électrique accueillera le collectif de turntablists Downtown Mayhem à deux reprises les vendredis 8 et 29 juillet, mais également les filles du Grenoble Mixing Girls Club le vendredi 22 juillet. Le Drak-Art propose encore quelques soirées les 8, 9, 13 et 16 juillet, avant de clôturer sa saison avec la fameuse Maliboule Pool Party d’Eddy Rumas le samedi 30 juillet. Au programme : barbecue, pétanque, piscine et sound-system en plein air de 15h à 22h, suivi d’une bass party en intérieur jusqu’au petit matin ! Le Mark XIII ne restera

Continuer à lire

Grenoble : les dossiers d'Éric Piolle et Corinne Bernard

ACTUS | En complément de la grande interview d’Éric Piolle et Corinne Bernard, zoom sur quatre sujets qui occupent en ce moment l’adjointe aux cultures de la Ville de Grenoble. Par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 5 avril 2016

Grenoble : les dossiers d'Éric Piolle et Corinne Bernard

Le Ciel / la Belle électrique Le contexte : Depuis l’arrivée de la Belle électrique en janvier 2015, la Ville repense son maillage de salles de concert. Et souhaite que cette dernière obtienne le prestigieux label "scène de musiques actuelles" avec le Ciel, petite salle située près de la place de Verdun qui se trouve en difficulté aujourd’hui faute à une baisse de subvention de la part de l’État. Corinne Bernard : « Ça y est, on a des bonnes nouvelles ! Au 1er juin, la convention smac sera effective pour les deux lieux, et tout le monde est avec nous – État, région, département. » Sur le Ciel : « La salle est utilisée 220 jours par an, on a 9 studios : il faut qu’on aille encore plus loin sur la répétition et la formation. C’est un lieu en centre-ville qui ne génère aucune nuisance sonore, on peut l’ouvrir H 24 avec un petit peu d’investissement – et c’est prévu. C’est un bijou bien caché : va juste falloir qu’on mette la lumière et qu’on dise que c’e

Continuer à lire

Mariage en vue entre le Ciel et la Belle électrique

ACTUS | Au printemps dernier, le Ciel, petite salle de concert située près de la place de Verdun, voyait son avenir menacé par une baisse soudaine de subventions de la part de l’État. Où en est-on aujourd'hui alors que le site web du lieu n’annonce plus aucun événement ? On fait le point – et donne une piste dans le titre de l’article. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 8 mars 2016

Mariage en vue entre le Ciel et la Belle électrique

Scoop : le Ciel ne s’appelle pas tout à fait le Ciel. Bien sûr, c’est le nom affiché rue Condillac, au-dessus de la porte d’entrée de la salle, mais le Ciel appartient à une entité plus grande : la Régie 2C. Le deuxième C ? Celui de la Chaufferie, équipement culturel situé dans le quartier Abbaye-Jouhaux. Un regroupement effectué en 2001 par la Ville de Grenoble dans le but de valoriser les musiques amplifiées, avec une Chaufferie dédiée aux pratiques amateurs et un Ciel aux groupes en voie de professionnalisation – une cinquantaine en résidence par an ces derniers temps. Sauf que le mois dernier, la municipalité Piolle a annoncé qu’elle changeait les orientations de la Chaufferie, qui devient maintenant « un pôle jeunesse dédié aux 11-17 ans » géré directement par la Ville et du coup séparé des activités de la Régie 2C. Laurent Simon, directeur de la régie (qui devient de facto plus que directeur du Ciel), revient sur ces changements avec lesquels il est en parfait accord : « Tout remonte à la nouvelle de la Direction régionale des affaires culturelles en mai dernier

Continuer à lire

PB d'or 2015 : musique et soirées

MUSIQUES | 2015 aura été marquée par l'ouverture d'une nouvelle salle à Grenoble et la confirmation du talent d'une artiste que l'on suit depuis longtemps au Petit Bulletin.

Aurélien Martinez | Mardi 22 décembre 2015

PB d'or 2015 : musique et soirées

Le PB d’or de la salle qui n’a pas déçu : la Belle électrique On en parlait depuis vingt ans de cette salle de 1000 places à Grenoble, pensée comme un intermédiaire entre un immense Summum et d’autres plus petits lieux. Inaugurée en janvier dernier avec une grosse soirée gratuite, la Belle électrique a rapidement trouvé son rythme de croisière entre têtes d’affiche populaires, musiciens moins bankables et soirées électro jusqu’à 6 heures du matin. Du coup, le public s’est très vite emparé de cet espace remarquablement pensé et aménagé qui, au passage, a ringardisé pas mal de salles plus classiques. « Une salle de 2015 » comme nous l’expliquait son boss à l’ouverture. Et aussi de 2016, 2017, 2018, 2019… Le PB d’or du meilleur album grenoblois : Alwâne de Djazia Satour Certes, il est sorti fin 2014, mais c’est cette année qu’on l’a découvert sur scène, en février à l’Ampérage pour être précis :

Continuer à lire

Annulation de la venue de Levon Vincent à la Belle électrique

MUSIQUES | La soirée prévue ce vendredi 30 octobre (avec également Head High et Tama Sumo) tombe à l'eau. Plouf.

Aurélien Martinez | Mardi 27 octobre 2015

Annulation de la venue de Levon Vincent à la Belle électrique

Dans le numéro du mercredi 28 octobre, on lance fièrement nos nouvelles pages "soirées" qui balaient l’actu du genre avec de l’agenda et des articles. Comme cette semaine avec un focus sur Levon Vincent initialement programmé vendredi 30 octobre à la Belle électrique aux côtés de Tama Sumo et Head High. « Initialement » oui, car la Belle électrique vient de communiquer sur l’annulation de la soirée pour « des raisons de logistique ». « Les personnes ayant pris leur place en ligne seront remboursées automatiquement dans les meilleurs délais. » Espérons que l'on aura plus de chance la semaine prochaine.

Continuer à lire

Ampérage, Drak-Art, Belle électrique : des fermetures tardives jusqu'en janvier

ACTUS | Cette rentrée a été difficile pour le Drak-Art et l’Ampérage, les deux salles de concert dédiées aux pratiques culturelles nocturnes ayant dû annuler plusieurs (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 16 septembre 2015

Ampérage, Drak-Art, Belle électrique : des fermetures tardives jusqu'en janvier

Cette rentrée a été difficile pour le Drak-Art et l’Ampérage, les deux salles de concert dédiées aux pratiques culturelles nocturnes ayant dû annuler plusieurs soirées suite au non renouvellement préfectoral de l’autorisation de fermeture tardive – la Belle électrique n’a pas été concernée comme sa rentrée est plus tard. Après une réunion infructueuse la semaine passée entre les directeurs des salles, les associations utilisatrices, la Préfecture, la Ville et des habitants du quartier, la deuxième organisée ce mercredi 16 septembre a été visiblement plus concluante. « La Préfecture reconduit les autorisations d'ouverture tardive [à 6 heures du matin – NDLR] jusqu'en janvier 2016 avec une période test où des médiateurs seront présents aux abords des établissements pour veiller à la tranquillité p

Continuer à lire

Ampérage, Drak-Art, Belle électrique : toujours pas de décision

ACTUS | La réunion prévue mardi 8 septembre entre les différents directeurs des lieux, la mairie de Grenoble et la préfecture de l'Isère n’a rien donné. Une nouvelle est prévue mercredi 16 septembre. D’ici là, plus de fermeture à six heures du matin.

Aurélien Martinez | Mercredi 9 septembre 2015

Ampérage, Drak-Art, Belle électrique : toujours pas de décision

La soirée avec Zombie Disco Squad prévue ce vendredi 11 septembre à l’Ampérage ? Annulée. Comme sans doute toutes celles de ce week-end organisées à l’Ampérage et au Drak-Art (voir au cas par cas) – la Belle électrique n’est pas concernée comme elle n’a pas encore fait sa rentrée. La faute à la réunion qui s’est tenue mardi dernier entre la Ville, la Préfecture, les trois lieux et diverses associations utilisatrices, qui n’a pas abouti à une prise de décision concernant les autorisations de fermeture tardive à 6h du matin, mais a plutôt été une présentation des différents équipements au nouveau préfet – sympa. Le dossier se complique pourtant. La Ville, par la voix d’Élisa Martin, adjointe à la tranquillité publique, remet ainsi en

Continuer à lire

Ampérage, Drak-Art : et ça continue, encore et encore…

ACTUS | Après l’annulation d’une soirée prévue ce vendredi au Drak-Art faute d’autorisation préfectorale permettant de terminer à six heures du matin, les acteurs culturels du monde de la nuit craignent un retour en arrière – en gros, tout le monde dégage à 1h du matin. Ils se mobilisent donc avant de rencontrer le maire et le préfet mardi.

Aurélien Martinez | Jeudi 3 septembre 2015

Ampérage, Drak-Art : et ça continue, encore et encore…

Jeudi 3 septembre, la Belle électrique dressait le bilan de ses six premiers mois d’ouverture et lançait sa nouvelle saison avec une conférence de presse matinale. Au moment des traditionnelles questions de fin, Laurence Tadjine, directrice de l’Ampérage, a demandé à Frédéric Lapierre, directeur de la Belle électrique, s’il avait des infos supplémentaires quant aux autorisations d‘ouverture tardive des salles organisant des soirées, comme il venait d’annoncer un semestre (qui débutera à la fin du mois) riche en propositions électro se terminant à 6 heures du matin. Réponse de l’intéressé : on n’en sait pas plus que vous, on a fait comme si on allait les conserver et on espère que tout va se décanter d’ici peu. Car la situation est on ne peut plus floue. Rappel : en 2013, la Préfecture de l’Isère a décidé d’un coup que l’Ampérage et le Drak-Art, les deux salles situées quartier Bouchayer-Viallet, au bout du cours Berriat, devraient dorénavant fermer leurs portes à 1h du matin pour se conformer à la législation en vigueur et,

Continuer à lire

Christophe (et d'autres) à la rentrée à la Belle électrique

MUSIQUES | Qui écouterons-nous dès septembre pour la première saison pleine de la nouvelle salle grenobloise dédiée aux musiques amplifiées ? Réponses.

Aurélien Martinez | Jeudi 16 juillet 2015

Christophe (et d'autres) à la rentrée à la Belle électrique

Inaugurée en janvier dernier, la nouvelle salle grenobloise attendue depuis des lustres s'est tout de suite imposée avec une programmation variée aussi bien en genres qu'en gabarits d'artistes. Avant de partir en vacances ce samedi 18 juillet après un Saturday saucisse, l'équipe du lieu a rendu public le nom de certains musiciens qui fouleront sa scène cet automne (les salles de concert fonctionnent souvent en trimestre contrairement aux théâtres). On attend déjà une date avec impatience : celle du jeudi 29 octobre. Pourquoi ? Parce que le chanteur Christophe viendra défendre son dernier album Intime, sorti l'an passé. Oui, le grand Christophe à la discographie émaillée de tubes qui, après plus de cinquante ans de carrière, inspire t

Continuer à lire

Les belles nuits de la Belle électrique

ACTUS | Le volet club de la nouvelle salle grenobloise de presque 1000 places, inaugurée il y a tout juste six mois, connaît un beau succès. On fait le point avec le responsable de la programmation. Charline Corubolo

Charline Corubolo | Mardi 23 juin 2015

Les belles nuits de la Belle électrique

Presque aussi attendue que l'arrivée de Doc et Marty (prévue le 21 octobre 2015 pour rappel), la Belle électrique, portée par l'association MixLab, s'est dévoilée le 10 janvier dernier. Depuis, la salle n'a de cesse de faire danser et tituber les noctambules de Grenoble et d'ailleurs. À quoi tient ce succès ? Alban Sauce, programmateur des soirées électro, est lui-même un peu surpris par cet engouement. « Le projet de la Belle électrique est centré sur les musiques amplifiées avec un accent sur les musiques électroniques et les arts numériques. L'idée était d'avoir à la fois une salle de concert à la programmation ambitieuse et un club au sens noble du terme comme on peut le voir en Allemagne ou en Angleterre. Dès 2007, avec notre association MixLab, on a fait le pari que les musiques électroniques seraient les musiques populaires de notre siècle. » Pari réussi donc puisque toutes les soirées affichent complet, et ce n'est pas prêt de s'arrêter. Alors la saison prochaine accordera t-elle autant de place au

Continuer à lire

La Belle électrique, côté prog

MUSIQUES | Que retenir de ces trois premiers mois de programmation de la Belle électrique ? Niveau fréquence déjà, la salle ne va pas chômer : 26 dates en à peine trois (...)

Damien Grimbert | Mardi 6 janvier 2015

La Belle électrique, côté prog

Que retenir de ces trois premiers mois de programmation de la Belle électrique ? Niveau fréquence déjà, la salle ne va pas chômer : 26 dates en à peine trois mois, il va y a avoir du passage ! Niveau esthétiques représentées, ensuite, pas de miracle : pour contenter le plus grand nombre, faire taire les rageux, remplir sa jauge de 950 places et enfin rentrer dans ses frais, le tout sans faire d’ombre à personne, l’équipe a choisi de jouer la sécurité et le consensuel plutôt que l’audace et la prise de risque. On s’y attendait un peu, même si l’absence totale de rap et la quasi-absence de rock (concert de Triggerfinger mis à part) fait néanmoins un peu mal. Du coup, une fois évacuées les dates les plus grand public (Arthur H., Nina Hagen, UB40, Christine & the Queens) et les concerts festifs pour étudiants (Wampas, Danakil, Sinsemilia), que reste t-il ? Une jolie sélection d’artistes électro, pop, world, soul, blues et funk à la fois de qualité et accessibles à tous (on citera en vrac Moriarty, Ed Motta, Chapelier Fou, Mo

Continuer à lire

La Belle électrique, « une salle de 2015 »

ACTUS | Enfin ! Après plus de vingt ans d’attente, la Belle électrique, salle dédiée aux musiques amplifiées, va ouvrir ses portes à Grenoble, quartier Bouchayer-Viallet. On l’a visitée, on a rencontré l’équipe aux commandes, on a analysé sa prog ; tout ça avant de partir boumer ce samedi 10 janvier pour l’inauguration officielle. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 6 janvier 2015

La Belle électrique, « une salle de 2015 »

Une bonne vingtaine d’années : voilà le temps qu’aura pris la Belle électrique pour voir le jour. Le projet fut ainsi long à se mettre en place, avec de nombreuses péripéties qui appartiennent désormais au passé. Du coup, une salle imaginée dans les années 1990 est inaugurée en 2015, avec pourtant un résultat tout à fait dans son temps comme l’assure son directeur Frédéric Lapierre. « On a la chance d’avoir un lieu qui est beau. Pour moi, c’est une salle de concert de 2015, pour les musiques de 2015. On a une scène avec un rapport frontal pour le live, mais on a aussi de la vidéo, des espaces pour déplacer des DJs, la possibilité d’ouvrir tard dans la nuit [certaines soirées termineront à six heures du matin – NDLR] : c’est ça une salle en 2015.  » L’architecture intérieure est impressionnante, avec ses grands espaces, ses gradins aérés, ses balcons facilement accessibles, ses écrans pour les projections. On l’a certes vue vide de monde, mais la Belle électrique a tout de la grande salle agréable tant pour le public que pour les artistes – elle a d’a

Continuer à lire

Awards 2014 musique

MUSIQUES | L’award de la langue qu’on aime bien entendre : le français Juillet 2014 : le groupe Frànçois & the Atlas Mountains livre le meilleur concert de la (...)

Aurélien Martinez | Mardi 23 décembre 2014

Awards 2014 musique

L’award de la langue qu’on aime bien entendre : le français Juillet 2014 : le groupe Frànçois & the Atlas Mountains livre le meilleur concert de la seizième édition du Cabaret frappé – non, ce n’était pas celui de Tricky ! Octobre 2014 : les Innocents, groupe culte des années 90 à la musique intemporelle, se reforment en mode duo et passent par la Source de Fontaine. Novembre 2014 : le "pop father" Étienne Daho enflamme littéralement la MC2. Trois exemples qui ont une fois de plus confirmé (ou démontré à ceux qui l’ignoraient) que

Continuer à lire

La billetterie pour l'inauguration de la Belle électrique enfin ouverte !

MUSIQUES | Rendez-vous le samedi 10 janvier pour la soirée et les concerts

Aurélien Martinez | Lundi 15 décembre 2014

La billetterie pour l'inauguration de la Belle électrique enfin ouverte !

MAJ (communiqué de la Belle électrique du lundi 15 décembre à 13h, soit une heure après l'ouverture de la billetterie !) : « Les places ont toutes été retirées ! Mais pas de panique, il en restera quelques-unes sur place le 10 janvier. De plus, tout le monde ne restera pas jusqu'à 6h du matin, donc des places se libéreront au fur et à mesure. » _____ Ça aurait dû être le 1er décembre. Puis le 8. C'est finalement ce lundi 15 que la Belle électrique ouvre sa billetterie pour sa fameuse soirée (gratuite) d'inauguration (suivez le lien pour connaître les détails du programme). « Dans le souci de l'accès à c

Continuer à lire

Inauguration de la Belle électrique : le programme

MUSIQUES | Rendez-vous le samedi 10 janvier. Retrait des invitations uniquement sur le site de La Belle Électrique dès le 8 décembre (et non le 1er, comme annoncé précédemment).

Aurélien Martinez | Mercredi 26 novembre 2014

Inauguration de la Belle électrique : le programme

On le savait déjà : l'inauguration de la Belle électrique est prévue le samedi 10 janvier. Voici comment s'articulera la journée : 13h-18h : visites du chantier 19h : inauguration officielle 20h30-06h : concerts avecSarh (DJ Pone + José Reis Fontao / Stuck in the Sound) – électro/ alternatifDa great bOOga wOOga – funkKuage – électroThylacine – électronica

Continuer à lire

La Belle électrique dévoile une nouvelle partie de sa future prog

MUSIQUES | On savait déjà qu’en 2015 on croiserait à Grenoble Christine and the Queens, Moriarty, UB40... On sait maintenant qu’on pourra aussi écouter The Hacker, Erol Alkan ou encore les Wampas.

Aurélien Martinez | Vendredi 24 octobre 2014

La Belle électrique dévoile une nouvelle partie de sa future prog

La Belle électrique sera inaugurée le samedi 10 janvier. La programmation de la première demi-saison est annoncée progressivement – ça permet de faire monter le buzz ! On était déjà au courant pour Moriarty (le 16 janvier), Ben Klock (le 14 février), Mountain men (le 27 février), Christine & the Queens (le 3 mars) ou encore UB40 (le 19 mars). L’équipe aux commandes du lieu vient de lâcher de nouvelles dates. On retient surtout la soirée électro du samedi 17 janvier avec The Hacker, Erol Alkan, Djedjotronic, Maelstrom et Serom & Omaria. Pour les autres nouvelles :

Continuer à lire

Ma nuit à Grenoble

GUIDE URBAIN | Cinq personnalités nous présentent leur soirée parfaite

Charline Corubolo | Mardi 7 octobre 2014

Ma nuit à Grenoble

Krixx Litch Manageuse du label Lite Licht Records et travaille à la radio Max FM Pour l'apéro... Ça dépend des saisons, mais en général j'aime bien quand il y a une terrasse. Ces derniers temps, je traîne beaucoup au Styx (place Claveyson) non seulement parce qu'il y a une terrasse, chauffée l'hiver, mais aussi parce que la déco est sympa. Le cadre est intimiste tout en étant ouvert, il y a pas mal de passage. Puis ils mettent de la bonne musique. Dans le même esprit, il y a le Mark XIII, mais ils n'ont pas de terrasse... Pour la soirée... Il y a un petit lieu sympa qui vient de rouvrir vers la place du Trib', le Tamara. C'est idéal pour passer la soirée, même si c'est un peu petit. Il y a une ambiance boîte de nuit avec une déco chouette et surtout du bon son. Ils sont bien équipés, l'effort est fait sur la musique et ça j'apprécie. Pour la nuit... Il y a l'Impérial (Saint-Martin-d'Uriage) qui vient d'ouvrir, donc je pense que je vais y passer pour voir ce que ça donne. Sinon, je dois avouer que je sors principalement au Drak-Art. Ce n'est pas une boîte de

Continuer à lire

Quoi de neuf dans la nuit grenobloise ?

ACTUS | Du côté de la Belle électrique Ça y est : la Belle électrique, future salle de 900 places dédiée aux musiques amplifiées, ouvrira le samedi 10 janvier avec une (...)

Aurélien Martinez | Mardi 7 octobre 2014

Quoi de neuf dans la nuit grenobloise ?

Du côté de la Belle électrique Ça y est : la Belle électrique, future salle de 900 places dédiée aux musiques amplifiées, ouvrira le samedi 10 janvier avec une journée de festivités. Niveau prog, plusieurs dates ont déjà été annoncées, dont celle du DJ Ben Klock le 14 février. Côté nuit, on en sait un peu plus : des soirées gratuites au bar seront organisées tous les jeudis – « comme les mardis sont déjà pris par la Bobine ». Ça risque de faire des semaines chargées ! Du côté de l’Ampérage et du Drak-Art Après les péripéties de l’an passé autour des horaires de fermeture de l’Ampérage et du Drak-Art (qui ont fait perdre « 1/3 du public » au Drak-Art), la situation est enfin claire : ce sera bel et bien

Continuer à lire

La Belle électrique sera (enfin) inaugurée le samedi 10 janvier

ACTUS | La mairie et l’asso MixLab viennent de donner la date d'ouverture de la nouvelle salle dédiée aux musiques amplifiées. À noter que les noms des premiers artistes programmés ont aussi été dévoilés, avec Moriarty ou encore UB40 !

Aurélien Martinez | Vendredi 26 septembre 2014

La Belle électrique sera (enfin) inaugurée le samedi 10 janvier

Ça y est ! Après des années et des années d’attente, la nouvelle salle grenobloise dédiée aux musiques amplifiées va ouvrir ses portes quartier Bouchayer-Viallet (à côté du Magasin). La Ville et l’asso MixLab, qui gérera cette Belle électrique (qui a de la gueule), l’ont annoncé ce vendredi 26 septembre lors d’une conférence de presse en marge du festival Jour & Nuit organisé par MixLab – tout se tient ! Ce sera donc le samedi 10 janvier (et non fin décembre comme nous l’avait annoncé en septembre Corinne Bernard), avec au programme « une journée et une nuit entièrement gratuites faites de visites et de musiques » (avec n

Continuer à lire

Corinne Bernard : « Oui, on aime la culture ! »

ACTUS | En mars dernier, l’écolo Éric Piolle, à la tête d’une grande coalition de gauche, remportait l'élection municipale grenobloise contre Jérôme Safar, le dauphin du socialiste Michel Destot. Une toute nouvelle équipe est arrivée aux manettes dans la foulée, avec une volonté de changement clairement affichée. Qu’en est-il dans le domaine culturel, qui n’était pas le mieux maîtrisé par Éric Piolle pendant la campagne ? Pour le savoir, rencontre avec Corinne Bernard, nouvelle adjointe à la culture – pardon, « aux cultures ». Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 9 septembre 2014

Corinne Bernard : « Oui, on aime la culture ! »

Vous êtes la nouvelle adjointe aux cultures de la Ville de Grenoble. Pouvez-vous vous présenter ? Corinne Bernard : J’ai 44 ans. J’habite à Grenoble depuis peu de temps. Je suis entrée en politique en 2010, à Europe Écologie les Verts, via le syndicalisme. Je suis toujours chef de gare à Clelles [sud de l’Isère], mais en congé sans solde compte tenu de mes nouvelles fonctions d’élue. Comment s’est passée votre prise de fonction ? Suite au choix effectué par les Grenoblois, quand on a dû composer l’équipe, ça a d’abord été un peu compliqué. Étant conseillère régionale depuis 2010 et vice présidente de la commission culture, j’avais cette petite envie de la délégation culture qui a pu se formaliser puisque nous n’étions pas non plus 42 à la vouloir ! Dès ma prise de fonction, j’ai été très sollicitée – ça ne s’est pas vraiment calmé. Les premiers mois, j’avais l’impression d’être un médecin généraliste confronté à une épidémie de grippe : dès qu’une personne sortait de mon bureau, une autre entrait ! Sachant que je m’étais donné comme objectif de dire oui à tout le monde, de visiter tous les lieux

Continuer à lire

Du nouveau côté Jour & Nuit et Belle électrique

ACTUS | Alors que la Belle électrique, nouvelle salle à Grenoble dédiée aux musiques amplifiées, devrait être inaugurée à la fin de l’automne / début de l’hiver, MixLab, l’asso aux commandes, vient de dévoiler la prog de la troisième édition de son festival Jour & Nuit, prévue du jeudi 25 au dimanche 28 septembre. On fait le point.

Aurélien Martinez | Jeudi 3 juillet 2014

Du nouveau côté Jour & Nuit et Belle électrique

Classe : ainsi peut être résumée en un mot la Belle électrique à quelque six mois de son ouverture quartier Bouchayer-Viallet (la date d'inauguration sera donnée par la mairie). Nous avons pu la visiter il y a deux semaines : si les travaux sont encore en cours, les grandes lignes sont là – notamment cette impressionnante scène. Le chantier occupe donc pleinement les membres de l’asso MixLab (même si ce ne sont pas eux les ouvriers !) qui n’ont pourtant pas décidé d’abandonner leur festival Jour & Nuit à la base destiné à faire patienter le public avant l’ouverture maintes fois repoussée de la salle. Un festival toujours axé sur un créneau : investir « des lieux insolites et emblématiques de l’agglomération grenobloise ». Après avoir arpenté le Stade des Alpes, le

Continuer à lire

Fantaisie numérique

CONNAITRE | MixLab, asso qui va gérer la Belle électrique (la salle dédiée aux musiques amplifiées prévue pour septembre), propose vendredi à la Casemate une soirée atypique. Artistes et amateurs projetteront des créations visuelles mêlant images de synthèse, clips vidéos et animations interactives. Bien sûr, on pourra assister à l’événement en tant que simple spectateur ! Léa Ducré

Aurélien Martinez | Mardi 1 avril 2014

Fantaisie numérique

BYOB : un acronyme biscornu pour une soirée saugrenue. On ne sait déjà pas bien comment le prononcer (réponse : « comme on veut ») et sa signification ne nous sauve pas d’affaire : « Bring your own beamer » (« amène ton vidéoprojecteur »). L’injonction s’adresse à tous, amateurs ou professionnels. Bricoleurs numériques adeptes du DIY (do it yourself) ou VJ (video-jockeys, pendant visuel du DJ) expérimentés. Durant toute une soirée, ils vont, en quelques coups de projo, transformer les murs nus de la Casemate (le Centre de culture scientifique technique et industrielle de Grenoble) en univers envoûtants. Métamorphoses stupéfiantes, spectacle immersif. Depuis 2010, Berlin, New York, Tokyo et Caracas ont déjà accueilli des BYOB. L’idée est venue d’un artiste néerlando-brésilien, Rafael Rozendaal. Sur son site, le créateur donne les trois mots d’ordre de l’événement : « easy, fun and no stress ». Dans la même veine, à Grenoble, MixLab, l'asso instigatrice de l’événement en partenariat avec la Casemate (et son fameux Fab Lab), s’est fixée pour règle de « ne rien imposer et laisser place à l’imagi

Continuer à lire

« Une fermeture à 6 heures du matin est la bonne solution »

ACTUS | Depuis avril, l’Ampérage doit fermer ses portes à 2 heures du matin. Même constat pour le Drak-Art depuis décembre. Des décisions qui ont relancé le débat sur le devenir des lieux de pratiques culturelles nocturnes à Grenoble. On est allés à l’Hôtel de ville rencontrer Jérôme Safar, premier adjoint au maire (et accessoirement candidat aux municipales – mais là n’est pas l’enjeu), pour clarifier ces questions. Propos recueillis par Aurélien Martinez et Dimitri Crozet

Aurélien Martinez | Lundi 6 janvier 2014

« Une fermeture à 6 heures du matin est la bonne solution »

Les débats autour de l’horaire de fermeture de lieux tels que l’Ampérage ont débuté avec des décisions de la préfecture. Quelle est la position de la ville là-dessus ? La question n’est pas de savoir quelle est la position de la ville. Il s’agit d’un secteur [l’ouest grenoblois, niveau cours Berriat – ndrl] qui était une friche il y a une dizaine d’années, qui a vu la naissance d’équipements culturels. Tout cela se retrouve aujourd’hui inséré dans un quartier [Bouchayer-Viallet – ndrl] où du logement qui n’existait pas est apparu. On doit s’adapter à cette nouvelle configuration urbaine. C’est la première réflexion en cours avec l’Ampérage, je crois qu’ils sont conscients du problème. Et qu’en est-il de la question des horaires de fermeture ? La question est importante puisque cela fonde le modèle économique sur lequel les salles s’appuient. Aujourd’hui, clairement, les horaires qui leur sont proposés [fermeture à 2 heures du matin, avec des dérogations possibles jusqu’à 4 heures – ndrl]

Continuer à lire

La parole est à la nuit grenobloises

ACTUS | On a rencontré différentes associations qui animent les nuits grenobloises. Avec, à chaque fois, le même jeu de trois questions. Propos recueillis par Damien Grimbert et Aurélien Martinez

Damien Grimbert | Dimanche 5 janvier 2014

La parole est à la nuit grenobloises

1/ Qu’est-ce qui vous motive à organiser des soirées ? 2/ Quels sont selon vous les clés d’une vie nocturne réussie ? 3/ Nouvelle année oblige, quels sont vos vœux pour les soirées grenobloises en 2014 ? MixLab 1/ Alban Sauce : Quand on a commencé les premières soirées Interface au Bar MC2 en 2006, il n’y avait pas grand-chose en terme de techno et de house. Nous, on avait simplement envie de faire partager ce qu’on aime. Jean-Philippe Duroux : Pareil, quand on a commencé avec Je déteste la musique, ce mélange de musique électronique et de hip-hop qu’on jouait n’était pas du tout représenté à Grenoble, et on voulait faire découvrir les artistes qui y étaient liés. 2/ JPD : Une vraie scène fédérée, où toutes les petites structures se regroupent, se soutiennent les unes les autres. AS : À Lyon par exemple, il y a du respect entres tous les organisateurs. Toutes ces rumeurs qui circulent en ce moment sur la Belle électrique [la nouvelle salle de musique qui va o

Continuer à lire

Marathon sonore

ACTUS | En septembre dernier, l’association MixLab, qui sera aux commandes de La Belle électrique au printemps 2014 (la nouvelle salle de concert à Grenoble), organisait la première véritable édition de son festival Jour & Nuit, dans plusieurs lieux de la ville. L’édition 2 est prévue du vendredi 20 au dimanche 22 septembre 2013 : on détaille ici le programme. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 3 juin 2013

Marathon sonore

Le Stade des Alpes, le Muséum, l’École d’art, le Musée dauphinois, la Bobine, la Salle noire... : l’an passé, pour la première édition de leur festival Jour & nuit, les membres de l’association MixLab avaient vu grand, voire trop grand. « On a été un peu trop ambitieux » nous explique Alban Sauce, qui évoque plutôt l’idée de « faire grossir le festival sur le temps ». Stop donc aux propositions alléchantes qui se déroulent en même temps aux deux extrémités de la ville (nous faire choisir de force entre Breton et Baden Baden, ce n’était pas très sympa !), et à la multiplication des lieux partenaires. Le tout en gardant le concept de la manifestation, avec des concerts en journée/début de soirée, et une partie clubbing la nuit venue. Qui ? Quoi ? Où ?

Continuer à lire

L’Ampérage tient à ses nuits

ACTUS | Le mois dernier, la préfecture de l’Isère a tranché : l’Ampérage doit dorénavant fermer ses portes à une heure du matin (contre cinq heures auparavant). Une décision que déplore l’équipe dirigeante, qui veut que le lieu reste une salle de diffusion dédiée aux pratiques culturelles nocturnes. On fait le point. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 13 mai 2013

L’Ampérage tient à ses nuits

L’Ampérage fait partie des endroits où l’on peut écouter de la musique jusqu’à très tard. « C’est un lieu ouvert avec une programmation faite exclusivement par des associations » nous explique sa directrice Laurence Tadjine, qui se félicite ainsi de proposer des concerts et soirées variés de qualité. Car à l’Ampérage, le public (28 000 spectateurs l’an passé) vient avant tout pour les artistes, à la différence de certaines boîtes de nuit fréquentées pour l’ambiance, qu’importe le son. Que la préfecture demande donc à l’Ampérage d’arrêter ses soirées à une heure du matin comme une salle de spectacle lambda, expliquant que seules les discothèques peuvent ouvrir si tard, sidère les dirigeants de l’Ampérage, qui déplorent ce coup asséné aux pratiques culturelles nocturnes. Pour Thomas Antoine, président du Stud, l’association qui gère l’Ampérage, « la législation n’est pas en accord avec la réalité des pratiques culturelles aujourd’hui. Ce n’est pas parce que l’on ferme à cinq heures du matin qu’on est forcément une discothèque. » Il se fait ainsi le por

Continuer à lire

Ce sera donc La Belle Électrique

ACTUS | Enfin ! La nouvelle salle tant attendue dédiée aux musiques amplifiées, et située quartier Bouchayer-Viallet (ouest grenoblois), a un nom, qui a été dévoilé ce (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 10 janvier 2013

Ce sera donc La Belle Électrique

Enfin ! La nouvelle salle tant attendue dédiée aux musiques amplifiées, et située quartier Bouchayer-Viallet (ouest grenoblois), a un nom, qui a été dévoilé ce jeudi 10 janvier au matin pendant les vœux du Maire : ce sera donc La Belle Électrique. Pour rappel, elle sera gérée par l’association MixLab, qui nous expliquait les enjeux en septembre dernier (en fin d'interview). Ouverture prévue au premier semestre 2014.

Continuer à lire

Festival Jour & Nuit : la ville est à nous

MUSIQUES | Le Stade des Alpes, l’École d’art, le Muséum d’histoire naturelle, le quartier Bouchayer-Viallet, le Musée Dauphinois... Ce week-end, l’association MixLab investit la ville pour un grand festival axé électro, pop-rock et hip-hop, préfiguration de ce que l’on pourra découvrir en 2014 dans la future salle grenobloise dédiée aux musiques amplifiées. Rencontre avec les organisateurs. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 17 septembre 2012

Festival Jour & Nuit : la ville est à nous

Comment est née l’idée d’un tel festival ? Alban Sauce, président de l’association MixLab : C’était l’envie de créer un temps de rentrée avec nos futurs partenaires : les salles de l’agglo, les assos... On l’avait lancé l’an passé sur une seule journée, à la Bastille. Cette année, on sera sur un vrai format festival, avec une programmation concoctée par nos soins, pour montrer ce que sera l’avenir artistique de cette salle... Olivier Dahler, programmateur musiques amplifiées/ association Mixlab : Même si ça n’annonce qu’un pan de ce que l’on verra dans la salle. Sachant aussi que pour le festival, on est sur des jauges de 200 à 900, avec une grosse base entre 200 et 400 : à savoir la moitié de la future salle, qui sera entre 800 et 900 places. On va retrouver des concerts dans des salles classiques, mais aussi dans d’autres endroits de la ville plus atypiques... OD : Oui, c’est un côté patrimoine défendu : on a investi plusieurs lieux insolites qui n’ont pas pour vocation première d’accueillir des concerts. Mais l’idée principale était qu’une partie de la prog soit

Continuer à lire

Nuits et jours sonores

MUSIQUES | L’association MixLab, gestionnaire de la future salle de concert dédiée aux musiques amplifiées prévue pour l’automne 2013 quartier Bouchayer-Viallet, organisera en septembre prochain la deuxième édition de son festival "Jour & Nuit". L’un des évènements de rentrée de l’agglo, pensé autour d’une prog musicale qui envoie du lourd. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Vendredi 15 juin 2012

Nuits et jours sonores

Les vendredi 21, samedi 22 et dimanche 23 septembre, Grenoble vibrera pop-rock en journée, et électro en soirée. L’association MixLab proposera ainsi la seconde édition de Jour & Nuit. Ou plutôt « l’édition un et demi », au vu de la tournure qu’avait prise la première en septembre dernier à la Bastille (annulation de divers groupes, pluie en soirée qui obligea à stopper le festival...). Avec l’idée, en journée, d’en faire un « évènement fédérateur » sur le quartier Bouchayer-Viallet, dans l’ouest grenoblois : un espace en pleine restructuration, aussi bien architecturalement que culturellement, qui accueillera bientôt une salle dédiée aux musiques amplifiées, salle très attendue à Grenoble (ça fait un bail que le projet est dans les cartons) et qui sera gérée par MixLab. Le festival investira donc

Continuer à lire

Le jour et la nuit

MUSIQUES | Soirée incontournable de la rentrée organisée par l’association Mixlab en partenariat avec la Régie2c, Jour & Nuit accueillera ce samedi sur le site de La (...)

François Cau | Lundi 19 septembre 2011

Le jour et la nuit

Soirée incontournable de la rentrée organisée par l’association Mixlab en partenariat avec la Régie2c, Jour & Nuit accueillera ce samedi sur le site de La Bastille un plateau artistique des plus emballants. Au programme, début des hostilités avec le rock trépidant de Battant et la pop-rock tubesque de The Shoes, mise en jambe en douceur avec la house envoûtante du Berlinois Dixon, et apothéose avec l’électro-techno toujours aussi classe d’Agoria et Oxia, suivis de la tête d’affiche Brodinski. Deux précisions pour finir, venez tôt parce que ça commence à 18h et que ça finit à 3h, et si par mégarde vous n’avez pas encore vos places… Ruez-vous vers la billetterie la plus proche en priant pour qu’il ne soit pas trop tard… C’est dit !

Continuer à lire

MixLab hors de ses futurs murs

MUSIQUES | Officiellement désignée comme gestionnaire de la salle dédiée aux Musiques Actuelles encore sur plans, Mixlab peaufine ses premières sorties publiques. Plusieurs concerts cochés dans le planning et quelques tours de pistes qui semblent de bon augure, histoire de patienter avant les premiers coups de pioche. Arno Breysse

François Cau | Lundi 3 mai 2010

MixLab hors de ses futurs murs

Précédemment dans « La future salle de concerts de 800 places dont-on-ne-sait-pas-encore-le-nom ». Après négociations, Mixlab et la Ville de Grenoble signent en 2009 un contrat de Délégation de Service Public, désignant l’association comme gestionnaire du futur équipement pendant 5 ans, dès livraison du bâtiment. Les derniers échos promettent une ouverture des portes courant 2013. Eliane Baracetti, adjointe à la Culture à la Mairie de Grenoble : « Le solide avance, on est encore dans les études d’avant-projet. Aujourd’hui, on est capables de dire que la salle devrait ouvrir fin 2012, début 2013. » 2013 c’est loin, mais c’est déjà demain. « Caler une double-porte, fermer un mur gênant pour la circulation, finaliser une enveloppe pour le son ou la lumière… On a de très bons architectes mais qui n’ont jamais conçu de salle de concert. » Fréderic Lapierre, responsable de la communication et Alban Sauce, président de MixLb, déroulent leur emploi du temps. Il y a ce qui est visible, et ce qui l’est moins. Préfiguration AN I. « Ils ont un projet très complet qui apporte une plus-value souligne Eliane Baracetti. Tenir compte de l’existant, construire avec

Continuer à lire