À mater & à manger

Grand cuisine cinéma club - édition Disruption

Le Sucre

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Grand Cuisine Cinéma Club / Le Grand Cuisine Cinéma Club retend la toile et remet le couvert pour un second festival de mets et de films, dont une avant-première goûtue : à savourer sans modération.

C’était en septembre de l’année dernière : un festival de cinéma (le premier du genre) offrant autant à voir qu’à manger. Pour la première édition du Grand Cuisine Cinéma Club, les spectateurs-dîneurs enchaînaient douze heures de films (documentaires, animation, fiction et courts-métrages) sur la cuisine, et de tapas apparus à l'écran (du houmous pour accompagner Hummus not war, des ramens pour suivre Tampopo...).

à lire aussi : Les Apothicaires : l'antre des préparations magiques

Mat Gallet (Nuits sonores, Le Sucre) et sa bande recommencent ce week-end dans une formule moins boulimique, avec un nombre restreint de convives et une sélection filmique plus resserrée. En parallèle, quelques-uns des jeunes chefs lyonnais les plus en vue du moment « cuisineront en live, pendant les séances, dans la salle » pour (en plus de nombreuses surprises) servir un vrai repas, à table.

à lire aussi : Bistronomie : ces chefs qui bousculent la tradition

Le thème de cette seconde édition ? La disruption. Ce terme technique (pour qualifier par exemple un claquage électrique détruisant l’isolation d'un milieu ; ou une livrée de poissons dont les bandes et les taches trompent les prédateurs) est devenu un concept économique à la mode (pour désigner une rupture technologique ou en terme d’image de marque). La disruption en cuisine, ce serait le fait de faire sauter les carcans, de tromper son monde, de secouer un milieu encroûté. « Régulièrement, certaines personnes explosent les codes de la cuisine, bousculent les marchés, réinventent tout. Parfois à partir de rien. C’est à ces personnes-là que nous consacrons cette édition » explique Mat Gallet. Or la rupture et le renouvellement concernent aussi l’univers du film culinaire, actuellement en plein essor. « Il y a dix ans sortaient cinq food films par an (dont quatre mauvais). En 2016 ? Rien que pour préparer le festival, j’en ai vu 300… Le Web et les médias sociaux ont bousculé la donne. »

Parmi les films présentés ce week-end, notons — outre des histoires « d’inventeurs d’eau ou de saveurs téléchargeables sur Internet » — l’avant-première de Noma au Japon, consacré aux pérégrinations nippones de René Redzepi et de son équipe. Pour rappel : le Danois est le chef du Noma, considéré comme l’un des meilleurs restaurants du monde. Son établissement de Copenhague étant en cours de déménagement (il va bientôt s’installer dans une ancienne friche du quartier hippie de Christiania, transformée en ferme urbaine), Redzepi s'est reconverti, à temps partiel, en cuisinier itinérant. Il a notamment officié à Sidney, on l’a vu le mois dernier à Paris, et il s’apprête à s’envoler pour le Mexique, pour tenir (seulement pour quelques semaines) un restaurant en plein air dans la ville côtière de Tulum.

À chaque fois, il évite de servir hors-sol les plats de son Noma (très inspirés par le terroir danois). Aussi prospecte-t-il plusieurs semaines à l’avance pour élaborer un menu (de 14 plats, quand même) en adéquation avec l’endroit où il pose ses casseroles. « Alors que lui et sa team sont au top du top, ils inventent à la fois le restaurant gastronomique éphémère mais aussi une nouvelle méthodologie pour créer en cuisine », explique-t-on au Grand Cuisine. C’est ce processus de recherche et d’élaboration qui a été filmé par Maurice Dekkers alors que l'équipe du Noma s'était installée pendant deux mois au Japon.

Pour sustenter des spectateurs affamés par les images, ce sont les chefs lyonnais de la Bijouterie, de Substrat et des Apothicaires qui ont été choisis par Mat Gallet et ses acolytes : « Je me suis dit qu’il fallait monter la brigade éphémère la plus dingue et la plus brillante qui soit. Ce sont des makers. Ils vont vite. Droit au but. » Une bande de chefs qui secouent au quotidien le gastro-landernau lyonnais et qui devra, ce dimanche, faire sortir la nourriture de l’écran et s’emparer des sens délaissés par le dispositif cinématographique.

Pour proposer un repas, un banquet (ou une orgie — la forme est gardée secrète) créatif, perturbant, éclatant... disruptif ? Relevons sur ce point la promesse des organisateurs : « Au Grand Cuisine, on essaie de créer les conditions pour que les spectateurs puissent échanger, causer des films ou des plats qu’ils ont mangé. Mais aussi boire des verres, échanger avec les chefs ou simplement pécho le 06 du garçon ou de la fille qui était en bout de table. Et pour créer cet échange, il faut des surprises, de l’imprévu. » Qui mangera verra...

Grand Cuisine Cinéma Club
Au Sucre le dimanche 18 décembre
Deux séances à 11h30 et 19h30 ; 45€
Réservation sur Internet indispensable : http://grand-cuisine.fr

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 17 novembre 2021 Le restaurant multi-primé La Bijouterie s’est offert un lifting de rentrée. Son chef Arnaud Laverdin en profite pour proposer un menu du soir toujours plus élaboré, alors qu’au déjeuner il se transforme en Mr Baoshi, avec une courte carte de...
Mercredi 22 septembre 2021 Des falafels et du houmous, selon une recette rodée à Montpellier, dans la rue la plus gourmande de la ville — Hippolyte Flandrin : voici Green Lab.
Mercredi 9 juin 2021 Une année en compagnie d’une sexagénaire jetée sur la route par les accidents de la vie. Un road trip à travers les décombres d’un pays usé et, cependant, vers la lumière. Poursuivant sa relecture du western et des grands espaces, Chloé...
Mardi 8 octobre 2019 En face du Substrat, bien ancré sur le plateau, vient d'ouvrir une annexe à saucisses : des petites, des grosses, au porc voire au poisson, à croquer sur chaise haute avec un verre de vin nature.
Jeudi 8 ao?t 2019 Pour dissuader son ultime fils Hossein de seize ans de tenter l’exil illégal vers l’Europe par la voie maritime, Naïma quitte Tanger, direction la campagne du sud. Chez son oncle et sa tante, Hossein se sent coupé du monde moderne et en veut à sa...
Mardi 8 janvier 2019 Art vivant par excellence, le street art a conquis les murs des galeries mais ne s’arrête pas là : des festivals s'implantent et des liens se tissent avec d’autres disciplines.
Mardi 27 novembre 2018 Arnaud Laverdin et Rémy Havetz, qui régalent depuis trois ans à La Bijouterie, ouvrent à deux pas leur nouveau restaurant. Au programme : la même cuisine cosmopolite, des petits plats explosifs et des desserts toujours aussi barrés.
Mardi 28 novembre 2017 La Martinière s'impose comme un quartier de choix pour faire bonne chère. Alors que l'on attend l'ouverture prochaine de la Halle, tout juste rénovée, la toute proche rue Hippolyte Flandrin a vu éclore, depuis la rentrée, de nouvelles...
Mardi 12 septembre 2017 Côté street art, c'est une explosion et pas seulement de couleurs ces derniers mois dans la ville. Voici un trait de cette effervescence : à vous de lever le nez pour dénicher le reste.
Jeudi 7 septembre 2017 Des chefs colombiens, mexicains et hongkongais, des pâtisseries, des cocktails, et de l'indie pop pour se trémousser et respecter la directive “manger-bouger” : Lyon Street Food met les bouchées doubles pour cette seconde édition.
Mardi 22 mars 2016 « Délire caractérisé par une préoccupation unique » ou « Idée fixe, obsession. » Voilà comment les dictionnaires décrivent la monomanie. En cuisine, cela se traduit par : une recette déclinée de mille et une façons. Voici trois spots adeptes du...
Mardi 22 mars 2016 De Katsumi le précurseur à Tabata & Ludovic les derniers installés, une génération spontanée de chefs voyageurs, connectés et décomplexés explosent les codes de la gastronomie traditionnelle : tour d'horizon.
Mardi 2 février 2016 Comme David Lynch, Charlie Kaufman fait partie de ces gens qui, sans le cinéma, seraient à coup sûr devenus un peu fous. Explorant leurs insondables mondes intérieurs, les films qu’ils conçoivent défrichent et déchiffrent des territoires...
Mercredi 15 mai 2013 23.05 Palma All Night LongLa saison passée, ils ont bien failli reléguer Todd Terje au rang de DJ de warm-up. Cette année, à Nuits Sonores, et bien que se (...)
Dimanche 20 novembre 2011 Réalisé avec 150€ selon son réalisateur Djinn Carrénard, Donoma est en train de provoquer un mini-séisme dans le cinéma français ; comme si le scandale n’était pas de jeter des millions d’euro par les fenêtres dans des navets honteux, mais de...
Mercredi 16 novembre 2011 De Djinn Carrenard (Fr, 2h13) avec Emilia Derou-Bernal, Sékouba Doukouré…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter