À l'origine

Remonté et raccourci après sa présentation cannoise, le quatrième film de Xavier Gianolli y a gagné en force, cohérence et mystère, donnant à l’odyssée d’un petit escroc construisant un tronçon d’autoroute un caractère épique et fascinant. Christophe Chabert

Lors du dernier festival de Cannes, 'À l’origine' avait surtout frappé par sa durée un peu mégalo (2h35 !) et son désir de tout expliquer, frisant la surdose psychologique. Xavier Gianolli a depuis revu sa copie, dans le bon sens : la version qui sort en salles est bien meilleure, puisqu’elle ressert et opacifie les enjeux, se concentre sur l’action et relègue les motivations à l’arrière-plan (il en reste toutefois quelques traces dans des dialogues qui, parfois, mettent dans la bouche des personnages les intentions de l’auteur). Ainsi du protagoniste de l’histoire ; on ne sait plus rien du passé de ce type bizarre qui, dès les premiers plans, monte un «coup» aussi énorme qu’étrange. Il se fait passer pour Philippe Miller, patron d’une filiale fictive de la CGI, une entreprise de travaux publics qui a arrêté net la construction d’une autoroute sous la pression des écologistes locaux défendant une race de scarabées. Miller fait croire qu’il va la remettre en chantier. Son plan fonctionne au-delà de ses attentes : dans une région dévastée par le chômage, il apparaît comme un messie moderne, ressuscitant les rêves de travail de la population, élus ou citoyens, entrepreneurs ou simples ouvriers.Ballet humain et mécanique
La force de la première partie tient dans son ambiguïté : Miller est-il vraiment l’acteur de son escroquerie, ou celle-ci se développe-t-elle sans lui, par les sollicitations constantes et aveuglées des autochtones ? Deux séquences sont éloquentes : celle où Miller craque face à l’enthousiasme d’une assemblée de notables du coin — dont la maire de la ville, enjeu amoureux de l’intrigue — et celle où un banquier se jette dans la gueule du loup, trop heureux de s’associer à un grand projet. Gianolli ne s’en tient pas là : dans la seconde moitié du film, c’est Miller qui, à son tour, se laisse absorber par son chantier et la vague d’espérances qu’il a suscitée. Cluzet, d’abord formidable d’instabilité, fait alors corps avec la ténacité du personnage. Quelque chose du cinéma de Herzog passe alors dans le film : par la puissance lyrique de la mise en scène quand elle s’aventure sur l’autoroute en travaux, filmant des ballets d’hommes et de camions comme une grande épopée épique, mais aussi par la transparence entre ce décor et celui d’un plateau de cinéma, entre son héros et le cinéaste qui réunit moyens financiers et humains pour un projet fragile, dont l’objet est débordé par sa dimension symbolique. Objectif atteint : le cinéma de Gianolli a gagné en ampleur avec ce film aussi ambitieux qu’émouvant.À l’origine
De Xavier Gianolli (Fr, 2h10) avec François Cluzet, Emmanuelle Devos, Gérard Depardieu…

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 août 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !