Tonie Marshall : « avec une réelle mixité, les répercussions seraient énormes sur la société »

Numéro Une
De Tonie Marshall (Fr, 1h50) avec Emmanuelle Devos, Suzanne Clément...

Entretien / Dans Vénus Beauté (Institut), elle avait exploré un territoire exclusivement féminin. Pour Numéro Une, Tonie Marshall part à l’assaut d’un bastion masculin : le monde du patronat, qui aurait grand besoin de mixité, voire de parité…

Comment en êtes-vous venue à vous intéresser à la (non-)place des femmes dans les hautes sphères du pouvoir ?
Tonie Marshall :
J’avais pensé en 2009 faire une série autour d’un club féministe, avec huit personnages principaux très différents. Chaque épisode aurait été autour d’un dîner avec un invité et aurait interrogé la politique, l’industrie, les médias, pour voir un peu où ça bloquait du côté des femmes. J’allais vraiment dans la fiction parce que ce n’est pas quelque chose dans lequel j’ai infusé. Mais je n’ai trouvé aucune chaîne que ça intéressait — on m’a même dit que c’était pour une audience de niche !

à lire aussi : Elle fut la première : "Numéro Une" de Tonie Marshall

Et la vie passe, on fait autre chose… Et j’arrive à un certain moment de ma vie où non seulement ça bloque, mais l’ambiance de l’époque est un peu plus régressive. Moi qui suis d’une génération sans doute heureuse, qui ai connu la contraception, une forme de liberté, je vois cette atmosphère bizarre avec de la morale, de l’identité, de la religion qui n’est pas favorable aux femmes. De mes huit personnages, j’ai décidé de n’en faire qu’un et de le situer dans l’industrie. Parce qu’en général on y trouve des femmes très compétentes ayant fait des études ; des ingénieures qui fabriquent, réfléchissent. Et c’est photogénique, je trouve. J’avais filmé une centrale électrique dans Enfants de salaud. À partir de là, j’ai fait une enquête avec l’aide de Raphaëlle Bacqué. Elle m’a fait rencontrer des femmes dirigeantes, en poste ou qui l’avait été, et j’ai fait une fiction que je crois très réaliste.

Au fur et à mesure qu’on fabriquait le film, je me suis rendu compte que je défendais de plus en plus l’idée d’une arrivée significative des femmes (c’est-à-dire 45-50%) à la tête des entreprises petites, moyennes et grandes. Si tout d’un coup il y avait cette réelle mixité aux endroits où s’organise le travail, les répercussions seraient énormes sur la société.

Dans quelles mesures ?
Je crois qu’on n’a pas tout à fait les mêmes façons d’envisager les choses, le même rapport à l’argent. Est-ce le fait d’avoir des enfants, les élever ? Je ne sais pas… Bien entendu, il faut des compétences équivalentes en matière d’études, de volonté, de vista, mais avec un peu de temps le monde de gouvernance changerait profondément, évoluerait, et la société n’en irait que mieux — y compris pour les hommes. C’est compliqué à comprendre en l’état, pour certaines femmes également.

Au début du film, le personnage d’Emmanuelle donne l’impression de ne s’être jamais donné l’autorisation d’accéder à un poste à responsabilité, alors qu’elle est déjà cadre supérieur…
Effectivement. C’est quelque chose que j’ai découvert très tardivement, en allant dans des entreprises. Les femmes ont beaucoup de mal à se projeter dans des postes de décision : il y a comme une espèce d’autocensure, de doute profond de pouvoir le faire ; il faut donc sans cesse les conforter. Qui prend le temps de le faire ? Les réseaux féminins, de plus en plus nombreux, s’y essaient. En revanche, ce que j’ai senti dans les entreprises, c’est une espèce de misogynie que j’appelle bienveillante et intégrée.

C’est un reliquat de paternalisme ?
Oui, c’est culturel. J’ai l’exemple d’une femme entrée dans une entreprise en même temps qu’un camarade de promotion, à égalité de diplôme. Le patron qui les aimait bien tous les deux, dit à la jeune femme « je vais te donner tous les dossiers difficiles — comprenez pourris — parce que toi tu es très intelligente, tu vas savoir faire. » Pendant ce temps, son collègue a pu avancer plus vite puisque ses dossiers se résolvaient plus facilement, et il a eu une promotion. Ce n’était pas machiavélique de la part du patron : la société est organisée depuis la nuit des temps avec une direction masculine et un peu de femmes à qui ont fait de la place.

Un management féminin serait-il si différent ?
Je ne suis pas sûre qu’une femme qui manage use des mêmes ressorts. En tout cas s’il y en avait plus, ça ne serait pas parfait — rien n’est jamais parfait — mais ça modifierait la balance et donnerait un reflet de vraie mixité. Clara Gaymard m’a dit un truc très intéressant : avant que la loi n’oblige les CA à compter 40% de femmes, les administrateurs se cooptaient dans l’entre-soi. Lorsque la loi est arrivée, ils ne savaient pas où les trouver, et ont fait appel à des chasseurs de têtes qui leur ont demandé de quels profils ils avaient besoin. Et tout d’un coup, le fait d’obliger la présence féminine a rendu les CA pour part plus jeunes, plus professionnels et plus internationaux. Je pensais que les quotas c’était idiot ; franchement, je ne le pense plus.

Y a-t-il une difficulté particulière ou du plaisir à filmer les lieux dans lesquels se prennent les décisions ?
Non, c’est beau ! Quand on a cherché des bureaux pour figurer la fausse entreprise, je ne les ai pas trouvés à La Défense (que je ne connaissais pas particulièrement), alors on a tourné à la Tour Montparnasse. Dans l’équipe, on appelait ça Gotham City : il y a une telle concentration d’entreprises du CAC 40 et mondiales ; des milliers de gens qui arrivent et se répartissent le matin… Il fallait filmer ces milliers de fenêtres derrière lesquelles tous ces gens travaillent. Les décisions du haut découlent sur ces milliers de gens dans les bureaux… Je trouve ça esthétique. Comme l’industrie.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 24 ao?t 2021 Seule contre tous, une jeune agricultrice abusée et humiliée par ses “confrères“ trouve la force de lutter pour le rétablissement de ses droits. Plus qu’un #MeToo ou un rape and revenge en milieu rural, Naël Marandin signe un...
Vendredi 26 juin 2020 En galère de boulot, Guillaume devient le chauffeur d’Anna Walberg, “nez“ indépendante dans l’univers de la parfumerie et femme si exigeante qu’elle a épuisé tous ses prédécesseurs. Mais Guillaume va s’accrocher en lui tenant tête. Une manière de...
Mardi 28 janvier 2020 Pourquoi attendre un compte rond pour célébrer les Rencontres du cinéma français de Bron ? Figure d’exception notable dans le paysage métropolitain, voire hexagonal, le festival des Alizés a souvent pris de l’avance sur les autres. Pas seulement...
Mardi 2 octobre 2018 Chronique de l’existence d’un travailleur sénégalais entre sa famille restée au pays et son parcours en France, Amin marque le retour d’un Philippe Faucon comme “dardennisé“ après le triomphe de Fatima dans une tranche de vie élargie à l’entourage...
Mardi 28 novembre 2017 Si l'on souhaite circonscrire l'univers complexe d'Albin de la Simone, alors il suffit de jeter un œil à son dernier clip, celui de la chanson Dans la (...)
Mardi 12 septembre 2017 On n’a pas tous les jours cent ans. Pour marquer un siècle de 7e art dans la commune, mais aussi une décennie pour sa salle actuelle, le Ciné-Val de (...)
Mardi 26 janvier 2016 De et avec Bouli Lanners (Fr/Bel, 1h33) avec Albert Dupontel, Suzanne Clément, Michael Lonsdale, Max von Sydow…
Mardi 18 novembre 2014 Aux Célestins, "Platonov" nous plonge, 3h30 durant et en (très) bonne compagnie du collectif Les Possédés et d’Emmanuelle Devos, dans une Russie qui ne subodore pas encore les révolutions du XXe siècle. Un beau voyage. Nadja Pobel
Mardi 7 octobre 2014 De Xavier Dolan (Can, 2h18) avec Antoine-Olivier Pilon, Anne Dorval, Suzanne Clément…
Mardi 30 septembre 2014 De Tonie Marshall (Fr, 1h28) avec Sophie Marceau, Patrick Bruel, André Wilms…
Mardi 25 février 2014 De Sophie Fillières (Fr, 1h42) avec Emmanuelle Devos, Mathieu Amalric…
Mardi 24 septembre 2013 D’Isabelle Czajka (Fr, 1h33) avec Emmanuelle Devos, Julie Ferrier, Natacha Régnier…
Mardi 2 avril 2013 Brève rencontre entre une comédienne de théâtre et un Anglais endeuillé, un 21 juin à Paris : un petit film charmant et très français de Jérôme Bonnell, sans fausse note mais sans élan non plus. Christophe Chabert
Mercredi 11 juillet 2012 Bonne nouvelle : Xavier Dolan fait sa mue et commence à devenir le cinéaste qu’il prétend être. Si Laurence anyways est encore plein de scories, d’arrogances et de références mal digérées, on y trouve enfin de vraies visions de cinéma. Christophe...
Mercredi 28 mars 2012 De Lorraine Levy (Fr, 1h45) avec Emmanuelle Devos, Pascal Elbé, Jules Sitruk…
Mardi 7 juin 2011 De Katia Lewkowicz (Fr, 1h39) avec Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Nicole Garcia…
Mercredi 23 février 2011 De Delphine Gleize (Fr, 1h50) avec Vincent Lindon, Quentin Challal, Emmanuelle Devos…
Lundi 4 octobre 2010 Théâtre / Quand un personnage de Beckett tombe amoureux, cela ne peut pas finir bien. Sami Frey endosse le costume de ce personnage de Beckett, condamné à (...)
Lundi 4 octobre 2010 Entretien / Sami Frey, acteur mythique, endosse le costume du narrateur de Premier amour de Samuel Beckett pour un voyage cruel et réjouissant. Propos recueillis par Dorotée Aznar
Mercredi 13 janvier 2010 De Frédéric Mermoud (Fr-Suisse, 1h33) avec Gilbert Melki, Emmanuelle Devos, Cyril Descours…
Mercredi 4 novembre 2009 Remonté et raccourci après sa présentation cannoise, le quatrième film de Xavier Gianolli y a gagné en force, cohérence et mystère, donnant à l’odyssée d’un petit escroc construisant un tronçon d’autoroute un caractère épique et...
Mercredi 3 décembre 2008 De Francis Veber (Fr, 1h25) avec Richard Berry, Patrick Timsit…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !