Oblivion

Oblivion
De Joseph Kosinski (ÉU, 2h03) avec Tom Cruise, Olga Kurylenko...

Après "Tron l’héritage", Joseph Kosinski avait toutes les cartes en main pour confirmer son statut de nouveau maître de la SF avec cette adaptation de son propre roman graphique. Hélas, le voilà rattrapé par son fétichisme kubrickien, qu’il tente vainement de transformer en blockbuster à grand spectacle. Christophe Chabert

Dans une des pubs qui l’avaient fait connaître, Joseph Kosinski s’amusait à faire circuler le spectateur dans la reproduction virtuelle de l’hôtel Overlook imaginé par Stanley Kubrick pour Shining. Dans Tron l’héritage, qui marquait ses débuts prometteurs au cinéma, il recréait la chambre de 2001 et envoyait ses personnages dans un bar qui ressemblait comme deux gouttes de lait à celui d’Orange mécanique. Autant dire que Kosinski fait une fixette sur l’immense Stanley ; ce qu’on ne lui reprochera pas, loin de là, mais disons qu’il faut avoir les épaules solides pour oser se mesurer à un tel monument.

Face à Oblivion, qui croule sous les références à 2001 — jusqu’au nom d’une des boîtes de production du film, Monolith Pictures ! — on ne peut que constater que cette obsession est filtrée par une culture geek avec laquelle elle ne fait pas forcément bon ménage. Et que l’univers visuel et virtuel de Tron collait dans le fond beaucoup mieux à l’héritage kubrickien que le rétrofuturisme de cette Terre dévastée, hantée par des aliens mystérieux et surveillée par un couple trop parfait pour être honnête.

Kubrick : l’héritage

Oblivion affiche assez vite son ambitieux programme : imaginer un monde qui serait à la fois un assemblage ingénieux de décors existants — désert de sable, océan, petite maison en bord de lac… et une pure invention visuelle, puis se promener à l’intérieur avec la plus grande familiarité, comme une routine sans affect. C’est ce que fait son héros Jack Harper : après une guerre nucléaire perdue contre une civilisation extra-terrestre, les humains ont été évacués dans un vaisseau pyramidal, laissant la planète aux aliens, tentant seulement de pomper l’eau nécessaire à la survie de l’espèce avec de gigantesques édifices flottants gardés par des drones. Dernier homme sur Terre, Harper partage son quotidien avec une dernière femme, Vika, qui dialogue avec Sally, chef de la mission terminant toutes ses interventions par la question «Est-ce que vous formez une équipe parfaite ?».

Kosinski se plaît à créer des contrastes forts entre l’environnement aseptisé et relativement dédramatisé du couple Jack / Vika et les excursions périlleuses de Harper dans les ruines de la planète, ne laissant que deviner dans la pénombre les «chacals», qui ressemblent plus à des clodos hirsutes qu’à des créatures venues de l’espace. Il y a du twist là-dessous, se dit-on, et on ne sera pas déçu, quoique quand même un peu : à trop vouloir renverser les apparences, Kosinski a tendance à laisser de côté les personnages eux-mêmes, réduits à des figures interchangeables. C’est particulièrement le cas lorsqu’il s’agit des femmes : que Vika soit une image rigide et lisse, c’est logique — même s’il est dommage que ce soit l’incroyable Andrea Riseborough, dont on a pu constater l’ampleur du talent dans Shadow dancer, qui doive du coup retenir son expressivité ; mais lorsque tombe du ciel une humaine mystérieuse incarnée par Olga Kurylenko, dont le personnage est largement laissé en friche par le film, c’est à un beau gâchis que l’on assiste.

On peut ici accuser l’engeance geek de Kosinski, mais on peut aussi blâmer Tom Cruise, dont le moins que l’on puisse dire est qu’il n’aime guère se faire voler la vedette par ses partenaires féminines — du moins depuis que Kubrick, toujours lui, l’avait castré de méchante manière dans Eyes wide shut.

Action / Inaction

Mais le plus dommageable dans Oblivion, c’est le désir, très répandu ces temps-ci à Hollywood, de faire rentrer des carrés dans des ronds. Ici, c’est le concept même de SF philosophique, avec tout ce que cela implique de contemplation et de sidération, donc d’inaction, qui doit se déployer dans un cadre de blockbuster avec suspense, poursuites, fusillades et bastons.

Kosinski se dépatouille comme il le peut de ce cahier des charges, avec pour conséquence fâcheuse une sensation de superficialité dans le propos, là où le cinéaste aimerait sans doute qu’on y voit de la prétention intellectuelle. Coincé entre deux définitions contradictoires du spectacle — l’une, plutôt poétique et atmosphérique, travaillant sur des strates de temps et de mémoire comme dans le récent Looper ; l’autre plus hollywoodienne, mais fatalement en deçà de ce que peuvent produire les spécialistes du genre — Oblivion semble chercher d’un bout à l’autre son rythme, son ton et même son identité.

Kosinski a eu le panache d’inventer un monde et d’y construire un récit éminemment personnel, le tout avec les moyens du cinéma mainstream ; il lui reste maintenant à prouver qu’il est capable, comme Fincher ou les Wachowski — on ne remettra pas Kubrick sur le tapis — de détourner la machine hollywoodienne pour des projets vraiment hors norme et hors format.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 22 mai 2018 Pendant un quart de siècle, Terry Gilliam a quasiment fait don de sa vie au Don de Cervantès. Un dévouement aveugle, à la mesure des obsessions du personnage et aussi vaste que son monde intérieur. Mais l’histoire du film n’est-elle pas plus grande...
Mardi 20 décembre 2016 Excellente initiative que la programmation de l’ultime réalisation de Stanley Kubrick, Eyes Wide Shut (1999). Inspirée de Schnitzler, cette déambulation (...)
Mardi 22 novembre 2016 Une fois que vous aurez assisté à la soirée de palmarès du Festival du film court de Villeurbanne au Zola, vous pourrez vous rendre rue du Premier-Film, où (...)
Mardi 3 juin 2014 De Doug Liman (ÉU, 1h53) avec Tom Cruise, Emily Blunt…
Samedi 17 ao?t 2013 Une fable futuriste sombre, furieuse et politique, nourrie à la culture cyberpunk et filmée par le cinéaste de District 9 : une réussite qui tranche par son ambition thématique et son absence de compromis avec les superproductions américaines...
Vendredi 12 juillet 2013 Des robots géants contre des monstres géants : avec ce blockbuster dantesque, à l’imaginaire proliférant et à la mise en scène démente, Guillermo Del Toro donne une ampleur spectaculaire à un univers personnel soufflant de beauté. Christophe Chabert
Vendredi 14 juin 2013 J. J. Abrams fait encore mieux que le premier volet avec ce nouveau "Star Trek", blockbuster autoroute sans temps morts, qui ne cherche pas à être autre chose que ce qu’il est : un morceau de mythologie transformé en récit survolté et...
Mardi 26 février 2013 L’amour naissant et finissant, la perte et le retour de la foi, la raison d’être au monde face à la beauté de la nature et la montée en puissance de la technique… Terrence Malick, avec son art génial du fragment et de l’évocation poétiques,...
Mardi 29 janvier 2013 Excellente surprise que ce thriller glacial signé James Marsh. Le cinéma anglais, dans la lignée du canon Ken Loach (Hidden agenda) / Paul Greengrass (...)
Mercredi 2 janvier 2013 Très bonne surprise que cette série B qui tente de lancer Tom Cruise en nouveau justicier dans la ville, avec derrière la caméra Christopher MacQuarrie, qui montre qu’il connaît ses classiques et sait même, à l’occasion, en offrir de brillantes...
Lundi 9 juillet 2012 D’Adam Shankman (ÉU, 2h02) avec Julianne Hough, Diego Boneta, Russell Brand, Tom Cruise…
Vendredi 23 mars 2012 Étrange film qui raconte en deux parties l’accident de Tchernobyl et ses conséquences vingt-cinq ans après sur une poignée de rescapés, avec la force visuelle du cinéma russe et la pesanteur psychologique du cinéma français. Christophe Chabert
Vendredi 9 décembre 2011 Disponible sur PC, PS3 et Xbox 360 (Bethesda Softworks)
Mercredi 2 février 2011 De Joseph Kosinski (ÉU, 2h06) avec Garrett Hedlund, Jeff Bridges…
Vendredi 23 janvier 2009 Cinéma / S’il peine à dessiner les contours précis de cette tentative de coup d’état contre le IIIe Reich, Bryan Singer offre néanmoins un thriller efficace, où la tension cinématographique monte crescendo. François Cau

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !