L'Ampérage tient à ses nuits

Le mois dernier, la préfecture de l’Isère a tranché : l’Ampérage doit dorénavant fermer ses portes à une heure du matin (contre cinq heures auparavant). Une décision que déplore l’équipe dirigeante, qui veut que le lieu reste une salle de diffusion dédiée aux pratiques culturelles nocturnes. On fait le point. Aurélien Martinez

L’Ampérage fait partie des endroits où l’on peut écouter de la musique jusqu’à très tard. « C’est un lieu ouvert avec une programmation faite exclusivement par des associations » nous explique sa directrice Laurence Tadjine, qui se félicite ainsi de proposer des concerts et soirées variés de qualité. Car à l’Ampérage, le public (28 000 spectateurs l’an passé) vient avant tout pour les artistes, à la différence de certaines boîtes de nuit fréquentées pour l’ambiance, qu’importe le son.

Que la préfecture demande donc à l’Ampérage d’arrêter ses soirées à une heure du matin comme une salle de spectacle lambda, expliquant que seules les discothèques peuvent ouvrir si tard, sidère les dirigeants de l’Ampérage, qui déplorent ce coup asséné aux pratiques culturelles nocturnes. Pour Thomas Antoine, président du Stud, l’association qui gère l’Ampérage, « la législation n’est pas en accord avec la réalité des pratiques culturelles aujourd’hui. Ce n’est pas parce que l’on ferme à cinq heures du matin qu’on est forcément une discothèque. »

Il se fait ainsi le porte-voix des associations, qui ne comprennent pas cette décision. « Elles ont été très compréhensives en acceptant de terminer leurs événements à une heure du matin jusqu’à fin juin. Mais pour combien de temps ? »

L’Ampérage, « un projet culturel »

Un couperet que l’Ampérage ne comprend pas. Laurence Tadjine : « On avait le droit d’ouvrir tard jusqu’en 2009. Ensuite, des décrets sont passés disant que les ouvertures jusqu’à cinq heures du matin seraient réservées aux discothèques. En gros, soit vous êtes une salle de musiques amplifiées, soit vous êtes une discothèque. Cela devient flou quand, comme nous, on est une salle de spectacle diffusant de la musique amplifiée et demandant une ouverture jusqu’à cinq heures du matin. » Un flou qui, avec l’aide de la mairie, a permis à l’Ampérage de rester ouvert après une heure, jusqu’au mois dernier.

Thomas Antoine : « On est subventionnés comme projet culturel. Il y a deux mois, on a vu la mairie pour renégocier la subvention, ça s’est très bien passé. Le travail de service public, de redistribution d’argent aux associations, les élus le connaissent et le reconnaissent... Mais la préfecture se réveille aujourd’hui au bout de quatre ans, on ne sait pas pourquoi. Et la lettre du maire nous inquiète énormément parce qu’il ne nous soutient plus. »

Dans ce courrier reçu fin avril, Michel Destot va sur le terrain des nuisances sonores. Ce que l’équipe conteste, expliquant en sus qu’une fermeture à une heure du matin ne résoudrait pas ces questions, la vie nocturne du quartier n’étant pas seulement due à l’Ampérage – à 100 mètres, le Drak-Art, qui à son ouverture en 2010 a obtenu le type P (qu’ont toutes les discothèques), peut fermer à cinq heures du matin, même si le lieu n’a rien d’une boîte (il est aussi de type L, c’est-à-dire salle de spectacle, comme l’Ampérage).

« Pas de machiavélisme »

Les dirigeants de l’Ampérage craignent alors que les arguments avancés ici et là ne soient que des prétextes pour, pourquoi pas, faire disparaître le lieu. Pendant la demi-heure de conversation que nous avons eue avec eux, un nom est ressorti plusieurs fois : celui de La Belle électrique, la salle dédiée aux musiques amplifiées qui ouvrira l’an prochain dans le quartier, à deux pas de l’Ampérage. Si le Stud n’attaque pas l’association MixLab (qui sera aux commandes de cette Belle électrique), assurant au passage que leurs projets sont complémentaires, on sent que ce dossier, vieux de plus de vingt ans à Grenoble, engendre des crispations de toutes parts.

On a donc décidé d’aller interroger Éliane Baracetti, adjointe à la culture à la Ville de Grenoble, pour placer la discussion sur ce terrain. Et c’est justement lors d’une visite de chantier de La Belle électrique qu’on a pu la rencontrer. « Ce n’est pas mon domaine de compétence. Les questions d’horaires sont du ressort de la préfecture. Mais oui, il y a un vrai problème de production sonore nocturne, qui est lié à tous les lieux – l’Ampérage n’est pas plus bruyant qu’un autre. Ces questions d’horaires devront être traitées de manière globale une fois que la salle sera ouverte et que l’on verra comment elle fonctionne. Car aujourd’hui, on a assez peu d’idée de la manière dont le public va évoluer...» Certes.

Mais le problème dépasse forcément cette histoire de bruit ? L’ouverture de la future salle, avec une jauge modulable jusqu’à 900 places, préfigure-t-elle une réorganisation des équipements culturels municipaux dédiés à la musique et aux pratiques culturelles nocturnes (on imagine que La Belle électrique sera aussi sur ce créneau, notamment avec son versant musiques électroniques) ? « Je suis élue jusqu’en mars 2014 pour l’instant. Je peux vous assurer que je n’ai pas en tête l’idée que l’ouverture de La Belle électrique va entraîner la fermeture de l’Ampérage. En tout  cas, c’est imaginer que je serais bien perverse en tant qu’élue à la culture que de soutenir la construction d’une salle pour en fermer une autre. Il n’y a pas de machiavélisme là-dedans. Plus il y a de lieux culturels, mieux c’est ! Après, il faut que tout soit bien géré, en rapport avec la population. » Le dossier est renvoyé à plus tard.

En attendant, l’Ampérage devra bel et bien raccourcir ses nuits, sous peine d’être en infraction. L’équipe a demandé une rencontre avec le maire, pour envisager l’avenir (faire des travaux pour obtenir le type P ?). Car une chose est sûre : si un concert peut aisément se terminer avant une heure du matin, c’est plus compliqué pour, par exemple, une soirée bass music. Et dans ce cas, l’Ampérage ne serait plus vraiment l’Ampérage.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 24 avril 2023 Le secteur culturel grenoblois s’empare, depuis peu mais à bras-le-corps, du sujet épineux de la transition écologique. Mobilité des publics, avion ou pas avion pour les tournées des artistes, viande ou pas viande au catering, bières locales ou pas...
Vendredi 24 mars 2023 À l'initiative de l'association Mix'Arts, le rappeur Médine montera sur le ring de la Belle Électrique le 6 avril prochain. Le très politisé mais non politicien rappeur havrais y défendra son huitième et dernier album "Médine France". Hâte de saluer...
Lundi 16 janvier 2023 C’est une anecdote dont on leur parle tout le temps, mais elle a le mérite de poser un contexte. En septembre 2015, alors que les deux jumelles d’Ibeyi (...)
Lundi 7 février 2022 La mairie de Grenoble rebat les cartes de la Belle Electrique et la Clé de Sol, deux équipements qu’elle compte mettre à disposition d’un gestionnaire non plus via une délégation de service public, mais via une convention d’occupation du domaine...
Mardi 4 janvier 2022 Les salles de concert commencent 2022 avec un nouveau coup d’assommoir, douloureux même si elles l’avaient vu venir. Spectateurs assis, interdits de consommation au bar et jauge limitée : les structures sont en première ligne des mesures de...
Lundi 29 novembre 2021 Après le signalement à la justice effectué par Grenoble Ecole de Management sur la circulation de GHB dans les soirées étudiantes, fin octobre, le mouvement Balance ton Bar est une déferlante. Secoués, les acteurs grenoblois du secteur tentent de...
Mardi 16 novembre 2021 Cela fait plusieurs années que l’on suit les pérégrinations musicales de Nick Pulpman, plus particulièrement au sein de Hold Station qui, nourri par les excès (...)
Mardi 16 novembre 2021 [REPORT : le concert prévu le 19/11 est décalé au 16/12] Grand artiste originaire d'un petit pays, Gaël Faye sera à La Belle Electrique le 19 novembre pour jouer en live Lundi méchant, son dernier album studio. Lui sera « digne et debout »...
Mardi 2 novembre 2021 Si MoulinexxX s’appelle ainsi, ce n’est pas seulement pour la blague. Avoir un nom rigolo, c’est bien (parfois) mais l’ériger en concept pour en faire (...)
Mardi 19 octobre 2021 Samedi 30 octobre, l’Ampérage accueille un concert métal porté par Jose and the Metal Wastemen. L’ensemble des bénéfices sera reversé à l’association La Locomotive, dont les 80 bénévoles se relaient au chevet des enfants hospitalisés à La Tronche.
Mardi 16 février 2021 Près d’un an après le début de la pandémie (et leur fermeture consécutive), on est allé prendre quelques nouvelles de deux acteurs majeurs de la nuit grenobloise, l’Ampérage et le Drak-Art, qui animent d’ordinaire le quartier Chorier-Berriat.
Mercredi 27 janvier 2021 Les deux entités le confirment : en fin d’année dernière et ce mois-ci, de nouvelles réunions de travail ont eu lieu entre la Ville de Grenoble et l’association MixLab pour dessiner l’avenir de la Belle Électrique.
Mardi 15 décembre 2020 Pas de surprise au conseil municipal de Grenoble : malgré une opposition unanime pour la dénoncer, la délibération qui déclare infructueuse la procédure de renouvellement de la concession de service public de la Belle Électrique a été votée mardi 14...
Vendredi 11 décembre 2020 Vendredi 11 décembre, l’association gestionnaire de la salle a pu obtenir des éclaircissements de la Ville de Grenoble quant à l’avenir de son activité à court terme. C’est un peu apaisée qu’elle va suivre la réunion du conseil municipal lundi 14,...
Jeudi 10 décembre 2020 Un rendez-vous crucial doit avoir lieu vendredi pour l’association MixLab : l’actuel gestionnaire de la Belle Électrique attend des explications sur l’intention de la Ville de confier les commandes de l’établissement à une Société...
Mardi 8 septembre 2020 Enquête / C’est la question qui taraude presque tout le monde : les concerts debout en intérieur, toujours interdits à l’heure de notre bouclage, vont-ils bientôt pouvoir reprendre ? Et quelles stratégies les salles les accueillant...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X