«La musique de Glass : une invitation à contempler» - Interview de Bruce Brubaker

PB live : Bruce Brubaker plays Philip Glass

Le Sucre

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Reconnu comme l'un des meilleurs interprètes de Philip Glass, le pianiste new-yorkais Bruce Brubaker a publié chez Infiné "Glass Piano", où il reprend les incontournables pour piano solo du maître de la musique dite minimaliste. Il présentera la chose au Sucre à l'occasion du premier PB Live de la saison. Explication (et interprétation) avec l'intéressé.

Pourquoi cette fascination pour le travail de Philip Glass ? Que représente-t-il pour un musicien tel que vous ?
Bruce Brubaker : Pour moi, certains des morceaux que Philip a écrit pour le piano ouvrent un territoire d'expérience et de temps musicaux qui ne seraient tout simplement pas accessibles autrement ! Bien sûr, il y a là de jolis sons et des harmonies qui nous comblent émotionnellement mais, plus que tout, leur qualité première et d'être dans l'instant, le présent et de nous y projeter – maintenant !

Reste qu'on peut légitimement se demander à quoi bon jouer les oeuvres de Philip Glass à sa place. C'est un peu, toute proportion gardée, comme jouer du Mozart avec Mozart regardant par-dessus votre épaule. Que peut-on apporter à ces œuvres de plus que leur auteur ?
Pour moi, le circuit musical complet de la “musique écrite” se décline comme suit : l'auteur de la musique, l'interprête et ensuite l'auditeur. Chacune de ces composantes est nécessaire. Quand un auteur a terminé d'écrire, son texte peut-être lu de bien des manières différentes. Il est très intéressant d'entendre un compositeur jouer sa propre musique, mais son interprétation n'est ni la seule possible, ni forcément la meilleure. Elle n'a pas à être préférée d'office à d'autres interprétations.

Toute musique continue de se revéler à nous tant qu'il y a des gens pour la jouer et pour l'écouter. Même les morceaux les plus connus, ceux qui nous sont les plus familiers, ont encore et toujours quelque chose d'insoupçonné à nous dire.

Justement : qu'est-ce que l'interprétation pour vous et, plus précisément, qu'est-ce qu'une bonne interprétation ? Vous avez parfois dit qu'il s'agit encore d'un acte de création...
Le critique littéraire américain Harold Bloom a dit que chaque fois que l'on fait lecture d'un poème, on trahit ce poème. C'est sans doute vrai. Et c'est sans doute en le faussant qu'on en fait une oeuvre d'art sans cesse renouvelée. Une interprétation musicale est, sinon une création, du moins une lecture. C'est quelque chose de fugace qui prend place dans l'instant présent, dans une perpétuelle négociation entre ce qui s'est déjà produit et ce qui est sur le point d'arriver.

Glass Piano a paru sur le label français Infiné, très investi dans les champs de la musique contemporaine et de l'avant-garde électronique. Or nous sommes à une époque, très post-moderne, où tout est remixé, réinterprêté, réévalué... Avez-vous toujours, en tant que musicien classique, été réceptif à ces pratiques et y trouvez-vous des éléments à même de nourrir votre manière de jouer ?
Oui, tout à fait. Mais travailler à partir de ce qui a été fait est depuis toujours constitutif de la musique et de toutes les formes d'art. On peut penser à Jean-Sébastien Bach empruntant (ou pillant) des éléments de la musique de Vivaldi ou à Brahms qui a construit tant de morceaux sur la base d'idées et de détails très spécifiques à Beethoven. Bien avant cela, les musiciens de Notre Dame de Paris remodelaient et enrichissaient les productions musicales de leurs ancêtres. En ce qui concerne plus spécialement le rythme et le tempo, je pense que notre manière d'écouter la musique est très influencée par ce qui se passe ailleurs. Et c'est loin d'être un processus conscient.

Vous racontez parfois qu'un jour, après que vous ayez joué une de ses oeuvres en sa présence, Philip Glass vous a dit «Voyons maintenant ce que tu as à dire de ce morceau». Comment l'avez-vous pris ?
Sur le moment, c'était assez étrange. Mais cela signfie que, pour l'essentiel, la musique qu'écrit Philip Glass ne s'inscrit pas dans l'approche conventionnelle américano-européenne d'un storytelling musical. Elle balance entre direction et absence de direction, ou entre intention et apparence d'un manque d'intention. Sur ce point, je pense que la musique de Satie a montré la voie. On est loin du voyage très organisé proposé par une symphonie de Beethoven.

À la sortie de Glass Piano, une radio française vous a qualifié de “biographe musical” de Philip Glass...
C'est peut-être le cas, dans le sens où j'interprête des musiques de Philip Glass qui s'étalent sur différentes périodes de son travail. Sa musique est très intime mais peut toutefois être investie de manière différente par les auditeurs auxquels elle s'adresse. Ce n'est pas une musique autoritaire qui s'impose à vous, mais davantage une invitation à contempler ou à être pleinement conscient. D'une manière générale, je dirais que toute musique continue de se revéler à nous tant qu'il y a des gens pour la jouer et pour l'écouter. Même les morceaux les plus connus, ceux qui nous sont les plus familiers, ont encore et toujours quelque chose d'insoupçonné à nous dire.

Pour l'essentiel, la musique qu'écrit Philip Glass ne s'inscrit pas dans l'approche conventionnelle américano-européenne d'un storytelling musical. Elle balance entre direction et absence de direction, ou entre intention et apparence d'un manque d'intention.

À Lyon, vous allez vous produire au Sucre, qui est un peu le temple de la musique électronique. Est-ce quelque chose de particulièrement excitant ou étrange pour un pianiste que de se produire dans un cube de béton habituellement dédié au clubbing ?
C'est une bonne chose pour la musique que je joue que de pouvoir être écoutée en dehors du cercle habituel des salles de concerts “classiques”. Cela permet de tisser une nouvelle relation avec le public, mais aussi d'en toucher de nouveaux. Mon avis est qu'aujourd'hui, cette approche de la musique contribue de plus en plus à abattre les murs – longtemps infranchissables – entre les genres musicaux. Le Sucre me paraît être l'endroit rêvé pour cela.

Petit Bulletin Live - Bruce Brubaker plays Philip Glass
Au Sucre mercredi 21 octobre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mardi 4 janvier 2022 La musique dite savante ne s’arrête pas à Mahler ni même à Stravinsky (que nous serons heureux de réécouter cette année), et son cœur bat toujours aujourd’hui. Ce que nous rappellent notamment la Biennale des Musiques Exploratoires et la...
Jeudi 4 novembre 2021 En plein mois de novembre, Bertrand Belin et Agnès Gayraud aka La Féline prennent d'assaut l'Opéra Underground pour une carte blanche musicale dont la diversité le dispute à l'exigence, au point de transformer la chose en semaine de la découverte.
Vendredi 19 mai 2017 En Petit Bulletin Live à la Comédie Odéon le 21 mai, Thomas Dybdahl, c'est 15 ans d'une impeccable carrière et de morceaux à frémir. En 15 clips ou sessions live, 15 morceaux piochés au long de la riche discographie du songwriter norvégien, nous...
Jeudi 9 mars 2017 Prodige précoce de la mandoline et du bluegrass, compositeur hors-pair et touche-à-tout brillant dans l'art de la reprise décalée (Bach, les Strokes, Radiohead...) l'Américain Chris Thile viendra, lors d'un PB Live aux Subsistances, faire étalage de...
Mercredi 15 février 2017 Découvert en 2002 avec un chef d'œuvre notoirement passé sous le radar, ...That Great October Sound, qu'ouvrait un titre lourd de sens, From Grace, voilà 15 (...)
Mercredi 2 novembre 2016 Les PB Live, ce sont ces concerts un brin décalés que nous aimons partager avec vous, conçus avec nos amis de Rain Dog Productions, en des lieux peu visités et avec des artistes qui nous fascinent, mais encore peu mis en lumière. Voici le prochain.
Mardi 4 octobre 2016 Virtuose de la mandoline, Chris Thile a dépoussiéré cet instrument dont il est le plus solide représentant sur la planète. Véritable institution aux USA, il (...)
Mardi 19 avril 2016 Génie au destin contrarié et tragique, tiré d'une retraite que l'on pensait définitive par une poignée de fans français, Peter Milton Walsh aka The Apartments vient se livrer sur scène en trio acoustique.
Mardi 29 mars 2016 Jeudi soir 24 mars, c'est Gabriel Kahane, petit génie new-yorkais inconnu qui a continué, accompagné du Quatuor Debussy, l'année 2016 des Petit Bulletin Live, concoctés par Rain Dog Productions. Dans le Hangar des Subsistances, empli d'un public...
Jeudi 31 mars 2016 Virtuose aux talents multiples comme New York en a produit de bien beaux ces derniers temps, compositeur — au sens classique du terme — songwriter, storyteller, Gabriel Kahane est surtout un génie, d'une grande humilité, de la variation sur un même...
Jeudi 4 février 2016 On en n'avait même pas rêvé, Rain Dog Prod l'a fait : un PB Live avec les mythiques Apartments de Peter Milton Walsh, (vrai-faux) groupe australien à (...)
Mercredi 25 novembre 2015 Il y a peu, nous avions le regret de vous annoncer l'annulation du PB Live de San Fermin – le groupe ayant choisi de prendre ses distances (...)
Mardi 15 septembre 2015 À la faveur d'un concert d'après Fourvière au Lavoir Public, le 15 juin dernier, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présente plus ni l'un, ni l'autre) (...)
Dimanche 8 mars 2015 C'était le 12 juin 2014. Sous une chaleur accablante, Alela Diane faisait littéralement suffoquer la Salle Rameau lors du dernier PB Live de la saison (...)
Mardi 2 décembre 2014 Magie du Temple Lanterne ou des deux invités de cette soirée ? Les deux sans doute. Toujours est-il que vendredi soir, lors de la première de la saison 2 du (...)
Vendredi 14 novembre 2014 En 25 ans d'une belle amitié musicale, Piers Faccini et Vincent Segal n'ont jamais cessé, dans leurs chambres ou sur scène, de revisiter les chansons des autres - mais aussi les leurs. Et viennent enfin d'en tirer un très beau disque, "Songs of Time...
Mardi 23 septembre 2014 En ouverture de sa saison 2, le PB Live accueillera la rencontre soyeuse entre le violoncelliste polymorphe Vincent Segal et l'Anglo-italien aux semelles de vent et à la voix de velours Piers Faccini. Le projet pour nom "Songs of Lost time". On...
Jeudi 10 juillet 2014 Le premier est un songwriter aux semelles de vent et à la voix de mirage, le second un émérite violoncelliste à tout faire, le pitre (au sein de Bumcello) (...)
Mardi 10 juin 2014 Ronan Siri a des airs d'adolescent mais une voix qui fait largement plus que son âge. A vingt-quatre ans, le jeune Lyonnais a déjà pas mal de bouteille. (...)
Samedi 12 avril 2014 Découvert à l'automne sur la foi d'un album à se damner lointainement inspiré d'un célèbre roman d'Hemingway, San Fermin s'affirme comme l'une des plus fascinantes formations musicales de ces derniers mois. A sa tête, le jeune prodige Ellis...
Vendredi 7 février 2014 Nous avons l'honneur et la fierté de vous annoncer que la première date de la tournée française de San Fermin, formidable octuor de Brooklyn que d'aucuns (...)
Mardi 28 janvier 2014 Le Londonien Benjamin Clementine a été la sensation de l’hiver musical, enflammant notamment les Transmusicales de Rennes. Il y a de fortes chances qu’il en fasse de même au Sucre pour la deuxième édition du Petit Bulletin Live. Attention claque en...
Vendredi 10 janvier 2014 En écho au festival stéphanois Nouveau Siècle, Philip Glass, 76 ans, investit pour un soir le théâtre de la Renaissance. Au programme, un récital des œuvres les plus marquantes pour piano solo de celui qui est présenté tantôt comme le plus populaire...
Jeudi 2 janvier 2014 A force de la pratiquer, on le sait, la programmation musicale n’est régie par rien d’autre que les antiques lois de l’éternel retour. Nouvelle année, nouveau printemps, perpétuel recommencement. Stéphane Duchêne.
Lundi 9 décembre 2013 Le 17 novembre dernier, Rosemary Standley, Dom La Nena et leur projet "Birds on a Wire" ont plongé la Chapelle de la Trinité dans un état de grâce absolu à l’occasion de la première de PB Live. En exclusivité mondiale, le Petit Bulletin et Rain Dog...
Jeudi 17 octobre 2013 Pour la première édition de PB Live, Rosemary Standley et Dom La Nena se produiront à la Chapelle de la Trinité le 17 novembre en duo violoncelle-voix. Au menu : "Birds on a Wire", un répertoire de reprises surprenantes courant de Monteverdi à John...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter