Junk Head

Junk Head
De Takahide Hori (Jpn, 1h40), Animation

Animation / Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec monstres et robots, dieux et mutants, qui n’aurait pas déplu à Jean-Claude Mézières. Un chef-d’œuvre.

Dans un futur indistinct, les humains ont triomphé de la mort grâce à la génétique et survivent encapsulés à la surface d’un globe pollué. Ne sachant plus enfanter, ils dépêchent une mission d’exploration au centre de la Terre, là où sont relégués les résultats d’expériences de clonages et de mutations. Malheureusement, leur messager est intercepté et gravement blessé, au point que sa tête est greffée sur le corps d’un robot par “ceux du bas“ qui le prennent pour un dieu…

à lire aussi : Les Passagers de la nuit : Bonnes ondes

On pourrait croire à un gag, mais il n’en est rien. Le générique de fin de Junk Head se pose parmi les plus stupéfiants de ces dernières années puisque le nom de Takahide Hori s’y déchiffre un nombre incalculable de fois : concepteur et exécutant absolu, l’auteur occupe quasiment tous les postes de ce monumental chantier d’animation en stop-motion.

Une performance technique au service d’un projet artistique hors du commun, le résultat étant esthétiquement grandiose et le propos d’une somptueuse gravité, rappelant autant les cauchemars faits romans de Philip K. Dick, Bradbury, Matheson, Asimov ou Lovecraft, leurs adaptations comme la foule des œuvres qu’ils ont inspirées de Ridley Scott aux Wachowski en passant par Nolan. Mais aussi l’aventure de Valérian et Laurelin L’Empire des mille planètes de Christin et Mézières, où des humains sont divinisés — à l’instar du héros de Junk Head.

La tête et les jambes

Film d’aventures haletant foisonnant de plans inventifs et peuplé de monstres chimériques semblant échappés des toiles de Jérôme Bosch, Junk Head est aussi une vertigineuse métaphore de la quête identitaire. Une quête collective, puis individuelle au fur et à mesure que le protagoniste déchoit dans les tréfonds du monde.

Parti retrouver des mécanismes physiques permettant à l’humain d’interagir avec ses semblables (et avoir une descendance), il perd (plusieurs fois) son propre corps, temporairement sa propre mémoire et jusqu’à sa propre conscience — quasiment dissoute dans des recombinaisons cybernétiques de moins en moins évoluées.

Son ultime avatar androïde, semi-détritique, le condamne d’ailleurs aux tâches les plus ingrates de cette lie de la société, ainsi aux quolibets et tourments de ceux qui la peuplent. Les créatures des abysses ont des bas instincts fort peu éloignés des nôtres.

Le méticuleux Takahide Hori livre ici une réflexion à propos sur ce trans-humanisme surexcitant actuellement des milliardaires plus effrayés par leur inéluctable finitude que par l’état de la planète. Ceux-ci espèrent s’acheter une fraction d’éternité en pactisant avec de l’intelligence artificielle. Une transaction illusoire risquant d’obérer l’avenir commun pour un résultat égoïste et dérisoire.

À moins que la perspective de se retrouver emprisonnés dans un poumon d’acier H24 ou recyclés en robot balayeur ne les fasse rêver…

Un mot pour finir sur l’interdiction aux moins de douze ans frappant ce film. Elle comblera les amateurs de paradoxes à la Schrödinger puisqu’elle est à la fois saugrenue et justifiée. Ironiquement absurde d’abord, car rien dans ce qui est raconté ou montré ne saurait être de nature à choquer un jeune public, soumis ordinairement à de plus graves images ou concepts — sans que les instances de régulation ne s’en émeuvent outre mesure.

Tristement compréhensible ensuite, car le propos politico-philosophique et la poésie du chaos que file cette fable dystopique risqueraient hélas de leur passer au-dessus de… la tête. À tous les autres revient donc l’enviable privilège d’élever cet objet cinématographique si singulier au rang de succès, puis de classique.

★★★★☆ Junk Head
Un film d'animation de Takahide Hori (Jap, int.-12 ans 1h41) avec les voix de
 Takahide Hori, Yuji Sugiyama, Atsuko Miyake… (sortie le 18 mai)

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 5 septembre 2022 Bien qu’il atteigne cette année l’âge de raison avec sa 7e édition, le Festival du film jeune de Lyon demeure fidèle à sa mission en programmant l’émergence des (...)
Mercredi 17 ao?t 2022 Et si Forrest Gump portait un turban et dégustait des golgappas plutôt que des chocolats ? L’idée est audacieuse mais aurait mérité que le réalisateur indien de Laal Singh Chaddha se l’approprie davantage. Si l’intrigue réserve forcement peu de...
Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !