Tucsongs

Avec "Tucson Songs", spectacle relayant l'album du même nom, l'Épicerie Moderne nous présente la relève de la scène musicale de Tucson, poussée entre cactus, vieux cow-boys à moustache et autres figures tutélaires (Giant Sand, Calexico, Jim Waters) qui ont fait l'histoire d'une ville pas comme les autres. Stéphane Duchêne

«En terre humaine/Je suis d'Arizona», murmurait Murat en 1999 sur le titre Viva Calexico. Cette même année, pour son album Mustango, baroud d'honneur d'un cow-boy alors sur le retour, l'Auvergnat succombait à l'appel de Tucson, Arizona, et y trouvait une inspiration rarement égalée depuis. Si en espagnol, Tucson se prononce «Touquesonne», en américain, on dit «Tout Sonne», ce qui dans notre langue si lacanienne prend tout son sens, tant dans la cité arizonienne tout sonne, résonne d'un même élan. Celui d'un mélange musical sans cesse ravivé par l'hybridation hispano-américaine et l'esprit d'ouverture d'une ville à cheval sur plusieurs cultures : native-américaine, western et hispanique. 

Dire qu'à Tucson, «the smallest big city in the USA», on pratique une musique de cow-boy et de desperado serait très certainement un cliché, mais il se trouve que la pop culture vit et meurt par le cliché. La ville elle-même en est un. Surnommée «The Old Pueblo», le nom même de Tucson vient du o'odham (une des nombreuses langues uto-aztèques qui s'étendaient, en plusieurs branches et zones éparses, du territoire des Utes (aujourd'hui l'Utah) à l'Amérique centrale (jusqu'au nord de l'actuel Costa Rica)) :  «Cuk Son» («au pied de la montagne noire») en référence au positionnement du site au pied d'un volcan, la ville étant cernée de montagnes. La tradition western y est immense, puisque furent tournés dans les environs des films aussi mythiques que Rio Bravo, Duel au soleil ou la première version de 3h10 pour Yuma – rappelons que l'État d'Arizona comprend des sites aussi mythiques que le Grand Canyon, Flagstaff, Yuma, et à sa frontière avec l'Utah Monument Valley).

Ramirez

Théâtre des guerres apaches mais aussi américano-mexicaine, la ville est logiquement imprégnée de toutes ces cultures qui ont fait l'histoire et la géographie de l'Arizona. Tucson est donc surtout une ville d'implantation. Si la population y est en majorité blanche – on y compte une proportion très faible de noirs-américains – elle est pour un bon tiers originaire du Mexique tout proche. Pas étonnant que l'un des symboles culturels de cette ville musicalement très vivante soit le cow-boy moustachu Teodoro «Ted» Ramirez.

Désigné par le maire de Tucson en 2001, comme «troubadour officiel» de la ville, Ramirez est une figure patrimoniale de la ville, descendant direct de la première famille hispanique installée à Tucson. Avec son Santa Cruz River Band, Ted a sans doute été l'un des premiers à mêler, tant sur des chansons originales que sur des «traditionals», le folk du Sud-Ouest des États-Unis et la musique traditionnelle mexicaine et même européenne. Il fait donc un peu office, avec son Santa Cruz River Band, de gardien du Temple musical local.

Lequel est aussi un terrain d'innovation intellectuelle et artistique. La ville abritant l'Université d'Arizona (plus de 35 000 étudiants) créée en 1885, quand l'Arizona n'était encore qu'un «territoire» américain et ce n'est pas anodin : comme dans toutes les villes moyennes sous perfusion universitaire (Austin au Texas, Athens en Georgie, encore elles) l'effervescence estudiantine et ce creuset de savoir ont favorisé l'émergence d'une scène musicale alternative particulièrement riche qui doit autant aux traditions locales qu'au mélange opéré par l'arrivée d'étudiants venus de tout le pays (majoritairement de Californie, d'Illinois, du Texas, de New York).

Et si Ramirez est parfois qualifié de chaînon manquant vivant entre passé et présent, sans doute Calexico est-il l'un des maillons suivants, entre passé et futur, dans l'ombre d'une autre figure tutélaire mais bien plus ombrageuse : Howe Gelb. C'est pourtant son Giant Sand, ovni musical aux 27 albums (sans compter les albums solos et projets parallèles de Gelb), qui a engendré Calexico, via deux de ses membres originels justement : Joey Burns et John Convertino. Bien qu'arborant le nom d'une ville californienne, à cheval sur la frontière avec le Mexique, Calexico s'est rapidement imposé comme le véritable catalyseur artistique de la scène locale. Entre tradition et modernité, comme on dirait, en ne plaisantant qu'à moitié. 

Cable Hogue

À partir de la fin des années 90, entre rock indépendant, expérimentations, alternative country, musique mariachi, embardées vers la chanson française, exploitation du mythe de l'Ouest (The Ballad of Cable Hogue, inspirée du film du même nom), Calexico a tout joué mais surtout fédéré, invitant ou s'invitant sur les disques des autres : de The Fitzcarraldo Sessions à The Band of Blacky Ranchette, d'OP8 (avec Howie Gelb et Lisa Germano, petit chef d'œuvre de douceur) à la BO d'I'm Not There, film biographique sur Dylan, sur laquelle on n'est pas prêt d'oublier cette vibrante reprise de Goin' to Acapulco avec Jim James de My Morning Jacket. Comment oublier également cette prestation au Barbican Theatre de Londres, disponible en DVD aux côtés de la troupe Luz de Luna, l'un des plus fameux orchestres de Mariachis de Tucson, dirigé par une autre grande figure locale : le facétieux trompettiste (et ténor) Ruben Moreno ?

Au fil d'une carrière impeccable, le groupe a non seulement entraîné toute une relève mais aussi touché une poignée d'admirateurs français devenus collègues de travail. Certains faisant même le voyage jusqu'à Tucson pour bénéficier des lumières de Calexico et de la lumière du désert : on pense à Marianne Dissard (exilée quasi permanente qui a quand même trouvé le moyen de rafler des récompenses en France), Françoiz Breut (complice régulière du groupe), French Cowboy, et Murat donc.

Mais derrière toute cette effervescence, se cache également un producteur incontournable auquel la jeune génération continue de se raccrocher : Jim Waters, patron du studio Waterworks, qui en plus de Jon Spencer, Sonic Youth et The Married Monk a produit tout ce joli monde. Tous sont sans doute venus y chercher cette touche si particulière, qui sent bon le désert et l'urine – Waters lui-même aime à raconter qu'il fait nettoyer son studio par Old Pablo, un vieil Indien qui vit à côté de chez lui et qui distillerait dans le lieu une subtile odeur d'urine qui rappelle celle des vieux saloons.

Parmi les talents qui émergent d'une bonne tête, on compte Brian Lopez (auteur d'une ébouriffante reprise western de Killing Moon d'Echo & the Bunnymen), également produit par Waters et que par commodité on qualifiera de "crooner". Echappé d'un groupe de rock expérimental, il serait tentant de ne voir en lui qu'un Jeff Buckley (de plus) du désert puisque son registre est bien plus vaste. On pense à Anthony & the Johnsons, Roy Orbison ou même Ian McCulloch avec une musique qui sur son album Ultra dégage une grand mélancolie à la fois western et post-rock. Il y a aussi Andrew Collberg – dont la voix oscille parfois étrangement entre celle de Joey Burns et celle de John Lennon – un demi-Suédois passé par la Nouvelle-Zélande, qui est devenu l'un des piliers de cette nouvelle scène avec ses balades up-tempos qui nous emmèneraient au fin fond du désert. Symbole d'un chanteur qui semble avoir trouvé sa place et qui, comme Murat en 1999, a fini par se fondre dans le décor.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 mars 2022 Alors qu'il remonte sur scène pour présenter son dernier objet d'artisanat, La Vraie vie de Buck John, Jean-Louis Murat est l'objet d'une belle rétrospective menée par l'agence musicale lyonnaise Stardust et une vingtaine d'artistes aurhalpins.
Jeudi 4 novembre 2021 En plein mois de novembre, Bertrand Belin et Agnès Gayraud aka La Féline prennent d'assaut l'Opéra Underground pour une carte blanche musicale dont la diversité le dispute à l'exigence, au point de transformer la chose en semaine de la découverte.
Mardi 20 novembre 2018 Porté par le souffle de son nouvel album Il Francese, le fier amant de la terre arverne Jean-Louis Murat marque une étape dans une salle dont le nom fait (...)
Mardi 20 mars 2018 De retour à l'Épicerie Moderne, les arizonards de Calexico viendront présenter leur dernier morceau de bravoure The Thread that keeps us, où s'agitent les fantômes de l'Amérique de Trump vécue comme une fin du monde.
Mardi 9 janvier 2018 La trêve des confiseurs à peine achevée, la dinde à peine digérée, voilà que redémarre déjà la saison des concerts. Pour vous éviter une autre indigestion, nous avons sélectionné pour vous, d'une main innocente, incontournables et découvertes de...
Jeudi 19 octobre 2017 Alors qu'un single un peu déroutant (diablement efficace mais étrangement étiqueté indie pop façon Nada Surf) intitulé End of the world with you vient tout juste (...)
Mardi 18 octobre 2016 Avec ce portrait d’une marmaille cabossée par la vie retrouvant foi en elle-même et en son avenir, Claude Barras se risque sur des sentiers très escarpés qu’il parcourt avec une délicatesse infinie. Un premier long-métrage d’animation en stop motion...
Mardi 19 avril 2016 Alternative rock, indie folk, Americana, Tex-Mex, alternative country, post-rock : lorsqu'on jette un œil sur la catégorie musicale dans laquelle l'ami Jean-Christophe Wikipédia classe le dernier album du groupe, Edge of the Sun, voici...
Jeudi 14 avril 2016 Sortez vos agendas : voici dix concerts à ne pas manquer ce mois-ci ; du show latino où emmener votre maman à l'indie pop dépressive où s'oublier. Par Stéphane Duchêne & Sébastien Broquet.  
Mardi 2 février 2016 La bande de Joey Burns et John Convertino en concert, c'est toujours quelque chose. Ce fut le cas en 2009 à l'Épicerie Moderne et en 2003 à Fourvière. (...)
Mardi 22 septembre 2015 Ah, la France et sa diversité. Elle sera belle cette année, entre piliers indéboulonnables, y compris de nos salles lyonnaises, comebacks attendus, jeunes gens modernes (indé ou pas) pétris de talents et éternels relous. Rien que de très classique...
Mardi 17 juin 2014 D'une bataille de pigments en l'honneur des désormais octogénaires Gratte-Ciel à leur programmation musicale, pour le moins bariolée et forte en gueule(s), Les Invites de Villeurbanne s'annoncent plus polychromes que jamais. Balayage de...
Vendredi 27 septembre 2013 En tournée depuis le printemps, Jean-Louis Murat fait étape au Radiant-Bellevue pour présenter son dernier bébé : l'hypnotique "Toboggan". Un disque affranchi des habituels oripeaux rock de l'Auvergnat, où Jean-Louis Murat et Jean-Louis Bergheaud...
Jeudi 19 septembre 2013 Au Petit Bulletin nous avons cette réputation, en laquelle nous croyons parfois nous-mêmes, qui veut qu’à l’instar du titre des opus du dessinateur Luz, «[On] n'aime (toujours) pas la chanson française». La preuve que si, un peu. Stéphane Duchêne
Jeudi 27 septembre 2012 Quatre ans après A l'Aveuglette, Françoiz Breut est de retour avec "La Chirurgie des Sentiments" et un concert à l'Epicerie Moderne. À cette occasion, elle se confie de bon cœur sur ce disque du changement dans la continuité. Et sur le reste : la...
Vendredi 13 avril 2012 Tucson Songs, l'album, «parrainé» par les incontournables Calexico et Giant Sand (qui clôt la marche), commence par un titre assez extraordinaire qui a le (...)
Vendredi 30 septembre 2011 Musique / Avec Grand Lièvre et après deux ans de silence, l'Arverne atrabilaire Jean-Louis Murat revient en douceur vers les sommets, entre blues minimal et langue à la renverse. Stéphane Duchêne
Vendredi 19 juin 2009 Temps fort des Musicales du Palais, Jean-Louis Murat investit le Palais Idéal du célèbre facteur de Hauterives où les univers de ces deux artisans stakhanovistes devraient communier à merveille. Stéphane Duchêne
Vendredi 16 janvier 2009 À l’image d’une Amérique de retour à l’air libre, Calexico respire à nouveau à pleins poumons avec son album "Carried to Dust" qui reprend la route pour élargir le territoire. Stéphane Duchêne
Mardi 16 septembre 2008 Disques / Beaucoup de filles, un mort et quelques rescapés des époques précédentes au menu d’une rentrée discographique réservée à ceux qui croient encore en l’avenir du format album. CC
Mercredi 3 mai 2006 'Sno angel like you Thrill Jockey/Pias

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter