Les pratiques amères d'Heineken en Afrique

Lyon Bière Festival / Présent dans 170 pays, le groupe Heineken a fait de son implantation en Afrique un objectif prioritaire, avec un but annoncé : participer au développement du « continent de demain » en oubliant ses intérêts. Le journaliste d’investigation néerlandais Olivier Van Beemen a publié "Heineken en Afrique, une multinationale décomplexée", un livre qui entend rétablir la vérité sur la réalité du célèbre brasseur sur le continent africain : corruption des élites, évasion fiscale, collaboration avec des dictateurs et criminels de guerre, exploitation sexuelle… Une enquête choc qui pointe du doigt l’impunité garantie par les élites locales et permise par les États. Il tiendra une conférence sur le sujet lors du Lyon Bière Festival.

Qu’est-ce-qui vous a poussé à enquêter sur ce sujet ?
Olivier Van Beemen : Lors d’un reportage en Tunisie sur la chute du régime de Ben Ali, j’ai découvert un peu par hasard un lien entre Heineken et le régime du dictateur. Heineken avait nié. Mentir ouvertement à un journaliste est suffisamment motivant pour démarrer une enquête. J’ai décidé d’aller voir ce qu’il se passait dans d’autres pays d’Afrique où l’entreprise est implantée.

à lire aussi : Droit de Réponse de Heineken

Et vous n’avez pas été déçu… Pendant six ans, vous avez parcouru treize pays d’Afrique où Heineken est actif. Une multinationale que vous décrivez comme « décomplexée ». Qu’entendez-vous par là ?
En Afrique, il y a moins de contrôles qu’en Europe. Une multinationale comme Heineken peut vraiment faire ce qu’elle veut, il n’y a pas de presse vraiment critique, de contrôle sur l’application réelle de la législation… L’entreprise peut ainsi montrer son vrai visage. Sur le plan marketing déjà, c’est flagrant. Ils se croient tout permis. À Kinshasa, il y a des quartiers entiers peints dans les couleurs de la bière locale de Heineken, il y a des logos sur les pharmacies, les commissariats de police, les bus d’école…

Au Nigéria, vous expliquez que la marque a formé plus de 2000 prostituées pour encourager les clients à consommer Heineken plutôt qu’une autre bière…
Oui, et le directeur général de la filiale de la multinationale me l’a confirmé. Les ventes ont été boostées. L’idée était que les prostituées expliquent aux clients qu’en buvant cette bière (la Legend) plutôt que la Guinness (principale concurrente), leurs performances sexuelles seraient décuplées. C’était une campagne très précise. Ce qui est plus généralisé quasiment dans toute l’Afrique, ce sont les filles promotrices, des jeunes femmes qui doivent promouvoir la bière dans les bars. Évidemment, le harcèlement sexuel fait quasiment partie de l’emploi. Des jeunes femmes m’ont raconté qu’il faut accepter de se faire toucher intimement pour faire cette activité, et qu’elles doivent avoir des relations sexuelles avec leurs supérieurs pour obtenir l’emploi ou plus d’heures et donc plus d’argent. Elles ne sont pas directement engagées par Heineken, il y a une agence intermédiaire. En mars 2018, après la parution de mon livre aux Pays-Bas, Heineken a fait la promesse de créer de bonnes conditions de travail pour les filles promotrices dans les trois mois. Je suis allé vérifier au Kenya si c’était le cas. J’ai rencontré six filles promotrices qui m’ont garanti que rien n’avait changé. Il y a une vraie impunité.

Au Rwanda, vous affirmez que la multinationale a joué un rôle dans le génocide des Tutsis en 1994…
Heineken avait le monopole de la bière dès le début des années 90. Tout le monde dépensait son argent dans la bière, les milices hutus étaient ivres et la bière leur servait souvent de récompense après une journée de massacre. Heineken n’a pas arrêté la production. À l’époque, un porte-parole de Heineken a répondu dans un journal néerlandais que c’était une question d’offre et de demande. Un responsable de l’époque m’a affirmé qu’ils n’étaient pas la Croix-Rouge. Aujourd’hui, Heineken prétend que la brasserie rwandaise était autonome, qu’ils n’étaient alors en rien responsables. Jean-Louis Homé, le directeur Afrique de la multinationale à cette époque, a indiqué dans son livre Le Businessman et le Conflit des Grands Lacs qu’il y avait bien un contact quotidien entre les techniciens rwandais et la direction de la société, alors basée à Goma, en République Démocratique du Congo.

Au Burundi, vous écrivez que la multinationale a collaboré avec le régime de Pierre Nkurunziza, accusé de crimes contre l’humanité par l’ONU…
Oui. La constitution interdisant trois mandats présidentiels, le président a remis son sort entre les mains de la Cour constitutionnelle pour demander le droit de se présenter une troisième fois. Il a nommé le président de la Cour au sein du conseil d’administration de Heineken. Lorsque la Cour a accepté le troisième mandat, ce juge a été promu président du conseil d’administration. Aujourd’hui, Heineken au Burundi est présidé par l’un des juges les plus importants du pays.

On a le sentiment que tout est organisé, voulu, attendu, qu’il ne peut pas s’agir simplement d’incidents, de coïncidences…
Effectivement. Heineken essaie de présenter les dérives comme des incidents. Mais on le voit aussi bien dans le temps que dans l’espace géographique : il faut parler de système organisé plutôt que d’incidents isolés.

Avez-vous subi des pressions ?
J’ai eu des pressions par les services de renseignements congolais, mais comme beaucoup de journalistes. Il est difficile d’affirmer qu’il y avait un lien direct avec Heineken. En revanche, Heineken a souvent essayé de me dissuader de publier des articles. À l’époque, il y avait une grande affaire de fraude au Nigéria, et quand j’ai voulu publier l’article, Heineken a nié sa responsabilité en me précisant que cela ferait du mal aux personnes concernées si l’article paraissait. J’ai publié l’article. Il ne s’est rien passé ensuite.

Ces dérives ne concernent que Heineken ?
Je ne pense pas. Heineken est une étude de cas. Je souhaite montrer comment une multinationale décomplexée peut agir en Afrique. Je continue à enquêter. Heineken a fait des promesses. J’y crois peu. Je n’ai pas encore vu de résultats.

Olivier Van Beemen, Heineken en Afrique, une multinationale décomplexée (Éditions Rue de l’Échiquier)
À La Sucrière dans le cadre du Lyon Bière Festival le dimanche 28 avril​

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Guide Urbain...

Mardi 26 avril 2022 Le confinement, c’est loin. La preuve, vous avez arrêté de faire votre pain. Par chance, d’aucunes en ont fait leur profession. Elles œuvrent dans un fournil du haut des Pentes : Bonomia.
Mardi 12 avril 2022 Le jeu de société a la cote. Deux copains viennent d'inaugurer leur première boutique spécialisée dans les jeux, où il est possible d’acheter, de louer et de rencontrer des éditeurs : Master Yeti.
Mardi 29 mars 2022 Certains disent juin 2020, d’autres, une éternité. Voilà bientôt deux ans que le repaire des amateurs de musiques électroniques Chez Émile a fermé ses portes. Dans quelques jours, Mush et Guillaume Des Bois ouvriront une nouvelle boutique,...
Mardi 1 mars 2022 La Baignoire est un de ces lieux où l’adresse se repasse en chuchotant, qui font écho à une époque en vogue dans le monde du cocktail actuel, celle de la prohibition des années 1920 aux États-Unis : un speakeasy.
Mardi 1 février 2022 Une micro-torréfaction cachée dans l’arrière salle d’un coffee shop : c’est dans les pentes et c’est Méta, installée chez Fika.
Mardi 1 février 2022 On la pensait poussiéreuse et surannée. Longtemps snobée, la céramique regagne une place d’honneur dans les cuisines de celles et ceux sensibles à l’artisanat et au Do It Yourself. À Lyon, un premier lieu entièrement dédié à cette pratique, vient...
Mardi 1 février 2022 À quelques encablures de Perrache, une nouvelle librairie indépendante a ouvert ses portes en novembre. Une librairie généraliste qui s'empare volontiers des questions sociétales actuelles avec un vrai esprit d'ouverture et une approche conviviale,...
Mardi 4 janvier 2022 Dans la rue Pasteur, à la Guillotière, vient d'ouvrir ce resto à bao. La brioche vapeur, star de la street food asiatique, s’y présente en petit sandwich et se mange à table. 
Jeudi 16 décembre 2021 L’émission culinaire de France Inter,  On va déguster, réunissait en novembre dernier deux Lyonnaises dont on a récemment parlé : Anaïs Duraffourg et Géraldine (...)
Jeudi 2 décembre 2021 C’est un succès populaire, brandi pour prouver qu’on mange bien dans la nouvelle Part-Dieu (oui, le centre commercial). Ses ingrédients ? Un thème éphémère, et de la vraie cuisine, aussi. 
Mardi 14 décembre 2021 Dans l'une de ces rues que les couvre-feux plongeaient dans la pénombre, on refait la fête. On y mange aussi désormais thaïlandais, grâce à Chan.
Jeudi 18 novembre 2021 L’historique bar à vin naturel sort du confinement rénové : les murs et les assiettes ont changé. La cave, c'est heureux, reste toujours bien garnie. 
Mercredi 17 novembre 2021 Le restaurant multi-primé La Bijouterie s’est offert un lifting de rentrée. Son chef Arnaud Laverdin en profite pour proposer un menu du soir toujours plus élaboré, alors qu’au déjeuner il se transforme en Mr Baoshi, avec une courte carte de...
Jeudi 18 novembre 2021 « J’adore les huîtres : on a l’impression d’embrasser la mer sur la bouche » disait le poète Léon-Paul Fargue. On a testé Nacre, fraîchement ouvert à Saint-Paul : tout un poème.
Mercredi 3 novembre 2021 Elias torréfie depuis cinq ans dans le bas des pentes, sous l’étiquette Rakwé. Il s’est associé avec Jonathan, le Vagabond, dont on croise le triporteur et les espressos sur les marchés des quais. Ça donne un nouveau coffee shop sur Lyon. Un énième...
Mercredi 6 octobre 2021 Des pizzas de compèt’, des vins natures qui déboitent, la Montée de la Grande-Côte : la recette du cool ? C'est celle de ce nouveau Yard.
Jeudi 23 septembre 2021 Le réseau des galeries lyonnaises continue de s’étendre avec la réouverture d’Outsiders, qui convie Onemizer pour une exposition solo. Après une année semée d’empêchements et d’incertitudes, la troisième galerie du nom est pressée de mettre en...
Mercredi 22 septembre 2021 Des falafels et du houmous, selon une recette rodée à Montpellier, dans la rue la plus gourmande de la ville — Hippolyte Flandrin : voici Green Lab.
Mercredi 25 ao?t 2021 Food Society, l'une des deux nouvelles extensions gastronomico-cool de la Part-Dieu, en envoie plein la vue. Côté goût, ce n'est pas encore ça, par contre.
Dimanche 27 juin 2021 Le Lyon Street Food Festival fera son retour du 16 au 19 septembre. Supprimé l'an dernier, le rendez-vous des foodies se trouve confronté à une (...)
Mercredi 30 juin 2021 ​Précédemment, on évoquait l'alliance entre vinyles et vins natures : ça se passait chez Satriale, dans les Pentes. Cette semaine, une cave (nature encore, dans le 1er toujours, mais où l'on mange, cette fois) a ouvert à l’enseigne Micro...
Lundi 5 juillet 2021 Après la fermeture il y a plus d’un an d’A la piscine, Thomas Rolland et Benjamin Sanchez rebondissent près des Terreaux avec Regain. Dans un espace presque chic, ils envoient un menu déjeuner bien roulé.
Mercredi 30 juin 2021 On connaissait Le Frip Club rue Victor Hugo, on connaissait aussi le joli camion itinérant du Road Frip. La fusion de ces deux concepts fait naître Fripes Machine, une boutique partagée en plein cœur de Guillotière.
Mercredi 9 juin 2021 Quelques jours avant la réouverture de son resto Mosuke à Paris, mais surtout d'un atterrissage fracassant du côté de Fourvière avec le concept Edo, on a téléphoné au top chef Mory Sacko. Et parlé longuement confinement, partage et voyage. Et...
Mercredi 19 mai 2021 La livraison, quand on tient une pizzeria par temps de Covid ? Pas le choix ! Marion Bohé n'a cependant pas cédé aux sirènes de Deliveroo and co, et a monté sa propre structure. Inclus : CDI, vélos électriques et sacs à dos roses. 
Mercredi 19 mai 2021 Chaque midi, une foule d’affamés attend, parfois une heure durant, de pouvoir croquer dans un kebab de Chëf (10 rue Terme, de 11h30 jusqu’à la fin des (...)
Mercredi 19 mai 2021 Chez Awanî ("nous sommes ensemble", en yoruba), on déniche : une poupée qui parle dix langues — dont sept africaines —, de l’épicerie (...)
Jeudi 22 avril 2021 Là-haut, perché sur la colline de Fourvière, existe un ancien fort militaire où artistes et animaux cohabitent à l’abri des regards. Situé à deux pas du Jardin des Curiosités, le Fort de Saint-Just, renommé par ses actuels occupants Fort...
Mercredi 21 avril 2021 La Foire de Lyon, prévue fin juin 2021, est annulée. Comme l'an dernier. Rendez-vous est pris en mars 2022 pour la prochaine édition. 
Jeudi 22 octobre 2020 « L'Ainée, la Cadette et la Benjamine », ce n'est pas le titre d'une exégèse des Trois sœurs, ni une version des Quatre filles du Docteur March (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !