Les Femmes s'en mêlent : so femcee !

Meufs / Après quelques années de sommeil, le festival Les Femmes s’en mêlent revient à Grenoble dans une version augmentée, du 9 au 18 mars. Aux manettes, Le Ciel, La Source, La Belle Electrique, La Bobine et Retour de Scène. Rien que ça ! Quant à la prog’, elle est des plus alléchantes…

Ce ne sera pas un entre-soi féminin. Les artistes programmées pour le festival Les Femmes s’en mêlent valent le déplacement de tous les genres possibles et imaginables, tant la qualité et la diversité sont là. Mansfield.TYA, duo pop-punk mélancolique à l’esthétique ultraléchée, à la Belle Electrique ; le rock franc d’Emilie Zoé, la pop douce et sucrée de November Ultra, les perles électro envoûtantes de Léonie Pernet, ou encore cette réunion au sommet du rap féminin, avec les Espagnoles de Tribade et les Lyonnaises d’Ultramoule, le 17 mars à la Bobine. Programme musical (le cœur de ce festival est de mettre en avant les artistes de la scène féminine indépendante) auquel s’ajoutent des projections et des ateliers. Ainsi, pour poser le sujet sur la table, le premier rendez-vous regroupe la projection d’un film documentaire, La Cantatrice Chôme, sur la place des femmes dans les musiques actuelles (marginale, sans vouloir divulgâcher quoi que ce soit), et d’un débat sur le sujet, pour finir en détente par un apéromix géré de main de maîtresse par Rescue. On ne cite pas tout le monde, mais ces soirées laissent une belle place à la scène émergente grenobloise, avec des premières parties assurées par Gintsugi, Aamiral ou encore Ada Unn.

« Susciter des vocations »

Figurez-vous que la part féminine du milieu des musiques actuelles demeure très faible. 2% à la technique, 17% chez les auteurs-compositeurs, 12% à la direction des scènes, selon les chiffres de la Fedelima. Côté prog’, ce n’est guère mieux malgré les efforts de la profession. « Les Femmes s’en mêlent, en réalité, ce n’est pas qu’une seule fois dans l’année », souligne Ludivine Bosc, à la programmation de La Source de Fontaine. « L’événement fait surtout office d’appel du pied, d’alerte sur le fait que les femmes ne sont pas assez présentes sur les scènes de musiques actuelles. » Et pour cause. La Belle Electrique, par exemple, n’a que très peu d’options en DJ femmes pour remplir une salle de 1000 places. Même à la Bobine, Léa Petit, la programmatrice, assure qu’en électro, « c’est très difficile de respecter une programmation à 50/50 ». Pour Ludivine Bosc, à La Source, le manque d’œstrogène est surtout visible dans le rock, qui se contente actuellement de quelques chanteuses… « D’une manière générale, quand elles deviennent artistes, les femmes s’orientent davantage vers le chant que vers un instrument. » À ce propos, Les Femmes s’en mêlent propose un atelier réservé aux batteuses. Idée d’Aurélia Chaboud, coordinatrice du Ciel : « On a remarqué que les batteuses qui viennent répéter ici sont souvent moins confiantes, elles n’ont pas le même rapport à l’instrument que les hommes. » « Mettre davantage de femmes dans nos programmations, c’est aussi donner à voir que les femmes peuvent être bassistes, batteuses, DJs… Et susciter des vocations », complète Ludivine Bosc.

La marginalité des femmes dans les musiques actuelles tend à s’estomper, doucement, grâce à la prise de conscience de la profession dans son ensemble, et à un soutien des institutions pour encourager, développer et rendre plus visible la création musicale au féminin. « Depuis deux ans environ, j’ai plus de facilité à être inclusif », constate Damien Arnaud, pour Retour de Scène. « Mais certains styles, c’est mission impossible, comme le reggae ou des têtes d’affiche féminines, ça n’existe tout simplement pas… » Il y en avait pourtant bien une, vénérable caribéenne, dont la venue au festival Magic Bus vient d'être annulée pour raisons de santé : Calypso Rose. Une femme qui déchire, comme celles qui abondent la programmation des Femmes s'en mêlent.

Les Femmes s’en mêlent du 9 au 18 mars au Ciel, à la Belle Électrique, à la Bobine, à La Source. Programme complet sur lfsm.net/grenoble

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 3 juillet 2023 Des concerts, l’été en région grenobloise, il n’y en a pas beaucoup, mais suffisamment pour vous adresser une sélection des meilleures propositions musicales de ces grandes vacances, avant le retour des événements tous azimuts dès la rentrée. Alors...
Mardi 9 mai 2023 Une légende vivante s'arrête à La Source, à Fontaine, pour sa tournée d'adieux à la scène. Max Romeo est mythique ne serait-ce que par son tube "Chase the devil", mais aussi comme représentant planétaire du rastafarisme jamaïcain, dont le message...
Lundi 24 avril 2023 Le secteur culturel grenoblois s’empare, depuis peu mais à bras-le-corps, du sujet épineux de la transition écologique. Mobilité des publics, avion ou pas avion pour les tournées des artistes, viande ou pas viande au catering, bières locales ou pas...
Vendredi 7 avril 2023 Le chanteur pop masqué, en pleine tournée européenne pour présenter son cinquième album "Pre-code Hollywood", s’arrête à Grenoble le temps d’une date événement.
Vendredi 24 mars 2023 Au milieu des années 1990, grâce au remarquable travail du label Buda Musique et de sa collection éthiopique, l’amateur européen de musiques (...)
Vendredi 24 mars 2023 À l'initiative de l'association Mix'Arts, le rappeur Médine montera sur le ring de la Belle Électrique le 6 avril prochain. Le très politisé mais non politicien rappeur havrais y défendra son huitième et dernier album "Médine France". Hâte de saluer...
Vendredi 10 mars 2023 Alors que les droits des femmes sont encore trop souvent piétinés, en Afrique comme ailleurs, des représentantes de la communauté africaine s’élèvent pour devenir des exemples de résistance. À l’instar d’Oumou Sangaré, Les Mamans du Congo...
Lundi 27 février 2023 Enfin sortie du cauchemar Covid, la maison d’arrêt de Varces peut reprendre son programme d’actions culturelles. On a profité d’un concert donné aux détenus par le duo grenoblois JJ Lova pour rencontrer le monde carcéral, notamment le Spip, service...
Lundi 27 février 2023 Cinq ans après "À ta merci", Fishbach est revenue en 2022 avec un disque encore plus fou, littéralement obsédé par l'esthétique 1980's, ici poussée dans ses retranchements pour ne pas dire dans un camp retranché. À tel point que l'exercice en...
Lundi 13 février 2023 Le festival qui met en lumière la place des femmes dans le milieu des musiques actuelles était de retour l’année dernière à Grenoble et Fontaine. Pour cette nouvelle édition, c’est avec La Cordonnerie de Romans-sur-Isère et La Tannerie de...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X