Laurence anyways

Bonne nouvelle : Xavier Dolan fait sa mue et commence à devenir le cinéaste qu’il prétend être. Si Laurence anyways est encore plein de scories, d’arrogances et de références mal digérées, on y trouve enfin de vraies visions de cinéma. Christophe Chabert

Jusqu’ici, on avait du mal à excuser le côté tête à claques de Xavier Dolan, sinon par la fougue de sa jeunesse (il n’a que 23 ans et signe déjà son troisième film). S’imaginant à la fois comme un esthète et un penseur, il enfilait les clichés comme des perles et surfilmait ses maigres fictions, n’en révélant finalement que la profonde vacuité.

La première heure de Laurence anyways montre Dolan tel qu’en lui-même. Pour raconter la décision de Laurence Alia (Melvil Poupaud, deuxième choix du réalisateur après la défection de Louis Garrel, une bonne chose à l’arrivée) de devenir une femme au grand désarroi de son amie Fred (Suzanne Clément, parfaite), il sort l’artillerie lourde : citations littéraires et références cinématographiques, hystérie pour figurer les rapports amoureux, ralentis chichiteux pour souligner les émotions et une barrique de tubes 80’s afin de coller avec l’époque du récit… C’est très simple : on se croirait face à un vieil Adrian Lyne ! Le clou étant cette fête costumée sur l’air de Fade to grey, où Dolan pousse son goût du vidéoclip kitsch jusqu’à son point de non retour.

Désordre(s)

Alors qu’on s’apprêtait à fermer le ban et à subir la suite, Laurence anyways nous rattrape in extremis par là où on ne l’attendait pas. Soudain, Dolan cesse de se regarder filmer pour enfin s’intéresser à ses personnages et à ses acteurs. En leur donnant de la chair et non plus de la surface, en les laissant s’emparer de l’espace et du récit plutôt que de les y assujettir, il se révèle un peintre assez brillant des désordres amoureux, que ce soit au sein d’un couple, d’une communauté (les passages, très fassbinderiens, avec la compagnie de travestis) ou d’une famille.

Quelque chose se passe alors dans le film, au point que même les "visions" du cinéaste finissent par fasciner : à mi-chemin entre la littéralité et l’onirisme, il sculpte quelques beaux moments de cinéma, dont le plus fort reste cette cascade qui s’abat dans un salon au moment où Fred découvre le message d’amour que Laurence a glissé à son intention dans son roman. Tout n’est pas de ce niveau, et la prétention de Dolan revient parfois un peu grossièrement dans le dialogue (le «Confiante, non, mais déterminée» de Laurence à la journaliste, comme une déclaration d’intention) ; mais au bout de cette fresque qui, à force de chercher le souffle romanesque, finit par le trouver, on a le sentiment que pour la première fois, il peut en être à la hauteur.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 24 mai 2023 Après sa réjouissante fantaisie Notre dame (2019) et sa série Nona et ses filles (2021), Valérie Donzelli renoue avec le drame dans la sphère intime en adaptant, avec Audrey Diwan, un roman d’Éric Reinhardt portant sur l’emprise et la maltraitance...
Samedi 21 mai 2022 Retrouvailles entre Arnaud Desplechin, ses comédiens, ses thèmes, sa ville de naissance, mais aussi avec la Croisette, à l’occasion d’une tragédie familiale, où l’amour est étudié à travers son exact opposé. Où l’on mesure qu’une absence est aussi...
Mardi 15 octobre 2019 À la suite d’un pari perdu, deux amis d’enfance (Matthias et Maxime) doivent s’embrasser devant une caméra. La situation les perturbe profondément et affecte leur relation, d’autant plus tendue que Maxime va partir deux ans en Australie. Ce baiser...
Mardi 8 octobre 2019 Même si officiellement le Festival Lumière ne débute que le lendemain, certains invités devancent l’appel et en profitent pour venir présenter leur film en (...)
Lundi 11 février 2019 D’une affaire sordide saignant encore l’actualité de ses blessures, Ozon tire l’un de ses films les plus sobres et justes, explorant la douleur comme le mal sous des jours inattendus. Réalisation au cordeau, interprétation à l’avenant. En...
Samedi 19 mai 2018 Avec Pawel Pawlikowski (Meilleur réalisateur pour Cold War), Stéphane Brizé et Lee Chang-dong en compétition ainsi que trois autres réalisateurs dans les sections parallèles dont Lukas Dhont, Caméra d'Or pour Girl, le distributeur et producteur...
Mardi 5 décembre 2017 Xavier Beauvois transpose un roman de 1924 racontant comment les femmes ont assuré l’ordinaire et l’extraordinaire d’une ferme pendant la Grande Guerre. Une néo qualité française pétrie de conscience sociale et humaine ; du cinéma de réconciliation,...
Mercredi 14 septembre 2016 de Justine Triet (Fr, 1h36) avec Virginie Efira, Vincent Lacoste, Melvil Poupaud…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X